« Le livre dont vous êtes le héros, le récit d’une collaboration »

En continuation de l’UE “Édition numérique”, les étudiants du Master Monde du Livre d’Aix-Marseille Université ont exécuté un Livre dont vous êtes le héros numérique (téléchargeable au format Epub) en langage HTML qui a ensuite été mis sur le blog. Voici le récit de ce projet qui a duré quelques mois.

La volonté première a été d’apprendre des difficultés et des erreurs de nos aînés. En effet, des problèmes rendaient impossible la présentation d’une version aboutie du projet. Aboutie ou non, l’ancienne promotion (2014-2015) du master avait malgré tout laissé une structure qui nous permettait de gagner du temps sur certains points : la recherche d’une histoire et la création d’un univers cohérent et une organisation structurelle. Tout ceci a donné l’occasion à plusieurs personnes de travailler indépendamment jusqu’à finir par construire une histoire une fois ce travail mis bout à bout.

Pour ce faire, l’ancienne promotion avait opté, en théorie, pour une structure en forme d’hélice d’ADN : deux boucles, composées de quatre à cinq chapitres chacune, partant du même point pivot et se rejoignant au même point qui devient alors un jalon obligatoire dans l’histoire (la libération d’une alliée, l’exploration de la cabine du capitaine, la salle des machines…). Ce système possède l’avantage de pouvoir travailler individuellement et contrebalance le manque de possibilités engendré, ce qui est facilement remarquable quand on connaît le format d’un Livre dont vous êtes le héros classique.

L’une des raisons principales expliquant que le livre n’était pas abouti était la présence de plusieurs problèmes et incompréhensions sur les formats. Certains auteurs n’avaient pas enregistré les images sous le bon nom, ou n’avaient pas saisi le bon format au moment de créer le lien entre image et code. Le code HTML étant rigoureux, une image insérée avec le mauvais nom ou la mauvaise extension ne s’affichera pas. Ensuite, il y avait des  incohérences dans l’histoire et parfois des boucles inachevées.

Afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs et de mener ce projet à terme, nous avons discuté et opté pour une nouvelle méthode de travail. Chaque étudiant de notre promotion prenait en charge une ancienne boucle à étoffer en ajoutant au minimum quatre chapitres. Cela permettrait de rajouter des variables à une histoire jugée trop linéaire et doublerait le volume de l’histoire sans l’étioler artificiellement. De plus, un étudiant devait créer un chapitre “d’introduction”, posant les bases de l’univers ainsi que les tenants et aboutissants de l’aventure dans laquelle le lecteur se prépare à entrer. Enfin, et surtout, un “responsable”, en l’occurrence une responsable, a été désignée. Celle-ci n’avait en charge aucune boucle, mais avait pour mission de reprendre et corriger toutes les erreurs de nos aînés, de créer un code de référence, un code de CSS (un code à insérer dans le dossier pour déterminer les polices, styles de paragraphes, images de fond…) dans le but de donner un habillage à la page, puis de coordonner le travail de l’équipe et de corriger les travaux au fur et à mesure pour s’assurer que les erreurs de l’année passée ne se répètent pas.

Sa première tâche fut de relire et modifier tous les anciens codes pour qu’ils correspondent au nouveau (faire disparaître quelques erreurs, et surtout intégrer la nouvelle page de CSS). Ensuite, il a fallu remonter le fil de l’ancienne histoire pour déterminer le plan et s’assurer que la structure en hélice était bien respectée. Cette précaution ne fut pas de trop, car nous nous sommes rendu compte que certaines boucles manquaient à l’appel et que la structure en elle-même n’avait pas été respectée sur certains points.

Devant cet état de fait, il a été décidé qu’au lieu d’étoffer des boucles qui n’existaient pas, l’étudiant en charge de la boucle concernée en créerait tout simplement une nouvelle. De plus, trois étudiantes devaient continuer l’histoire après le chapitre 6 (originellement la fin du livre) étant donné qu’il n’y avait pas assez de boucles pour l’ensemble de la classe. L’une d’entre elles s’est tout naturellement reportée sur la boucle créée afin de l’étoffer pour essayer de garder au mieux le même niveau de complexité entre chaque boucle.

Le travail des étudiants-auteurs se découpait en plusieurs étapes. Chacun a eu sa propre méthode, mais celle qui a été la plus communément suivie est la suivante :

  • réaliser un plan des chapitres ajoutés à la boucle ;
  • trouver les idées d’habillage à intégrer à ce plan (arriver dans une bibliothèque, sur un pont rempli de gardes, se perdre dans une mystérieuse pièce…) ;
  • chercher des images en rapport avec le thème souhaité, s’assurer que la-dite image est libre de droits et l’intégrer en respectant les consignes de présentation de la légende ;
  • écrire chaque chapitre en respectant le code de base donné.

Ces étapes se sont globalement déroulées sans accrocs, sauf à quelques détails près : les chapitres 15 et 19, qui devaient tous les deux arriver du chapitre-jalon 2 étaient incohérents en termes d’histoire. Les auteurs ont alors dû supprimer et remplacer presque dans son intégralité la boucle pour qu’elle redevienne logique.

Une fois la nouvelle boucle créée, elle devait être envoyée au responsable, qui s’assurait que le code était respecté et que chaque chapitre ne souffrait d’aucun défaut d’affichage. Si ce test était validé, les nouveaux chapitres étaient alors intégrés au livre.

Une fois toutes les boucles créées et étoffées, un chapitre final a été écrit par la responsable. Celui-ci devait terminer l’histoire en y apportant une conclusion, mais une précaution a été prise de ne pas être trop restrictif ni trop proche en terme de temps des boucles précédentes, afin de permettre aux étudiants de l’année prochaine d’y insérer leurs propres travaux sans avoir besoin de passer par un travail de réécriture.

Nous voilà en possession d’un livre qui, si le code est correct et si l’histoire ne s’interrompt pas brusquement, est encore truffé de fautes d’écriture et d’erreurs sur les images ou le type de licence. Est alors intervenu un étudiant qui, après avoir fait son travail d’auteur, a assisté avec brio la responsable pour créer un plan complet sur ordinateur :

Plan final du Livre dont vous êtes le héros 2016

Plan final du Livre dont vous êtes le héros 2016 – Licence CC BY

Il ne restait plus alors qu’à relire intégralement le livre, corriger les erreurs, rectifier quelques maladresses de codes qui avaient échappées à la première correction et enfin remplacer quelques images pour des raisons de droits ou de qualité.

La version finale et aboutie a ensuite été envoyée à notre tuteur de projet, Marin Dacos, qui s’est généreusement chargé de créer une version accessible et utilisable sur le carnet de recherche de notre Livre dont vous êtes le héros.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *