Interview d’Elisabeth Lortic et d’Annie Mirabel : un échange enrichissant

La rencontre avec Elisabeth Lortic et Annie Mirabel, fondatrices de l’association des Trois Ourses, s’est déroulée mercredi 15 février dans les murs de la Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Des professionnels des métiers du livre se sont déplacés pour assister à l’échange et découvrir la production éditoriale de l’association qui anime également de nombreux ateliers, destinés aux enfants comme aux adultes. Le catalogue des Trois Ourses comporte de nombreux titres d’artistes originaux dont la conception de l’album pour enfant s’apparente à un objet d’art interactif.

C’est dans l’auditorium de la bibliothèque que se sont rassemblés étudiants et professionnels autour des fondatrices de l’association Les Trois Ourses. En début de matinée, Anne-Marie Faure a inauguré cette nouvelle rencontre publique qui, pour la quatrième année consécutive, met en avant une maison d’édition choisie pour son originalité et la richesse de son catalogue. C’est l’occasion de rappeler que le master organise cet évènement en travaillant consciencieusement autour du fonds de conservation de littérature de jeunesse de l’Île aux Livres. Pour illustrer l’échange, les étudiants présentent au fur et à mesure les différents titres du catalogue des Trois Ourses et agrémentent le débat par de petits films.

Il était une fois, trois exploratrices…

Les Trois Ourses ont été fondées par Elisabeth Lortic, Annie Mirabel et Odile Belkeddar en 1988. Depuis leur rencontre avec Bruno Munari au salon du livre de jeunesse de Bologne dans les années 1980, les trois bibliothécaires tentent de réduire l’écart entre l’art et le monde des enfants. Annie Mirabel, dans une première prise de parole, révèle que Bruno Munari est le centre du travail de l’association. Leur principal objectif est de faire du livre d’artiste un objet interactif où l’enfant découvre, interagit avec les éléments, suit une histoire dont le livre en tant que support porte le sens.

L’échange avec les fondatrices de l’association a permis de mettre en lumière plusieurs notions, comme celle du livre d’artiste, à travers la présentation des pièces clés du catalogue des Trois Ourses. Aujourd’hui, ce catalogue est révélateur de l’état d’esprit de l’association de par sa cohérence et son enrichissement constant. Les Trois Ourses sont un véritable laboratoire d’art dans la mesure où la politique de l’association est avant tout de mettre en avant des artistes méconnus en France dont les œuvres à destination du jeune public présentent des particularités. C’est le cas de Katsumi Komagata, éditeur japonais dont l’agence One Stroke publie ses projets. A l’occasion d’expositions et d’ateliers, le public peut découvrir ses livres édités par Les Trois Ourses en France et profiter de l’interactivité amusante qu’ils offrent. A travers les artistes de son catalogue, l’association suit sa principale volonté qui est d’« ouvrir l’imaginaire ». Grâce à l’exploration de leur catalogue, Elisabeth Lortic et Annie Mirabel démontrent qu’il est important aujourd’hui de relier des générations d’artistes et de lecteurs avec différentes époques. Il s’agit ici de faire tomber des barrières, ce qui reprend l’idée de rapprocher l’art des enfants. C’est dans ce sens que Les Trois Ourses mènent de véritables missions de découverte.

Le Libro Letto mis à l’honneur dans les ateliers

« Un livre est un lit habité à sa façon par chacun de nous. ». En référence au Libro Letto de Bruno Munari, cette phrase montre que le livre est un objet d’art que l’enfant s’approprie, tout comme un tableau de musée que le public interprète. Les Trois Ourses organisent dans ce but des ateliers et des formations permettant un partage des œuvres pour les prescripteurs et les publics, jeunes et adultes. Ces ateliers accompagnent la production éditoriale de l’association, dont la première publication est justement le catalogue de l’exposition autour de Rojankovsky, La Maison des trois ours : Hommage à Rojankovsky.

… à la recherche de véritables trésors

Cette rencontre s’est enrichie des différentes anecdotes des invitées qui ont été généreuses lors de leurs interventions respectives. Dans une ambiance relaxée, le public a pu découvrir le travail de véritables passionnées, dont le partage est le centre de tout. Afin de prolonger cet échange, nous avons choisi de présenter deux ouvrages qui nous ont particulièrement marqués.

Dans le catalogue des Trois Ourses, cet ouvrage symbolise le concept du livre artistique. Elisabeth Lortic le définit comme « un livre d’images sans images ».

Visualisez la vidéo de présentation de l’ouvrage diffusée lors de la rencontre en cliquant sur le lien suivant :
On dirait qu’il neige, Remy Charlip

« Ce livre défend cette anticipation qui est nécessaire à l’apprentissage de la lecture et qui peut se passer avec juste la lecture visuelle, la lecture des images, le simple fait de tourner les pages et de faire des suppositions pour interpréter les images. Voir le texte comme une graphie pour les tous petits qui ne savent pas lire, on voit les marques de la typographie comme des traces dans la neige comme une image. ».
Elisabeth Lortic

Un livre pop-up pose quelques problèmes de fabrication, à commencer par le choix du papier et les techniques d’assemblage des différentes parties de l’ouvrage. Marion Bataille est venu consulter Les Trois Ourses en présentant un projet anodin, celui d’un abécédaire en 3D avec des lettres en relief qui interpellent l’enfant et facilitent son apprentissage de l’alphabet. Séduites, les fondatrices des Trois Ourses ont accepté la commercialisation de 30 exemplaires de ce livre, à condition que l’auteur s’occupe elle-même de la réalisation du livre sans date butoir. Il aura fallu deux ans à l’auteur pour venir à bout de son projet. Vendus 845 euros à l’unité, les exemplaires s’écoulent et servent énormément dans l’organisation d’ateliers avec les enfants qui offrent d’ailleurs une très bonne réception à l’ouvrage.

« Il y a eu une séance où Marion a ouvert le livre page à page et les enfants ont commencé à faire du bruit et à réciter l’alphabet à haute voix. Alors à ce moment-là, j’ai simplement demandé aux enfants de faire une lecture silencieuse et là nous avons assisté à une séance magique puisque tous les enfants ont fait l’alphabet juste avec leur bouche en chuchotant, on voyait juste leurs lèvres bouger. Il aurait fallu filmer cet instant ! C’était magnifique ! »
Elisabeth Lortic

Parmi le public des ateliers, Evelyne Guyot, responsable des achats de droits pour le secteur jeunesse chez Albin Michel, a été conquise par le concept de l’ABC3D. Cette rencontre donne lieu à une fabrication industrielle du livre et à sa commercialisation à plus grande échelle dans le catalogue de la maison d’édition Albin Michel. Cet ouvrage est un grand succès et son prix (15,50 euros) le rend beaucoup plus accessible.

Un atelier animé par Elisabeth Lortic

Plus qu’une découverte, cette rencontre a été une véritable exploration de l’univers des Trois Ourses qui se démarquent par leur originalité. Leur ligne éditoriale s’apparente à une recherche aux trésors d’artistes méconnus. La surprise est au centre des activités de l’association, que ce soit dans les livres, les expositions et les ateliers qui sont d’ailleurs l’occasion de manipuler des objets en rentrant dans un univers particulier. Enfants comme adultes sont enchantés par ce que présente l’association. Enfants par l’interactivité dans le jeu qui est proposé ; adultes par la créativité et l’objet d’art que devient le livre dans les mains des Trois Ourses.

Retrouvez le catalogue et toute l’actualité de l’association sur leur site internet : http://troisourses.online.fr/

Les étudiants du master Lettres spécialité monde du livre remercient Les Trois Ourses pour la richesse et la générosité de leurs échanges, Anne-Marie Faure et Christine Hédouin de la Bibliothèque de l’Alcazar pour leur accueil et leur aide, ainsi que Cécile Vergez-Sans pour son implication qui a contribué à la réussite du projet. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *