La théorie de la longue traîne de Chris Anderson appliquée aux statistiques éditoriales

La longue traîne selon Chris Anderson, couverture.

Couverture d’un livre sur la longue traîne, selon Chris Anderson. Dan Taylor-Watt, CC-BY-SA (https://www.flickr.com/photos/dantaylor/188987057).

L’effet de nouveauté l’emporte-t-il sur la fréquentation des articles dans le cas du carnet Monde du livre ?

En 2004, Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired, défend l’idée de l’apparition d’un nouveau type d’économie des biens culturels apporté par les possibilités du monde numérique. Il résume son hypothèse sous l’expression de longue traîne (long tail) dans un article publié sur son site, puis dans un livre, La Longue Traîne, publié en France en 2007 aux éditions du Village Mondial. Le point majeur de son propos réside dans la disparition des contraintes de stockage dans le monde numérique. Les structures du monde analogique, que ce soient les librairies ou les bibliothèques, donnent accès à un catalogue restreint d’œuvres culturelles, le fonds, contraint par les espaces limités dont elles disposent. Libéré de ces considérations matérielles, le monde numérique donne accès à un catalogue étendu, illimité. De cette différence découle une autre manière de traiter les nouveautés. Dans le monde analogique, les contraintes de stockage induisent la nécessité de faire un choix entre les nouveautés et les best-sellers d’une part, et le fonds et les œuvres plus confidentielles, affiliées à un public restreint, d’autre part. Ce qui n’est pas le cas sur Internet, qui donne un accès simultané à toutes ces catégories.

L’effet de longue traîne naît dans ce contexte d’abondance. Selon Chris Anderson, cette « liberté d’accès sans filtre à la culture et à des contenus de toutes sortes, des plus répandus jusqu’aux plus marginaux » (La Longue Traîne, p. 3) renverse l’effet de nouveauté. Le succès, en tant que phénomène économique, s’écaille alors. Le public se disperse vers des niches auxquelles l’accès est permis par Internet. Les ventes d’un peu de chaque produit d’un immense catalogue représenteront plus que la vente d’une grande quantité d’un seul produit. La représentation graphique de cette théorie est caractéristique, avec en abscisse les produits, classés selon leur popularité (hits, best-sellers, et nouveautés près de l’ordonnée, œuvres plus confidentielles et anciennes en s’en éloignant), et le nombre de ventes en ordonnée.

La représentation de la traîne comme expliquée dans le livre de Chris Anderson.

La représentation de la longue traîne comme expliquée dans le livre de Chris Anderson. Image de Hay Kranen / PD

Dans le cadre du carnet Monde du livre, cette théorie se traduirait alors de la façon suivante : la fréquentation des articles anciens représenterait un plus grand nombre de visualisations que celle des nouveautés. Au regard des statistiques d’usage du carnet, la théorie se vérifie effectivement : les articles publiés avant 2015 ont attiré plus de lecteurs cette même année que ceux publiés en 2015, qui ont généré seulement 18 % du total des consultations de l’année.

Si l’on regarde les statistiques d’usage de plus près, on conclurait même que l’effet de nouveauté n’est pas valable sur le carnet Monde du livre : en considérant un article attirant un grand nombre de visualisations comme un hit, on remarque que ce succès ne doit rien à la date de publication, et donc à sa mise en avant sur le carnet (première page et une).

En 2015, les dix articles les plus consultés (sur les 165 billets que compte le carnet) ne sont pas des nouveautés. Sur les dix, un seul date de 2015 (« Booktube », publié en juillet), et n’occupe que la cinquième place. En outre, on constate de gros écarts de fréquentation entre les articles. L’article le plus consulté du carnet en 2015 (« Le Marché du Manga », qui date de septembre 2014) a été visualisé quatre fois plus que celui qui occupe la dixième place du classement (« La gratuité en bibliothèque », publié en décembre 2014). Les deux articles les plus consultés en 2015 (« Le Marché des Mangas » et « Bibliothèque et médiathèque troisième lieu », publié en mars 2013) totalisent près de la moitié des visites des dix articles les plus consultés et plus de 15 % du total des visites du carnet en 2015, presque autant que les visites cumulées des articles publiés cette année-là.

Dans ce peloton de tête, on constate que, plus que les dates de publication, ce sont les sujets des articles qui attirent : les articles traitant de littératures spécifiques (« Le Marché des Mangas », « Quand le cinéma rencontre la littérature », « Steampunk », « La dystopie »), les articles de fond sur les bibliothèques (« Troisième lieu », « Les sites de recherche d’emploi en bibliothèque », « La gratuité en bibliothèque ») et les nouvelles pratiques (« La bibliothérapie », « Booktube », « Le bilan écologique du numérique »).

Sur l’année, on constate que l’on obtient pas graphiquement un effet de longue traîne :

Nombre de visualisations en 2015 par articles classés par ordre chronologique de parution.

Nombre de visualisations en 2015 par articles classés par ordre chronologique de parution.

La présence des articles en une ou dans les premières pages du carnet ne semble pas influer sur le nombre de vues dont ils bénéficient. Si l’on restreint l’analyse à une période plus courte, l’effet de nouveauté est plus fort, mais pas si convaincant. La courbe de tendance amorce un mouvement qui fait penser à la longue traîne, mais qui n’est pas vraiment significatif. En outre, les articles qui ont eu le plus de succès sur le mois ne sont pas vraiment des nouveautés.

Nombre de visualisations en décembre 2015 par articles classés par ordre chronologique de parution.

Nombre de visualisations en décembre 2015 par articles classés par ordre chronologique de parution.

Pour le mois de décembre 2015, parmi les 10 articles les plus vus, quatre datent de 2015 : un publié en juillet (« Booktube », que l’on retrouve ici en troisième position du classement), un en novembre (« La Fanzinothèque de Poitiers »), deux en décembre (la fiche de lecture du livre de Cécile Rabot, « La Construction de la visibilité en bibliothèque », et l’« Index Translationum »). Les autres articles de ce peloton de tête sont les mêmes que ceux qui ont eu du succès sur l’année. On retrouve des rapports similaires entre les écarts de consultations (les trois articles les plus visualisés dans le mois – « Troisième lieu », « Mangas », « Booktube » – cumulent la moitié des vues du top 10 et 21 % des vues sur le mois).

Si l’effet de nouveauté ne fonctionne pas sur le carnet, le fait que les articles soient anciens ne jouent pas vraiment non plus sur les visualisations. Considérons un panel d’articles divers (articles qui ont eu du succès l’année de leur publication, articles plus confidentiels, articles au nombre de visualisations moyen), et comparons le nombre de fois où ils ont été vus par année :

Nombre de vues par année sur une sélection d'articles divers.

Nombre de vues par année sur une sélection d’articles divers.

Les articles du panel datant d’avant 2013 voient leur nombre de vues baisser significativement avec le temps. À l’inverse, ceux publiés en 2013 et 2014 voient généralement leur nombre de vues grimper année après année, et particulièrement en 2015.

Cette tendance ne semble pas vraiment due à la visibilité des articles donnée par d’autres sites Internet. Si l’on regarde les affluents en 2015, seules un peu plus de 3 000 vues (2 % des vues sur l’année) émanent d’une citation de l’article (d’après les résultats disponibles sur usages.org, qui ne peuvent être exhaustifs en raison de la politique de certains sites Internet qui ne partagent pas leurs données). Néanmoins, le fait est que ces articles ne semblent pas bénéficier d’une grande visibilité sur d’autres sites. À titre d’exemples, le site de l’Enssib est le 15e site à avoir le plus cité des articles du carnet en 2015. Pourtant, il ne cite qu’un seul article, celui sur la gratuité en bibliothèque, de surcroît dans une réponse à une question de professionnel, sur l’impact du retour à la tarification après une période de gratuité. Cette citation n’a apporté que 5 vues à l’article dans l’année. D’autre part, le site Hypotheses, qui a mis en bannière l’article sur l’Index Translationum en décembre 2015, n’a apporté que 100 vues à l’article.

Si l’effet de nouveauté ne joue pas dans la vente des biens culturels dans le monde numérique, il ne joue pas non plus, semble-t-il, dans le cas de publications spécialisées sur des sujets culturels, en tout cas en ce qui concerne le carnet Monde du livre. Le fait est que sa consultation se baserait principalement sur son fonds, et sur la recherche de sujets particuliers via des moteurs de recherche. « Le Marché du Mangas en France » fait par exemple partie des premières propositions de Google avec les mots-clés « Manga en France » ou « Marché du manga ».

Néanmoins, si l’on classe les articles du carnet par nombre de vues, et non par chronologie, la théorie tendrait à fonctionner. En considérant que la longue traîne démarre dans le coude de la courbe, soit en dessous de 2 000 vues par article sur l’année 2015, le nombre de vues des articles populaires est nettement inférieur à celui des articles constituant la longue traîne. Certes, les articles les plus populaires comptabilisent un grand nombre de vues : seuls onze articles occupent la zone au-dessus des 2000 vues, pour un total de 45 123 vues, soit près de 40% du total des vues ! Si le ratio est loin d’être négligeable, la théorie s’applique cependant : les articles les moins populaires, constituant la longue traîne, apportent en cumulé près de 60% des vues du blog.

Nombre de visualisations en 2015 par articles classés selon leur popularité.

Nombre de visualisations en 2015 par articles classés selon leur popularité.

Finalement, le carnet du master Monde du livre fonctionnerait grâce à un choix de sujets particuliers, divers, et de thèmes forts, susceptibles d’intéresser ponctuellement un visiteur, plutôt que sur la base de visiteurs fidèles au site, sensibles à la parution de nouveaux articles. Proposer une sélection de thèmes et problématiques variés semble plus important que la fréquence de publication. La théorie de la longue traîne s’applique en termes de nombre de vues et confirme la nécessité de choisir les sujets abordés de manière exigeante. Tous les articles, nouveaux et anciens, populaires ou non, attirent des visiteurs et des vues. Reste à savoir s’il en va de même pour les carnets de même type.

Pour aller plus loin :

ANDERSON, Chris, La Longue Traîne, Village Mondial, 2007.

GUILLAUD, Hubert, « La longue traîne« , Internet actu.net, 2005.

SHIRKY, Clay, Power Laws, Weblogs and Inequality, 2003.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *