L’Auberge des Légendes : l’histoire de la première librairie itinérante pour (grands) enfants

Il y a des libraires vendeurs et des libraires enchanteurs ….

Parmi les dix-huit libraires ambulants de France, un seul circule en roulotte en bois.

Il se nomme Patrice Depommier, retenez bien ce nom car il ne sera cité qu’une seule fois. Il nous confiera : « personne ne m’appelle par mon prénom, je n’aime pas ça ». Étrange dirons certains, pourtant tout repose sur cet état d’esprit. Tour à tour déguisé en chevalier, en chat botté, en dragon, notre libraire spécialisé dans la littérature fantastique se fond dans ses personnages et sillonne les routes pour amener le livre d’une façon différente. La concurrence, la hausse de la TVA à 7%, c’est contre ces tendances que se bat ce libraire ambulant et c’est dans ce contexte que le projet de l’Auberge des Légendes a vu le jour.

Il sera « Arthurus » pour cette lectrice, « Mon capitaine » pour d’autres ou encore « le Penseur ». Ainsi, son projet, sa philosophie sont une histoire à eux-seuls; histoire qu’il a accepté de nous faire partager…

Chapitre I

Une démarche différente

 

N’ayant suivi aucune formation propre aux métiers du monde du livre, c’est l’expérience qui a forgé notre libraire. Il passera treize ans sur l’île de la Réunion où les opportunités professionnelles le mèneront d’abord à occuper un poste de vendeur en librairie, puis il passera ensuite libraire, il gèrera lui-même ses commandes et terminera directeur de trois librairies. Originaire du Tarn, ce dernier éprouve le besoin de « retourner au pays » en 2006. Il se pose alors une question : « si je devais rêver, qu’est ce que je ferais… ? J’irai vers les gens». L’Auberge des Légendes est d’abord née d’un constat au sujet de la position des libraires : « il faut bouger, on ne peut pas attendre les gens sinon on va se faire manger. ». Il a alors décidé de « retourner aux sources » et de se calquer sur le modèle des colporteurs. La spécialisation contre les grandes chaînes. Sûr de ses convictions, il est persuadé « qu’on peut se battre contre les moulins à vent en étant différent et atypique ». Son objectif est clair : « montrer le livre différemment ».

En 2008, un an et demi plus tard, l’Auberge des Légendes voit le jour. Le parcours n’aura néanmoins pas été simple. Confronté aux refus des banques, c’est grâce à des initiatives solidaires que son projet abouti. Ni la DRAC, ni la Région n’ont accepté de parier sur cette aventure trop atypique. Ce sont donc des organismes tels que la coopérative Initiatives pour une Economie Solidaire (l’IES) et France Active qui lui ont ouvert les portes de la banque du crédit coopératif. Cette aventure professionnelle et économique aura « aussi été une aventure humaine ».

Soucieux d’affirmer une identité propre et singulière, il choisi de se démarquer en prenant les routes avec sa roulotte. Faite sur mesure, la construction prendra quatre mois. Il travaille avec un ébéniste de Cordes sur ciel, Christophe Puech. Le résultat : une roulotte en bois de 6 mètres sur 2.34 mètres de large, munie d’un toit en zinc et d’un équipement photovoltaïque.  Il nous précisera également qu’elle a été conçue en prenant en compte la notion d’accessibilité, ainsi « un jour, on s’est retrouvés à 3 fauteuils roulants ! ».

Pourquoi l’appeler l’Auberge des Légendes ? «  Parce que comme dans une auberge, on rentre avec des idées, puis on échange, on partage et on ressort avec d’autres idées. » Il s’agit avant tout d’un lieu de passage et de partage. « Ici, c’est le théâtre tous les jours. »

C’est donc dans le but de se créer un univers différent et original que ce libraire troubadour choisit de se spécialiser dans la littérature fantastique « parce que c’est un monde qui fait rêver. Le livre fait rêver, c’est peut-être ce qu’on a oublié. La seule solution à mes yeux est de redevenir une « épicerie fine ». On a tendance à oublier qu’autrefois une librairie se rapprochait de l’épicerie en ce sens qu’il s’agissait d’un commerce très spécialisé et indépendant.»

 A bord, on retrouve environ 1500 livres : contes, légendes… Ses auteurs-illustrateurs du moment sont Benjamin Lacombe, Pierre Dubois ou Jean-Baptiste Monge. Les trois quart des livres sont en exemplaire unique. Il gère son stock à flux tendu. A la différence des librairies sédentaires, il ne travaille pas avec des représentants, ni avec un système d’office ou avec le principe de commande automatique de l’historique. D’ailleurs, en  cinq ans d’existence, il n’a effectué son premier retour que cette année, et il s’agissait de livres de Noël. Il effectue lui-même ses sélections en s’appuyant sur des catalogues de petites maisons d’édition, sur des revues spécialisées ou sur Internet. Les critères de sélection sont simples: le ressenti et la primauté des illustrations. C’est l’émotion suscitée par l’ouvrage qui dira si oui ou non, il rejoindra les fées et autres elfes sur les étagères en bois de la roulotte. Sa politique est de défendre la différence, il est donc évident qu’on ne trouvera pas chez lui les derniers best-sellers. « ça c’est le rôle des grandes chaînes ou des bureaux de presse. Pour affirmer notre position de libraire, on doit proposer quelque chose qui nous est propre, quelque chose de plus rare ». Il privilégie donc le travail avec les petites maisons d’édition telles que les éditions MiC MaC ou Au bord des continents. « Je choisirai ce livre parce qu’il est petit, parce que j’aime son odeur, parce qu’il fait pouet »

 

Chapitre II

« Etre riche de l’or des elfes »

 

« Si je voulais seulement vendre, je me mettrais derrière une table en pantalon-chemise. Mais ce n’est pas ce que je veux. » La vente, l’achat, ce n’est pas sa motivation première, il veut d’abord « saisir l’instant ». Et pour se faire, il part à la rencontre de son public. Aussi surprenant soit-il, on ne parle donc plus de client mais plutôt de public, de visiteurs ou de curieux. Il s’agit d’un lieu différent, « les gens viennent pour le spectacle. Je suis là pour jouer. On a que 120 ans devant nous, je veux partir riche d’émotions, riche de l’or des elfes comme je me plais à dire. Je veux vivre mon rêve et le faire vivre avec les autres ».

Cet altruiste rêveur nous livre alors une anecdote : « Ce week end, j’ai été tour à tour un ours et un dragon. » Il s’inspire de ses rêves fantaisistes pour aller vers le public. Ainsi, à son réveil en voyant le givre sur le paysage, il s’est imaginé être ce dragon pouvant réchauffer le monde de par ses flammes. « Le rêve me colle à la peau, je reste avec mon rêve au chaud ». Décalé, drôle, c’est ce qui plaît à ses lecteurs qui ne seraient peut-être pas rentrés dans une librairie classique. Ainsi, à ce jeune garçon n’aimant pas lire, il lui dira « tu n’es pas obligé de lire avec les mots, tu peux aussi lire avec les images » Perplexe, l’enfant a compris plus tard qu’on pouvait mettre des mots sur ce qu’on ressentait. Selon notre conteur, « le mot lire peut être très étendu ».

Le rapport avec les lecteurs, voilà très certainement la grande différence entre une librairie ambulante et une librairie classique. Le libraire-rêveur prend du temps, échange, questionne et interpelle. « Vous trouverez caché derrière mes livres des figurines de fées, des elfes et … un œuf de dragon. Ca n’existe pas ? Je vous mets au défi de me prouver matériellement que ça n’existe pas ! » Au travers de ces histoires, de cette mise en scène, il s’agit de faire toucher, découvrir, apprivoiser le livre d’une façon différente. « Peu importe qu’il s’agisse de vraies histoires ou d’histoires vraies… »

 

Chapitre III

 Entre librairie sédentaire et librairie ambulante

Outre une gestion des stocks différente, le rapport aux gens est lui aussi différent. Les amplitudes de rencontres sont complètements diversifiées. S’installant sur les marchés ou foires, ce n’est pas les clients habituels qu’il rencontre : ceux-là peuvent être des grands-parents, des enfants, des gens pressés, etc… Il s’agit avant tout d’un public qui se renouvelle. Dans ce contexte, la fidélisation de la clientèle est difficile. Il souligne néanmoins un esprit solidaire bien présent où certains de ses visiteurs en plus de leur librairie habituelle viennent « dire bonjour au Capitaine », viennent lui acheter un livre, partager un instant. Certains sont aux rendez-vous d’une année sur l’autre. Un geste citoyen s’instaure, bien loin le livre comme objet de rentabilité. Cette philosophie de la roulotte a bien sûr un pendant plus négatif, il lui est encore impossible de se verser un salaire. La surface de vente reste limitée, la marge est encore faible et les délais de paiements sont relativement courts.

Mais peu importe pourvu qu’il y ait la richesse des elfes ! « Ça n’entre pas dans le cours des banques et c’est éphémère mais qu’importe ! »

De la même façon, là où certains iront dans des locaux ouverts du mardi au samedi, de 8h à 12h et 14h à 18h. Ici, il n’y a plus de notion de temporalité, ainsi on retrouve Charlotte et Robert, (la roulotte et le camion « car autour de moi, tout est vivant ») un matin sur le marché de 5h à 16h puis une autre fois, nous les retrouverons à cette fête médiévale des Pennes Mirabeau de 8h à 2h du matin…

En revanche, dans la roulotte, notre libraire est tributaire du temps et des intempéries.

Chapitre IV

 Du temps du colportage à celui  du numérique

Agir. Lutter contre cette « momification des librairies »

C’est dans cette optique que notre Poète a évolué lui aussi. Après avoir mis de côté ses réticences, il s’est familiarisé avec les réseaux sociaux, ainsi nous retrouvons l’Auberge des Légendes sur Facebook. « J’ai 230 amis, des drôles de gens, des drôles de noms, des gens et des philosophies différentes. C’est une autre branche de ma roulotte, c’est un partage aussi, différent, mais un partage quand même ».

Il reconnaît a fortiori les avantages de ces réseaux, informer, communiquer mais aussi être en contact avec des illustrateurs qui lui feront découvrir de nouveaux titres.

L’Auberge des Légendes est donc une réponse contre les grandes chaînes, contre l’uniformisation de la production. « Pourquoi les gens viendraient-ils chercher ici ce qu’ils peuvent trouver dans leur supermarché ? Il faut se reconcentrer sur notre âme et la défendre d’une manière différente. »

C’est d’ailleurs pour cette raison que l’idée d’introduire une liseuse ou une tablette numérique dans son univers a été écartée : « J’en ai regardé, manipulé mais ce créneau, c’est celui des grandes surfaces, ils le font très bien. Pourquoi irais-je essayer de les concurrencer sur ce domaine ? Ca ne rentre pas dans ma réflexion de spécialisation. Et puis ça fait mal aux yeux et si ça fait « pouet pouet », c’est une TV –rire-»

Chapitre V

Le mot de la fin

« Pour lire, il faut s’écouter en premier. Il faut lâcher prise, oser aller vers de nouvelles choses, ne pas rester dans le carcan. Il faut faire comme on le ressent.

Lire les yeux fermés, avec les doigts, avec le nez, avec autre chose que les mots »

C’est ainsi qu’il a déjà partagé un grand moment d’émotion lorsqu’il a encouragé une personne aveugle à entrer dans la roulotte pour « lire ». Cela a été l’occasion de lui apprendre à sentir, à écouter et à partager son ressenti.

«Notre discussion me semble être une belle « apostrophe ».

Je suis certain que d’autres Don Quichotte sommeillent, se battent, et vivent pour le livre papier.

Tels ce héros nous traversons les générations pour affirmer que notre combat est digne, que les moulins à vent ne vivent que grâce…. au vent, qu’il est des batailles que nous devons continuellement mener car tant que l’un d’entre nous vivra alors la raison de notre combat vivra.

Devant la multitude d’incroyants nous pourrons en parler, évoquer les multiples passes d’armes, pleurer, crier pour la perte de nos confrères, rire au nez des nouvelles technologies…. On nous regardera sûrement comme des arriérés, de ceux qui ne veulent pas évoluer avec leur temps… alors dans un même élan nous rappellerons que si le monde est monde c’est aussi parce que le papier est là pour conserver et relater la Vie…on ne coupe pas l’arbre sur lequel on vit.

…Et que vive le livre papier !!!

Légendement, »

Du partage, de la rêverie, de la fantaisie et de l’atypique, voilà donc la recette de ce projet. A l’Auberge des Légendes vous trouverez un libraire ambulant « les deux pieds dans ses bottes, sans aucune complaisance » et avide d’échanges !

En attendant de croiser son chemin, c’est ici que vous retrouverez ce lieu magique :

 

Le site officiel : http://www.auberge-des-legendes.com

 Le blog : http://aubergedeslegendes.wordpress.com/


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Beyaert adeline dit :

    Très bel article! C’est inspirant!! Bravo à son auteur et bravo au libraire-vendeur de rêve!!

  2. L'aubergiste dit :

    Impressionnant !!!!
    Bravos Émilie, vous avez saisi la raison d’exister de Charlotte, le plaisir que j’ai à échanger ou à faire rêver à travers le livre.
    J’ai bien ri sur certains passages car vous avez attrapé les idées entre les mots.
    Bravos, car vous montrez que le monde du livre possède de multiples ramifications et qu’il existe encore beaucoup de pages à tourner.
    Bonne continuation et je vous souhaite de belles découverte.
    Légendement,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *