Les box littéraires : une idée surprenante

Cela fait quelques années qu’un phénomène s’est emparé de la France ou plutôt de nos boîtes aux lettres, prises d’assaut par des box en tous genres : maquillage, confiseries, alcool, sport mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse, des livres !

Les box littéraires, récemment arrivées sur le marché, fonctionnent aussi simplement que n’importe quelle autre box : grâce à un abonnement, allant de 10 à 30 euros par mois, vous recevez chez vous un livre. Il y a actuellement plusieurs offres différentes sur le marché. La Box de Pandore, spécialisée dans la littérature pour la jeunesse ; L’Exploratology, qui propose depuis 2013 un à deux livres ou magazines, coups de cœur de la fondatrice du site, et des abonnements classiques (dont un spécial « gros lecteur ») ou thématiques ; Once Upon a Book, qui offre un choix de plusieurs box personnalisées (à thèmes, spéciale « beaux livres » ou encore pour enfants) ; La Kube, née en 2015, se distingue des autres box puisque la personne reçoit un livre personnalisé choisi par un libraire dans les 24 heures qui suivent la commande. Il ne s’agit pas d’un abonnement mensuel, le client étant libre de commander un ou plusieurs livres par mois. Et dans chacune de ces box, les abonnés peuvent découvrir des petites surprises accompagnant leur livre !

L’exemple marseillais : Livre-moi(s)

L’histoire de Livre-moi(s) commence il y a un an et demi avec les conseils d’une libraire sudiste, Aurélie Durand, à son ami breton, Corentin Brossault, qui venait de terminer ses études de droit. En effet, ce dernier, voulant lire mais ne sachant pas quoi, a eu la bonne idée de demander à Aurélie Durand de lui choisir un livre personnalisé chaque mois et de le lui envoyer par la poste. Et voilà, le concept de Livre-moi(s) est né ! Parlant de leur façon de faire à leur entourage, ils se sont rendus compte de son succès et l’idée de créer une box littéraire a fait, petit à petit, son chemin : « Chez Livre-moi(s), nous souhaitons proposer la meilleure expérience de lecture en axant sur trois piliers : la qualité des livres, la personnalisation et un petit prix 1. »

Ainsi, en un an et demi, ils ont développé le concept, créé leur site internet, mis au point des partenariats avec les distributeurs et, de quelques dizaines d’abonnés, ils sont passés à plusieurs milliers. En tout, c’est plus de 10 000 livres qui ont été envoyés aux quatre coins de la France mais aussi du monde ! Car Livre-moi(s) propose ses services à plus de 50 destinations du globe : de nombreuses boîtes aux lettres européennes, brésiliennes ou encore australiennes peuvent en témoigner. En France, les box Livre-moi(s) sont très demandées dans les régions Ile-de-France, Rhône-Alpes, PACA et Bretagne mais aussi dans des villes ou villages, au sein desquels on ne trouve pas de librairie ou que leur accès n’est pas chose facile. Et même si plusieurs box littéraires ont vu le jour, il n’y a pas vraiment de concurrence sur ce marché encore très jeune, chaque box proposant des services variés pour différents lecteurs.

Une visite sur la page Facebook de Livre-moi(s) suffit à se rendre compte que les retours des abonnés sur leurs livres personnalisés sont positifs. Que ce soit par mail ou sur les réseaux sociaux, pour les gérants de Livre-moi(s), il est important d’instaurer un contact avec le client, qui est bien sûr différent du contact qu’on peut avoir en librairie physique : « Nous ne parlons pas en face à face mais à ma grande surprise, nous instaurons tout de même une relation. En effet, le contact se fait autrement comme par exemple par des échanges d’emails. Il nous arrive de recevoir des lettres manuscrites ou encore des cartes postales et ça, vraiment, on adore ! »

Venant de formations éloignées (des études de droit pour Corentin Brossault et un master « Métiers du livre » pour Aurélie Durand), les deux fondateurs se sont répartis les tâches en fonction de leurs compétences, différentes mais complémentaires. Ainsi, Corentin Brossault, doué en informatique, s’occupe du site internet et Aurélie Durand se charge des contacts avec les distributeurs et du choix des ouvrages pour les abonnés.  D’ailleurs quelle serait la différence entre le métier de libraire au sens traditionnel du terme, et le métier de libraire pour une box littéraire ?

Les bases de la profession (organisation, fonctionnement) je les ai apprises en librairie physique. Le passage par la boutique est extrêmement formateur car on apprend le métier auprès de ses collègues et auprès de la clientèle. J’ai travaillé dans deux types de librairies indépendantes : une petite spécialisée (2 000 références) et une grande générale (1 million de références) : les enseignements sont riches mais cadrés, spécifiques. Avec Livre-moi(s) je ne suis plus cantonnée à une spécialité (botanique et architecture pour mon passé en petite librairie) ou à un rayon (scolaire en grande librairie). Maintenant je fais ce que j’aime et ce qui me porte : la littérature générale ! Je n’ai jamais autant appris et découvert de livres et d’auteurs que depuis que je travaille pour Livre-moi(s). Un exemple tout simple est que je ne connaissais strictement rien à la science-fiction avant d’en avoir des lecteurs inscrits à notre abonnement. Il a bien fallu que je rattrape mes lacunes pour les conseiller convenablement et je suis même étonnée d’y prendre beaucoup de plaisir2 !

Désormais, les deux fondateurs pensent à développer leur site internet afin de permettre aux abonnés d’échanger sur leurs livres. Ainsi, l’aventure, qui a débuté par des conseils littéraires entres amis, n’est pas prête de toucher à sa fin : l’envahissement littéraire des boîtes aux lettres est parti pour durer.

Le test

Lorsque l’on s’inscrit sur Livre-moi(s), il faut remplir un formulaire qui permet à la libraire de cerner les goûts littéraires du lecteur. Ainsi, on indique les derniers livres lus, nos livres favoris ou encore le genre littéraire que l’on déteste.

Récemment on m’a offert un abonnement Livre-moi(s) pour une durée de trois mois (oui c’est la classe). Voici mes préférences littéraires : j’adore la littérature anglaise du XVIIIe et du XIXe siècle (Jane Austen, Frances Burney et les sœurs Brönte par exemple) et les sagas familiales (Les oiseaux se cachent pour mourir, Les Semailles et les Moissons, Les Fleurs de lune, etc.). Je déteste la science-fiction et n’y connais rien en policier (mais je ne suis pas contre me laisser tenter par une enquête).

Je mets fin au suspense insoutenable et vous dévoile la surprise qui est arrivée dans ma boîte aux lettres :

Sélection de la libraire de Livre-Moi(s)

Sélection de la libraire de Livre-Moi(s), licence CC-BY

Ce livre est le premier tome d’une saga familiale, Un balcon sur le Luxembourg écrit par Gilles Schlesser, qui commence en pleine seconde guerre mondiale, sous l’Occupation. Je ne connaissais ni le livre, ni l’auteur et la perspective de découvrir cette Saga parisienne, l’histoire d’une famille de 1942 à 2003, me réjouit déjà. Je suis donc très satisfaite du choix de la libraire.

Sur ces mots, je vous laisse : les secrets de la famille Ormen m’attendent.

1 Informations recueillies dans un échange de mails avec les gérants de Livre-moi(s).
2 Ibid.


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Onceuponabook dit :

    Bonjour,
    Article complet, simplement pour vous signaler que notre box (once Upon a Book) propose des box personnalisées depuis son démarrage et sans abonnement 🙂 bonne continuation

  2. J’aime beaucoup le concept 🙂

  3. Emilie Bonnet dit :

    Bonjour, connaissez-vous la nouvelle box littéraire Le Ptit Colli, lancée le 14 mai dernier par Collibris ? Elle propose deux livres au format poche sélectionnés en fonction des goûts des lecteurs ainsi que des goodies.

  1. 15 mars 2016

    […] Cela fait quelques années qu’un phénomène s’est emparé de la France ou plutôt de nos boîtes aux lettres, prises d’assaut par des box en tous genres : maquillage, confiseries, alcool, sport mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse, des livres !  […]

  2. 16 mars 2016

    […] Cela fait quelques années qu’un phénomène s’est emparé de la France ou plutôt de nos boîtes aux lettres, prises d’assaut par des box en tous genres : maquillage, confiseries, alcool, sport mais aussi, et c’est…  […]

  3. 28 mars 2016

    […] Après les box de maquillage ou de collants, les box de livres ! […]

  4. 23 juillet 2016

    […] Du côté commercial, il y a des projets en direction du livre et de la jeunesse qui fleurissent régulièrement. C’est ainsi que depuis quelques années maintenant, on voit se multiplier les exemples de box littéraires comme le dépeint le blog des étudiants du Master professionnel Lettres spécialité Monde du Livre à l’Universi… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *