L’Index Translationum : quand Hercule Poirot traverse les frontières

Image des adaptations étrangères d'Agatha Christie par François Rivière et Jean-François Miniac alias Solidor, cliché Miniac.

Les adaptations étrangères d’Agatha Christie par François Rivière et Jean-François Miniac alias Solidor, cliché Miniac.

Un vaste panel de questions trouve ses réponses dans la consultation de l’Index Translationum : quels sont les auteurs les plus traduits dans le monde ? Le tibétain est-il une langue très traduite ? Les œuvres en langue cachemire sont-elles traduites en malgache ? Quels sont les titres ou les langues les plus traduits dans un pays donné ?

Base de données bibliographiques des ouvrages traduits dans le monde entier, l’Index Translationum constitue effectivement une source de réponse à ces questionnements. Ainsi, l’Index nous dévoile-t-il qu’Hercule Poirot, le héros bien connu des lecteurs d’Agatha Christie, a fait le tour du monde. La romancière, en effet, se retrouve en tête du classement des auteurs les plus traduits, avec à sa suite Jules Verne et William Shakespeare1. Voici un historique de cet Index, une critique de ses fonctionnalités ainsi qu’une analyse de ce qu’il est susceptible d’apporter aux acteurs du monde du livre.

Les données

L’Index Translationum est une base de données bibliographiques unique au monde. En sont exclus les périodiques, les articles de presse, les brevets et les brochures. Il compte deux millions de références bibliographiques, c’est-à-dire de titres d’ouvrages traduits et produits dans de nombreux pays, et cela dans  11 000 langues d’origines différentes.

Les données bibliographiques stockées dans l’Index sont le nom de l’auteur, le titre (original et/ou traduit), le nom du traducteur, l’éditeur, la langue d’origine, la langue de traduction, le pays de production et la date de publication. Alors que nous connaissons l’importance de l’usage d’identifiants bibliographiques uniques, il n’est pas indifférent de noter que l’Index n’affiche pas systématiquement l’ISBN dans ses résultats.

Histoire de l’Index Translationum

Créé en 1932 par la Société des Nations2, il permet dès l’origine de centraliser et d’enregistrer systématiquement les traductions établies dans le monde. À cette époque, l’Index paraît sous la forme d’un bulletin trimestriel imprimé, qui ne concerne que six pays : la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne. En 1940, alors qu’il regroupe les publications de quatorze pays, l’Index Translationum cesse de paraître à cause de la Seconde Guerre mondiale et n’est pas publié ni mis à jour pendant huit ans. À la fin de la guerre, suite à la création de l’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture), l’institution décide de reprendre la publication papier de l’Index, et « inaugure sur la scène internationale ce qu’on appellerait aujourd’hui une « politique mondiale du livre »3 ».

Si l’Unesco a fait le choix de reprendre l’Index Translationum, c’est parce qu’il lui reconnaît une grande importance dans le suivi et le développement du livre. En effet, l’organisation considère ce dernier comme un facteur d’émancipation et un instrument de liberté, mais aussi comme un moteur participant à l’éducation des populations du monde entier. C’est également un facteur essentiel pour l’alphabétisation du plus grand nombre, perçue comme un marqueur important du développement économique et social d’un pays. La traduction, quant à elle, permet une meilleure circulation des savoirs et une reconnaissance des cultures entre elles. Elle rend possible le rassemblement des peuples grâce au partage de ces cultures. Toutes ces propriétés du livre entrent en résonance avec les objectifs et les valeurs de l’Unesco :

Étroitement associé dans l’esprit occidental à la notion de « civilisation », le livre apparaît comme un instrument de liberté, véhiculant les connaissances, les pensées, les idées, les symboles et les rêves élaborés par l’humanité. Réputés créer des ponts entre les sociétés humaines, les livres constituent selon Jaime Torres-Bodet, directeur général de l’Unesco de 1948 à 1952,  un moyen efficace pour établir les défenses de la paix en créant un climat intellectuel d’amitié et de compréhension internationale4.

Selon l’expression de l’ancien directeur général Jaime Torres-Bodet, l’Unesco proclame sa volonté de rassembler « les grandes œuvres représentatives du génie des différents peuples5 », et cela sans hiérarchie relative à leur qualité présumée, afin de définir un patrimoine incarnant des idéaux et des valeurs universels et de faire naître chez les différents peuples le sentiment de partager un héritage commun.

La reprise de l’Index Translationum par l’Unesco prendra trois ans. En 1948, l’Index compte 8 500 traductions issues de vingt-six pays producteurs. Publié en 1992, le volume n° 39 est le dernier imprimé, il mentionne cinquante-six pays producteurs et compte 60 000 traductions référencées. À partir de 1979, l’Index Translationum est informatisé et paraît en CD-ROM. Il recense alors des ouvrages produits dans 5 000 langues différentes. Les notices antérieures à cette date peuvent toujours être consultées dans leur version imprimée, disponible auprès de la Bibliothèque de l’Unesco, à Paris.

Cette base de données est élaborée grâce à une coopération internationale continue, rendue possible par l’Unesco. Chaque année, les bibliothèques nationales de chaque État membre de l’organisation – ainsi que certains libraires, documentalistes, éditeurs ou chercheurs – établissent une liste des ouvrages traduits dans leur pays au cours de l’année écoulée. Ces bibliothèques alimentent cette base de données en faisant parvenir leur liste de références bibliographiques au Secrétariat de l’Unesco6.

Notons que l’Index veille également à conserver les traces laissées par l’Histoire : par exemple, la présence de l’URSS est maintenue dans la liste des pays, en parallèle avec la Russie.

Les outils de recherche de l’Index Translationum

Cet Index est librement accessible en ligne. L’interface de l’Index Translationum et ses textes de présentation sont disponibles en trois langues : le français, l’anglais et l’espagnol.

Lors d’une recherche dans l’Index Translationum, l’utilisateur a accès à une liste de critères de recherche. Les fonctionnalités de recherche de l’Index Translationum s’arrêtent à ce formulaire, et ne permettent pas par exemple de « rebondir » sur une donnée apparaissant dans les résultats d’une recherche, en la relançant de manière dynamique.

Afin de tester l’Index, nous avons inscrit trois critères de recherche : « Tolstoï » dans le champ « nom d’auteur », « Enfance » dans le champ « titre traduit », « Français » en tant que langue de traduction. Le résultat suivant apparaît :

1/2 Tolstoj, Lev Nikolaevič : Enfance et adolescence : (version abrégée) [Français] / Galpérine-Kaminski, Ilia / Paris : Hachette jeunesse [France], 1999. 383 p. ill. [Russe]
2/2 Tolstoj, Lev Nikolaevič : Enfance [Français] (ISBN: 2-290-33971-7) / Gal’perin-Kaminskij, Il’ja / Paris : Librio [France], 2004. 123 p., couv. ill. en coul. [Russe]

Les résultats sont présentés dans un ordre chronologique, classement qui n’est pas exempt d’erreurs selon les recherches7. L’organisation des informations bibliographiques suit un modèle standardisé proche de la norme ISO 6908 : noms et prénoms de l’auteur, titre, langue d’origine, noms et prénoms du traducteur, situation géographique de l’éditeur, éditeur, année de publication, nombre de pages et langue de traduction. L’Index utilise un code couleur permettant une prise d’information rapide en ciblant visuellement les champs d’information voulus.

Un examen des résultats révèle en outre que l’Index se base sur un référentiel de noms d’auteur qui lui permet de reconnaître et d’afficher la forme normalisée « Tolstoj » lors d’une recherche lancée avec le nom « Tolstoï », forme utilisée en France. En revanche, il n’existe pas de forme de référence pour les noms de traducteurs – « Galpérien-Kaminski » peut aussi apparaître sous la forme « Gal’perin-Kaminsnskij ». Nous pouvons également imaginer les problèmes causés par l’absence d’un référentiel d’œuvre, étant donné la possible diversité des graphies d’un même titre.

Un certain nombre des ouvrages référencés par l’Index sont susceptibles d’être libres de droit, donc d’être potentiellement en libre consultation sur internet. Cependant, des liens vers les textes en ligne, parfois hébergés par les sites de bibliothèques, sont absents de l’Index.

Bien que très bien référencé dans les principaux moteurs de recherche, l’Index Translationum est marqué par un certain isolement : il manque d’insertion dans l’environnement des bases de données liées et constitue un réservoir clos. La continuation de l’Index passera nécessairement par son développement technique et son décloisonnement.

Les différents usages de l’Index Translationum

Cet Index ne sert pas seulement à évaluer et à favoriser les échanges culturels d’un pays à un autre, il est également une source d’information pour les chercheurs en littérature ou pour les acteurs du monde du livre. Voici un tour d’horizon des questions auxquelles l’Index peut répondre et une présentation des études réalisées à partir des données qu’il propose.

L’Index est l’occasion d’observer et de confirmer certains grands traits du marché de la traduction. Pour cela, il fournit une liste de statistiques9 dont :

  • un classement des éditeurs qui proposent le plus de traductions dans un pays donné10 ;
  • un classement des cinquante auteurs les plus traduits dans le monde ;
  • un classement des dix langues les plus traduites dans un pays donné.

Les langues les plus traduites sont, dans l’ordre : l’anglais, le français, l’allemand, le russe, l’italien et l’espagnol. Le russe, langue d’écriture du Prix Nobel de littérature 2015, pointe donc à la quatrième place des langues les plus traduites. Pourtant, seulement 5,36 % des Prix Nobel de littérature ont pour langue d’origine le russe11, derrière le suédois et l’italien. Par ailleurs, conséquence de l’ancienneté de son référentiel des pays, rien dans les données de l’Index ne permet de connaître la part des auteurs biélorusses12, nationalité de Svetlana Alexievitch.

Agatha Christie arrive quant à elle en tête du classement des cinquante auteurs les plus traduits avec les aventures d’Hercule Poirot, qui ne sont pourtant pas considérées comme des « classiques ». Une courte enquête permet d’expliquer cette place par l’appartenance de l’œuvre de la romancière au genre policier, qui fédère généralement un vaste public.

Par ailleurs, deux logiques de traduction apparaissent à la consultation de l’Index : celle du classique et celle du best-seller. La France, possédant un nombre important de classiques en langue originale (Alexandre Dumas, Victor Hugo, etc.), est un pays traducteur tourné vers les best-sellers. Nous observons également que les pays qui produisent leur propre littérature classique (comme la France13) importent peu de littérature classique étrangère14. À l’inverse, en Grèce par exemple15, les éditeurs importent beaucoup de classiques étrangers, le marché de la littérature classique y étant assez réduit –  on retrouve parmi ces classiques les œuvres de Jules Verne et de William Shakespeare, qui occupent respectivement la première et la troisième place dans le classement des auteurs les plus traduits dans la langue grecque.

Recherche sur le parcours éditorial d’une œuvre

L’Index est également une source pour l’étude des traductions des titres des œuvres. Nous connaissons l’importance du paratexte dans la vie et la réception des livres. Théorisé par Gérard Genette, le paratexte renvoie à l’ensemble des éléments de renfort et d’accompagnement qui entourent et prolongent le texte pour le présenter sous la forme d’un livre16. Le paratexte « consiste à la fois à informer et convaincre, asserter et argumenter17 », il est à considérer comme un élément influençant le lecteur dans sa réception du texte.

Les pratiques éditoriales « participent à l’identité de l’œuvre littéraire18 ». Les marques de l’énonciation éditoriale, telles que le choix du titre, révèlent « les logiques de fabrication [et] les logiques de monstration19 » de l’éditeur. Le titre a pour fonction première et obligatoire d’identifier l’ouvrage et pour fonctions facultatives et supplémentaires de désigner son contenu et de le mettre en valeur20. De même, un titre traduit hérite du rôle de premier contact avec l’œuvre, et l’étude des différentes versions d’un titre apporte nécessairement à la compréhension de la réception d’une œuvre à travers le monde.

Questions auxquelles l’Index peut répondre

D’une part, les éditeurs peuvent interpréter les données fournies par l’Index comme des indicateurs de manques dans l’offre éditoriale. Par exemple, il permet d’observer une langue peu ou pas traduite dans un pays donné et de détecter, d’autre part, des situations de « monopole » où un seul traducteur serait traducteur d’une langue dans un pays. Nous pouvons imaginer que ces données aident les éditeurs dans leurs choix de publication.

Actualité de l’Index Translationum

Enrichi de 1947 à nos jours par des libraires, des éditeurs et des bibliothécaires, l’Index est une véritable démonstration des potentialités de la coopération entre les différents acteurs du livre pour la constitution de bases de connaissances.

L’auteure de l’article « Links that speak only some languages », paru dans la revue PNAS en Avril 2015, constate cependant que certains pays n’ont pas mis à jour leurs références bibliographiques depuis plus de vingt ans. Ainsi, en l’absence de données provenant du Liban – qui ne propose plus de mises à jour depuis 1997 –, la bibliographie des traductions en langue arabe est incomplète. Il en va de même pour les traductions en mandarin, incomplètes faute de données délivrées par Singapour depuis 1988.

Depuis 2010, le financement étant insuffisant, l’Unesco a mis en attente le travail de mise à jour de l’Index Translationum. Ainsi, les données les plus récentes datent de 2010. Aujourd’hui, il n’est plus alimenté.

Bien que l’Index sommeille depuis 2010, l’Unesco a fêté ses 80 ans le 23 avril 201221. Signe de sa vitalité, malgré cet état de veille, des études récentes s’appuient encore sur celui-ci, toujours considéré comme la source la plus complète en ce qui concerne les livres traduits22.

Pour aller plus loin

1 Classement des cinquante auteurs les plus traduits selon l’Index Translationum.
2 La Société des Nations est une organisation internationale introduite par le traité de Versailles en 1919 et créée afin de préserver la paix en Europe à la fin de la Première Guerre mondiale.
3 GITON, Céline, Quel impact pour la politique du livre de l’Unesco ? Points de vue de Céline Giton, UNESCO, novembre 2015.
4 Ibid.
5 Ibid.
6 Liste des partenaires de l’Index Translationum (en anglais).
7 Exemple d’erreur dans le classement chronologique de la recherche bibliographique sur l’Index Translationum : Tolstoï, Anna Karénine.
8 La norme ISO 690 est une norme internationale ; elle donne des principes directeurs pour la rédaction de références bibliographiques et de citations. Elle s’applique à tout type de ressource ayant fait l’objet d’une publication, y compris sous forme électronique.
9 Formulaire de recherche des statistiques de l’Index Translationum.
10 Classement des éditeurs français qui traduisent le plus selon l’Index Translationum.
11 Les statistiques de répartition des Prix Nobel de littérature selon leur langue d’écriture.
12 La Biélorussie existe depuis 1991.
13 Classement des dix auteurs les plus traduits en France selon l’Index Translationum.
14 DAMASCO, Marie-Charlotte, « La littérature traduite en France, état des lieux », Carnet de recherche Monde du livre, décembre 2015.
15 Classement des dix auteurs les plus traduits en Grèce selon l’Index Translationum.
16 GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Le Seuil, 1987, p. 7.
17 LANE, Philippe, La Périphérie du texte, Paris, Nathan Université, coll. « Fac. Linguistique », 1992, p. 17.
18 SOUCHIER, Emmanuël, « Formes et pouvoir de l’énonciation éditoriale », Communication et langages, n° 154, 2007, p. 23-28.
19 DESPRÉS-LONNET, Marie et COTTE, Dominique, « Nouvelles formes éditoriales en ligne », Communication et langages, n°154, 2007, p. 111-112.
20 GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Le Seuil, 1987, p. 78-79.
21 Programme de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur de l’Unesco, le 23 avril 2012.
22 En guise d’exemple, l’étude d’Ann J. Biersteker, « Links that speak only some languages », op. cit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *