Les défis de l’édition contemporaine – Rencontre avec Emmanuël Souchier, Jean-Yves Mollier et Éric Hazan


« Éditer aujourd’hui », un cycle de conférences initié par le master professionnel « Monde du livre » de l’université d’Aix-Marseille, interrogeait cette année les ruptures de l’édition contemporaine lors d’une rencontre organisée le 18 janvier 2016, en partenariat avec le master « Métiers des archives et des bibliothèques », le SCD de l’université et l’ABF-Paca.

Télécharger et écouter l’enregistrement sonore de la rencontre

Après avoir fait porter sa réflexion en 2014 sur « L’accès à l’édition », cette journée a été l’occasion de revenir sur les différentes facettes du métier d’éditeur – de la conception à la diffusion d’un livre –, mais aussi de questionner le rôle et les pratiques des autres acteurs de la chaîne du livre. En effet, le monde de l’édition est en pleine mutation : entre l’apparition des nouvelles formes numériques et les difficultés liées au contexte économique, éditer aujourd’hui semble être un véritable défi pour un éditeur indépendant. Nous avons accueilli trois intervenants pour réfléchir à ces questions : Emmanuël Souchier, sémiologue du texte et de l’image, professeur de littérature et d’information et communication au Celsa Sorbonne et auteur entre autres de l’article « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale1 » ; Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste de l’histoire de l’édition, auteur de nombreux ouvrages sur l’édition et tout récemment de Une autre histoire de l’édition française paru en 2015 aux éditions La Fabrique ; et enfin Éric Hazan, fondateur des éditions La Fabrique, spécialisées dans la publication d’essais politiques traitant de thèmes sujets à polémiques et peu couverts par d’autres éditeurs , auteur et diffuseur de la revue Nioques.

Éditer aujourd'hui 2 - Journée d'études © Jean-Jacques Compain, 18 janvier 2016

Éditer aujourd’hui 2 – Journée d’études © Jean-Jacques Compain, 18 janvier 2016

« Il n’y a pas d’auteur sans éditeur » (Emmanuël Souchier) : la matérialité du livre comme espace communicationnel

En tant que sémiologue, Souchier invite à penser le texte dans sa matérialité, mais toujours sous l’angle de l’interdisciplinarité. Écartant d’entrée les dimensions sociale, politique, économique et industrielle du texte, il a choisi de centrer son propos sur une dimension particulière : la fonction éditoriale. Le but n’est pas de rendre compte de faits historiques, mais d’analyser et de comprendre des phénomènes communicationnels et sociaux. Les acteurs de la chaîne éditoriale sont nombreux et chacun d’eux est porteur d’une vision du texte que Souchier propose précisément d’interroger. Entre ces acteurs, notamment l’auteur et l’éditeur, une communication et une relation de pouvoir s’établissent autour du texte et de l’écrit.

Parmi les nombreuses questions soulevées par le sémiologue, une en particulier agit comme un fil conducteur de ses recherches : un manuscrit, une édition originale et une édition illustrée donnent-ils à voir le même texte ? Avec cette problématique qui peut paraître simple, E. Souchier est revenu sur l’importance du décentrement disciplinaire, interrogeant par là la notion d’auteur et son rapport aux autres acteurs de l’écrit.

L’interdisciplinarité devient essentielle. Selon lui, en effet, « les historiens du livre ne s’intéressent pas nécessairement à l’histoire de l’écriture, et les historiens de l’écriture oublient qu’en fait il y a quand même quelques livres qui traînent dans notre culture ». De même, les études universitaires de littérature ne prennent pas souvent en compte la matérialité du livre et ce qu’elle nous dit du texte que nous avons sous les yeux, du lien qui existe entre l’écriture, le texte et l’objet que nous possédons en tant que lecteur.

C’est en travaillant sur les Exercices de styles de Raymond Queneau et en analysant les différents états du texte – manuscrit, tapuscrit, différentes éditions commercialisées – que Souchier fait évoluer son questionnement. Si, pour le linguiste et le littéraire, le texte reste résolument le même quels que soient ses différents états, le généticien, lui, les prend en compte. En effet, son premier geste est de classer et de mettre à jour les variantes d’un texte dans le but, par exemple, d’en établir une édition critique. Le généticien considère les différents états du texte chronologiquement. Cependant, son interprétation du texte considéré comme final ne prendra pas en compte ses états successifs antérieurs et ce qui se joue entre eux. Or, c’est précisément dans ce lien qu’il faut trouver du sens pour cerner « la relation intime entre la matière et l’esprit du texte ». Pour lui, considérer une édition d’un texte comme le stade final de ce texte serait même un paradoxe. Non seulement les autres écrits d’un auteur peuvent enrichir le texte, mais les acteurs de l’édition eux-mêmes, dans leur exercice professionnel, donnent un nouvel éclairage au texte qui crée du sens. Le livre est alors chargé d’une « polyphonie énonciative ». Les différentes éditions d’un même texte qui circulent sur le marché ne sont donc pas la même œuvre.

Emmanuël Souchier est alors revenu à l’acte d’écriture. Avec le premier manuscrit de Proust, nous avons pu voir que l’auteur lui-même anticipe les actes éditoriaux dans sa manière d’organiser son texte sur la page. Les codes culturels propres à l’édition sont déjà présents dans le premier geste anthropologique de création du texte.

De L’Édition sans éditeurs (1999) à Une autre histoire de l’édition française (2015), quel avenir (prévisible) pour l’édition ? (Jean-Yves Mollier)

L’éditeur a donc un rôle clé à jouer, puisque la matérialité qu’il apporte à un texte lui confère une nouvelle voix. Toutefois, face à un paysage éditorial en pleine mutation, Jean-Yves Mollier s’interroge sur la place de l’éditeur dans le monde contemporain, en partant du livre fondamental d’André Schiffrin, L’Édition sans éditeurs (La Fabrique, 1999).

Dans cet ouvrage, Schiffrin explique que l’éditeur tel qu’il est apparu à la fin du XVIIIe s. n’existe plus. Initialement, l’éditeur substituait la logique de l’offre à la logique de la demande, à l’image de Charles-Joseph Panckoucke, inventeur d’un nouveau format et d’une nouvelle manière de commercialiser l’Encyclopédie. Il évoque donc les transformations qu’a connues le monde de l’édition aux États-Unis depuis le début des années 1980, dues au phénomène de concentration. Ces années marquent le passage d’une forme de concentration de type industriel, c’est-à-dire un groupement de plusieurs maisons d’édition, à une concentration de type financier. Si Schiffrin ne remet pas en cause la logique capitaliste de l’édition, il dénonce cette concentration financière qui exige des éditeurs qu’ils réalisent un chiffre d’affaire supérieur à 10 % à une époque où l’inflation est extrêmement basse, empêchant ainsi toute prise de risque éditoriale puisque les éditeurs se contentent alors de reproduire le modèle des livres qui se vendent, au lieu de chercher de nouveaux auteurs qui pourraient faire évoluer notre vision du monde et de la littérature.

Schiffrin concluait qu’il était moins pessimiste quant à la situation de l’édition en France. Seize ans plus tard, Jean-Yves Mollier publie Une autre histoire de l’édition française aux éditions La Fabrique également : que s’est-il passé dans l’intervalle ? La France a suivi le modèle américain et le phénomène de concentration s’est accéléré. Cela s’est notamment vérifié en 2002, lorsque le groupe Vivendi-Universal, alors au bord de la faillite, a mis en vente sa branche française consacrée aux livres, modifiant ainsi la structure de l’édition française qui comportait à l’époque deux grands groupes (Hachette et Vivendi-Universal Publishing), quatre groupes moyens (Flammarion, Albin Michel, Gallimard, Le Seuil) et des centaines de PME de l’édition. Hachette a racheté Vivendi-Universal Publishing à hauteur de 40 %, et depuis, Flammarion a été racheté par Gallimard et Le Seuil a été vendu à La Martinière. Aujourd’hui, la structure de l’édition française voit à sa tête Hachette, un géant au chiffre d’affaire annuel supérieur à deux milliards d’euros, fortement présent au niveau international et dans le top 10 mondial des plus gros éditeurs, suivi par quelques groupes ayant un chiffre d’affaire annuel tournant autour de 200 à 600 millions d’euros et de centaines de PME de l’édition.

Autre phénomène contemporain essentiel : le poids de nouveaux acteurs dans l’économie du livre, tel Amazon. En 2014, le contrat qui liait Hachette à Amazon pour la commercialisation de ses livres aux États-Unis a expiré. Hachette a proposé à Amazon de reprendre le contrat à l’identique, mais ce dernier a refusé et les deux groupes se sont retrouvés engagés dans de vives négociations. Hachette a fini par céder et par signer le contrat, dont les clauses n’ont pas été révélées au public. Ainsi, le monde de l’édition est confronté aujourd’hui à ce que l’on nomme le GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), ces géants du web aux chiffres d’affaires colossaux – la valeur d’Apple est supérieure à 150 milliards d’euros – face auxquels le monde de l’édition ne peut rivaliser : les dix groupes éditoriaux les plus importants au monde représentent à peine 40 % du chiffre d’affaire d’Amazon. Ce dernier a d’ailleurs lancé son prix littéraire de l’auto-édition en 2015, et rémunère les auteurs auto-édités à hauteur de 70 %, alors que le taux avoisine les 10 % en passant par un éditeur traditionnel. En faisant cela, Amazon incite les auteurs à ne plus passer par les éditeurs, et nie ainsi toute la plus-value qu’ils apportent au livre. Amazon compte par ailleurs sur les réseaux sociaux pour promouvoir ces ouvrages, effaçant le rôle de conseil des libraires ou des critiques littéraires dans la presse, puisque ces nouveaux outils numériques font désormais partie intégrante de la construction de la visibilité littéraire, comme en attestent les chiffres de vente des livres écrits par des Youtubeurs célèbres, quand bien même la qualité littéraire de ces ouvrages n’est pas toujours au rendez-vous. Selon Mollier, la lecture n’est pas menacée, puisque l’humanité a lu sur bien des supports différents et continuera à s’adapter aux nouveaux supports amenés par le numérique. En revanche, nous sommes confrontés aujourd’hui à de nouveaux acteurs de l’économie mondiale, des géants dont le but est de faire le maximum de profit, et qui ont la volonté de gagner le plus de terrain possible sur leurs concurrents. On peut donc s’interroger sur la place qu’il restera alors aux acteurs de la chaîne du livre.

« Comment faire connaître un nouveau livre ? » (Éric Hazan) : un recours à l’interprofession essentiel pour l’édition indépendante

Face à cette concentration croissante de l’édition autour de quelques empires industriels, on peut s’interroger sur la manière dont subsiste la myriade de petites maisons indépendantes qui composent une partie du paysage éditorial actuel. Éric Hazan a d’emblée donné une grande place à la réflexion sur les enjeux du monde éditorial dès la création des éditions La Fabrique. L’un des tout premiers auteurs de son catalogue n’est autre qu’André Schiffrin, qui y a dirigé l’ouvrage collectif Le Livre : que faire ? donnant la parole à de multiples acteurs du monde du livre pour un débat, déjà, sur le thème « Éditer aujourd’hui ». Éditeur aux éditions d’art Hazan à partir de 1983, puis fondateur des éditions La Fabrique en 1998, il a choisi de s’interroger, à partir de son expérience personnelle, sur la manière de faire connaître un livre lors de sa parution dans le cas d’une maison d’édition peu connue, disposant de peu de moyens financiers. Pour lui, cet accompagnement du livre à sa sortie des presses de l’imprimerie passe par le recours aux richesses de l’interprofession : c’est alors tout un réseau qui se met en place afin d’encourager cette diffusion.

Présentoir de la BU pour la journée Éditer aujourd'hui 2, © Jean-Jacques Compain, 18 janvier 2016

Présentoir de la BU de lettres pour la journée Éditer aujourd’hui 2, © Jean-Jacques Compain, 18 janvier 2016

L’éditeur a tout d’abord réfléchi aux difficultés éprouvées par les petits éditeurs face aux médias. Trop peu de temps est consacré au livre sur les ondes, d’autant plus lorsqu’il s’agit de livres de petites maisons : sur France Culture, c’est tous les ans et demi seulement que l’on évoque les ouvrages de La Fabrique. Le constat est également mitigé en ce qui concerne la presse écrite, bien qu’elle traite davantage des nouvelles parutions littéraires. On y retrouve principalement des critiques d’ouvrages issus de grands groupes éditoriaux, mais peu de titres publiés par de petites maisons indépendantes. Plusieurs raisons à cela : tout d’abord, un petit éditeur n’a pas les moyens de s’offrir des pages publicitaires, principale source de revenus des suppléments critiques. Les gros éditeurs accaparent alors ces espaces et, en contrepartie, voient leurs livres privilégiés dans les rubriques dédiées à la critique. De même, les critiques littéraires sont nombreux à aspirer à une carrière d’écrivain et à nourrir l’espoir de se faire publier un jour. Pour ces raisons, ils favoriseraient les critiques élogieuses d’ouvrages de gros éditeurs afin d’augmenter leurs chances d’atteindre cet objectif. Enfin, les publications d’un éditeur engagé sont passées sous silence dans la presse quand il adopte certaines prises de position, comme c’est le cas pour La Fabrique et la question palestinienne, traitée dans plusieurs ouvrages de la maison. Seul le nouveau média que constitue internet pourrait représenter une mise en valeur positive. Que la critique soit bonne ou mauvaise importe peu, l’essentiel étant que l’on parle du livre. Toutefois, malgré cette note optimiste, le phénomène reste restreint et lié à des initiatives singulières.

Pour Hazan, « l’oxygène » des éditeurs réside véritablement dans les librairies indépendantes. Une cinquantaine d’entre elles soutiennent et valorisent le travail de La Fabrique à travers la France, et les relations avec ces acteurs du monde du livre sont cruciales pour la bonne marche de la maison. D’une part, cette relation s’entretient par l’intermédiaire du diffuseur – dans le cas de La Fabrique, Les Belles Lettres – et donc des représentants, qui transmettent aux libraires les arguments recueillis auprès de l’éditeur pour présenter une prochaine publication. Les échanges avec les représentants sont toujours essentiels pour lui, qui tient à ce qu’ils disposent des manuscrits afin de connaître au mieux les futures parutions ; les libraires sont également nombreux à recevoir des services de presse de la part de La Fabrique – dont les envois sont privilégiés par rapport à ceux des journalistes –, mais aussi, lorsque cela est possible, des épreuves reliées de l’ouvrage avant sa parution. D’autre part, le contact direct avec les libraires est primordial, et passe notamment par des visites régulières ; il s’agit aussi de répondre présent à chaque invitation, quelle que soit la structure qui en est à l’origine, afin de nouer des liens privilégiés avec eux.

L’éditeur prend aussi à cœur l’instauration d’un lien privilégié avec le lecteur en tant que destinataire final du texte. Il se matérialise par un site web clair, bien agencé et dynamique : celui de La Fabrique propose de courtes vidéos de présentation de chaque nouvelle parution. Pour Hazan, l’édition actuelle passe donc par un travail de qualité autour du livre, mais aussi par tout un travail relationnel et de communication qui suit la fin de la fabrication du livre proprement dite.

Devant un public nombreux, ces trois personnalités du monde du livre ont ainsi dessiné un paysage éditorial contemporain très vivant mais fragile, nécessitant une attention soutenue et active de la part de tous les acteurs de la chaîne du livre.

Article écrit par Clara Ballester, Crystel Junca et Lucile Rivaux


1 SOUCHIER, Emmanuël, « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale », Communication et langages, vol. 154, n°1, 2007, p. 23-38.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30 mars 2016

    […] « Éditer aujourd’hui », un cycle de conférences initié par le master professionnel « Monde du livre » de l’université d’Aix-Marseille, interrogeait cette année les ruptures de l’édition contemporaine lors d’une rencontre organisée le…  […]

  2. 30 mars 2016

    […] Compte-rendu d’une rencontre organisée le 18 janvier 2016, en partenariat avec le master « Métiers des archives et des bibliothèques », le SCD de l’université et l’ABF-Paca.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *