Découverte : La Fanzinothèque de Poitiers

http://www.forum-avignon.org/fr/contribution-la-fanzinotheque-de-poitiers-25-ans-au-service-de-la-micro-edition-par-samuel-delahaye

Logo de la fanzinothèque de Poitiers

Face au vaste panorama offert par les bibliothèques et les médiathèques, de nouveaux lieux de diffusion, indépendants des institutions, se créent aujourd’hui dans les grandes villes européennes. C’est le cas par exemple des fanzinothèques, où l’on retrouve surtout des publications de la micro-édition et des fanzines, les grands exclus des circuits de diffusion traditionnels en Europe (contrairement aux États-Unis où l’on peut les trouver dans certaines bibliothèques). Pour les non-initiés, il vaut mieux expliquer dans un premier temps ce qu’est un fanzine (mot-valise anglais qui dérive de fanatic magazine).

Ce type de revue est imprimé artisanalement par des amateurs et produit sans finalité lucrative. À l’inverse d’un magazine, qui est par définition une publication périodique et régulière sur une période plus ou moins longue, les fanzines ont généralement une durée de vie assez courte, et leur parution reste, même pour les plus connus, assez irrégulière. Par ailleurs, si l’achat d’un magazine constitue, surtout de nos jours, une opération simple qui ne demande normalement aucune (ou très peu de) recherche, les fanzines ne peuvent être achetés qu’auprès de leurs producteurs ou dans des milieux très restreints, tels des salles de concert et des stands occasionnels.

En ce qui concerne le contenu des fanzines, il reste difficile à définir de manière précise. Même s’ils sont toujours ancrés dans une mouvance culturelle « underground », les fanzines traitent des thèmes les plus divers, allant de la musique à la politique. Un cas à part reste celui des fanzines de bande dessinée, diffusés d’abord aux États-Unis, puis plus tard en France où un autre genre, plus proche du graphisme, s’impose : le « graph-zine ».

Les premières créations qui s’apparentent au fanzine sont recensées au XIXe siècle, dans des cercles littéraires américains. Toutefois, celui que l’on considère aujourd’hui comme le premier fanzine n’est publié qu’en 1930 : il s’agit de The Comet, né au sein du Science Correspondance Club (Chicago), qui traite de la science-fiction au même titre que les autres publications du journal. On l’appelle alors fanmag ou letterzine – le terme fanzine n’apparaît que dans les années 1940. Les fanmags restent, jusqu’aux années 1950, peu diffusés au vu de la difficulté à les produire. Par la suite, le développement des techniques d’impression facilite leur création et permet, par conséquent, une diffusion plus importante des fanzines, y compris hors des cercles littéraires mais aussi des États-Unis. Ainsi, dans les années 1960, on retrouve le premier fanzine de rock aux États-Unis, Crawdaddy ! (qui deviendra ensuite un magazine musical).

En France, la publication de fanzines est étroitement liée aux mouvements révolutionnaires de Mai 68. Ils proposent des textes assez militants et très imprégnés de l’esprit d’engagement politique de l’époque. À partir de ce moment-là, ils se diffusent aussi dans les milieux artistiques et deviennent de plus en plus importants, de telle manière que chaque année, depuis 1981, un fanzine se voit décerner un prix spécifique dans le cadre du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Durant les années 1980, la scène musicale alternative, incarnée par le punk et la musique garage, s’empare aussi de ce moyen de diffusion et en fait son porte-parole.

Au cours des deux dernières décennies, Internet a évidemment simplifié la publication des fanzines, en remettant au goût du jour ce genre qui avait connu un certain déclin au début des années 1990. Cependant, la circulation des fanzines reste, encore aujourd’hui, rattachée aux milieux qui les produisent. Repérer ce type de publication s’avère parfois compliqué, surtout pour ceux qui ne sont pas des habitués des salles de concerts qui les diffusent et des associations qui les fabriquent.

Les fanzines étant exclus du circuit de diffusion officiel des bibliothèques, des médiathèques et des librairies françaises, leur survie se trouve par conséquent menacée. L’absence des fanzines de la plupart des rayons des bibliothèques implique qu’ils sont rarement répertoriés dans les catalogues, et rend leur accès très difficile à un plus large public qui ne connaîtrait pas ce type de publication. D’autre part, les fanzines sont les portes-parole de formes culturelles alternatives, et leur existence est fondamentale pour la transmission de ces dernières.

Pour pallier ce manque de diffusion, conservateurs et documentalistes travaillent, depuis 1989, à La Fanzinothèque de Poitiers qui dispose d’un fonds de 50 000 documents, fruit de donations qui ont lieu depuis les années 1960. Créée par le Conseil communal des jeunes de Poitiers avec le statut d’association loi 1901, elle est devenue un centre unique au monde grâce à l’assiduité du travail de son équipe, composée de salariés, de bénévoles et de stagiaires. D’ailleurs, elle constitue désormais un lieu de référence pour les amateurs du genre. Cette structure associative, située à l’intérieur du centre culturel Confort Moderne, fonctionne comme une véritable bibliothèque, offrant des services de prêt et de consultation sur place. La Fanzinothèque a été créée, selon le site officiel du centre, d’après la conviction selon laquelle « fanzines, micro-édition et petite presse – créations contemporaines, alternatives, contre-culturelles, marginales et émergentes – constituent un patrimoine commun et vivant qu’il est important de conserver et de transmettre en tant que témoin d’une histoire culturelle parallèle et en tant que modes d’expression et de diffusion alternatifs ».
Toutefois, l’activité de La Fanzinothèque, tout comme les médiathèques les plus modernes et dynamiques, ne se limite pas à l’offre documentaire et au prêt ; l’établissement propose un programme riche en événements culturels : concerts, projections, conférences, débats, ateliers, expositions, résidences d’artistes et bien d’autres manifestations sont organisés par son équipe. On ne peut pas oublier de mentionner son atelier de sérigraphie qui s’adresse à tous les publics, des enfants jusqu’aux détenus, et ses formations professionnelles qui accueillent, depuis 2008, bon nombre de passionnés. De plus, la structure se fait aussi remarquer pour ses partenariats et pour les activités qu’elle met en place à l’étranger, avec l’organisation d’ateliers dans d’autres pays et l’accueil de volontaires européens.

Les Apéro’Zines complètent l’offre de ce lieu bouillonnant de créativité. Ce type de rencontre se caractérise par l’organisation régulière d’ateliers ouverts à tous, pendant lesquels les participants créent leur propre fanzine de A à Z, qu’ils peuvent imprimer et garder pour eux. Les Apéro’Zines, organisés avant les concerts ou d’autres événements, constituent un important moment de découverte et d’ouverture vers de nouveaux publics.

Comme on l’a vu, La Fanzinothèque, qui a fêté en avril dernier ses 25 ans, est aussi un important acteur de la vie culturelle de Poitiers. D’ailleurs, à l’occasion de cet anniversaire, « Fanzino » (surnom que donnent les habitués à La Fanzinothèque) a organisé un partenariat avec le festival romain de micro-édition Crack ! Le quart de siècle a été dignement célébré par une manifestation se déroulant sur dix jours qui a accueilli des artistes internationaux (leurs travaux étaient visibles sur place jusqu’au 27 novembre au sein de l’exposition Utopie & Micro-édition contre U.D.I.Y. [Un-Do It Yourself]).

Grâce à La Fanzinothèque et aux services qu’elle propose après adhésion à l’association, on a aujourd’hui facilement accès aux perles rares de la micro-édition. Son activité, qui bénéficie du soutien de la ville de Poitiers et de la DRAC de la région Poitou-Charentes, est reconnue à l’échelle internationale. Si, aux États-Unis, les fanzines se trouvent facilement dans certaines bibliothèques publiques et universitaires, ce n’est pas le cas en Europe, où très peu de structures existent. D’ailleurs, la richesse du fonds de la structure de Poitiers en fait le centre le plus important d’Europe. Consciente de la valeur du patrimoine qu’elle conserve, l’équipe de La Fanzinothèque se questionne sur les moyens de mener à bien sa mission, comme la mise en place de partenariats avec des structures qui partagent ses objectifs, dans le but de protéger la richesse culturelle des fanzines et de leur donner plus de visibilité. Dans cette optique, la structure a organisé en 2009 la première Rencontre internationale de fanzinothèques, à laquelle ont participé des centres de documentation non seulement européens mais aussi américains.

La rentrée 2015 a marqué un important changement pour La Fanzinothèque : depuis le mois de septembre, la direction de la structure a été confiée à Virginie Lyobard. À l’image de sa prédécesseure, Cécile Guillemet, qui s’était concentrée sur l’offre documentaire et la conservation des fanzines, la nouvelle directrice souhaite élargir le rayonnement du centre. Par ailleurs, les nouveaux projets pourront être orientés vers des techniques d’impression autres que la sérigraphie.

Il est aussi important de souligner que la richesse de La Fanzinothèque pourra s’apprécier dans d’autres villes françaises grâce au Fanzinobus mis en place par Virginie Lyobard – qui fonctionne de la même manière qu’un bibliobus. De plus, pour les habitants du sud de la France qui ont envie de découvrir de plus près l’activité de La Fanzinothèque, son équipe sera présente au prochain Salon de la micro-édition Vendetta, qui aura lieu à la Friche de la Belle de Mai du 11 au 13 décembre. Dans le cadre de ce festival, « Fanzino » travaillera en partenariat avec la maison d’édition Le Dernier cri pour l’exposition Printnoiz !

Pour aller plus loin :

Quelques exemples d’autres structures qui promeuvent le fanzine, en Europe et aux États-Unis :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *