Phallaina, une petite révolution dans le monde de la BD

Les records d’apnée sont certes impressionnants – tout le monde ne peut pas tenir plus de vingt minutes sous l’eau ou parcourir près de trois cents mètres sans respirer –, mais on se dit après tout que la passion et la persévérance conduisent naturellement à ce genre d’exploits. Si bien qu’on ne peut être que médusé par les performances d’Audrey Desmazières, une jeune traductrice capable de retenir sa respiration pendant un quart d’heure sans le moindre effort et sans aucun entraînement…

C’est qu’Audrey a une particularité : son cerveau possède un physeter, « une structure anomalique rare, située dans le cerveau au niveau du lobe temporal ». C’est le professeur Chaillet, neurologue, qui décrit ainsi cette anomalie qui a pour effet secondaire de provoquer des hallucinations au cours desquelles la personne se voit entourée de baleines et autres cétacés…

Vous l’aurez deviné, il s’agit bien sûr d’une fiction : Audrey est l’héroïne de la première « bande défilée », intitulée Phallaina. Cette bande dessinée entièrement numérique a en effet pour particularité d’utiliser le scroll horizontal, soit un défilement continu de gauche à droite, sans pages ni cases. Les transitions entre les images sont assurées par des effets de parallaxe qui transforment, par exemple, des vitres en carrelage, ou une haie en garde-fou.

Si l’image défile sans interruption, l’ensemble des quelque 1 600 écrans de tablette a été réparti en seize chapitres, représentant environ 1 h 30 de lecture. Option très appréciable : le marque-page personnalisé, permettant à chaque utilisateur de reprendre sa lecture là où il l’a arrêtée.

Phallaina est disponible gratuitement depuis le 28 janvier sous la forme d’une application développée pour Android et iOS. Si le support et les modalités de lecture proposés sont tout à fait innovants, est-ce pour autant une véritable révolution ?

Phallaina n’est pas une révolution au sens premier du terme. Mais l’œuvre de Marietta Ren détone, inspire et crée une forme de rupture. Trop souvent, les conceptions créatives restent attachées à un média en particulier, et ne « voyagent » vers un autre média que difficilement. Par exemple, bien que partitionné et encapsulé dans un habillage sonore qui lui est propre, un podcast demeure une simple émission de radio, écoutée via un smartphone ou un ordinateur ; un article web conserve une forme et une construction semblables à un article de presse classique, même enrichi par des vidéos ou des photos. En suivant cette logique, Phallaina n’aurait pu être qu’une bande dessinée traditionnelle, téléchargeable via l’App Store ou l’Android Market, qui se lit à la verticale, en tournant les pages virtuelles avec son doigt, à la manière d’un livre numérique. Les créateurs de l’œuvre ont visiblement refusé cette logique et ont donc inventé un outil foncièrement novateur1 ».

Novatrice, la BD l’est à plus d’un titre, car contrairement aux autres, elle n’est pas muette : un environnement sonore, composé par Côme Jalibert, participe grandement à l’ambiance de ce roman graphique digital en noir et blanc. Phallaina tient ainsi plus du dessin animé que de la bande dessinée traditionnelle. Et pour cause : Marietta Ren, son auteure, est diplômée de l’école des Gobelins en conception-réalisation de film d’animation et a travaillé entre autres sur Ernest et Célestine et Avril et le monde truqué.

Elle a aussi participé à l’album collectif Merveilleux ! Contes et légendes illustrés, publié en 2013 par Café Salé INK, et a co-signé en 2010 l’album Je suis deux, déjà en noir et blanc, avec Eugény Couture, ancienne diplômée des Gobelins elle aussi. Celle-ci co-signe le texte de la mythologie des Phallaina, ce peuple mi-homme mi-baleine dont la BD tire son nom. Cette légende s’accompagne de fausses pages Wikipédia aussi vraies que nature qui participent au réalisme de l’histoire, à l’image des nombreux SMS échangés entre Audrey et les autres protagonistes.

La BD a été réalisée en collaboration avec le studio Small Bang, créé en 2012 par Pierre Cattan, initiateur notamment des Open Bidouille Camp et co-fondateur de la revue Usbek & Rica, et le média Les Nouvelles Écritures de France Télévisions, créé en 2013, axé sur la recherche narrative. L’agence Oikos, quant à elle, s’est chargée de la gigantesque fresque physique de Phallaina (115 m de long sur 1,10 m de haut), exposée au dernier festival d’Angoulême. Cette fresque interactive est équipée d’une bande sonore géosituée : en fonction de l’endroit où se trouve le lecteur devant la fresque, un son correspondant lui est transmis dans le casque. Cette fresque sera prochainement exposée à La Ferme du Buisson, à Marne-la-Vallée, du 6 au 24 avril.

Un conseil donc : n’hésitez pas à vous y rendre si vous le pouvez, et surtout plongez rapidement dans la lecture de cette passionnante bande défilée.

Extrait de Phallaina

Phallaina, Copyright Marietta Ren, 2016

Pour aller plus loin :

1 « Phallaina : révolution ou innovation ? », TimGrid, 12 février 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *