Shoot the book ! Soutenir l’adaptation cinématographique

Logo de Shoot the Book

Logo de Shoot the Book !

Pas de cinéma sans littérature ?

Le phénomène n’est pas nouveau, les arts se sont toujours influencés entre eux : il y a la poésie et la peinture (Ut pictura poesis1), mais il y a également le septième art et la littérature. Leur lien étroit s’est manifesté, et c’est toujours le cas, aussi bien sur le territoire américain (de Breakfast at Tiffany’s à Harry Potter) que sur le territoire français (Le Mépris, Zazie dans le métro ou encore plus récemment L’amour dure trois ans et L’Écume des jours). L’histoire de ces deux arts fut maintes fois couronnée, et dernièrement encore, la 88e cérémonie des Oscars, qui s’est déroulée le 28 février 2016, a récompensé de nombreux films adaptés de livres : The Revenant, The Big Short, Room, Le fils de Saul ou encore The Danish Girl.

À partir de ce constat, la SCELF (Société civile des éditeurs de langue française) décide, entre 2006 et 2013, de mener une enquête sur le marché français de l’adaptation cinématographique. Le résultat fut le suivant : un livre sur cinq est une adaptation.

Depuis quelques années, la France se distingue par le nombre d’initiatives et les succès internationaux qu’elle rencontre, comme l’adaptation de Le bleu est une couleur chaude, devenue La Vie d’Adèle, Palme d’Or au Festival de Cannes 20142.

Entre 5 et 10% du chiffre d’affaires de l’édition française provient des droits d’adaptation selon l’Institut français. Ce dernier estime également que la part d’adaptations de littérature française ne cesse d’augmenter, elle serait passée de « 23 % en 2006 à 32 % en 2012». Cela se comprend aisément car pour les producteurs, le livre est en quelque sorte une valeur sûre dans la mesure où il a déjà rencontré un public. Mais cette inflation des adaptations s’explique également par le véritable gain qu’elles représentent : « la vente des droits d’un livre au cinéma peut rapporter de 50 000 à 100 000 euros en moyenne4 ». Ainsi, selon Roland Neidhart, directeur de la SCELF, « le chiffre d’affaires généré dans l’édition française par les droits cinématographiques est passé de 3,5 millions à 5 millions d’euros5 ».

La création d’un événement unique

C’est à la suite de ce bilan que l’événement Shoot the book ! est crée en 2013, à l’initiative de la SCELF et en collaboration avec le BIEF (Bureau international de l’édition française). Cette journée professionnelle, unique en son genre, compte aussi des partenariats avec la Commission du Film d’Île-de-France, le MOTif et l’Institut français.

Shoot the book ! a pour ambition de créer un pont entre l’écrit et l’image sur le territoire international, en offrant la possibilité aux éditeurs français de rencontrer les professionnels du cinéma. Cet événement, dont le but est, nous l’aurons compris, de promouvoir l’adaptation cinématographique et le catalogue littéraire français, a lieu chaque année depuis trois ans. Il s’agit d’une journée professionnelle organisée lors de festivals de cinéma tels que le Festival de Cannes bien sûr, mais également à l’international, durant le festival international du film de Toronto6 (dont la première journée eut lieu en septembre 2015 avec la participation des maisons Place des Éditeurs, Dupuis, Gallimard Jeunesse et Actes Sud) ou encore, dernièrement, lors de l’American Film Market de Los Angeles, qui a réuni en novembre 2015 cinq autres éditeurs français (Delcourt-Soleil, Denoël, Fayard, Gallimard, ainsi que Dupuis et Dargaud), accordant la belle part au roman graphique et à la bande dessinée.

Shoot the book ! est l’occasion pour les éditeurs français de présenter, devant un jury composé de professionnels du cinéma, le titre de leur choix, qui possède à leurs yeux toutes les qualités requises pour une adaptation cinématographique. Chaque structure respectant les conditions suivantes peut y participer :

  • les droits d’adaptation de l’ouvrage doivent être disponibles ;
  • peut être proposée toute œuvre de fiction ou non fiction, bande dessinée à potentiel d’adaptation à l’international ;
  • l’ouvrage doit avoir été traduit dans l’une des huit langues suivantes : anglais, allemand, espagnol, italien, arabe, chinois, japonais, russe ;
  • un seul ouvrage par structure peut être présenté.

La sélection se fait via le site de Shoot the book sur lequel les éditeurs proposent aux producteurs une base de données de titres pouvant faire l’objet d’une adaptation audiovisuelle. En effet, les professionnels du monde cinématographique y peuvent sélectionner des titres par catégorie, mots-clés, personnage, époque, etc., selon le projet sur lequel ils travaillent ou désirent travailler. Ils peuvent également poster un message groupé aux éditeurs pour une recherche plus précise.

Shoot the book ! 2016

Cette année encore, le Festival de Cannes (qui se tiendra du 11 au 22 mai 2016) accueillera la troisième édition de Shoot the book ! le 17 mai, et le principe reste le même. Les éditeurs français (une dizaine cette année) ont la possibilité de proposer un livre, puis une sélection de dix titres est effectuée, sous la direction d’un jury (venu du monde entier) de treize professionnels de l’audiovisuel, comme la productrice Sophie Venner, la réalisatrice Marion Hänsel ou le scénariste Corneliu Porumbiou. Cette sélection est présentée lors d’une séance de pitches, petites performances orales devant convaincre le jury (en amont, le SCELF propose d’ailleurs une formation au pitch !). Les éditeurs ont alors un peu plus d’une heure pour défendre leurs titres et persuader le jury de leur potentiel cinématographique.

Toutefois, cette année Shoot the book ! c’est aussi de nouveaux rendez-vous. Une autre séance de pitches aura lieu dans l’après-midi, avec d’autres éditeurs, et pas seulement ceux qui auront été sélectionnés. Enfin, un happy-hour permettant des rencontres informelles devrait se tenir en fin de journée. Et le lendemain matin, le pavillon « Cinémas du monde », financé par l’Institut français, accueillera des rendez-vous individuels entre éditeurs et producteurs.

Pour cette année 2016 et pour la troisième édition de Shoot the book !, la sélection finale des dix titres, annoncée le 18 mars dernier lors du Salon du livre de Paris, se compose comme suit :

  1. Théorie de la vilaine petite fille d’Hubert Haddad, aux Éditions Zulma ;
  2. Madame Bâ d’Erik Orsenna, aux Éditions Fayard ;
  3. Bilqiss de Saphia Azzeddine, aux Éditions Stock (Prix du roman des lecteurs de L’Hebdo 2015) ;
  4. Et je danse aussi de AL Bondoux et JC Mourlevat chez Fleuve Éditions ;
  5. Délinquants et victimes : la traite des enfants d’Europe de l’Est en France d’Olivier Peyrous aux Éditions Non Lieu ;
  6. Black Cocaïne de Laurent Guillaume aux Éditions Denoël ;
  7. Mezek de Juillard et Yann aux Éditions Le Lombard 
;
  8. Le Cœur Cousu de Carole Martinez aux Éditions Gallimard (Prix Renaudot des lycéens 2007) ;
  9. Les Gens Honnêtes de Durieux et Gibrat aux Éditions Dupuis ;
  10. Il était une fois dans l’Est de Birmant et Oubrerie aux Éditions Dargaud.

Parmi ces titres finaux, nous constatons une présence majoritaire d’éditeurs de littérature générale, mais nous remarquons également une montée de la bande dessinée (Dargaud, Dupuis, Le Lombard). Un phénomène que l’on note aussi à l’écran si l’on se souvient de Persepolis, Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, et bien sûr La vie d’Adèle

Comme pour chaque édition, ces dix titres finaux donneront lieu à la publication d’un petit catalogue contenant également des titres susceptibles d’être adaptés au cinéma. Édité uniquement en version anglaise et publié par le BIEF, ce catalogue sera distribué aux producteurs présents lors de cette journée professionnelle.

Aujourd’hui, il semble que Shoot the book ! réponde aux attentes des éditeurs tout comme des professionnels du monde du cinéma. En effet, une extension du projet pourrait être organisée sur le marché asiatique et pour commencer en Chine, à Shangaï, en 20177. De plus, le concept pourrait évoluer et s’ouvrir davantage à l’international en invitant chaque année un pays.

Pour aller plus loin :

CARETTE, Lucie, « France succès pour la première édition de Shoot the book au Toronto International Film Festival », Mediamerica, 2015.

ROUSSEAU, Christine « Droits audiovisuels, les éditeurs passent à l’offensive », Le Monde, 2009.

Site de l’opération Shoot the book !.

Site de la BIEF.

VINCY, Thomas, « Festival de Cannes : les 10 ouvrages sélectionnés pour le 3e “ Shoot the book “ », Livres Hebdo, 18 mars 2016.

VULSER, Nicole, « Les maisons d’édition passent à l’offensive pour les adaptations littéraires à l’écran », Le Monde, 2008.

 

Quelques exemples de livres français adaptés au cinéma ces dernières années.

Quelques exemples de livres français adaptés au cinéma ces dernières années.
Source des images : AlloCiné


1 Expression signifiant « comme la peinture, la poésie » soit « la poésie est comme la peinture », tirée d’un vers du fameux texte d’Horace, L’Art poétique, datant de 12-11 av. J.-C. Elle est devenue un thème important quant à la correspondance entre les arts.

2 « Shoot the book ! au pavillon les Cinémas du monde ».

3 CARETTE, Lucie, « Franc succès pour la première édition de Shoot the book au Toronto International Film Festival », Mediamerica, 2015.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Les quatre œuvres sélectionnées au TIFF : Quelques mois à l’Amélie, de Jean-Claude Denis (Dupuis, 2002) bande dessinée ; Les Rochefort, de Christian Laborie (Place des Éditeurs, 2014) roman ; Rue des voleurs, de Mathias Enard (Actes Sud, 2012) roman et Tobie Lolness, de Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse, 2006) roman jeunesse.

7 VINCY, Thomas, « Festival de Cannes : les 10 ouvrages sélectionnés pour le 3e “ Shoot the book ” », Livres Hebdo, 18 mars 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *