Transmettre l’Histoire aux enfants ou comment parler de la Shoah à travers l’album jeunesse

Quelques albums cités : "Le petit garçon étoile", de Rachel Hausfater et Olivier Latyk ; "Les arbres pleurent aussi" d'Irène Cohen-Janca et Maurizio A.C. Quarello ; "L'étoile jaune" de Carmen Agra Deedy ; "Grand-père" de Gilles Rapaport.

Quelques albums cités : « Le petit garçon étoile » de Rachel Hausfater et Olivier Latyk ; « Les arbres pleurent aussi » d’Irène Cohen-Janca et Maurizio A.C. Quarello ; « L’étoile jaune » de Carmen Agra Deedy ; « Grand-père » de Gilles Rapaport.

Erika’s story, written by Ruth Vander Zee and illustrated by Roberto Innocenti, tells the story of a Shoah survivor. As other picture books which have the same theme, this one is not put forward in libraries and bookshops. They are often forgotten on shelves. Librarians and booksellers don’t know how to advise these picture books to readers, how to speak about these historical, autobiographical or biographical books. Commemorations of genocides in 2015 are prompting a new reflection about the last twenty-five years of picture books’ publications. Indeed, since the 1990s, authors and illustrators have chosen the theme of the Second World War and the Shoah more precisely. They are led by a testimony and a remembrance’s will, even a duty to reminisce. In fact, in memory of victims, to fight against silence, they speak of and describe what happened. Their texts and illustrations are a scream against hatred, racism,… However, are the children ready to hear all the aspects of the war and the genocide? Indeed, illustrations and text can be tough and violent. In France a law written in 1949 censors children and young adult literature. Thus, how can we speak to young readers? Illustrators, for example, chooses the sentence or the extract they want: they are relatively free in their interpretation. The young reader doesn’t need to see all to be informed.

Voici une expérience à réaliser en cette fin d’année 2015, ponctuée par deux commémorations importantes que sont le centenaire du génocide arménien et le soixante-dixième anniversaire de la libération des camps de concentration : entrer dans une bibliothèque, une librairie et demander conseil sur des livres jeunesse portant sur des génocides européens de la première moitié XXe siècle, ou plus précisément sur la Shoah. Les résultats sont assez surprenants : on vous suggérera, très souvent avec un certain malaise, des documentaires en règle générale, mais aussi des romans s’il s’agit d’un lecteur adolescent, et pour un plus jeune lecteur des albums. Ces derniers sont la plupart du temps dispersés, sans affectation véritable dans un rayon et sont donc difficiles à trouver : classés en Histoire ou bien rangés aléatoirement au milieu des autres albums, ou parfois même aux côtés des romans.

Quelle place accorder à ces ouvrages dans les lieux publics mais aussi privés, telles les bibliothèques de particuliers ? Comment expliquer le fait qu’ils ne soient pas facilement accessibles ? Est-ce parce qu’il n’y a pas de demande sur ce sujet ? Les adultes ont plus de facilité à acheter aux enfants un ouvrage documentaire car il semble être pour eux un meilleur support et surtout plus accessible, puisqu’il énonce clairement des chiffres et des faits. L’album fictionnel sera éventuellement emprunté et lu, si l’enfant est volontaire et qu’il sollicite l’adulte parce qu’il souhaite aller plus loin. Un tel sujet à aborder peut faire peur, et le livre semble donc être un bon support, rassurant et qui légitime la prise de parole sur ce chapitre de l’Histoire du XXe siècle. Comment parler de la guerre, des génocides, de la Shoah à des enfants ? Sont-ils prêts à tout entendre ?

Avant toute chose, il faut s’interroger sur le but de ces ouvrages : veut-on transmettre ? faire comprendre ? émouvoir le jeune lecteur ? Dans la pièce Toujours l’orage d’Enzo Cormann, Steiner, un rescapé juif qui fut contraint en 1943 de signer la déportation de ses parents à Auschwitz, déclare à Goldring, metteur en scène autrichien : « Sûrement non. Vous ne comprenez pas. Vous ne comprendrez jamais. Et je vous interdis de dire « je comprends ». Car il n’est aucune façon de comprendre un tel désastre, figurez-vous. La prétendue compréhension n’est en définitive que de l’autoapitoiement déguisé qui permet aux jeunes générations d’esquiver les questions essentielles1. » Selon ce narrateur, comprendre c’est « prendre avec soi », dans le sens étymologique : l’homme ne peut donc pas prendre avec lui ce poids de l’Histoire, la violence et la souffrance. On ne demande pas à l’enfant de comprendre mais bien d’avoir connaissance, de ne pas être indifférent à l’Histoire de son pays. Il sera touché par les mots et les images, il s’indignera sans doute, mais l’auteur ne doit pas pour autant attiser la haine chez ce jeune lecteur. Son but, ainsi que celui de l’illustrateur, est bien de transmettre une mémoire, afin de lutter contre le silence, contre le temps qui passe et qui éloigne toujours plus encore le lecteur de cet événement.

Si l’on devait conseiller un livre illustré évoquant la Shoah, ou un autre événement bouleversant de l’Histoire, il faudrait tout d’abord savoir si l’enfant, à qui est destiné le livre, est déjà familier de la période historique. En a-t-il déjà entendu parler ? Que veut-on lui montrer ? Sur la vingtaine d’albums traitant de la Shoah que l’on peut trouver sur le marché, les mêmes problématiques reviennent sans cesse : il est question de mémoire, de témoignage, de l’indicible et de l’innommable, de la création artistique et littéraire après Auschwitz. Pour y répondre, les auteurs et les illustrateurs choisissent des types de narrations différentes. Tandis que certains récits seront abordés par un témoin direct ou un objet personnifié (Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-Janca et Maurizio Quarello), ou de manière autobiographique par un rescapé (Je ne suis pas contagieux de Gil Tchernia et François Vincent), d’autres seront davantage dans la fiction (Dans la maison de Saralé de Yaël Hassan et Nathalie Novi) ou dans le ton historique (Ita-Rose de Rolande Causse et Gilles Rapaport)2. Quatre albums, parmi la vingtaine qui a été recensée, parlent directement des camps de concentration, c’est-à-dire sans métaphore, sans symbole. Le récit se déroule alors entre les baraquements et les camps de travail comme c’est le cas dans Grand-père et Champion de Gilles Rapaport, Fumée d’Anton Fortes et Joanna Concejo ou encore Rose blanche de Roberto Innocenti.

La question récurrente en littérature jeunesse est bien de savoir si tous les sujets peuvent être abordés par les auteurs et les illustrateurs : la mort, la violence, le deuil, la guerre. D’un point de vue juridique, l’enfant doit être protégé de toute image, de tout texte qui viendrait le pervertir. La loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011, déclare :

Les publications visées à l’article 1er ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques. Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse.

D’un point de vue moral, les maisons d’édition, les librairies, les bibliothèques, les écoles et les familles s’interrogent souvent sur l’impact qu’auront les illustrations sur le jeune lecteur : a-t-il nécessairement besoin de voir ces images ? On pourrait penser qu’avec les jeux vidéo, Internet et la télévision, la jeunesse est habituée, presque vaccinée contre toute forme de violence. Les médias, comme le présente un site canadien (Habilo Média), n’auront évidemment pas les mêmes effets sur les enfants selon leur âge, leur environnement social, leur personnalité et le nombre d’heures passées devant un écran3.

Cependant, plusieurs conséquences ont été relevées par des chercheurs de ce centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique : amplification de la peur, accoutumance à la violence et accroissement du comportement agressif. Mais le livre ne fait pas le même effet qu’une image numérique, tout va plus lentement car le fait de tourner les pages donne un rythme à l’album. De plus, l’acte d’ouvrir et de fermer un livre participe à la lente progression de la prise de conscience. Quand l’enfant ne veut plus lire parce qu’il ne peut plus supporter ce qu’il voit, il peut refermer l’album, attendre d’être à nouveau prêt pour entendre la fin de l’histoire. Si les illustrateurs optent la plupart du temps pour un ton simple, pour des ellipses, c’est bien dans le but de ne pas tout montrer, comme dans Le Soulier noir de Françoise Legendre et Jean-François Martin. Par ailleurs, face à l’art photographique, le dessin et la peinture permettent de prendre du recul car ces techniques offrent une interprétation des faits : l’illustrateur choisit de figurer telle phrase, tel passage plutôt qu’un autre. Tout n’est donc pas forcément montré au lecteur, car tout ne doit pas être montré, tout n’a pas besoin de l’être pour informer la jeune génération.

Notes :
1 CORMAN, Enzo, Toujours l’orage, Éditions de Minuit, Paris, 1997, p. 87.
2 Pour plus d’exemples, consulter la bibliographie ci-dessous, qui recense la vingtaine d’albums.
3 Habilo Média, centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique.

Pour aller plus loin :

  • ABECASSIS, Eliette, « Peut-on parler de la Shoah ? », Le Nouvel Observateur, numéro spécial La Mémoire de la Shoah, décembre 2003 – janvier 2004, p. 10-13.
  • LEFEBVRE, Josiane, « La Shoah à l’école. Du devoir à l’obligation de la mémoire », Le Monde de l’éducation, n° 368, avril 2008, p. 52-55.
  • LORANT-JOLLY, Annick, « Écrire et représenter la guerre », La Revue des livres pour enfants, BnF, Paris, n° 276, avril – mai 2014, p. 86-156.
  • Une conférence à visionner, par Éléonore Hamaide-Jager, « 25 ans de représentation de la Shoah en littérature jeunesse », IUFM de Bordeaux, 7 avril 2011.
  • Sur l’influence de la télévision sur les enfants : Habilo Média, centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique.
  • Sur l’évocation du thème de la Shoah dans les albums pour la jeunesse, le site de l’université de Lille, Lille3jeunesse.

Bibliographie recensant les albums sur la Shoah :

BILLON-LE GUENNEC, Amélie, et ELICE, Le Secret de Madame Tannenbaum, Des ronds dans l’O, coll. « Jeunesse », 2013.
BRAMI, Elisabeth, et JEUNET, Bernard, Sauve-toi Élie !, Paris, Seuil Jeunesse, 2003.
CAUSSE, Rolande, et RAPAPORT, Gilles, Ita-Rose, s. l., Circonflexe, coll. « Aux couleurs du monde », 2008.
COHEN-JANCA, Irène, et QUARELLO, Maurizio A.C., Les arbres pleurent aussi, Rodez, Le Rouergue, 2009.
COHEN-JANCA, Irène, et QUARELLO, Maurizio A.C., Le dernier voyage, Paris, Éditions des Éléphants, 2015.
CUVELLIER, Vincent, et DUTERTRE Charles, L’Histoire de Clara, Gallimard, coll. « Giboulées », 2009.
CUVELLIER, Vincent, et MARTIN, Sandrine, Je suis un papillon, Gallimard, coll. « Giboulées », 2013.
DEEDY, C.A., et SORENSEN, Henri, L’Étoile jaune, Mijade, 2000.
FORTES, Anton, et CONCEJO, Joanna, Fumée, OQO éditions, coll. « Qontextes », 2009.
GALLAZ, Christophe, et INNOCENTI, Roberto, Rose blanche, Montréal, Les 400 coups, 2010.
GRONOWSKI, Simon, et BERTRAND, Cécile, Simon, le petit évadé. L’enfant du 20e convoi (adaptation : Réjane Peigny), Bruxelles, Éditions Luc Pire, 2005.
HASSAN, Yaël, et NOVI, Nathalie, Dans la maison de Saralé, Paris, Casterman, coll. « Les albums Casterman », 2007.
HAUSFATER-DOUÏEB, Rachel, et LATYK, Olivier, Le Petit Garçon étoile, Paris, Casterman, coll. « Les albums Duculot », 2003.
HOESTLANDT, Jo et KANG, Johanna, La Grande Peur sous les étoiles, Paris, Syros, 1993.
LEGENDRE, Françoise, et MARTIN, Jean-François, Le Soulier noir, s. l., Thierry Magnier, 2012.
MILENA, et LEMOINE, Georges, Un foulard dans la nuit, Le Sorbier, 2000.
POOLE, Joséphine, et BARRETT, Angela, Anne Frank, Paris, Gallimard, 2005.
RAPAPORT, Gilles, Grand-père, Paris, Circonflexe, 1999.
RAPAPORT, Gilles, Champion, Paris, Circonflexe, 2005.
TCHERNIA, Gil, et VINCENT, François, Je ne suis pas contagieux, Paris, L’École des Loisirs, coll. « Archimède », 2007.
UNGERER, Tomi, Otto. Autobiographie d’un ours en peluche, Paris, L’École des Loisirs, 1999.
VANDER ZEE, Ruth, et INNOCENTI, Roberto, L’Étoile d’Erika, Paris, Milan, 2003.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *