Fiche de lecture : Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, J.-M. Salaün et B. Habert

Couverture de "Architecture de l'information : méthodes, outils, enjeux", sous la direction de Jean-Michel Salaün et Benoît Habert

Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, sous la direction de Jean-Michel Salaün et Benoît Habert, Paris, De Boeck Supérieur, coll. « Information et stratégie », 2015.

Qu’est-ce que l’architecture de l’information ?

Depuis sa naissance dans les années 1990, le Web a connu un essor considérable, qui a notamment fait apparaître de nouveaux métiers, qui n’existaient pas auparavant. Parmi eux, nous pouvons citer les webmestres1, les édimestres2, les développeurs et programmeurs Web, ou encore, plus récemment, les architectes de l’information.
Que peut bien vouloir désigner cette expression désormais courante d’architecture de l’information ? Dans nos esprits naïfs, non initiés, le terme architecture ne semble pas correspondre au domaine de l’informatique, qui n’a rien à voir – ou presque – avec celui du bâtiment. Mais en réalité, l’architecte en bâtiment et l’architecte de l’information partagent le même but, à savoir concevoir un environnement approprié à des besoins spécifiques. En effet, « l’architecte de l’information structure les contenus et leur accès (navigation, recherche) pour qu’ils soient le mieux adaptés possible aux tâches des utilisateurs effectifs » (p. 13). L’architecte de l’information intervient en amont, à la conception d’un site web, tout comme l’architecte conçoit les plans d’une maison avant sa construction. L’architecte imagine un espace qui sera habité par les hommes et sa conception repose sur les besoins de ces derniers. L’architecture de l’information poursuit le même objectif, mais dans un environnement numérique.
Les architectes de l’information sont donc les spécialistes de l’organisation et de la repérabilité de l’information.

Histoire d’un mouvement

Nous associons généralement l’apparition de l’architecture de l’information à celle du Web.

couverture de "Information Architecture for the World Wide Web"

« Information Architecture for the World Wide Web », Peter Morville et Louis Rosenfeld, O’Reilly, publication originale en 1998.

Toutefois, les origines de cette discipline peuvent remonter aux années précédant la naissance du World Wide Web, et plus précisément à la création du Xerox PARC3 en 1970. Le premier jalon, reconnu comme tel, de l’histoire de l’architecture de l’information est Information Architecture for the World Wide Web, un ouvrage écrit par Peter Morville et Louis Rosenfeld et publié par O’Reilly en 1998.
Néanmoins, nous pouvons citer d’autres publications qui, si elles ne sont pas à l’origine de l’architecture de l’information, en sont toutefois les prémices. Parmi elles se trouvent, d’une part l’article « Beyond Graphics: the Architecture of Information » écrit par Richard Saul Wurman et Joel Katz et paru dans la revue de l’American Institute of Architects en 1975, et d’autre part l’ouvrage Information Architects (publié en 1996, soit deux ans seulement avant celui de Morville et Rosenfeld) écrit une fois encore par Wurman. Dans ce dernier, le spécialiste précise davantage sa pensée, décrivant l’architecture de l’information comme « la science de l’organisation de l’information visant à rendre l’information plus compréhensible » (p. 15).

Une définition évolutive

Jusqu’aux années 1990, l’architecture de l’information était encore associée à la conception des systèmes d’information : elle se rapportait à la conception d’infrastructures d’ordinateurs et de couches de données. Le sens que l’on connaît aujourd’hui de cette expression date d’après les années 1990, quand, avec l’apparition du Web, l’intérêt pour la conception de sites web est né. Pour Peter Morville, qui était alors doctorant en sciences de l’information et qui faisait partie de la startup Internet Argus Associates4, l’architecture était une métaphore permettant de faire comprendre à leurs clients l’importance de la structure et de l’organisation des sites web. En effet, le cœur des activités d’Argus reposait sur le conseil en matière de conception de sites web. Cette notion d’architecture de l’information, en plus des sciences de l’information5, comprend également celle d’expérience utilisateur (User Experience). Cette dernière notion fut popularisée par le professeur de psychologie cognitive Donald A. Norman à travers son ouvrage publié par Basic Books en 2002, The Design of Everyday Things.
Dans les années 2000 ensuite, avec l’apparition du Web 2.06 et l’essor des technologies mobiles, les architectes de l’information ont dû s’adapter. « L’architecture de l’information, qui était jusque-là confinée à la conception de sites web, a dû élargir son champ d’application aux systèmes multi- ou transcanaux, intégrant notamment les applications mobiles, l’adaptabilité des interfaces, la personnalisation des offres, etc. » (p. 18).
De nos jours, l’architecture de l’information va encore au-delà de l’informatique et des sciences de l’information : elle croise, comme nous le verrons, le design d’interface ou encore le marketing, des disciplines qui ont toutes pour but de répondre aux défis de la réorganisation des systèmes d’information par le numérique.

Drapeau des États-Unis

Drapeau des États-Unis, CC0 Public Domain

Un terrain principalement nord-américain

La notion d’architecture de l’information est donc née aux États-Unis, ce qui peut expliquer le poids que ce territoire occupe encore aujourd’hui dans le domaine. En effet, les firmes touchant au monde du Web sont majoritairement créées et implantées en Amérique du Nord et leur caractère dominant est, selon J.-M. Salaün et Benoît Habert, indissociable de leurs parfaites architectures de l’information : Apple (directement inspiré de Xerox PARC), Google, ou encore Facebook possèdent toutes une interface finale simple et intuitive, derrière laquelle se trouvent une organisation et un traitement invisibles et sophistiqués des données, ainsi qu’une très forte réactivité. Or, en 1998, Morville et Rosenfeld insistaient déjà sur l’avantage économique non négligeable d’une bonne architecture de l’information :

–       Un gain de temps sur la recherche de l’information pour les utilisateurs ;

–       La réduction du silence7 dans la recherche ;

–       Un gain en efficacité et en robustesse sur la construction des systèmes ;

–       Une économie sur leur maintenance.

Aujourd’hui, l’architecture de l’information est entièrement reconnue en tant que discipline. Elle est enseignée dans des dizaines d’établissements universitaires, partout à travers le monde, mais majoritairement aux États-Unis, comme le prouve le rapport des offres de formation en architecture de l’information publié en 2014 sur le site Information Architecture Institute. D’autre part, depuis 2000 a lieu chaque année le ASIS Information Architecture Summit, qui réunit les chercheurs du monde entier autour de l’architecture de l’information. La seizième édition de cet événement aura lieu du 4 au 8 mai 2016 à Atlanta.

Quels outils pour un architecte de l’information ?

Avec l’aide de professionnels, Jean-Michel Salaün et Benoît Habert ont conçu un référentiel comprenant les six compétences principales requises pour le métier d’architecte de l’information. Sur la version en ligne du référentiel, chaque compétence principale est déclinée en une dizaine de compétences plus spécifiques.

1 –    Maîtriser la gestion dynamique des projets.

Il s’agit d’une compétence relevant de la gestion, qui met ainsi l’architecte de l’information en situation de responsabilité. La gestion d’un projet dans ce domaine est toujours dynamique car l’architecte est en échanges constants avec le commanditaire du projet, mais aussi avec les réactions des utilisateurs.

2 –    Savoir faire dialoguer et coopérer des métiers connexes.

L’architecte de l’information est à la tête d’une équipe formée de divers métiers : informaticiens, documentalistes, concepteurs (designers, ergonomes), professionnels du marketing, juristes, etc., et il doit tous les fédérer afin de mener à bien un projet commun. De plus, le projet lui-même peut s’appliquer aux domaines les plus divers.

3 –    Modéliser l’expérience utilisateur (User Experience).

L’expérience utilisateur, notion que nous aborderons plus en détail par la suite, consiste à s’intéresser aux utilisateurs finaux du produit en question, à leurs besoins comme à leurs attentes. L’architecte de l’information a ensuite pour mission de modéliser cette expérience afin de créer le système d’information le plus adapté à l’utilisateur.

4 –    Savoir structurer l’information, les données et les ressources documentaires.

Outre la gestion, l’architecture de l’information est issue des sciences de l’information, l’architecte doit donc maîtriser les savoir-faire des professions liées au document (bibliothécaires, archivistes, documentalistes).

5 –    Réaliser des prototypes (avec des technologies du Web).

L’exercice du métier d’architecte de l’information nécessite des connaissances informatiques indispensables, notamment afin de réaliser les prototypes des services qu’il aura conçus.

6 –    Poursuivre de façon autonome et critique son développement professionnel.

L’architecte de l’information est plongé dans un environnement technique et informationnel mouvant, évolutif, il doit donc se tenir à jour, notamment en effectuant une veille sur le domaine.

Pour résumer, l’architecte de l’information doit posséder des compétences dans divers domaines tels que l’informatique, la gestion et les sciences de l’information. Cette discipline est donc née d’une rencontre entre différents métiers ayant le même objet d’étude : l’information.

Quelques notions clés autour de l’architecture de l’information

L’expérience utilisateur

Définition

Dans cet ouvrage, J.-M. Salaün et B. Habert donnent une définition bien précise de l’expérience utilisateur ou User Experience. Il s’agit de celle proposée par L. Alben :

[L’expérience utilisateur recouvre] tous les éléments d’utilisation d’un produit interactif : la façon dont on le ressent dans ses mains, dont on comprend son fonctionnement, ce qu’on ressent lors de son utilisation, s’il sert bien ses fins et comment il s’intègre bien dans son contexte d’utilisation8.

En architecture de l’information, l’expérience de l’utilisateur est véritablement considérée comme une donnée fondamentale. En effet, si celle-ci ne peut permettre de contrôler l’expérience faite par les utilisateurs, elle permet toutefois d’améliorer les chances que celle-ci soit satisfaisante.

Le design d’expérience

L’intérêt porté aux usages et aux utilisateurs par le développement de l’informatique personnelle a renouvelé le champ du design, faisant naître ce que l’on nomme le design d’expérience utilisateur ou UX design. Ce dernier permet à l’architecte de l’information d’atteindre son but, à savoir proposer à l’utilisateur un service fournissant une expérience optimale. Dans l’ouvrage, trois facettes du design d’expérience sont distinguées : la fonction, le sens et l’économie. On comprend alors que le design d’expérience a pour but le développement d’un produit fonctionnel et économiquement performant, autrement dit, le but recherché est bien la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur.
D’autre part, afin de toucher au plus près les utilisateurs et de leur proposer une expérience des plus satisfaisante, les architectes de l’information cherchent à développer l’empathie. Il faut entendre ici que pour mieux comprendre les utilisateurs, ils essaient de penser depuis leur point de vue, de se mettre à leur place. Il ne s’agit donc pas seulement de demander aux utilisateurs ce qu’ils voudraient, mais véritablement de comprendre leurs pratiques, en considérant qu’ils sont les mieux à même d’expliquer leur environnement et leur activité. Il existe différentes méthodes pour développer l’empathie d’un produit, des méthodes quantitatives mais également des méthodes qualitatives : des entretiens/réunions, des études de marché, des méthodes d’observation participantes, des études d’utilisabilité et enfin des observations de terrain.

Le modèle de Garrett – une conception centrée utilisateur

En 2002, Jesse James Garrett, architecte de l’information californien, publie chez New Riders, The Elements of User Experience: User-Centered Design for the Web. Dans son livre, il développe une méthode d’architecture de l’information qui place l’utilisateur au centre de la conception d’un site web. Il affirme alors la priorité de l’expérience de l’utilisateur sur le succès d’un produit tel qu’un site web. Selon lui, les utilisateurs ayant eu une expérience positive d’un produit seront davantage fidèles à celui-ci, que ce soit une brosse à dents ou un site web !
La conception d’un site web découle de tout un ensemble de choix qui concourent à produire la meilleure expérience possible pour l’utilisateur, et Garrett distingue trois types de design à cette fin :

–     un design de l’esthétique : qui vise le beau, le plaisant à la vue et au toucher ;

–     un design des fonctionnalités : recherche de l’efficacité (le produit doit remplir correctement les fonctions attendues) ;

–     un design de l’expérience utilisateur : qui vise une expérience utilisateur réussie.

Le modèle Garrett comprend cinq étapes dans la conception d’un site web, de la plus abstraite à la plus concrète : la stratégie, l’envergure, la structure, l’ossature et la surface. Il s’agit de faire en sorte que toute action de l’utilisateur d’un site web ait été envisagée dans le processus de conception.

Couverture de "Pervasive Information Architecture"

« Pervasive Information Architecture : Designing Cross-Channel User Experiences », Andrea Resmini et Luca Rosati, Morgan Kaufmann, 2011.

L’architecture transcanal de Resmini et Rosati

Depuis 2002, les technologies numériques ont considérablement évolué. Le caractère social, tactile et mobile des dispositifs d’interaction a rendu possibles des formes tout à fait nouvelles d’information et de communication. Ces formes de communication sont omniprésentes ou ubiquitaires9 (pervasive), et elles sont hybrides, mélangeant le tangible et le numérique. Cet entrelacement du matériel et du numérique illustre l’omniprésence de l’information et implique en retour une architecture de l’information généralisée. Le Web n’est plus qu’un canal de circulation de l’information parmi d’autres (le papier ou les supports physiques comme la signalisation dans les espaces publics). Or, le modèle Garrett ne propose pas de réponse adaptée à un tel écosystème informationnel, jouant sur plusieurs canaux. Cet ensemble de bouleversements a ainsi conduit Andrea Resmini et Luca Rosati à placer le design centré sur l’utilisateur dans une perspective plus globale d’usage de l’information, qu’ils définissent dans leur ouvrage, Pervasive Information Architecture: Designing Cross-Channel User Experiences, publié par Elsevier et Morgan Kaufmann en 2011.

Privilégier l’approche transcanal

Une approche transcanal signifie qu’une même tâche se réalise indépendamment sur différents canaux, en utilisant les particularités de chacun d’eux. Les canaux fonctionnent en parallèle et l’on peut ainsi réserver un billet de train en ligne (canal numérique) ou bien chez une agence, ou encore au guichet de la gare (canal physique). Dans une approche transcanal, à l’inverse, une même tâche est facilitée par la mise en œuvre articulée de différents canaux, qui fonctionnent en synergie, se complètent. C’est le cas par exemple d’un paiement en ligne sur Internet, dont le code sécurisant celui-ci est envoyé à la personne par SMS.
Selon eux, l’omniprésence actuelle de l’information, à la fois dans l’univers physique et dans l’univers numérique, implique désormais une architecture de l’information généralisée, c’est-à-dire une architecture de l’information qui articule les différents canaux de circulation de l’information : les espaces physiques, le papier et le Web dans ses différentes déclinaisons. Cette fois, toujours en tenant compte de l’expérience de l’utilisateur, l’objectif est de relier les différents canaux et l’information qui y circule, pour aboutir à une expérience utilisateur véritablement satisfaisante.

Les principes d’une analyse transcanal

Resmini et Rosati proposent cinq principes à respecter pour aboutir à une expérience utilisateur transcanal satisfaisante (p. 54) :

  • Rendre explorable et appropriable (place-making) : favoriser l’exploration et la découverte de l’ensemble des ressources proposées et faciliter l’appropriation du « territoire » proposé ;
  • Rendre cohérent (consistency) : fournir à l’utilisateur des types de catégories qui soient adaptés à lui et à la tâche ;
  • Rendre souple et robuste (resilience) : faire que l’espace informationnel s’adapte à chaque contexte d’usage (lieu, dispositif) et à différents besoins ou stratégies de recherche des utilisateurs, tout en maintenant son organisation globale ;
  • Rendre simple (reduction) : faciliter la tâche de l’utilisateur en organisant et en simplifiant l’organisation des contenus ;
  • Coordonner (correlation) : établir des liens entre éléments répondant à des buts explicites de l’utilisateur ou à des besoins latents de celui-ci ou lui fournissant des connexions inattendues, mais éclairantes.

Toutefois, par son manque de précision, leur modèle s’avère difficilement réalisable en temps de conception.

Le contrat de lecture/écriture

L’expression contrat de lecture désigne tout un ensemble de conventions, implicites ou explicites, concernant la forme, le contenu ou encore la transmission, qui assurent la communication entre l’entité émettrice (auteur, producteur) et l’entité réceptrice (lecteur, utilisateur). Grâce à ces conventions, l’auteur s’adresse au lecteur et ce dernier est capable de (p. 186) :

  • repérer et classer un document dans un genre ;
  • le lire ou le décrypter, lui donner un sens ;
  • s’approprier le contenu, c’est-à-dire de modifier son comportement à partir des éléments proposés par l’émetteur.

Le contrat de lecture suppose la notion de genre. Le genre d’un produit informationnel avec lequel un utilisateur interagit conditionne la lecture que ce dernier fait du produit. Nous ne lisons pas un roman de la même manière que nous lisons un manuel scolaire ou bien un ticket de caisse ! Chaque produit possède des conventions qui lui sont propres, et qui nous permettent de le repérer comme tel. « La conscience du genre mobilise en effet chez l’utilisateur, ou le lecteur, les processus cognitifs et interprétatifs appropriés au décodage et à la compréhension du produit concerné » (p. 186). Le genre crée des attentes de la part du lecteur-utilisateur, car il suppose un certain nombre de critères, qui, s’ils ne sont pas respectés, provoqueront un trouble quant à son interprétation et sa lecture. Mais si ceux-ci sont bien suivis, l’accomplissement du contrat de lecture peut amener à une expérience positive.
Le contrat de lecture permet donc de définir un cadre de référence commun entre les auteurs et les lecteurs. Chaque type de document (une carte de restaurant, un roman, une facture, etc.) possède ses propres codes, son propre contrat de lecture.

Conclusion

L’histoire de l’architecture de l’information est balisée par différentes étapes technologiques : la mise en réseau des ordinateurs personnels, le Web et enfin le cloud. De nos jours, l’architecture de l’information doit évoluer vers des systèmes d’information transcanaux aux architectures adaptées à l’expérience des utilisateurs et à l’organisation des données.
Bien sûr, cette vision d’ensemble du Web et de ses évolutions est une dimension que nous, les acteurs du monde du livre, devons prendre en compte dans le développement numérique de nos métiers.

Notes :

1 « À la fois technicien, graphiste et rédacteur, le webmestre est responsable de la vie d’un site, du développement à l’animation, en passant par la mise en ligne et la veille technologique », fiche métier du site de l’Onisep.
2 « L’édimestre (ou gestionnaire de contenu web) est la personne responsable de la gestion, de l’ajout et de la mise à jour de l’information contenue dans un site web », site de l’Office québécois de la langue française.

3 Le Xerox Palo Alto Research Center est un centre de recherche en informatique situé en Californie et dont les travaux ont apporté de nombreuses innovations telle que le Star 8010 en 1981 : un poste de travail individuel avec interface graphique et souris. On doit également au PARC le premier éditeur de texte WYSIWYG.
4 Firme fondée en 1993 par Peter Morville et Louis Rosenfeld, spécialisée en architecture informationnelle. Elle a mis un terme à ses activités en 2001.
5 Les sciences de l’information sont une discipline à la frontière des sciences de l’information et de la communication. Elles ont pour mission de gérer l’information, tout en faisant évoluer les méthodes de recherche, de traitement, d’archivage et de communication de l’information pour en faciliter l’accès et l’usage.
6 Évolution du Web vers l’interactivité ; on parle aussi de Web social.
7 Dans les sciences de l’information, on parle de silence lorsque des réponses pertinentes ne sont pas proposées par le système d’interrogation de la base de données, alors qu’elles existent. À l’inverse, lorsqu’il propose des réponses non pertinentes, on parle de bruit.
8 ALBEN, L., « Quality of Experience », Interactions Magazine, 3 (3),1996, pp. 11-15.
9 L’ubiquité est la capacité d’être présent en tout lieu ou en plusieurs lieux en même temps. Cette notion est très utilisée en informatique depuis l’évolution d’Internet et l’essor des nouvelles technologies. L’informatique ubiquitaire fait référence à l’omniprésence des dispositifs informatiques dans un environnement ou à l’accès à l’information par toute une gamme d’appareils informatiques.

Pour aller plus loin :

  • BRINCK, T., GERGLE, D., WOOD, S. D., Usability for the web, 2001.
  • BUXTON, B., Sketching User Experiences: Getting the Design Right and the Right Design, Morgan Kaufmann, 2007.
  • CALVARI, G. et al., Informatique et intelligence ambiante : des capteurs aux applications, Hermès Science Publications, 2012.
  • Carnet du master en Architecture de l’information de l’ENS de Lyon : http://archinfo.hypotheses.org.
  • CHARTRON, G. et al., « L’architecture de l’information, un concept opératoire ? », Études de communication, n° 41, 2013.
  • GARRETT, J.J., Les éléments de l’expérience utilisateur, Paris, Pearson, 2011.
  • HINTON, A., Understanding Context: Environment, Language, and Information Architecture, 2015.
  • JENKINS, H., La culture de la convergence – Des médias au transmédia, Armand Colin, 2013.
  • KAHN, P., LENK, K., Architectures de sites web, 2001.
  • MORVILLE, P., ROSENFELD, L., Information Architecture for the World Wide Web, 1998.
  • NORMAN, D., The Design of Everyday Things (Revised Edition), Basic Books, 2013.
  • RESMINI, A., ROSATI, L., « A Brief History of Information Architecture », in Journal of Information Architecture, vol. 3, n° 2, 2011, p. 33-46.
  • RESMINI, A., ROSATI, L., Pervasive Information Architecture – Designing Cross-Channel User Experience, Amsterdam, Morgan Kaufmann, 2011.
  • SALAÜN, J. M., HABERT, B., Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, Paris, De Boeck Supérieur, coll. « Information & stratégie », 2015.
  • WURMAN, R. S., KATZ, J., « Beyond Graphics: the Architecture of Information » in American Institute of Architects, 1975.
  • WURMAN, R. S., Information Architects, 1996.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 25 mars 2016

    […] trouvez ci-joint une fiche de lecture concernant  l’ouvrage de J.M Salaün intitulé […]

  2. 7 septembre 2016

    […] Accueil. Fiche de lecture : Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, J.-M. Salaün et B. …. […]

  3. 14 septembre 2016

    […] Textes officiels et institutionnels. Veille sept 2016. CAPES interne. Info-doc. Moteurs de recherche. Lire / écrire : quand, comment, pourquoi? Pédagogie. EMI. Réforme. Les BLOGS de DOCS. Agenda. Culture scientifique et technique. Dans l'académie d'Orléans-Tours. Mes loisirs créatifs. Fiche de lecture : Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, J.-M. Salaün et B. …. […]

  4. 30 septembre 2016

    […] Les tablettes, liseuses et autres écrans de lecture ne trouvent pas leurs acheteurs en Europe, et encore moins en France. Les éditeurs traditionnels doivent donc composer avec ce paysage : la forte concurrence d’une part, le changement des pratiques d’autre part. Fiche de lecture : Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, J.-M. Salaün et B. …. […]

  5. 23 octobre 2016

    […] Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, J.-M. Salaün et B. Habert – Monde du…. Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux, sous la direction de Jean-Michel Salaün et Benoît Habert, Paris, De Boeck Supérieur, coll. « Information et stratégie », 2015. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *