Vous avez dit Budé ?

L’édition bilingue française des œuvres antiques latines et grecques

La chouette d'Athéna : logotype de la série grecque de la "collection des universités de France" des éditions Les Belles Lettres

La chouette d’Athéna : label des éditions Les Belles Lettres.

Le livre bilingue

Le terme de « livre bilingue » renvoie à un type de livres présentant un même contenu dans deux langues différentes. Parmi les nombreuses langues faisant aujourd’hui l’objet d’éditions bilingues, on trouve le latin et le grec ancien. La particularité du latin et du grec ancien est qu’il s’agit de langues mortes, c’est-à-dire qu’elles ont cessé d’être parlées par une communauté. Ces livres bilingues présentent en regard de la traduction française, soit la langue latine, soit la langue grecque.

La spécificité du latin et du grec ancien réside dans le fait que, bien que ce soit des langues mortes, « [leur] connaissance, voire [leur] usage, [s’est maintenue] à l’université » et « de nombreuses écoles et universités continuent à l’enseigner ». Du fait de ce lien avec l’enseignement du latin et du grec ancien, ce type de livres est communément classé parmi les livres scolaires dans l’histoire de l’édition1.

L’édition bilingue

De la Renaissance jusqu’au milieu du XIXe siècle, les œuvres de l’Antiquité classique font l’objet de plusieurs éditions bilingues en France, tout d’abord chez l’imprimeur Jean Crespin, puis chez Hachette, Garnier Frères et Nisard. La deuxième moitié du XIXe siècle est alors témoin de l’épuisement des éditeurs spécialisés et de l’absence de réédition de ces œuvres. Les étudiants français voulant étudier ces textes classiques doivent alors se tourner vers des éditions allemandes2. Une situation de pénurie éditoriale des œuvres classiques en version bilingue existe ainsi au début du XXe siècle en France. C’est dans cette situation de pénurie que la société d’édition Les Belles Lettres a été fondée en 1917. En effet, sa création repose sur une histoire mythique impliquant le linguiste français Joseph Vendryès :

Lorsque [ce dernier est appelé au combat], il souhaite emporter avec lui l’Iliade […]. Malheureusement, […] il n’existait plus à cette époque parmi les éditions savantes que des éditions allemandes […]. Vendryès se serait alors promis, s’il survivait, de créer une collection d’édition savante française. C’est ainsi que l’idée de la collection des universités de France jaillit des affres de 1914-19183.

En 1917, l’association Guillaume Budé est fondée dans le but de « livrer une collection complète des textes de l’Antiquité jusqu’au VIe siècle de notre ère4 ». L’association Guillaume Budé se place sous l’égide de Guillaume Budé (1467-1540), philologue, helléniste, juriste et éditeur du XVIe siècle, distingué par François Ier, et qui institua des « lecteurs royaux » chargés d’enseigner les langues et les sciences dans le tout nouveau Collège de France.

Portrait de Guillaume Budé réalisé par Jean Clouet, huile sur panneau, vers 1536.

Portrait de Guillaume Budé réalisé par Jean Clouet, huile sur panneau, vers 1536. CC0 Public Domain (Wikimédia Commons).

En 1919, Les Belles Lettres sont créées, ce qui marque « un tournant pour les éditions bilingues françaises5 », car elles remédient à la crise éditoriale des livres bilingues de cette époque.

Depuis des décennies la collection Budé, aussi appelée la « CUF » (Collection des universités de France), est considérée comme une collection de livres scolaires, notamment par Chartier et Martin, et comme appartenant au secteur universitaire avec une activité spécialisée6.

Du fait de la vocation pédagogique de ces ouvrages, la quantité et la qualité de l’offre éditoriale est dépendante des plans d’éducation et des politiques d’enseignement des langues mortes en France, ou encore des « modes » pédagogiques. Il est en effet possible de lier le phénomène de pénurie éditoriale décrit ci-dessus à la fin de l’obligation d’apprentissage des langues anciennes. Ce changement se produit en 1902 et marque le premier grand tournant de l’enseignement du latin dans le secondaire en France7.

Dans les années 1960 se produit le deuxième grand tournant, qui entraîne une suite de changements dans les politiques d’éducation des langues anciennes en France. Ces changements se produisent à la suite de décisions prises par différents ministres de l’Éducation nationale se succédant au cours de cette période : transformation en options des langues anciennes ; suppression de l’option latin en classe de sixième puis en classe de cinquième8. C’est également à cette période (1962-1965) que l’Église catholique décide d’abandonner l’usage du latin pour les messes.

De nombreux débats ont opposé les partisans des langues anciennes à leurs opposants durant plus d’un siècle en France9. Il est encore question aujourd’hui de l’enseignement du latin au collège. Ce sont des débats actuels qui ne sont pas encore réglés et qui ont des répercussions sur l’édition de livres bilingues des œuvres latines de l’Antiquité.

Les Belles Lettres

Comme nous l’avons vu précédemment, les éditions Les Belles Lettres ont apporté une nouvelle dynamique à l’édition bilingue française. D’après l’Index du Bulletin de l’association Guillaume Budé et de son supplément critique, cette collection Budé « [vise] un public surtout universitaire tel que les philologues spécialistes, les savants professeurs, les étudiants, mais aussi les lettrés intéressés par l’Antiquité10 ». Cette collection offre en effet dans ses livres, en plus du texte original latin, « une traduction française en regard ». Ce texte est entouré par « un paratexte varié donnant des données scientifiques : introduction, apparat critique, notes, notes de bas de page11 ».

Pour Jacqueline de Romilly – philologue, écrivain, professeur et helléniste française qui a dirigé l’édition de Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, pour la collection Budé –, la « CUF » des éditions Les Belles Lettres répond à tous les critères universitaires et savants. Cette collection offre, en effet, un outil précieux pour les chercheurs, professeurs et étudiants car elle répond à cinq grands principes d’édition :

  • l’identification de tous les manuscrits transmettant l’œuvre et la création d’un stemma codicum – qui est un tableau généalogique des manuscrits d’une même œuvre, établi après en avoir identifié tous les manuscrits copiés et défini leur ancêtre commun, soit le plus ancien ;
  • la reconstitution du texte à partir du manuscrit « ancestral ». Il arrive que cette reconstitution soit complexe et que l’éditeur soit obligé de « planter en marge de son texte des cruces desesperationis », c’est-à-dire les croix du désespoir entourant les passages non reconstitués du texte et non compris. Ces croix sont notées « † … † ». L’éditeur corrige également les éventuelles fautes du texte et propose des corrections qui apparaissent alors en note dans l’apparat critique ou fait figurer les variantes plausibles qu’il n’a pas retenues ;
  • le texte est montré à un réviseur, spécialiste et éditeur scientifique d’un autre volume de la « CUF », pour valider le texte proposé. Cette étape peut prendre plusieurs années ;
  • au terme de ce processus le texte peut enfin figurer sur la page de droite d’un livre, qui est la « belle page », avec la mention « conformément aux statuts de l’association Guillaume Budé, ce volume a été soumis à l’approbation de la commission technique qui a chargé M. ou Mme X d’en faire la révision et d’en surveiller la correction en collaboration avec M. ou Mme Y » ;
  • la traduction est alors faite ; elle est le fruit d’une « collaboration étroite entre plusieurs spécialistes », de même que pour l’introduction et les commentaires. Cette collection propose une traduction « élégante et précise, avec des notes », ce qui fait qu’elle n’est pas « démodée », même des années plus tard12, et qu’elle est communément appelée traduction littéraire.

Le site des Belles Lettres ainsi que l’Index du Bulletin de l’association Guillaume Budé et de son supplément critique nous offrent déjà une vision précise du but visé par l’éditeur ainsi que le public qu’il cible. Mais cela nous montre également les différents éléments paratextuels mis en valeur par les éditions Les Belles Lettres.

L’identité visuelle des éditions Les Belles Lettres

Nous allons désormais présenter en quelques lignes les caractéristiques paratextuelles des éditions Les Belles Lettres, à savoir :

  • les titres, noms, collection et label ;
  • les éléments de critique scientifique (apparat critique, notes) ;
  • les éléments de mise en forme (couverture, format, maquette, typographie).

Théorisé par Gérard Genette, le paratexte renvoie à l’ensemble des éléments de renfort et d’accompagnement qui entourent et prolongent le texte pour le présenter sous la forme d’un livre13. Selon Philippe Lane, dont les travaux portent plus spécifiquement sur les motivations du développement d’un paratexte, celui-ci « consiste à la fois à informer et convaincre, asserter et argumenter » et serait à considérer comme un élément influençant le lecteur dans sa réception du texte14.

Le nom de l’éditeur et le label sont étroitement liés ; ils sont tous deux une marque de l’identité de la maison d’édition qui a publié le livre. Le label désigne la marque graphique de la maison d’édition, qui est plus communément appelée « logotype ». Le label des éditions Les Belles Lettres pour les œuvres latines des Budés est la louve romaine, louve qui a nourri les jumeaux Remus et Romulus, les fondateurs de Rome d’après le mythe. Ce label est une marque identitaire très forte, car il rappelle l’histoire de Rome, et donc en quelque sorte l’histoire des grands auteurs latins que l’édition a décidé d’éditer. La louve romaine a été dessinée à partir de la lupa nutrix (la louve nourricière) du Capitole, l’une des sept collines de Rome, qui est également le centre religieux et le centre du pouvoir de la cité.

Lupa Capitolina : louve avec Romulus et Rémus ayant servi au label des éditions des Belles Lettres pour les œuvres latines des Budés.

Lupa Capitolina : louve avec Romulus et Rémus. CC-BY-SA, Jean-Pol Grandmont (Wikimédia Commons).

Pour les Budés grecs, c’est la chouette d’Athéna qui a été choisie comme label. La chouette a été dessinée à partir d’un vase à parfum conservé au musée du Louvre à Paris. C’est également le label général de la collection Budé.

Aryballe protocorinthien en forme de chouette (vers 640 av. J.-C., musée du Louvre) ayant servi de base au label des éditions Les Belles Lettres.

Aryballe protocorinthien en forme de chouette (vers 640 av. J.-C., musée du Louvre).
CC0 Public Domain, Jastrow (Wikipédia).

Ces labels apparaissent sur la couverture, et on trouve le nom de la maison d’édition en toutes lettres placé au-dessous. Le nom apparaît également sur le dos de la couverture et la page de titre. Les Belles Lettres ont choisi deux labels étroitement liés à la collection Budé puisqu’ils reprennent deux symboles de la Grèce et de la Rome antique. Cela montre l’hyperspécialisation des Budés dans le domaine de la littérature antique.

La collection Budé, qui est une collection de « beaux livres », a un format bien spécifique qui se situe entre le grand format et le format de poche. Cette collection est imprimée sur papier vélin et son prix est donc en conséquence de 25 à 35 € le plus souvent.

C’est une collection qui propose un paratexte riche, comme nous l’avons vu dans la présentation des éditions Les Belles Lettres, avec une identité très forte de la couverture – en effet, les Budés des œuvres latines présentent une couverture de couleur rouge, et les Budés des œuvres grecques une couverture de couleur jaune. De plus, cette collection a une visée scientifique et universitaire, ce qui classe ses livres dans les livres spécialisés. Mais le nom de la collection chez Les Belles Lettres n’apparaît que sur la page de titre ; en effet, l’identité de la couverture est si forte qu’elle suffit à désigner à elle seule la « CUF ». Le directeur de cette collection pour la série latine est Jean-Louis Ferrary, qui est un historien spécialiste de l’Antiquité romaine ; c’est un chercheur et un universitaire. Ces informations sont importantes car elles sont directement liées aux visées de cette collection. De même pour la collection grecque, dirigée par Jacques Jouanna, helléniste spécialiste de la tragédie grecque et historien de la médecine antique.

Dans ce type de livre, la traduction n’est pas le texte, mais elle l’entoure ; c’est une aide à la lecture et à la compréhension du texte. Dans les éditions Les Belles Lettres, la traduction (page de gauche) et le texte original (page de droite ou belle page) sont en vis-à-vis. Il existe également des éditions bilingues qui proposent une traduction disposée en juxtalinéaire, c’est-à-dire que la traduction correspond ligne à ligne au texte original (le texte et la traduction sont présentés sous forme de colonnes). On peut citer les éditions du Temps par exemple, éditions qui publient principalement des ouvrages parascolaires et universitaires dans le domaine des lettres et des sciences humaines.

La principale différence qui existe entre ces deux types de disposition est que dans la première, la disposition en vis-à-vis, la traduction peut exister seule, sans le texte latin, car c’est une traduction littéraire. Alors que dans la seconde, la disposition en juxtalinéaire, la traduction ne peut être séparée du texte latin car c’est une traduction littérale, mot à mot, qui n’est présente que pour aider à la lecture du texte latin. C’est en cela que se démarquent également les Budés : la traduction proposée se suffit à elle seule, c’est un texte littéraire que l’on peut lire sans étudier le latin ou le grec.

L’apparat critique est enfin la « signature » des éditions Les Belles Lettres. En effet, c’est la seule édition bilingue d’œuvres de l’Antiquité classique à présenter un apparat critique, et c’est en grande partie pour cela qu’elles font partie des éditions scientifiques. En ce qui concerne la « CUF », en plus de l’apparat critique qui se trouve sous le texte latin, c’est-à-dire sur la page de droite, on trouve des notes de bas de page sous la traduction (donc sur la page de gauche). Ces notes participent à donner des précisions historiques, géographiques, biographiques et bibliographiques, qui sont données soit par le traducteur, soit par l’éditeur.

Conclusion

Les éditions Les Belles Lettres, avec les Budés, visent un public universitaire, c’est-à-dire des étudiants de la première année de licence au doctorat, des chercheurs et des spécialistes de la langue latine ou de l’Antiquité latine. C’est une édition plus complexe que d’autres car plus enrichie ; lire et étudier un apparat critique n’est pas à la portée d’élèves de collège, voire est difficile pour les étudiants à l’université. Mais cette édition présente aussi une visée littéraire, s’adressant également aux littéraires, aux curieux ou passionnés de littérature antique, et aux amateurs de beaux-livres. Les Budés représentent la qualité et la rigueur d’un texte littéraire antique en y mêlant la beauté de l’objet livre, qui est la marque des Belles Lettres.

Pour aller plus loin


1 CHARTIER, Roger, MARTIN, Henri-Jean, Histoire de l’édition française, tome IV, Paris, Promodis, 1991, p. 323.

2 « Historique, la France sans antiquité », Les Belles Lettres.com, 2014.

3 « Histoire populaire d’une collection mythique, la CUF », Les Belles Lettres.com, 2014.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 CHARTIER, Roger, MARTIN, Henri-Jean, op. cit., p. 323.

7 LEDUC, Jean, « Place du latin et du grec dans l’enseignement secondaire en France de 1902 à nos jours », Assises des Lettres : Les humanités pour quoi faire ? Enjeux et propositions, conférence de la SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail, Canal U, 2010.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 « Introduction », Paris, Les Belles Lettres, 1945, p. 3, op. cit.

11 Ibid.

12 « Histoire populaire d’une collection mythique, la CUF », Les Belles Lettres.com, 2014.

13 GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 7.

14 LANE, Philippe, La Périphérie du texte, Paris, Nathan Université, coll. « Fac. Linguistique », 1992, p. 17.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Toyotsu dit :

    Contrairement au latin, le grec n’est pas une langue morte, puisqu’on le parle toujours en Grèce. Si les Grecs modernes ne lisent pas Aristophane sans effort, on ne dirait pas que le français est une langue morte en parlant des éditions bilingues de la Chanson de Roland.
    Cordialement
    Merci pour votre carnet toujours intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *