Un regard sur la fantasy en France

Une petite explication théorique du genre

Quel est le point commun entre Le Seigneur des anneaux, Harry Potter et Twilight ? Outre qu’ils aient été adaptés au cinéma, tous trois sont des livres de fantasy.

Il n’existe pas de terme français pour désigner les littératures de l’imaginaire et les différents genres qui en découlent. La fantasy remonte au roman gothique qui a connu un succès plus important au Royaume-Uni qu’en France. Originaire des îles britanniques, c’est un genre descendant du romantisme où le surnaturel et l’étrange sont omniprésents. Souvent confondu avec le roman noir en France, il marque un engouement pour l’excès, dans les sentiments ou la nature, avec des décors stéréotypés, des prisons médiévales, des châteaux hantés et des lieux étranges. Vampires, esprits, anges et démons y sont bien souvent légion, et les personnages sont aux prises avec un monde surnaturel qui les dépasse et les menace.

Plus tard, les États-Unis présentent les premières sagas1 qui créeront définitivement une tendance et les prémices d’un genre. Cette influence anglophone est omniprésente de nos jours, ne serait-ce que par le terme anglais « fantasy » utilisé pour décrire ce genre. Signifiant « imagination », il s’inscrit dans le spectre des littératures de l’imaginaire, sur lesquelles le public comme les éditeurs peinent à attribuer des définitions claires. Souvent confondue avec le « fantastique », la fantasy répond à des codes et des attentes totalement différents. En s’appuyant sur la classification du théoricien Todorov, nous pouvons dire que la fantasy est un genre qui se tient à la croisée des chemins entre fantastique et merveilleux2.

De manière schématique, le fantastique traite l’irruption du surnaturel et de l’incompréhensible dans un monde initialement réel, cohérent et normé. La fantasy, quant à elle, nous présente un univers où la magie, le merveilleux, font partie intégrante des lois de l’univers et ne provoquent ni surprise ni dérangement auprès des protagonistes car ils sont intégrés à la physique de cet univers3.

Il faut encore marquer une différence avec le genre commun de l’horreur. La magie et le surnaturel y sont prédominants, mais ce surnaturel est menaçant, dangereux, et très rarement connoté comme quelque chose de positif pour les héros qui le subissent plus qu’ils ne le vivent. Pour donner des exemples communs, on pourrait mentionner Le Horla de Maupassant pour le fantastique, en opposition avec Le Seigneur des anneaux de Tolkien, une série fantasy. Difficile de citer un livre pour l’horreur. En effet, c’est un domaine qui, très souvent, est hybride, notamment avec le fantastique. Le cinéma en est très friand, on ne compte plus les films classés dans le genre « horreur ». En littérature grand public, on peut dégager l’écrivain Stephen King dont l’œuvre très volumineuse traite souvent des peurs, de l’effroi et des angoisses humaines profondes.

Le terme « fantasy » commence déjà à trouver ses limites. De plus en plus de sous-genres de la fantasy apparaissent et se développent dans le paysage éditorial. Ils sont nombreux et subtils, et, même s’ils semblent quasi identiques aux yeux du néophyte, ils ont une importance certaine, et ce, principalement parce que les enjeux au moment de l’écriture sont radicalement différents de l’un à l’autre. Alors qu’il en était encore à ses débuts, on pouvait dégager plus ou moins trois grands groupes au sein du genre de la fantasy. Anne Berthelot les explique synthétiquement dans l’un de ses articles :

  • high fantasy : univers souvent médiévalisant avec des héros guerriers ou magiciens ;
  • dark fantasy : une thématique se rapprochant souvent de l’horreur à la Lovecraft ;
  • urban fantasy : dans un cadre généralement urbain, on s’intéresse à la coexistence de créatures hybrides (comme les vampires ou loups-garous) : la ville y est perçue comme microcosme de l’autre.

Pour permettre une meilleure contextualisation, Tolkien est la référence indiscutable en termes de high fantasy dans la culture populaire, d’autant plus que deux trilogies à grand succès (Le Seigneur des anneaux, puis, dix ans plus tard, Bilbo le Hobbit) ont marqué les esprits au cinéma. Lovecraft a été explicitement cité comme auteur de dark fantasy. L’urban fantasy est, en revanche, un sous-genre assez récent. Les exemples ne sont cependant pas compliqués à trouver aux vues du dernier succès commercial de Twilight qui, bien qu’ayant ses faiblesses en termes de qualité narrative, prouve assez clairement l’engouement que la fantasy provoque encore.

Un autre théoricien, Jacques Goimard, propose une classification plus complète dans son ouvrage Critique du merveilleux et de la fantasy.

On distinguera par exemple l’héroic fantasy […] où le héros, dépourvu de pouvoirs surnaturels, affronte les forces du mal qui, elles, ont des pouvoirs surnaturels et les utilisent ; et la high fantasy, où le héros et ses alliés entreprennent une quête, qui, au-delà du trésor à découvrir, leur apprend à utiliser les pouvoirs qui sont latents en eux, et qui ont une dimension éthique. […] La low fantasy, surtout en Angleterre, chevauche la frontière entre l’univers des hommes et celui des lutins […]. Mais l’orée du bois est partout […] ».  [p. 253] ;

« La science fantasy : nous sommes maintenant dans un futur où il y a un espace commun à tous les aventuriers. Les phénomènes les plus imprévus (ou les superpouvoirs les plus impressionnants) ne sont plus cantonnés dans les mondes cloisonnés, ni réservés à des êtres inaccessibles : un simple voyage suffit. » [p. 257 – 259] ;

« La romantic fantasy : la S.-F. a la réputation bien établie d’être une littérature masculine. Mais le lectorat féminin s’est épanoui et diversifié avec le mouvement féministe, et les écrivaines […] font aujourd’hui un usage très spécifique du genre qui nous occupe dans ce livre : les héros sont généralement des héroïnes, guerrières ou magiciennes, et leur vie d’aventures ne les empêche pas de mener à bien des quêtes sentimentales ou de vivre des tragédies. » [p. 413 – 415] ;

« La light fantasy : des héros enfantins, du nonsense, des monstres, des mondes qu’on démonte comme des monstres, un tragique latent […] tempéré par un humour parfois insolent, parfois léger, des superpouvoirs plus amusants qu’inquiétants, des quêtes initiatiques telles qu’on peut les vivre à douze ans, les lire à huit ans et les voir à quatre ans sur les écrans […] la fantaisie au sens français – telle est la light fantasy […]. Légère chez Vance ou Eddings, elle s’essaie au burlesque et à la caricature chez Piers Anthony ou chez le très Britannique Terry Pratchet. » [p. 493 – 495].

Des exemples concrets d’auteurs de fantasy française

La question de « à quel type de fantasy avons-nous affaire » est épineuse, car la réponse est en constante évolution. De nos jours, le genre se décomplexe de plus en plus, de nouveaux auteurs affluent et chacun apporte avec son œuvre, pour peu qu’elle soit originale, un nouveau type de fantasy. Un exemple très concret : À la croisée des mondes, l’œuvre magnifique du britannique Phillip Pullman, est difficile à classer avec ces étiquettes. À la fois fantasy et science-fiction, on pourrait presque y coller une étiquette de steampunk fantasy4 et cela se justifierait pour le premier tome. Malgré la dominance écrasante des auteurs anglais et américains sur le marché, la fantasy française existe, et est chèrement défendue par de nombreux éditeurs, comme (pour ne citer qu’eux) Bragelonne ou les éditions Mnémos. Prêtons-nous à l’exercice de la fiche de lecture :

Pierre Bottero ou le voyage dans l’Imagination

Titre(s) : La Quête d’Ewilan (trilogie), Les Mondes d’Ewilan (trilogie et suite), Ellana (trilogie et suite), L’Autre (trilogie indépendante des trois premières), Les Âmes croisées.

Qui est l’auteur ? : Pierre Bottero est mort bien trop tôt des suites d’un accident de la route, laissant derrière lui trois trilogies très importantes qui ont marqué l’esprit de beaucoup de jeunes lecteurs endeuillés (dont votre rédactrice ici présente). Auteur provençal, il venait presque chaque année au Salon du livre jeunesse d’Aubagne et n’hésitait pas à parler avec ses lecteurs, ou leurs parents, longuement.

Pourquoi le lire ? : C’est un style d’écriture très léger et poétique, que certains, en le relisant, pourraient trouver simpliste, d’autres non. Il faut lire pour se faire son opinion. L’auteur, ici, prend plaisir à jouer avec la langue et les images, et même si certains sceptiques pourraient considérer Bottero comme un rêveur compulsif, cela n’enlève en rien le plaisir de la découverte. En outre, les personnages sont tous dotés d’une personnalité forte, et les personnages féminins n’ont pas pour unique vocation d’être des faire-valoir à leurs pendants masculins. Tout au long des récits apparaissent de belles questions sur la diversité, l’amitié, l’amour, et la valeur que chaque personne peut avoir. Il n’y a pas de « méchants » au sens manichéen du terme. Enfin, toutes ses trilogies sont liées : Les Âmes croisées, publié quelques jours avant la mort de l’auteur, devait être un livre-passerelle entre les trilogies d’Ewilan et celle de L’Autre, découlant vers une trilogie mêlant ces deux univers, qui ne verra malheureusement jamais le jour. Avec la relecture, on peut se rendre compte que Bottero était en plein apprentissage de sa plume : sa gestion des personnages et des intrigues, le « rythme » de ses œuvres étaient de mieux en mieux abordés, ce qui fait de cette trilogie fantôme une énorme frustration pour son lectorat le plus assidu.

Erik L’Homme, le rêveur des étoiles

Titre(s) : Le Livre des étoiles, (trilogie), A comme Association (huit tomes).

Qui est l’auteur ? : Erik L’Homme est un grenoblois qui, au début, était un historien avant de se consacrer à l’écriture. Ami de Pierre Bottero, il a écrit avec lui A comme Association, qui devait initialement se dérouler ainsi : un tome par Bottero (basé sur le point de vue d’un personnage), un tome par Erik L’Homme (basé sur un autre point de vue). Après le décès de son ami, il a repris la série seul, mais ne gardant plus que le seul point de vue de son propre personnage. Erik L’Homme était présent au Salon du livre jeunesse d’Aubagne de 2014.

Pourquoi le lire ? : Sa trilogie du Livre des étoiles est une œuvre d’une très bonne qualité narrative. Si l’on devait revenir aux étiquettes de la fantasy, ce serait probablement de la low fantasy puisque l’histoire des personnages se déroule à l’origine dans notre monde, coupé de notre civilisation. Le personnage principal est un jeune garçon attachant et très intelligent qui rapidement dominera la magie (qui se rapprocherait d’une science régie par des règles fixes). Cette trilogie met en place avec talent des questionnements sur la vérité, la famille et l’honnêteté de chaque personnage. Bien que se lisant avec plaisir, Erik L’Homme est un auteur destiné à un public un petit peu plus jeune que celui de Bottero ou Pierre Grimbert, incontestablement le plus « adulte » des trois auteurs présentés ici.

Pierre Grimbert et la naissance des dieux

Titre(s) : Le Secret de Ji (tétralogie), Les Enfants de Ji (pentalogie), Les Gardiens de Ji (tétralogie).

Qui est l’auteur ? : Pierre Grimbert est un auteur né à Calais. Assez rapidement, il va créer sa propre maison d’édition, les éditions Octobre, basée également sur la publication d’auteurs de fantasy française.

Pourquoi le lire ? : Le style d’écriture est bon, et l’histoire bien menée. Longtemps, on s’identifie avec les personnages, dans l’ignorance de ce qui leur arrive et le désir qu’ils se tirent du cauchemar qui les poursuit. Il n’y a pas de « surhomme » dans les personnages de Pierre Grimbert. Certains ne savent pas se battre et ont besoin de la protection des guerriers du groupe, et ceux-ci nécessitent la sagesse et la lucidité des autres. Enfin, Pierre Grimbert offre un renversement rafraîchissant dans les stéréotypes de caractères : les deux personnages principaux de la première tétralogie, Yann et Léti sont leurs opposés : Yann est introverti, discret, a soif d’apprendre et fait un très piètre combattant, soit un caractère que l’on attribuerait plus facilement à un personnage féminin. À l’inverse, Léti, la femme qu’il aime, est décidée, franche, combative et ne s’intéresse pas aux choses de l’esprit, au point qu’elle ne sait pas lire, soit un personnage « masculin » si l’on se réfère aux clichés habituels. Mais la qualité première du monde de Pierre Grimbert, c’est la manière dont il a répondu à la question de la divinité. La religion est une question systématique dans la fantasy, chaque auteur s’interrogeant sur la présence ou non de dieu(x), et se demandant comment les hommes y réagissent. Nous ne dévoilerons pas l’intrigue, mais le fait est que Pierre Grimbert, dans son œuvre, a placé les hommes au cœur de cette question et leur a donné l’entière responsabilité du bien ou du mal qui peut se déverser sur le monde. C’est une idée qui n’est peut-être pas innovante, mais extrêmement bien traitée et qui mérite réflexion.

Le mot de la fin…

Nous avons vu ici trois auteurs de fantasy française, mais il faut garder à l’esprit que même s’ils ne bénéficient pas tous d’une renommée aussi importante que la plupart d’auteurs anglo-saxons, leur travail est empreint de talent et mérite que l’on s’y intéresse.

Contrairement à ce que l’on pense, la fantasy et les littératures de l’imaginaire ne sont pas, et de loin, un sous-genre de la littérature destiné aux enfants ou aux adultes qui ne veulent pas grandir. Beaucoup de lecteurs existent, et beaucoup d’auteurs également. La fantasy est un moyen de parler de l’Homme et de notre monde, d’en soulever les pires horreurs, de poser des questions qu’on ne poserait pas dans un livre « sérieux » sous peine de perdre le lecteur. Ces thèmes sont entourés d’une histoire, de chevaliers et de dragons qui allègent la charge émotionnelle et éthique pour donner envie de tourner la page suivante. Nous en avions parlé plus haut, mais l’exemple est criant dans l’œuvre de Phillip Pullman : celui-ci attaque violemment l’Église et la notion d’autorité, y préférant une liberté parfois destructrice mais nécessaire à l’Homme. À travers l’Église, sa cible n’est pas une croyance quelconque, mais plutôt la soif de pouvoir et l’obscurantisme des hommes qui, selon lui, dominent cette institution. La tromperie est omniprésente, le meurtre, et même dans certains passages la question du viol, qui, bien que métaphorique et indécelable pour un enfant, nous saute à la gorge quand on relit l’œuvre avec une vision d’adulte.

La fantasy n’est pas un genre d’enfant. C’est un genre d’adultes qui déguise des questionnements d’adultes en histoire en apparence légère car déconnectée de notre monde. Mais l’humain est au centre de toutes les histoires, et les auteurs n’ont de cesse de questionner ce qu’il est et ce qu’il fait.

1 La saga est, originellement, un genre islandais très long, en prose, relatant l’histoire de grandes familles. Elle peut être historique ou fictionnelle. De nos jours, la saga a une signification métaphorique et fait allusion à un récit, pas forcément présenté sur papier, qui connaîtra beaucoup de suites et rebondissements.

2 Todorov, Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, chapitre III « L’étrange et le merveilleux », à propos du « fantastique-merveilleux ».

3 C’est le phénomène de « willing suspension of disbelief », nommé en 1817 par l’auteur Coleridge, qui fait tacitement partie du contrat de lecture entre auteur et lecteur. Ce dernier, pour se plonger dans le livre, acceptera que celui-ci s’écarte du « normal » et présente des événements surnaturels comme étant plausibles. Si le lecteur refuse ce « contrat », il cessera sa lecture.

4 Pour citer la définition de Wikipédia : « L’expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, parfois traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du XXe siècle, dont l’action se déroule dans l’atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. Le terme fait référence à l’utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l’époque victorienne. Aujourd’hui le steampunk est considéré comme un esthétisme pouvant intéresser à la fois des œuvres littéraires fantastiques, de fantasy, d’anticipation et certains sous-genres de la science-fiction. »

Pour aller plus loin

  • CONKAN, Marius, GHERAN, Niculae, Fantasy & Science-Fiction, Cahiers Echinox, vol. XVI, Presses Universitaires de Valenciennes / Babes-Bolyai University (Cluj Napoca), 2014.
  • BESSON, Anne, WHITE-LEGOFF,  Myriam (dir.), Fantasy, Le merveilleux médiéval aujourd’hui, Actes du colloque du CRELID, université d’Artois (Arras), Éditions Bragelonne, coll. « Essais », 2007.
  • BREAN, Simon, « Anne Besson et Évelyne Jacquelin (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels », ReS Futurae, n.6, mis en ligne le 01 décembre 2015.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Article très intéressant, merci! Pour ceux qui ne connaissent pas encore et qui veulent creuser le sujet, les cours en ligne de l’Université d’Artois, à travers les deux séries de Mooc consacrés à la fantasy et chapeautés par Anne Besson, sont particulièrement éclairants et enrichissants.
    https://www.facebook.com/moocfantasy/

  2. Joseph Mars dit :

    En termes de Fantasy à la française, je vois passer beaucoup de commentaires comparant le livre « Elia, la Passeuse d’âmes » de Marie Vareille, à ceux de Pierre Bottero. Un avis ?

  3. Marie-Charlotte Damasco dit :

    Herbefol : merci de votre commentaire, la modification a été apportée.

    Hbdp39 : merci pour ces corrections, en effet, ça faisait désordre.
    Concernant la place de Twilight et l’urban fantasy qui la suit… les étiquettes sont compliquées à rattacher, et notamment sur cette littérature de plus en plus populaire. Pour trancher, j’ai fait le choix de rester dans la définition « scolaire » du fantastique, à savoir des phénomènes étranges pour lesquels nous ne parvenons pas à décider clairement si c’est de l’ordre du magique ou du réel. Partant de ce postulat, Twilight et les séries qui son nées à sa suite ne rentrent pas dans cette « case ». Mais il est vrai, toutefois, que les éditeurs préfèrent utiliser le mot fantastique pour décrire ces littératures, car correspondant mieux à l’idée que se font les lecteurs français de ce qu’est de la fantasy (l’image des chevaliers et dragons est tenace) et de ce qui n’en est pas.

  4. Herbefol dit :

    « quadrilogie » -> en bon français, on dit plutôt tétralogie.

  5. Hbdp39 dit :

    Bonjour,
    Deux erreurs à corriger dans la partie sur Erik L’Homme : d’une part la série A comme Association n’est pas en cours mais bel et bien terminée après 8 tomes (publiés entre 2010 et 2012). D’autre part le paragraphe « Qui est l’auteur » commence par « Pierre Grimbert est … » ce qui fait un peu désordre !
    Autre remarque tout à fait personnelle : je souscris à la nuance entre fantastique et fantasy, mais du coup, je mets Twilight en fantastique puisque les créatures imaginaires s’immiscent dans un monde tout à fait réel qui n’a même pas forcément conscience de leur existence… Idem pour toute la littérature qui a suivi, avec anges, zombies et autres loups-garous, à partir du moment où ils évoluent dans « notre » monde (actuel ou passé, si c’est dans le futur, ça se complique un peu, la dystopie n’est pas loin…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *