Fiche de lecture : La Construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Cécile Rabot

Couverture de "La construction de la visibilité littéraire" de Cécile Rabot - Presses de l'ENSSIB.

Cécile RABOT, « La Construction de la visibilité littéraire en bibliothèque », Villeurbanne, Presses de l’enssib, coll. « Papiers », 2015, 392 p.

À l’instar de l’offre pléthorique que représente la production éditoriale, la bibliothèque met à la disposition de tous une quantité de documents qui peut être difficile à appréhender pour l’usager. Il appartient alors aux bibliothécaires de leur proposer des repères face à ce fonds. Cela passe par diverses formes de valorisation, et notamment par la mise en place de présentoirs indiquant les « nouveautés », les « coups de cœur » ou encore des sélections qui sont le fruit d’opérations spécifiques. À partir d’une étude approfondie du réseau des bibliothèques de la ville de Paris, Cécile Rabot nous propose une réflexion, aboutissement de sa thèse, qui analyse le choix des documents bénéficiant d’une mise en visibilité par les bibliothécaires. Ces choix sont révélateurs du rôle que le service public veut endosser, tout comme de l’image que l’institution veut renvoyer et de l’identité professionnelle que les bibliothécaires se construisent.

La production éditoriale de plus en plus dense pousse à se concentrer sur un faible nombre d’ouvrages qui jouissent d’une très forte médiatisation de la part de la presse, notamment en ce qui concerne les ouvrages primés (ch. I). Les biens culturels constituent des « biens d’incertitude » (p. 10) dont la valeur n’est pas statuée tant qu’on n’en a pas fait l’expérience. Le lecteur recherche alors des informations susceptibles de l’aiguiller dans la jungle littéraire, afin de minimiser le risque d’être déçu par son expérience de lecture. De ce fait, le rôle des bibliothèques est essentiel dans la construction de la visibilité des ouvrages. De par leur qualité de service public, on attendrait d’elles qu’elles valorisent des ouvrages peu médiatisés, en vue de proposer une politique d’offre qui élargirait les horizons littéraires de ses usagers et favoriserait une diversité éditoriale. Cependant, l’analyse des présentoirs révèle que les bibliothécaires placent essentiellement en « nouveautés » ou en « coups de cœur » des ouvrages à la visibilité déjà constituée ailleurs, généralement dans la presse : l’usager tend en effet à être attiré par ce dont il a déjà entendu parler. Cela est d’autant plus vrai que la présence d’un ouvrage sur un présentoir le fait bénéficier d’une caution apportée par les bibliothécaires.

Deux types de valorisation, centrés sur les collections, priment en bibliothèque : les bibliographies et les présentoirs (ch. II). Les deux misent sur la matérialité de l’ouvrage, en proposant un visuel de la première de couverture dans le premier cas, et le livre physique, en facing, dans le deuxième. Le jeu qui s’établit, basé sur des logiques commerciales, vise à attirer l’œil du potentiel emprunteur. Par le biais de ces présentoirs, il ne s’agit pas d’instaurer une offre ; le but est de provoquer des échos chez le lecteur par un effet de résonance avec la presse : « un livre inconnu n’est pas vu » (p. 88) rappelle Dominique Lahary, bibliothécaire. Par ailleurs, l’action culturelle mise en place dans les bibliothèques participe également à une forme de mise en visibilité (ch. III). Toutefois, c’est moins le fonds que l’établissement en lui-même qu’elle contribue à valoriser, en affichant une image moderne de la bibliothèque où la littérature est en train de se faire. Les clubs littéraires contribuent à en faire un lieu vivant et dynamique, tandis que les prix littéraires décernés par certaines bibliothèques revendiquent la participation à « la production des valeurs littéraires » (p. 97) en faisant connaître ou reconnaître un auteur.

Les bibliothécaires « renforce[nt] une visibilité déjà là » (ch. IV) par la valorisation d’œuvres, d’auteurs ou d’éditeurs dominants, dont la promotion n’est plus à faire. En 2007, sur les présentoirs de « nouveautés » des bibliothèques de la ville de Paris, 38 % des livres sont issus de six grandes maisons : Albin Michel, Fayard, Flammarion, Gallimard, Plon et Le Seuil (p. 120). Pourtant, les bibliothécaires pourraient privilégier une certaine diversité et encourager la mise en avant de petites maisons qui peinent à se faire une place dans le paysage éditorial. Ce phénomène de domination touche aussi les aires géographiques et linguistiques. La littérature traduite issue des pays occidentaux, et notamment des pays anglophones, bénéficie d’une meilleure visibilité par rapport à une littérature originaire de pays aux codes culturels moins familiers pour le lecteur, qui pourraient empêcher une forme d’identification. Les genres ne sont pas en reste et le théâtre comme la poésie, jugés trop élitistes, sont absents des présentoirs au profit du roman. À côté de cela, la possible médiatisation des ouvrages par la presse – Livres Hebdo est un incontournable – peut déterminer leur sélection en « nouveautés » ou en « coups de cœur ». Une bibliothécaire souligne cette « opposition, révélatrice de l’ambiguïté de la profession, entre la revendication d’un jugement autonome et la réalité d’une soumission à la critique de presse » (p. 157).

Ce redoublement d’une visibilité déjà construite ailleurs pose la question de l’autonomie de l’institution et de son rôle (ch. V). Doit-elle mettre l’accent sur des documents déjà valorisés par les médias ? Ne devrait-elle pas contribuer à légitimer des éditeurs indépendants, de jeunes auteurs, des productions peu ou pas médiatisées « mais qui incarnent la plus grande diversité culturelle possible » (p. 161) ? En effet, la bibliothèque n’a pas à être rentable économiquement parlant et n’est pas enjointe à suivre la demande mais plutôt à mener une politique d’offre en élargissant les horizons des usagers. Anne-Marie Bertrand pointe le danger d’un service public qui tend à devenir un service au public depuis les années 1990, face auquel les usagers deviendraient des clients soumis à une logique consumériste (p. 168). Les bibliothèques travaillent à renvoyer une image dynamique et moderne, pour en finir avec le topos de la bibliothèque d’étude poussiéreuse. Néanmoins, cela semble se traduire par un suivi toujours plus accru de l’actualité éditoriale et la mise en avant de valeurs sûres, et non pas par la proposition d’écrits innovants susceptibles de marquer l’histoire littéraire. Cela implique pourtant pour les bibliothèques de s’aligner sur le rythme effréné des librairies, alors que leur logistique relève d’un mode de la lenteur – il faut compter deux à trois mois entre la commande et la mise en rayonnage des livres, au vu de l’organisation en marchés publics et du temps nécessaire à l’équipement des documents. Ce fonctionnement n’étant pas viable en bibliothèque, il faut alors anticiper la demande, et y répondre sans établir de hiérarchisation en fonction d’un éventuel degré de légitimité des œuvres : la bibliothèque doit « reconnaître la pluralité des modalités de lecture et des usagers » (p. 191), principe dominant dans les institutions de lecture publique anglo-saxonnes. Finalement, la mise en avant de contenus déjà médiatisés fait partie intégrante d’une tactique mise en place par les bibliothécaires, qui leur permet d’élaborer conjointement une offre moins consensuelle à destination des usagers. Ces deux politiques d’offre et de réponse à la demande, menées de front, apparaissent complémentaires : les livres à succès mis en avant ont de forts taux de rotation, ce qui permet de garder dans le fonds des livres moins empruntés, stratégie qui n’est pas sans rappeler celle adoptée par les éditeurs. Par ce procédé, le présentoir montre au lecteur que le fonds lui est accessible quel que soit son capital culturel, et qu’il peut y trouver son compte. Après s’être attardé sur le présentoir une première fois, il est alors possible qu’il se tourne vers d’autres lectures, suggérées ou non par les bibliothécaires. Ce double jeu relève d’un « titillement des esprits » (p. 197) selon Madeleine Deloule, responsable de bibliothèque.

Les bibliothécaires ne se contentent donc pas de renforcer une visibilité déjà installée mais ils contribuent aussi à créer de la visibilité pour des ouvrages ou des auteurs qui n’en bénéficient pas encore (ch. VI). Ils jouent le rôle de « découvreur[s]-passeur[s] » (p. 199) en prenant part au processus de légitimation tout en créant de la valeur littéraire. L’opération « premiers romans » menée au niveau du réseau de la ville de Paris, qui propose une sélection parmi les parutions de l’année en cours, en est un très bon exemple. Il s’agit à la fois pour les bibliothécaires de donner de la visibilité à de jeunes auteurs et de contenter le plus grand nombre d’usagers possible, tout en maintenant le niveau de qualité des ouvrages sélectionnés. Le succès de cette action réside dans la médiation directe et participe également à légitimer cette catégorie de romans qui peut souffrir du mépris de certains usagers ou professionnels. Par ce dispositif de mise en valeur, les bibliothécaires participent à la fabrication d’auteurs, dans une logique d’auctorialisation1 très prégnante dans le monde du livre. Cela vaut notamment pour les primo-romanciers qui « cherchent à passer du stade d’écrivant à celui d’écrivain » (p. 199), selon les termes de Roland Barthes, et dont la légitimation reste à construire. Si la sélection – et donc la découverte – d’un ouvrage s’avère être validée par les usagers, la presse ou l’attribution d’un prix, cela a un impact positif à la fois sur l’œuvre et son auteur, mais aussi sur l’institution : les bibliothécaires conservent un profit symbolique de la découverte, et un transfert de légitimité s’opère. Alors que la construction d’une valeur littéraire ne peut se faire en librairie, les bibliothèques, elles, inscrivent les ouvrages dans la durée grâce à une temporalité longue qui leur est inhérente. Ainsi, les « coups de cœur » ne sont pas représentatifs de l’actualité éditoriale et ne constituent pas des classiques ; ils correspondent en partie à des ouvrages en voie de classicisation. À partir de là, la logique auctoriale forte implique que la légitimité acquise par le livre mis en « coup de cœur » rejaillisse sur l’auteur lui-même.

Ce travail approfondi de sélection qu’effectuent les bibliothécaires suppose une bonne connaissance de l’offre éditoriale. Si cela est compliqué pour les usagers qui ont besoin de repères, il est tout aussi ardu pour les bibliothécaires d’appréhender cette production (ch. VII). Ce problème pose la question de la place de la lecture en bibliothèque : le bibliothécaire doit-il lire les livres ou bien « lire sur les livres » (p. 241) ? La lecture constitue le fondement de la vocation du bibliothécaire, et pourtant aucun moment n’est dégagé pour cette activité dans l’emploi du temps de chacun : la pratique se fait dans un cadre privé, à domicile. L’opération « premiers romans » démontre bien l’importance d’une lecture intégrale en opposition à une lecture fragmentaire que les professionnels se voient obligés de réaliser au sein du comité d’analyse des romans : elle permet de produire un jugement plus sûr, plus nuancé. La connaissance de la production éditoriale suppose par ailleurs que le bibliothécaire y ait accès : ce qui ne se trouve pas sur Électre2 a peu de chances d’être repéré. Des services de presse sont parfois négociés avec les éditeurs, comme dans le cadre du travail autour des « premiers romans » : cela profite largement aux petits éditeurs qui se voient offrir une opportunité extraordinaire de diffusion et de visibilité. Dans ces cas singuliers, les bibliothécaires peuvent considérer une offre réellement complète, les petits éditeurs ayant tendance à être écartés des offices en temps normal.

La lecture pratiquée par les bibliothécaires s’effectue selon des principes bien spécifiques (ch. VIII). Le choix des livres à valoriser n’est pas pensé selon des goûts personnels ou la détermination de la valeur d’un document, mais selon une recherche d’adéquation à un public. Ces sélections, telles celles des premiers romans, peuvent contribuer à la définition d’un genre. Au niveau des notices critiques, très peu de filiations littéraires sont établies pour ne pas effrayer l’usager et viser le public le plus large possible : il s’agit de se mettre à la portée de n’importe quel lecteur potentiel. Une lecture cursive est privilégiée par rapport à une lecture analytique, davantage associée à l’institution scolaire que la bibliothèque tend à vouloir mettre à distance par ses modes d’action. Cette dernière rejette ainsi le mode de prescription au profit d’une meilleure considération d’un lecteur apte au jugement et libre de ses choix. Toutefois, les présentoirs « coups de cœur » entretiennent l’illusion d’un rapport d’égal à égal alors que les bibliothécaires n’y présentent pas nécessairement des livres qu’ils ont appréciés, mais qui répondent plutôt à une logique globale : le rapport de prescription est sous-jacent mais invisible aux yeux des lecteurs.

La bibliothèque, en s’éloignant de l’institution scolaire basée sur la prescription obligatoire, promeut un modèle de lecture pour le plaisir (ch. IX). Les sélections placées sur les présentoirs résultent d’une recherche d’accessibilité des collections, qui correspond à la « capacité de la majorité des documents à s’adresser au plus grand nombre » (p. 318). Les notices insistent sur la facilité d’accès au texte et le plaisir que peut procurer sa lecture : pour faire lire, il faut avant tout donner le goût de lire. L’institution marque encore la distance qu’elle prend avec l’école par son rapport aux classiques. En effet, bien qu’ils soient massivement présents dans les rayonnages, ce sont les textes contemporains qui sont valorisés. Un phénomène de censure par la moyenne est instauré au cœur des présentoirs, en éliminant le trop élitiste comme le trop médiocre des « coups de cœur ». Toutefois, l’un des impératifs est aussi de proposer aux usagers des documents susceptibles de leur apporter un savoir : « instruire sans didactisme » (p. 335), voilà le crédo de mise. La diffusion des savoirs reste la mission fondamentale des bibliothèques, et la littérature apparaît comme un médium capable de véhiculer certaines valeurs en apportant au lecteur une meilleure connaissance de soi et du monde qui l’entoure.

Le service public que constitue la bibliothèque doit jongler entre ses multiples missions – promotion de la lecture, encouragement de la diversité éditoriale et du processus de création – et les comptes qu’il doit rendre aux élus municipaux en termes de fréquentation et de taux de rotation moyen des ouvrages. Les bibliothécaires doivent pour cela déployer des stratégies de mise en avant de contenus issus de la grande production pour, en marge, œuvrer à la construction du champ littéraire. L’objectif est finalement d’instaurer une relation privilégiée avec les usagers, inscrite dans la durée. Ainsi, plus ils fréquentent l’institution de la bibliothèque, plus ils peuvent, selon les termes de Marie-Rose Guarniéri, fondatrice de la Fête de la librairie indépendante, « rencontrer des livres qu’ils attendent, mais aussi des livres qu’ils n’attendent pas » (p. 365).

Notes :
1 Auctorialisation : processus de fabrication de l’auteur en tant que figure emblématique qui a acquis une légitimité symbolique dans le champ littéraire.
2 Électre : base de données bibliographiques à destination des professionnels du monde du livre, dont les bibliothécaires se servent pour établir leurs commandes. Elle a vocation à recenser les livres édités en France et offre une véritable visibilité aux maisons d’édition. Cependant, tous les éditeurs ne déposent pas leur catalogue sur cette base, en particulier les petits éditeurs, ce qui peut les rendre invisibles aux yeux des bibliothécaires.

 

Pour aller plus loin :

  • BARTHES, Roland, « Écrivains et écrivants », Essais critiques, Paris, Seuil, coll. « Tel Quel », 1964, pp. 147-154.
  • CALENGE, Bertrand (dir.), Bibliothécaire, quel métier ?, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2004.
  • HUCHET, Bernard (dir.), et PAYEN, Emmanuèle, L’Action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2008.
  • TABET, Claudie, La Bibliothèque « hors les murs », Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 1996.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *