Compte-rendu de la rencontre « Censures : peut-on tout éditer, diffuser ? »

Affiche de la rencontre Censures : peut-on tout éditer, diffuser ?

Affiche de la rencontre « Censures : peut-on tout éditer, diffuser ? »

Dans le cadre de leur cursus, des étudiants du DUT Information-Communication Métiers du livre d’Aix-en-Provence ont organisé une rencontre en partenariat avec la bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence) et l’ARL PACA le 22 février 2016. Cette rencontre a réuni David Demartis, co-fondateur des éditions Le Murmure, Philippe Hauer, fondateur des éditions Van Loo, et Catherine Perrin, présidente de l’Association des Bibliothèques de France PACA et directrice de la bibliothèque Louis Aragon à Martigues, pour s’interroger sur la notion de censure dans le monde du livre. Cet article a donc pour vocation de faire un compte-rendu de cet événement, afin de partager les principales réflexions issues de cet échange entre professionnels du livre.

Peut-on encore parler de censure en France ?

D. Demartis ouvre cette rencontre en expliquant que, même si des avocats interviennent régulièrement dans les grandes maisons d’édition pour conseiller sur ce qu’il vaudrait mieux enlever dans le contenu de certains ouvrages, les éditeurs ont, techniquement, la liberté de pouvoir tout publier. En effet, il n’y a plus eu de censure pour atteinte aux mœurs depuis les années 1990 en France, car la censure n’est ni aussi forte ni autant punie que dans d’autres pays. Pour les éditeurs, le risque n’est donc pas tant de se faire censurer que de choquer le public.

Dans le cadre des éditions Le Murmure – qui abordent des sujets marginaux dans leur collection « Borderline » – l’éditeur n’a pas l’intention de publier un titre avec un sujet sensible dans le but de scandaliser le public, mais il souhaite évoquer ce qui est de l’ordre du tabou dans notre société. Cela prend notamment plus de sens dans le cadre d’une collection, puisque l’ensemble des titres va définir une problématique et chaque nouvelle parution va y répondre. Ainsi, si l’on peut a priori tout produire, la difficulté réside plutôt dans le fait de ne pas passer inaperçu dans le paysage éditorial.

D’après D. Demartis, il y a en France 2 à 3 millions de personnes qui écrivent régulièrement (au moins une fois par semaine) pour 4 000 maisons d’édition recensées par le Syndicat national de l’édition : un grand nombre de manuscrits se trouve donc refusé. Or, même si ce n’est pas une forme de censure, en déclinant un texte, l’éditeur impose une barrière supplémentaire entre une idée et sa diffusion auprès du public. En outre, l’auteur fait lui-même attention à ses propos lorsqu’il écrit, générant ainsi une forme d’autocensure.

En ce qui concerne les bibliothèques, C. Perrin explique qu’elles sont actuellement confrontées à cette question de la censure puisque certaines d’entre elles ont récemment été victimes de suppressions d’ouvrages, d’interdictions d’acquisitions mais aussi d’obligation de mise en rayon de certains titres ou revues. Dans ces cas-là, les bibliothécaires n’ont donc plus le contrôle sur la collection qu’elles mettent à la disposition de leurs usagers. Or, dans la mesure où la bibliothèque appartient à l’espace public, elle se doit d’être un lieu d’équilibre où tous les points de vue coexistent, mais cela n’est souvent pas le cas selon l’intervenante. Toutefois, si la bibliothèque est un lieu public, elle est également un lieu politique : C. Perrin explique qu’il a plusieurs fois été constaté que le fonds des bibliothèques reflétait les idées politiques du parti au pouvoir dans les municipalités. Ainsi, pour défendre leur devoir de neutralité, les bibliothécaires ont dû rédiger un manifeste pour déclarer que toute la production doit être représentée au sein de la bibliothèque.

Le diffuseur : un acteur déterminant et méconnu du grand public

Si l’éditeur peut tout publier, ses livres peuvent en revanche déranger les acteurs de la chaîne du livre, qui pourront alors décider de ne pas les promouvoir. Par conséquent, ses livres ne seront pas forcément diffusés et seront donc très peu présents en librairie. Parfois, ils ne seront pas mis en avant par les libraires, diminuant ainsi la visibilité auprès des clients : dans ce cas, l’éditeur se retrouve confronté à une absence de lectorat.

P. Hauer évoque cette situation comme une « censure par défaut », qui est encore plus forte pour les petites maisons d’édition. En effet, plusieurs structures de diffusion et de distribution participent au phénomène de concentration, et ces structures favorisent la distribution des ouvrages de maisons d’édition de taille similaire, ce qui empêche les petits et moyens éditeurs de bénéficier d’un diffuseur de taille importante. Un éditeur qui publie 10 titres par an avec un tirage moyen de 5 000 exemplaires ne pourra pas se faire diffuser par Hachette, car le groupe a 15 000 points de vente : l’éditeur devra donc tirer au moins 15 000 exemplaires, ce qui demande un investissement financier trop important pour une petite structure. C’est un phénomène invisible pour le grand public, mais qui amène la visibilité des petits éditeurs à régresser. C’est donc à eux de se faire remarquer par le public, à travers les réseaux sociaux par exemple, mais leur volonté connaît des limites s’ils ne sont pas bien représentés en librairie.

D’autre part, les politiques d’acquisitions en bibliothèque sont également mises à mal par le numérique car les abonnements proposés aux bibliothèques sont souvent des lots de livres ; le bibliothécaire n’a donc plus totalement le choix de l’ensemble de ses acquisitions. En outre, la plupart des bibliothèques connaissent aujourd’hui une baisse de moyens pour acheter des documents, limitant ainsi l’offre et restreignant la diversité de la production éditoriale mise à la disposition des usagers.

L’importance de la médiation

La bibliothèque fait office de caution envers les titres qu’elle propose puisque les bibliothécaires sont supposés avoir opéré un tri dans l’offre éditoriale, de manière à proposer les livres qu’ils jugent essentiels, et ce dans tous les domaines abordés par les éditeurs. En cela, la bibliothèque se distingue de la librairie puisqu’elle n’a pas pour objectif de vendre mais bien d’offrir et de défendre le plus grand nombre d’ouvrages, afin que chacun puisse trouver ce qui lui convient. Par exemple, la bibliothèque de Martigues consacre 20 % du budget d’acquisition aux demandes du public. Pour cela, un cahier de suggestions est mis à disposition des usagers de la bibliothèque et chaque demande est étudiée. En cas de refus, les bibliothécaires en expliquent les raisons sur le cahier, et proposent à la personne concernée de venir en discuter de vive voix. Cela permet de prendre connaissance des souhaits de chacun, de construire un lien avec les usagers et de leur proposer un fonds correspondant à leurs attentes.

Les éditeurs, eux, estiment que la découverte par les lecteurs de livres plus marginaux passe par la création d’une communauté qui s’intéresserait aux problématiques abordées par ces livres, mais également par le rôle de défenseurs que jouent les bibliothécaires et les libraires.

D’autre part, ces livres moins conventionnels sont difficilement classables dans les rayons traditionnels des librairies et bibliothèques ; ils sont donc souvent placés dans un  rayonnage qui ne leur convient pas, et où ils deviennent invisibles. Pour tenter de pallier à ce problème d’invisibilité, les éditions Le Murmure ont décidé de créer une maquette très visuelle pour leur collection « Borderline » (les couvertures sont jaune fluo), afin de distinguer leurs ouvrages des autres collections que l’on trouve en sciences humaines. Mais ce parti pris ne convient pas à tout le monde, et il est déjà arrivé que certains libraires refusent de vendre leurs livres à cause de ce graphisme audacieux, renforçant ainsi la difficulté de la collection à entrer dans les rayons des librairies du fait des sujets tabous qu’elle aborde. Pour défendre sa collection, l’éditeur doit donc expliquer en quoi elle se démarque des essais classiques et quels sont les objectifs des titres qu’elle publie. Ce problème d’invisibilité dans les rayons est également présent en bibliothèque : une des solutions pour y remédier serait de ne pas laisser tout le temps les livres à leur place en rayon, mais de les déplacer au sein de l’espace de la bibliothèque pour qu’ils puissent être vus par tous les usagers. Face au phénomène de surproduction que connaît le monde de l’édition, et qui explique ces problèmes de visibilité en librairies et en bibliothèques, la médiation est devenue primordiale et elle doit s’effectuer autant auprès du public, qu’entre les professionnels eux-mêmes.

Pour reprendre la conclusion des intervenants de cette rencontre, les professionnels du monde du livre doivent se rapprocher car tous connaissent des difficultés, notamment budgétaires, et la coopération entre chacun est devenue essentielle pour le bon équilibre de tous. Les métiers du livre sont moins cloisonnés qu’il y a quelques années, la transversalité des métiers est en train de se mettre en place, et il faut continuer dans ce sens-là.

Pour aller plus loin

  • NETZ, Robert, Histoire de la censure dans l’édition, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1998.
  • PIERRAT, Emmanuel (dir.), Le Livre noir de la censure, Seuil, 2008.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 juin 2016

    […] Dans le cadre de leur cursus, des étudiants du DUT Information-Communication Métiers du livre d’Aix-en-Provence ont organisé une rencontre en partenariat avec la bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence) et l’ARL PACA le 22 février 2016…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *