Histoire de l’œil : une librairie indépendante pérenne

Exposition "Lévitation" à Histoire de l'oeil

En 2013, la librairie-galerie Histoire de l’œil de Marseille accueillait l’exposition « Lévitation » du groupe collectif Répondeur Automatik.

Lundi 21 septembre, Nadia Champesme nous a reçus dans sa librairie indépendante marseillaise, Histoire de l’œil, qui fête cette année ses 10 ans. Cette journée fut l’occasion de découvrir le secret de longévité de cette librairie, qui loin d’avoir pris une ride, s’est embellie avec l’âge.

Ici, même si quelques classiques sont présents, Shakespeare, Voltaire et les autres ont surtout laissé la place à la littérature contemporaine, qui est mise en valeur sous toutes ses formes parmi 8 500 références : essais, romans policiers, poésie, livres d’art, littérature jeunesse et bien d’autres. Issue du monde du spectacle, Nadia Champesme a choisi de consacrer une grande partie de son stock au théâtre contemporain. Elle est d’ailleurs la libraire attitrée de La Criée, grand théâtre marseillais.

Lorsqu’elle ouvre Histoire de l’œil, de nombreuses librairies spécialisées sont déjà présentes au cours Julien. En dédiant son fonds à la littérature contemporaine, elle fait donc le choix de la complémentarité puisque cette spécialisation n’empiète pas sur les genres couverts par les autres librairies du quartier (dont la Réserve à Bulles qui propose de la bande dessinée ou encore La Boîte à Histoires, spécialisée en jeunesse). De cette manière, elle fait fi de la concurrence et peut assumer pleinement son rôle de libraire en conseillant les clients sur un domaine littéraire qu’elle maîtrise. De plus, la littérature contemporaine répond à une réelle demande dans le quartier, qui est fréquenté en grande partie par des étudiants et des enseignants.

Pour une librairie indépendante, la qualité du conseil est primordiale : cela crée un lien avec le client, qui désire être guidé. Un client bien conseillé est un client fidèle. Toutefois, au sein d’un marché du livre de plus en plus complexe, cela suffit-il ? En effet, les librairies indépendantes doivent faire face à une concurrence diverse avec d’un côté les chaînes culturelles (parmi lesquelles la Fnac ou Cultura) qui représentent 22 % de la vente de livres neufs en France en 2013 ; les grandes surfaces alimentaires (telles Carrefour ou Leclerc) qui détiennent 19,5 % des ventes ; ou encore la vente de livres sur Internet qui représente 18 % (le site Amazon génère 1,4 million de visiteurs par jour). Malgré cette concurrence, les librairies indépendantes conservent une place importante sur le marché du livre avec 22 % des ventes de livres neufs. Pour autant, elles doivent aussi affronter une situation financière fragile. Tout d’abord, elles ont de nombreuses charges à régler comme le loyer et les charges annexes du commerce (par exemple le transport des livres qui représente 2,5 à 4 % du chiffre d’affaire). En plus de cela, les remises obtenues par les libraires sont très faibles et la vente de livres est l’un des commerces de détail les moins rentables.

Quelles sont les solutions dont disposent les libraires pour faire vivre leur commerce ? Avec Histoire de l’œil, Nadia Champesme a décidé de miser sur une politique d’animation forte et sur l’interprofession.

La politique d’animation

Pour faire connaître sa librairie, quoi de mieux que l’organisation d’événements ? La communication est un aspect à part entière du métier de libraire : un commerce doit être visible et pour cela il doit être un lieu vivant, un lieu d’échange et de culture. En amont de la création d’un événement, le libraire doit prendre en compte plusieurs facteurs :

– la pertinence de ce dernier par rapport à l’esprit de la librairie ;

– le choix de l’heure et de la date de l’animation, en prenant en compte l’emploi du temps des invités/prestataires, les habitudes de fréquentation des clients et le planning événementiel de la librairie ;

– l’animation en elle-même : qui doit animer ? le libraire ? un intervenant extérieur ? ;

– s’il invite un auteur, le libraire doit étudier sa bibliographie et déterminer le nombre d’exemplaires qu’il va commander pour chaque livre ;

– et bien évidemment, un facteur essentiel : le coût de l’événement et la répartition des budgets entre les différentes parties engagées (éditeurs, associations, etc.).

Une manifestation est rarement rentable pour un libraire car il y a beaucoup de postes de dépenses : si l’éditeur participe en général aux frais de transport pour la venue d’un auteur, il reste tout de même la question de son hébergement et de ses repas. De plus, la préparation d’un événement requiert des investissements tels que l’impression de flyers ou d’affiches et la commande de livres. En effet, le nombre d’exemplaires commandés est un pari puisqu’on ne peut réellement savoir combien de livres seront vendus, il peut donc y avoir des retours au distributeur. Enfin, une animation nécessite un investissement de temps de la part du libraire, une charge de travail supplémentaire. Alors, que gagne réellement le libraire en organisant des événements ? Il ne gagne que peu, voire pas d’argent, mais une clientèle fidélisée et potentiellement une nouvelle clientèle qui découvre la librairie lors de l’animation. C’est également l’occasion de faire découvrir des livres, d’offrir à ses clients une autre manière de vivre le livre et de faire vivre sa librairie.

À l’Histoire de l’œil, Nadia Champesme et ses libraires ont décidé d’écarter certaines formes d’animations (comme les dédicaces) pour favoriser les lectures, les ateliers d’écriture, les expositions artistiques et les rencontres. Ainsi, dès sa création, la librairie a été pensée comme un lieu malléable qui puisse s’adapter aux idées les plus créatives. Les événements ont lieu dans la semaine, jamais le samedi car les clients ont généralement d’autres occupations ; de même il n’y a pas plus de deux événements dans la semaine afin d’éviter les problèmes de circulation de l’information mais aussi pour ne pas lasser les clients. Pour une raison économique, l’animation est en général faite par les libraires eux-mêmes, ou quelques fois par des bibliothécaires ou des éditeurs. Si la fondatrice de la librairie imprime parfois des affiches pour la promotion des événements, elle utilise toujours les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter et publie des annonces sur son site, la présence sur Internet et les réseaux sociaux étant un enjeu pour tout commerce.

Le 18 septembre, Histoire de l’œil connu un immense succès pour la venue de Didier Castino (auteur de Après le silence) et le 24 septembre, la librairie recevait Javier Cercas, auteur espagnol qui a publié L’Imposteur en septembre 2015 aux éditions Actes Sud. L’équipe de libraires n’hésite pas non plus à laisser carte blanche à des artistes contemporains. C’est ainsi qu’en 2013, le collectif Répondeur Automatik (composé de Susanne Weck et Marilyne Grimmer) a suspendu tous les meubles de la librairie au plafond,  ou encore dernièrement, qu’Abraham Poincheval a vécu plusieurs jours dans la librairie, enterré dans un trou creusé à même le sol de la véranda !

En plus d’attirer la clientèle dans son magasin, Nadia Champesme va à sa rencontre dans des festivals comme Actoral, événement consacré aux arts contemporains (danse, cinéma, littérature, etc.) qui a lieu à Marseille et dont c’était la quinzième édition cette année. Lors de ce festival, l’équipe d’Histoire de l’œil a tenu une librairie « itinérante » qui adapte ses ouvrages en fonction de la représentation.

L’interprofession

Organiser un événement c’est bien, l’organiser en partenariat c’est mieux ! Comme nous l’a expliqué notre interlocutrice, lorsque plusieurs acteurs sont engagés dans une animation, les frais sont moindres et la communication est décuplée. Ainsi, pour divers événements, elle s’est alliée à de nombreuses bibliothèques mais aussi à l’association Libraires du Sud qui regroupe une cinquantaine de libraires indépendants de la région PACA. Grâce à une mutualisation des moyens, cette association permet notamment d’aider les libraires à financer une partie des frais liés à la politique d’animation. Le programme Itinérances littéraires organise des tournées pour des auteurs dans différentes librairies de la région, tout en prenant en charge une partie des dépenses. Cela permet de faire venir des auteurs qui n’auraient pas fait le déplacement pour une seule librairie. C’est aussi Libraires du Sud qui orchestre le Prix du livre jeunesse Marseille.

Sur le marché actuel du livre, l’entraide et la collaboration entre librairies indépendantes  sont devenues nécessaires. Aux niveaux national et local, plusieurs initiatives regroupent des librairies qui, mettant en commun leurs moyens, peuvent créer un site Internet marchand ou d’autres librairies par exemple. On peut mentionner le site Lalibrairie.com qui fédère 800 librairies dans plus de 750 communes en France et en Belgique. Le stock comprend 300 000 références qui peuvent être livrées dans les 1 800 « Points Libraires » partenaires. Ainsi, les clients se font livrer en librairie. De plus, le rôle du libraire est mis en valeur puisqu’il peut rédiger des chroniques « coup de cœur » et des fiches techniques d’ouvrages. Le but de ce site est de concurrencer le géant Amazon qui, contrairement à Lalibrairie.com, n’encourage pas les acteurs locaux, ne respecte pas les données personnelles et ne renforce pas le lien social. Au niveau national, nous pouvons aussi citer comme initiatives l’association Initiales qui regroupe 40 librairies et le groupement Canal BD (composé de librairies belges, suisses, québécoises et italiennes).

D’un point de vue local, Histoire de l’œil s’est associée avec les librairies marseillaises Maupetit et L’Odeur du temps à l’occasion de Marseille Provence 2013, afin de créer deux librairies qui se nomment La Salle des machines. L’une, éphémère, se trouvait à la Joliette et l’autre se niche aujourd’hui encore à la Friche de la Belle de Mai. Depuis, la société HMO (Histoire de l’œil, Maupetit, L’Odeur du temps) a créé trois nouvelles librairies de musées qui se situent à la Vieille Charité, au musée d’Histoire de Marseille et au musée Cantini. Ce projet ambitieux n’a été possible qu’en unissant ces trois librairies différentes (en termes de stocks et de chiffres d’affaires) mais complémentaires, qui ont mis leurs moyens et leur savoir en commun.

Être libraire indépendant aujourd’hui est un défi qu’il est possible de relever collectivement. Ensemble, les libraires peuvent défendre et promouvoir le rôle culturel des librairies qui sont avant tout des lieux vivants, des lieux d’échanges.

 

Présentation des quatre tables thématiques : érotisme, polars, architecture et jeunesse.

Cette journée fut aussi l’occasion de nous initier au métier de libraire, par le biais d’un atelier autour de tables thématiques. Il s’agissait, par groupe, de fouiller les rayonnages de la librairie en quête d’ouvrages illustrant un thème choisi, en l’occurrence l’érotisme, le polar, l’architecture et le livre jeunesse.

 

Pour aller plus loin :


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 octobre 2015

    […] Lundi 21 septembre, Nadia Champesme nous a reçus dans sa librairie indépendante marseillaise, Histoire de l’œil, qui fête cette année ses 10 ans.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *