Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse : observations sur les OPAC 2.0.

Logo de Babelthèque.

Babelthèque clôturera, d'ici quelques semaines, sa troisième année de présence sur le catalogue de la bibliothèque municipale de Toulouse. Développé par le réseau social Babelio, à la demande des bibliothécaires (notamment du groupe Bibliothèques hybrides de l'ABF), le service permet aux catalogues de bibliothèques de bénéficier d'enrichissements et d'outils de participation issus de Babelio. Critiques, citations, tags et notes des utilisateurs, algorithme de recommandation et, depuis peu, extraits de critiques presse et vidéos pour chaque notice. Toulouse en a été la bibliothèque pilote, et a participé à son élaboration par l'intermédiaire de Pascal Krajewski, son responsable informatique. Il en assure également un retour critique grâce à son blog. La distance qui nous sépare de cette élaboration et de sa mise en place permet, aujourd'hui, d'en tirer quelques observations sur ce que l'on appelle couramment les OPAC 2.0 : ces catalogues de bibliothèques intégrant des fonctions sociales.

 

Un outil d'enrichissement plutôt que de participation.

La première observation qui ressort de l'installation de Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse est que son intérêt réside dans l'enrichissement du catalogue plutôt que dans les fonctions sociales proposées aux usagers. Comme le souligne Pascal Krajewski, responsable informatique à la bibliothèque, ces dernières fonctions sont peu plébiscitées par les usagers : 114 critiques ont été ajoutées par ces derniers au catalogue de la bibliothèque en 2011. Une constatation que fait également Guillaume Teisseire, fondateur de Babelio, que nous avons interrogé sur la question : « Que les outils de contribution soient proposés par Babelthèque ou natifs dans les catalogues, c’est un fait que les usagers les utilisent peu. L’OPAC est par nature un lieu de consultation, et marginalement un lieu de contribution. En ce sens Babelthèque est principalement un service d’enrichissement des notices avec les contenus issus de la communauté de Babelio (critiques, mais aussi citations, mots clés thématiques, suggestions de lectures, critiques presse et vidéos d’auteur), plutôt qu’un service de mutualisation des critiques d’usagers. Il est important de proposer des outils de contribution au sein du catalogue, mais ces contributions restent marginales dans l’enrichissement des notices. »

 

La participation dans les OPAC condamnée à être marginale ?

Il est d'abord à noter que l'OPAC reste, dans la majeure partie des recherches d'usagers, un chemin d'accès vers des documents. Cette recherche, en terme d'expérience utilisateur, peut-être rendue plus riche en favorisant la sérendipité et en multipliant les pistes grâce à des outils de prescription et de recommandation, mais elle n'amène pas les usagers à stagner ou à utiliser l'OPAC comme un réseau social. A l'inverse de l'OPAC, le réseau social pousse effectivement l'information vers l'utilisateur dans un flux ininterrompu, favorisant sa stagnation et sollicitant son interaction, là où l'OPAC reste un stock d'information dans lequel l'utilisateur engage un parcours. Son utilité première n'est donc pas sociale, et si les enrichissements produits par les usagers peuvent, a priori, être utiles à d'autres usagers dans ce parcours, le rôle premier de l'OPAC ne les encourage pas à participer.

On peut ensuite signaler que, pour toute ressource en ligne, on observe de façon empirique un taux très faible de participation parmi la masse des utilisateurs qui la consulte. Ce phénomène est appelé règle du 1%, règle qui avance que moins de 1% des utilisateurs d'un site internet y contribuent de manière proactive. Bien entendu, le chiffre de 1% est donné comme ordre de grandeur symbolique, et la règle trouve des applications et des résultats différents suivant le type de site ou de communauté mais elle reflète une tendance, sur internet, à la constitution d'une majorité passive et d'une faible minorité active.

Un site doit donc drainer un nombre important de visiteurs pour s'assurer une participation satisfaisante, et l'un des problèmes que peut poser l'OPAC d'une bibliothèque municipale est le fossé entre le nombre de notices qu'il comporte et les utilisateurs qu'il vise, délimités à un territoire ou à un lien avec la bibliothèque (inscription). D'où un faible taux de recouvrement des notices par des données sociales, pour les bibliothèques qui ne vont pas chercher ces données ailleurs.

Enfin, le manque de mise en valeur de ces contributions ne les rend que plus invisibles. Lionel Dujol, dans un billet intitulé « Les catalogues 2.0 ou le mythe de l'usager participatif ? » pointe une des faiblesses des OPAC actuels, qui ne proposent que rarement un affichage des commentaires utilisateurs sur la page d'accueil des bibliothèques, pour citer cet exemple.

 

Faut-il aller chercher les contenus ailleurs ?

Pour toutes ces raisons, le recours à l'offre de contenus d'un réseau social de lecture se révèle beaucoup plus intéressant que la simple mise en œuvre d'outils de contribution à destination des usagers, ne serait ce que pour pallier à la carence de contenus produits par ces derniers à l'aide de ces outils. Au milieu de la masse de critiques importées, leurs contributions restent tout de même identifiables, pour ce qui est de la bibliothèque de Toulouse, grâce à un petit logo. On peut postuler également que, par effet de réseau, la présence de commentaires nombreux sous chaque notice stimule la participation des usagers.

Cette offre, en matière de recommandation de pair à pair et de prescription, permet ensuite d'être plus proche d'autres « catalogues » que les usagers ont l'habitude de consulter, tels que, par exemple, Allociné ou les librairies en ligne. En sus de contenus sociaux, Babelthèque propose depuis peu (2011) un service d'agrégation de critiques issues des grands titres de la presse généraliste et littéraire, sous forme d'extraits, auxquels s'ajoutent des contenus vidéos, service proche de ce que l'on peut, justement, observer sur Allociné.

Babelthèque propose enfin un outil de recommandation, qui utilise l'algorithme de recommandation de Babelio, tout en s'adaptant à la disponibilité des ouvrages recommandés dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse. D'autres bibliothèques, utilisant un catalogue enrichi, ont choisi au contraire de créer leur propre algorithme et d'utiliser les données issues de leur historique de prêts. C'est le cas de la bibliothèque de Saint-Herblain, qui propose un emplacement « les lecteurs qui ont emprunté ce document ont également emprunté... » dans les notices de son catalogue.

Recourir à une offre extérieure, pour l'élaboration de l'algorithme et les données que ce dernier exploitera, présente des avantages : la masse des informations collectées est plus grande, rendant les recommandations plus efficaces. Mais cela peut se faire au détriment d'une liberté de paramétrage, qui échappe alors à la bibliothèque, interrogation que Alexandre Lemaire expose en conclusion de son article sur les outils de recommandation. Les résultats peuvent, en outre, apparaître moins personnalisés aux lecteurs de la bibliothèque.

Exemple de notice enrichie avec l'offre Babelthèque dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse (capture d'écran).

Une navigation plus souple

L'OPAC 2.0 permet, nous l'avons dit, de proposer une navigation plus proche des habitudes des internautes, en proposant des suggestions pertinentes et en favorisant la sérendipité, qui est la faculté, au cours d'une recherche, de découvrir des éléments inattendus grâce au hasard et à l'intelligence. La suggestion d’œuvres de fictions souffre, par exemple, avec les indexations du type Rameau et Dewey, d'un manque de termes et de précision pour catégoriser les œuvres littéraires, chose que relève Alexandre Lemaire dans son article en donnant l'exemple des « romans noirs, les thrillers et les enquêtes policières [...] fourrés dans le « policier » alors que la dystopie, le space opera, l’uchronie et –pire ! – même la fantasy aboutissent  dans le grand sac « science-fiction ». » On pourrait faire la même observation à propos du manga, dont la division en types (shojo, shonen, seinen... etc) est inexistante dans la base RAMEAU, alors que son public est demandeur de recommandations en fonction de cette typologie (de nombreux sites occupent ainsi ce créneau de la recommandation de mangas grâce, par exemple, à des tests). L'indexation en termes naturels permet de combler ce vide en arrivant à une catégorisation plus fine des genres de la littérature populaire, ou à des informations que le catalogueur, qui ne lit pas tous les documents qui lui passent entre les mains, ne peut pas relever.

Cette indexation doit, bien évidemment, être accompagnée d'un système de modération et de structuration appliqué par le bibliothécaire ou le prestataire, permettant par exemple de fusionner deux tags équivalents, au delà de la modération naturelle que constitue une mise en valeur des tags proportionnelle à leur nombre d'utilisations sur une notice.

 

L'OPAC 2.0 favorise, enfin, la sérendipité, là où un OPAC dans ses fonctions les plus basiques va rarement, pour les œuvres de fiction, au delà de la recherche d'un titre ou d'un auteur précis et permet moins de connexions entre les notices. Les connexions, dans un catalogue qui intègre des fonctions sociales sont, effectivement, plus nombreuses puisqu'elles ne reposent pas uniquement sur un système d'indexation appliqué par un bibliothécaire, mais surtout dynamiques : les recommandations évoluent et s'affinent en permanence, car elles reposent sur des données (statistiques de prêts, bibliothèques des lecteurs pour Babelio...etc) qui sont, elles-mêmes, mouvantes.

Nous remercions Guillaume Teisseire et Pascal Krajewski pour avoir répondu à nos questions.

 

Pour aller plus loin :

- Risu, « Imaginez que vous êtes un OPAC... », Bibliolab / ABF, 4 septembre 2011, <http://bibliolab.fr/cms/content/imaginez-que-vous-%C3%AAtes-un-opac>. Un test qui, au delà de son caractère humoristique, donne une bonne typologie des différentes visions de l'OPAC par les bibliothécaires.

- Denis-Quentin Bruet, « La place aux libraires #3 : tous libraires avec Babelio ? », Silicon Maniacs, 17 mai 2011, <http://www.siliconmaniacs.org/la-parole-aux-libraires-3-tous-libraires-avec-babelio/>. Interview de l'un des fondateurs de Babelio.

- Alexandre Lemaire, « Madame Machine, pouvez-vous me conseiller un bon livre ? : les nouveaux outils de recommandation de lecture », Bibliolab / ABF, 27 juin 2011. < http://bibliolab.fr/cms/content/les-nouveaux-outils-web-de-recommandation >.

- Le blog de Pascal Krajewski, responsable informatique à la bibliothèque de Toulouse : http://bibliotheque20.wordpress.com/.



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

11 réflexions sur “ Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse : observations sur les OPAC 2.0. ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">