Quelle place pour le prix littéraire en France?

Les Prépondérants, Hédi Kaddour, éd. Gallimard.

Les Prépondérants, Hédi Kaddour, éd. Gallimard.

Si vous allez en librairie en ce moment vous remarquerez sûrement, sur les tables de présentation, des livres dont les couvertures sont parées d’un bandeau rouge sur lequel est écrit « Prix 2015 ». En France, l’automne est une saison marquée par l’annonce des lauréats des six grands prix littéraires que sont le Grand prix du roman de l’Académie française, le Goncourt, le Femina, le Renaudot, le Médicis et l’Interallié. Cette période de l’année structure le paysage éditorial, et l’engouement pour les prix littéraires en France est une spécificité que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, contribuant ainsi à l’image de notre pays en tant que nation littéraire.

Le prix littéraire, une tradition française entre qualité et rivalités

Jusqu’au début du XXe siècle, c’est l’Académie française qui détenait le pouvoir de la consécration littéraire. Toutefois, l’institution rejetait le roman en ne voyant pas en lui un genre littéraire de qualité, comme en attestent les refus répétés d’Honoré de Balzac ou d’Émile Zola à l’Académie. C’est donc dans le but de promouvoir et de défendre cette littérature qu’est né le prix Goncourt en 1903, et la création de ce prix n’est que la première d’une longue liste : dès 1904 est né le prix Femina, dont le jury est exclusivement composé de femmes pour dénoncer la misogynie du prix Goncourt. Il est suivi en 1915 du Grand prix du roman de l’Académie française, ou encore du prix Renaudot en 1926, fondé pour montrer le désaccord de ses jurés envers les lauréats du Goncourt – des auteurs comme Céline, Aragon ou encore Perec ont décroché le prix Renaudot mais n’ont jamais eu le Goncourt. Les premiers prix littéraires ont donc plus de cent ans, et ils ont été créés avec la volonté d’encourager une nouvelle littérature de qualité. Si, au début, la valeur de ces prix n’était que symbolique, ils ont fini par avoir un intérêt économique qui n’a fait qu’accroître les rivalités entre les différents jurys.

La cache, Christophe Boltanski, éd. Stock

La Cache, Christophe Boltanski, éd. Stock

La reconnaissance d’un prix littéraire se manifeste par l’adhésion du public au titre primé, et donc par le nombre de livres dudit titre vendus. Cet élément a fini par influencer les décisions finales des jurés : alors qu’avant ils décernaient leur prix pour féliciter la qualité d’un ouvrage, les prix sont désormais attribués à des livres qui ont déjà un certain succès en librairie. Ainsi, en 2007, le jury du Renaudot a décerné son prix à Daniel Pennac pour Chagrin d’école, alors que l’ouvrage s’était déjà vendu à 300 000 exemplaires et que l’auteur ne figurait pas dans la sélection finale du prix. De même, en 2010, le Goncourt a été remis à Michel Houellebecq pour son roman La Carte et le Territoire alors que l’écrivain était déjà connu du grand public et que 200 000 exemplaires de son titre s’étaient écoulés en librairie.

En conséquence, beaucoup reprochent à ces prix littéraires de toujours récompenser les mêmes maisons d’édition et de ne pas mettre en avant de nouveaux auteurs ou de petits éditeurs. Pour preuve, les maisons Gallimard, Grasset, Le Seuil et Albin Michel ont gagné à elles seules les deux tiers de l’ensemble des six grands prix littéraires qui ont été décernés depuis leur création. Ce sont aussi ces maisons qui éditent les trois quarts des jurés, ce qui alimente depuis plusieurs années des soupçons de corruption au sein des jurys. Les prix littéraires renvoient donc cette image d’un milieu littéraire parisien très fermé et éloigné du grand public, et ce sentiment de distance est aussi constaté par les libraires qui remarquent que leurs clients « jugent les prix trop pointus et intellectuels ».

Quand la littérature se rapproche de la culture de masse : l’émergence des prix littéraires alternatifs

L’aspect marchand qu’ont acquis les prix littéraires au fil du temps leur a conféré une valeur plus médiatique. Aujourd’hui, ce sont plus de 1 500 prix littéraires qui existent en France, dont 98 % passent inaperçu. Ces prix, considérés comme populaires, sont apparus comme une contestation envers les prix littéraires traditionnels, avec l’objectif de proposer une alternative plus démocratique et moins élitiste au grand public. Une grande partie de ces prix sont apparus avec le développement de la culture de masse et les nouveaux médias, afin d’être plus proche du grand lectorat.

D'après une histoire vraie, Delphine de Vigan, éd. JC Lattès

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan, éd. JC Lattès

Certains de ces prix ont pour but de faire découvrir autre chose que les grands noms primés par les prix littéraires traditionnels. C’est le cas du Prix des Libraires, créé en 1955, qui réunit toute la profession pour décerner son prix à un auteur qui n’a pas encore obtenu de prix littéraire important. On retrouve aussi le Prix Wepler qui prime « des écrivains qui mettent à l’épreuve la forme romanesque et défrichent la langue ». Plus récemment, et en lien avec les nouvelles pratiques éditoriales générées par Internet et le numérique, on peut nommer le Prix du livre numérique fondé par le site Youboox en 2011, dont le but est de récompenser « un livre à la conception innovante et proposant une expérience de lecture originale ». On pense également au Prix Amazon de l’auto-édition, qui a désigné son premier lauréat cette année. En cela, ces prix, qui promeuvent de nouvelles pratiques éditoriales ou des formes d’écritures marginales délaissées par les grands prix, reprennent les rôles de découverte et de médiation qu’avaient initialement les six prix littéraires traditionnels auprès du grand public.

L'Amérique des écrivains, Guillaume Binet et Pauline Guéna, éd. Robert Laffont.

L’Amérique des écrivains, Guillaume Binet et Pauline Guéna, éd. Robert Laffont.

D’autre part, une partie de ces prix populaires met aussi en avant leur aspect démocratique, grâce à un jury tournant composé uniquement de lecteurs et non pas de professionnels du livre, ce qui permet d’éviter tout favoritisme envers un éditeur ou un auteur. Le Prix Wepler fonctionne sur ce principe, tout comme le Prix des lectrices du magazine Elle dont le jury est composé de 120 lectrices. Il en est de même pour le Goncourt des lycéens qui, contrairement à ce que son nom laisse penser, a été créé par la Fnac en 1988 avec l’accord de l’académie Goncourt ; son jury est composé de 2 000 lycéens qui choisissent le livre lauréat à partir d’une sélection de titres remise par les académiciens Goncourt. Autre exemple, le Prix Audiolib, dont le jury est composé de bloggeurs qui établissent une liste de cinq titres qui seront ensuite départagés par les votes des internautes. Toutefois, certains professionnels de la littérature regrettent le fait que ces jurys élisent le livre qu’ils ont le plus aimé, et non pas le livre qui a les meilleures qualités littéraires.

Un enjeu économique pour les professionnels du livre

Titus n'aimait pas Bérénice, Nathalie Azoulai, éd. P.O.L.

Titus n’aimait pas Bérénice, Nathalie Azoulai, éd. P.O.L.

Quelles que soient les qualités pour lesquelles un livre a été primé, depuis les années 1970, les prix littéraires génèrent de véritables succès commerciaux. Depuis 2010, la semaine suivant l’annonce d’un prix marque l’augmentation des ventes du titre lauréat de 8 %, et ce sont entre 500 000 et un million de français qui achètent un livre qui a gagné l’un des grands prix. Un classement publié par le cabinet CfK permet de voir l’impact des prix littéraires sur les ventes des livres primés entre 2010 et 2014 : en moyenne, 395 000 ventes pour le Goncourt, 220 500 exemplaires pour le Grand Prix du Roman de l’Académie française, 178 000 pour le Renaudot, 97 000 pour le Femina, et environ 45 000 pour le Médicis et l’Interallié. Un élément intéressant de ce classement est la présence du Goncourt des lycéens, avec une moyenne de 334 000 exemplaires vendus, ce qui prouve que certains prix populaires peuvent rivaliser avec les grands prix littéraires traditionnels. En effet, ces prix alternatifs sont de plus en plus reconnus par le grand public, et peuvent multiplier par quatre ou cinq les ventes d’un roman.

Alors, comment expliquer un tel succès pour les titres lauréats de grands prix, alors que les lecteurs ont tendance à les juger trop élitistes ? Le prix accorde une valeur au roman, remarquable en librairie par le bandeau rouge sur sa couverture, ce qui lui donne une visibilité au milieu de la production éditoriale, particulièrement abondante durant l’automne suite à la rentrée littéraire. En outre, il faut souligner que les prix sont attribués durant les mois d’octobre et novembre, soit juste avant les fêtes de fin d’année. Ce détail à toute son importance, puisque les trois dernières semaines de l’année représentent un tiers des ventes d’un livre primé par un grand prix : ces livres vont donc être achetés non pas pour être lus mais pour être offerts, le prix littéraire agissant comme un label de qualité pour l’acquéreur qui se fie à la recommandation des jurés plutôt qu’à son instinct.

Cet élément est d’ailleurs dénoncé par les libraires, car certains estiment que les prix littéraires nient le rôle de conseil qui leur revient. D’ailleurs, ils ont plutôt tendance à défendre les petits auteurs ou les auteurs méconnus, puisqu’ils savent que les titres primés n’ont pas besoin de leur aide pour se vendre. Néanmoins, les libraires reconnaissent l’importance des grands prix pour leur économie, puisque grâce à ces ventes de masse ils peuvent se permettre de proposer des titres moins plébiscités.

Qu’en est-il pour les éditeurs ? Pour les maisons publiant un livre primé, les retombées sont extrêmement positives. Outre le prestige qu’elle en retire, la maison aura également une grande visibilité médiatique pour quelques temps. Bien évidemment, l’éditeur enregistre une importante hausse des ventes pour son titre, ce qui représente un bénéfice financier notable. Les prix littéraires sont également un élément qui incite les maisons d’édition étrangères à acheter les droits de traduction des titres primés. Toutefois, les éditeurs qui se voient attribuer un prix sont souvent les mêmes, et bien que de nouvelles maisons comme Actes Sud ou P.O.L commencent à apparaître dans le cercle fermé des éditeurs ayant gagné de grands prix littéraires, ces maisons existent depuis plusieurs années maintenant et elles ont déjà acquis une certaine importance et jouissent d’une forme de stabilité. Ces éditeurs n’ont donc pas besoin de la retombée économique et médiatique qu’engendre un prix littéraire pour survivre, contrairement à d’autres maisons d’édition. Comme le souligne Jean-Yves Mollier dans son ouvrage, il faut statistiquement quinze à vingt-cinq ans à un nouvel éditeur pour atteindre les tirages qu’exige l’obtention d’un Goncourt, une durée si longue que 90 % des maisons d’édition récemment créées ne l’atteindront jamais, les privant ainsi d’une visibilité et d’un apport financier qui aurait pu les aider à faire vivre leur activité.

En conclusion, les prix littéraires ne sont pas indispensables : les français achetaient des livres avant l’apparition des prix, et ils en achèteront toujours s’ils venaient un jour à disparaître, en dépit de l’intérêt économique important qu’ils représentent pour les libraires et les éditeurs. L’aspect commercial désormais inhérent aux prix littéraires n’est pas forcément synonyme de mauvaise qualité littéraire, mais il bénéficie toujours aux mêmes éditeurs, qui n’ont pas besoin de ces retombées économiques pour vivre. Si des prix littéraires populaires ont émergé et que la plupart ont à cœur d’encourager des petits éditeurs, des auteurs méconnus ou des formes éditoriales qui ne sont pas mis en avant par les prix traditionnels, la quasi-totalité de ces prix n’a pas une reconnaissance suffisante pour avoir un impact quelconque sur le lauréat. Et bien que les grands prix littéraires soient critiqués, ils restent une tradition dans le paysage éditorial français qui anime la vie littéraire et donne chaque année aux lecteurs un aperçu de la littérature contemporaine française, en France comme à l’étranger.

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 février 2017

    […] Si vous allez en librairie en ce moment vous remarquerez sûrement, sur les tables de présentation, des livres dont les couvertures sont parées d’un bandeau rouge sur lequel est écrit « Prix 201  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *