Le Dit du Genji : réception et traduction

C’est vraiment le grand écrivain, la très grande romancière japonaise du XIe siècle, c’est-à-dire d’une époque où la civilisation était à son comble, au Japon. En somme, c’est le Marcel Proust du Moyen Âge nippon : c’est une femme qui a le génie, le sens des variations sociales, de l’amour, du drame humain, de la façon dont les êtres se heurtent à l’impossible. On n’a pas fait mieux, dans aucune littérature.

(Marguerite Yourcenar, à propos de Murasaki-shikibu, l’auteure du Dit du Genji, dans Les Yeux ouverts, Paris, Éditions du Centurion, 1980, p. 110-111.)

Consulter le dossier en PDF

Plan

I. Le Dit du Genji

Murasaki-shikibu

Un genre romanesque : le monogatari

Éditions japonaises et réception du Dit du Genji

II. Les traductions

Les traductions en anglais

Les traductions et éditions françaises

     Les traductions en français

     Les éditions POF et Verdier

     Les éditions Diane de Selliers

 


Introduction

Cinquante-quatre livres, près de 2 000 pages, 3 millions de signes… Le Dit du Genji, œuvre majeure de la littérature japonaise tant par sa taille que par son influence, n’a eu de cesse de recueillir des éloges littéraires aussi bien en Orient qu’en Occident.

La littérature japonaise connaît une importance – tardive – en France et dans le monde grâce à la traduction de ses plus grands classiques. Le Dit du Genji en fait partie, écrit pendant l’ère Heian (794-1192), période marquée par de nombreuses mutations et une importance de la cour impériale. La place de l’homme étant supérieure à celle des femmes dans la société, les Japonaises trouvent alors un autre moyen d’expression à travers la poésie et l’écriture. De nombreux journaux intimes et contes sont ainsi produits et encore édités à ce jour, au point que ces femmes sont finalement les sources de notre connaissance historique de cette période.

Le genre du monogatari prévaut sur les autres formes, association du récit aux vers, avec la particularité d’offrir une certaine vision de la cour et de ses sujets tout en laissant place aux sentiments des personnages. Rapidement célèbre au Japon, le Dit du Genji est traduit dans de nombreuses langues qui le diffusent en dehors de l’Asie. Selon les traducteurs, la réception diffère ainsi que le récit lui-même, parfois modifié et adapté au lecteur occidental et contemporain.

I. Le Dit du Genji

Murasaki-shikibu

Dans le Japon du XIe siècle, le Dit du Genji paraît dans des conditions particulières : de nombreux ouvrages sont diffusés sans paternité auctoriale, notamment les récits de cour, très en vogue. Ces récits sont lus à voix haute à la cour impériale, pratique qui dévalorise alors la notion d’auteur car le courtisan, pendant la lecture, s’adresse directement à son public, s’identifiant à l’auteur. Ainsi, bien que le Dit du Genji ou Genji monogatari soit aujourd’hui attribué à Murasaki-shikibu, les spécialistes ne peuvent assurer avec certitude qu’elle en est bien l’auteure. Le style du texte change dans certains livres, ce qui indiquerait une augmentation du texte par d’autres auteurs ou de simples copistes.

Qui plus est, Murasaki-shikibu, comme il était de coutume alors, n’est que le surnom d’une dame de cour. Il n’est pas innocent, puisque « Murasaki » est également le nom d’une héroïne du Dit. Elle aurait vraisemblablement contribué à l’attribution du surnom à l’auteure faite par un courtier, Kintō, qui aurait lu une partie de l’œuvre avant sa diffusion. Murasaki est le surnom poétique d’une herbe, le grémil. Shikibu ferait référence à la charge qu’a tenue son père, directeur adjoint au département des Rites. Si le surnom a été donné après lecture et réception de l’ouvrage, il traduit l’importance et l’impact du Dit à la cour de Fujiwara no Michinaga.

Murasaki-shikibu serait née vers 973. Elle se marie avec Fujiwara no Nobutaka vers 998 et accouche d’une fille un an plus tard. Elle est veuve dès 1001. Vers 1005, elle devient la concubine de Michinaga, engagée au service de sa fille à la cour. Elle n’a pas un rôle officiel de grande importance : dame de compagnie et professeur privé de la jeune fille. Elle se consacre alors à la rédaction du Dit. Le journal qui fut retrouvé témoigne d’une femme observatrice analysant les comportements des hommes et des femmes de la cour d’un regard distancié.

Cet environnement avec de nombreuses intrigues amoureuses, à une époque où la polygamie est importante et socialement assumée, a beaucoup inspiré Murasaki-shikibu :

Et quand, sans s’être laissé aller le moins du monde, il se lève en murmurant le vers : « Sur la lande où sont nombreuses… », j’ai le sentiment de voir le héros d’un dit. Des incidents insignifiants comme ceux-là, il en est qui me restent en mémoire1.

Elle rédige ainsi le Genji monogatari, récit aux trois cents personnages approximativement, devenu un classique de la littérature japonaise. Fille d’un fonctionnaire lettré, Murasaki-shikibu est très à l’aise avec les langues et apprend le chinois alors que cela lui est défendu. Cette connaissance d’une autre langue participe à certaines réflexions du Dit sur la condition féminine, sous la forme de poèmes ou de livres entiers (« L’arbre-balai », ch. II). Le statut de roman lui-même est évoqué dans « Les lucioles » (ch. xxv) car Murasaki voit en ce genre un moyen d’expression différent du poème oral et lyrique, plus adapté à l’étude des comportements humains, en écho avec le passage progressif de la langue orale à la langue écrite.

Un genre romanesque : le monogatari

Le Dit du Genji, ou Genji monogatari, appartient au genre typiquement japonais que l’on nomme monogatari. Ce mot signifie littéralement « récit de choses », de mono, « chose », et gatari, « conte », « récit ». Cette visée oratoire du monogatari incite souvent à le traduire par conte.

Bien qu’une centaine de monogatari aient pu être écrits depuis leur apparition au début du Xe siècle, nombre d’entre eux ont disparu. Le plus ancien conservé à ce jour est le Taketori monogatari, grand classique traduit par R. Sieffert par Le Conte du coupeur de bambous. On répartit souvent le monogatari en six sous-genres :

  • uta-monogatari, comptant de nombreux poèmes et dont le principal représentant est l’Ise monogatari (Les Contes d’Ise) ;
  • tsukuri-monogatari ou « roman construit » (le Dit du Genji, ou l’Ochikubo monogatari, le Dit de la Cave, au thème semblable à celui de Cendrillon) ;
  • denki-monogatari, contant des événements fantastiques (tels le Taketori monogatari ou l’Utsubo monogatari, soit Le Conte de l’arbre creux, avec plus d’un millier de pages) ;
  • rekishi-monogatari, à fondement historique (comme l’Eiga monogatari, le Dit de la magnificence) ;
  • gunki-monogatari, autrement dit les contes guerriers (représentés notamment par le Heike monogatari, le Dit des Heike) ;
  • setsuwa-monogatari ou contes divers (Konjaku monogatari shū ou Histoires du temps jadis).

Les monogatari correspondent donc à des historiettes plus ou moins authentiques, des écrits en prose fictionnels, loin de se résumer à de simples « romans de cour ». R. Sieffert lui-même hésite, selon les œuvres, à traduire par « conte », « récit », « histoire », « roman » (qui se dit shōsetsu en japonais) ou « dit ». C’est ce dernier terme qu’il choisit pour plusieurs monogatari : le Dit de Hōgen, le Dit de Heiji, le Dit des Heike (tous trois traduits en 1976), et le Dit de Heichū (1979). De même pour le Genji monogatari :

J’ai donc décidé d’avoir recours à une appellation qui évoquât l’aspect oral, tout en les [les monogatari] situant en quelque sorte hors du temps, de ces œuvres, à savoir « dit » (l’orthographe « dict » eût sans doute été plus adéquate, mais inutilement archaïsante)2.

Mais qu’est-ce qu’un dit ? Le dit est un « récit à caractère narratif et portant en général sur des sujets familiers3 » ou d’actualité. C’est aussi un synonyme de poème et de fable dans la littérature du Moyen Âge (Rutebeuf a par exemple écrit « Le Dit de l’Herberie »).

Cette ambivalence entre récit et poésie correspond à celle du monogatari, qui inclut également des waka, et plus précisément des tanka (ancêtres des haïkus), soit des poèmes de 31 mores réparties en deux strophes : 5-7-5 / 7-7. Les mores sont une unité linguistique plus fine que les syllabes, incluant des notions telles que l’accent tonique, la longueur du phonème, etc. Quant au waka, il était le moyen de communication privilégié à la cour, et le Dit du Genji en compte près de 800.

À noter enfin que le terme est aussi utilisé dans certains titres d’œuvres étrangères, telles que Les Mille et Une Nuits (Sen’ichiya monogatari) ou Le Seigneur des anneaux (Yubiwa monogatari).

Éditions japonaises et réception du Dit du Genji

L’édition du Dit du Genji est rendue délicate par le fait que l’on ne dispose d’aucun manuscrit original. Le plus ancien dont on dispose est le Genji monogatari emaki, datant du milieu du XIIe siècle, le terme emaki désignant un rouleau peint mêlant des éléments narratifs et picturaux. Il faudra attendre le XIIIe siècle pour qu’un manuscrit fasse autorité, celui de Teika (et ce bien qu’il se soit fait voler le manuscrit alors qu’il venait d’être achevé4), dont il ne subsiste aujourd’hui que quatre livres.

Cela n’a toutefois pas empêché son étude approfondie ni l’engouement qu’il a suscité auprès des lettrés : le Dit du Genji est une œuvre qui a toujours été très étudiée et respectée (R. Sieffert parle d’une « dizaine de milliers d’études critiques5 »). Du temps même de Murasaki, le roman était largement diffusé à la cour, lu par Michinaga, l’empereur en personne et l’impératrice :

Or un jour que l’Empereur se faisait lire le Dit du Genji, il s’était écrié : « Cette femme a dû lire la Chronique du Japon ! Elle me paraît posséder un grand savoir, en vérité ! », ce dont celle-là [une rivale] s’était emparée aussitôt pour aller raconter à toute la Cour que j’étais une femme savante6.

Cette anecdote démontre déjà le succès de l’œuvre à la cour et auprès de l’empereur, vers 1008. On ne sait pas si le manuscrit était alors complet ou s’il était diffusé et complété au fur et à mesure. L’œuvre à laquelle le Dit est rattaché est un ouvrage officiel, qui dépeint l’histoire des origines du Japon et les origines divines de la famille impériale, écrit en chinois. Cette mention de la Chronique du Japon révèle les conditions féminines de l’époque puisqu’il était mal vu qu’une femme soit reconnue comme savante et cultivée – qualités réservées aux hommes. La réception réservée au Dit est donc relativement exceptionnelle.

Dès le XIIesiècle, il fera l’objet de nombreuses exégèses et imitations. Le Torikaebaya monogatari, écrit à la fin de ce siècle, traduit par Renée Garde sous le titre Si on les échangeait. Le Genji travesti, raconte le changement d’identité d’un frère et d’une sœur, qui vont chacun tenter de séduire des personnages de haut rang. On ne sait toujours pas s’il s’agit d’une œuvre sérieuse ou comique. En 1202 paraît le premier ouvrage de critique littéraire écrit par une femme japonaise : D’une lectrice du Genji (traduit en 1994 par R. Sieffert). Mais, bien que le Dit ait rapidement accédé au rang d’œuvre incontournable, il est longtemps resté difficile d’accès, réservé aux érudits.

Les études critiques continueront de se multiplier, notamment à l’époque d’Edo, sous les Tokugawa (entre 1616 et 1868). C’est ainsi au XIIe siècle que le Dit semble avoir été le plus massivement diffusé et commenté. Est accessible sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale une édition japonaise de 1654, assortie de commentaires, d’une généalogie et même d’une suite du roman imaginée par un auteur anonyme. Cette édition est par ailleurs illustrée par les gravures de Yamamoto Shunshō. Une autre édition illustrée est accessible sur le même site.

Figure 1-édition de 1654

Figure 1-édition de 1654

Plus récemment, la langue employée par Murasaki-shikibu s’éloignant de plus en plus de celle en usage au Japon, il est devenu indispensable de traduire le Dit en langue moderne. L’éloignement temporel et culturel ressenti par les lecteurs occidentaux est ainsi perçu par les lecteurs japonais eux-mêmes. Les trois principales traductions en japonais moderne sont celle de Yosano Akiko en 1939, celle de Tanizaki entre 1939 et 1941 (véritable « best-seller ») et celle de Fumiko Enchi en 1972.

Nombre d’écrivains ont rendu hommage au Dit du Genji, parmi lesquels le prix Nobel de littérature Kawabata Yasunari : « Dans toute l’histoire de la littérature mondiale aucune autre œuvre de fiction ne supporte la comparaison7. » L’œuvre a aussi fait l’objet de multiples adaptations, en film en 1951 par Kōzaburō Yoshimura, en film d’animation en 1987 et en opéra en 1999. Un musée consacré à l’univers du Genji a également ouvert en 1998 à Uji, dans la banlieue de Kyoto.

Concernant sa réception à travers le monde, Murasaki-shikibu a longtemps été peu appréciée en Europe, où on la qualifiait de « Scudéry japonaise » en raison de sa préciosité. Il a fallu attendre que la culture du Japon soit mieux connue et l’époque des Fujiwara mieux décrite pour que l’on reconnaisse enfin le talent de l’écrivaine. Le poète irlandais William Butler Yeats ne tarissait pas d’éloges sur son compte : « Le Dit du Genji est un des plus grands classiques au monde, et j’aurais trop à dire sur ce chef-d’œuvre pour pouvoir en dire quoi que ce soit8. » Borges, lui, disait qu’il est, sinon inégalé, du moins comparable à l’œuvre de Cervantès9.

Par ailleurs, Marguerite Yourcenar a écrit une nouvelle intitulée « Le Dernier Amour du prince Genji », d’abord publiée dans La Revue européenne en 1937, puis dans son recueil Nouvelles orientales de 1938. M. Yourcenar admirait Murasaki-shikibu, qu’elle a lue dans la traduction anglaise de A. Waley :

C’est vraiment le grand écrivain, la très grande romancière japonaise du XIe siècle, c’est-à-dire d’une époque où la civilisation était à son comble, au Japon. En somme, c’est le Marcel Proust du Moyen Âge nippon : c’est une femme qui a le génie, le sens des variations sociales, de l’amour, du drame humain, de la façon dont les êtres se heurtent à l’impossible. On n’a pas fait mieux, dans aucune littérature10.

Dans cette nouvelle, M. Yourcenar tente de combler une lacune du récit située entre les livres XVI (« Illusion ») et XVII (« Le prince parfumé »). La mort du Genji n’est en effet pas explicite et certaines éditions ajoutent un livre intercalaire nommé « L’occultation dans les nuages » (ou « Lumière derrière les nuages »), expression métaphorique qui désigne la mort d’une personne. Cette absence s’explique par l’entrée en religion du Genji : « Cet acte signe sa disparition du roman, car les règles implicites de la littérature à l’époque de de Heian n’auraient pas permis à Murasaki-shikibu de donner à un moine le statut de personnage romanesque, aussi singulier fût-il11. »

Yourcenar tente donc d’imaginer ce qui s’est passé pendant ces quelques années de vie monacale, en faisant une héroïne de la Dame-du-village-des-fleurs-qui-tombent. Il est intéressant d’opposer aux choix de M. Yourcenar les arguments de R. Sieffert. Dans le titre, tout d’abord, l’expression « prince Genji » est une formule qui accorde au mot « Genji » une valeur de nom propre, ce qu’il n’est pas, puisqu’il s’agit d’un titre honorifique. Les deux devraient donc s’exclure12.

Ensuite, la comparaison de Murasaki-shikibu à Proust, en la surnommant le « Marcel Proust du Moyen Âge nippon », est battue en brèche par R. Sieffert, qui trouve ce surnom « parfaitement aberrant » : « Qu’on imagine un Japonais s’avisant, et il aurait pour lui la chronologie à défaut d’autre argument, d’appeler Proust un “Murasaki français”, ce qui ne serait certainement pas loin d’être tenu pour une insulte par plus d’un de nos compatriotes13… » Pour traduire le Dit du Genji, R. Sieffert s’est plutôt inspiré de Saint-Simon, « car lui seul offre un style d’une ampleur et d’une souplesse comparables à l’écriture de l’auteur du Genji 14».

Enfin, le fait même de vouloir combler cette lacune, en décrivant la mort du Genji, qui passe aux yeux de R. Sieffert pour un ultime « effet de l’art », relève pour lui de la gageure :

Ainsi s’achève l’histoire de Sire le radieux, de la façon la plus géniale que l’on puisse rêver ; il fallait une singulière dose de cuistrerie pour croire que l’auteur eût seulement pu imaginer une suite montrant son héros agonisant, ou même affublé d’un froc de moine, et une non moins forte dose de présomption pour prétendre écrire cette suite soi-même. D’aucuns, au fil des siècles, s’y sont risqués, récemment même en Occident, telle dame Yourcenar15

    Plus récemment, des fictions se sont inspirées du Dit, faisant de l’auteure une héroïne16, voire une enquêtrice17.

II. Les traductions

Les traductions en anglais

La première traduction du Dit est anglaise, le diffusant ainsi aux pays occidentaux. L’anglais, comme souvent, servira ainsi de langue centrale pour les traductions suivantes.

On compte aujourd’hui six traductions anglaises. Elles diffèrent selon les choix du traducteur et la période à laquelle le texte est traduit. Certaines versions sont plus appréciées des pairs et de la critique, car elles sont propres à un traducteur et ses idéaux. C’est ainsi qu’en anglais, la traduction d’Arthur Waley est si éloignée du Genji monogatari qu’on parle de « Waley Genji ».

Les premières traductions, très tardives, datent du XIXe siècle, témoignant d’un manque d’intérêt pour la littérature asiatique, non occidentale. Certains éditeurs initient la traduction d’œuvres importantes de la littérature japonaise classique, dont le Dit du Genji, avec la volonté de créer une demande du public pour les textes adoptant un point de vue différent de celui des pays européens. Karl Trübner en fait partie, éditeur allemand installé à Londres, assez influent au XIXe siècle. Linguiste de formation, il publie des ouvrages universitaires et crée une collection en 1878 dédiée à la diffusion de publications orientales, dans laquelle le Dit du Genji paraît en 1882. C’est une version des dix-sept premiers livres traduits par Suematsu Kenchō, Genji Monogatari: The Most Celebrated of the Classical Japanese Romances, actuellement très peu lue car considérée comme étant peu fidèle et de mauvaise qualité. Kenchō traduit le texte pendant ses études à Cambridge. Méconnu des Britanniques, sa traduction n’a eu que peu d’impact.

La tâche était pourtant difficile, car l’ouvrage date du XIe siècle et le japonais à cette époque est encore très oral, imprégné du chinois, en somme différent du japonais moderne. Or en 1882, le travail de traduction paraît colossal. De nombreuses figures grammaticales, expressions ou formes japonaises ne peuvent être traduites aisément, dans un texte de près de 2 000 pages.

La traduction suivante a néanmoins un impact majeur sur la réception du texte puisqu’elle est encore consultée et comparée aux autres traductions. La renommée de son traducteur, A. Waley – historien, orientaliste, poète proche du Bloomsbury Group –, participe à la diffusion du texte et à son succès. La publication se fait en six volumes aux éditions George Allen & Unwin, de 1921 à 1933. Elle est saluée par la critique, malgré certains puristes reprochant à A. Waley d’avoir altéré l’original et supprimé certains passages sans toujours en avertir le lecteur : le livre XXXVIII et plus de la moitié des livres XXXIV et XXXV18.

Cette traduction diffuse néanmoins la littérature japonaise en Europe, qui connaît alors une nouvelle visibilité :

[…] Translator Waley has done service to literature in salvaging to the Occident this masterpiece of the Orient19. [Le traducteur Waley a rendu service à la littérature en important en Occident ce chef-d’œuvre de l’Orient.]

Elle occidentalise le texte : c’est une histoire japonaise adoptant un regard d’Européen. A. Waley nous plonge dans un décor quasi méditerranéen : les personnages sont assis sur des chaises ou des divans, on retrouve la présence de douves dans les jardins, de terrasses, loggias ou portiques. En 1921, l’Asie est un continent encore très lointain où l’architecture et le style des maisons japonaises sont méconnus. En outre, le traducteur a une position très particulière face à l’œuvre qu’il traduit : il compare ce texte du XIe siècle à ceux de Proust, Tolstoï, Stendhal en critiquant le style de Murasaki, notamment pour les scènes de mort, qu’il juge banales.

Une fois le texte diffusé dans d’autres pays en dehors de l’Europe, il est lu et étudié par des universitaires, qui critiquent ces erreurs, invitant à une nouvelle traduction. C’est en 1976 qu’Alfred A. Knopf, éditeur américain, en publie une entière inédite, par E. Seidensticker. Elle est très appréciée car beaucoup plus proche de l’original que celle de A. Waley. E. Seidensticker prend néanmoins quelques libertés d’adaptation pour améliorer la lecture et la compréhension du texte par les lecteurs modernes occidentaux. Les personnages sont ainsi identifiés par leur nom plutôt que par leur titre à la cour impériale japonaise, comme c’est le cas dans la version japonaise. Le texte est plus succinct, avec une narration qui reste lyrique et entraînante. Il laisse percevoir les ironies dont était capable l’auteure dans son récit à travers les poèmes et l’intertextualité.

En 2001, une nouvelle traduction est réalisée par Royall Tyler aux États-Unis, supposée être la plus fidèle au texte original. Le traducteur utilise les titres pour se référer aux personnages et essaie de rester au plus proche du style d’écriture de Murasaki-shikibu en l’imitant. Cette édition tend à pallier un manque des précédentes puisqu’elle présente de nombreuses notes de bas de page explicatives, ainsi que des commentaires sur les aspects culturels et poétiques du texte parfois méconnus d’un lecteur contemporain et occidental.

En février 2016, Worldcat dénombre 152 éditions imprimées du Genji monogatari en anglais, sur 1 371 éditions imprimées dans plusieurs langues dont, majoritairement, le japonais (1 044), le français (30), le chinois (29), l’allemand (28), mais aussi l’espagnol (17), le néerlandais (3), l’hindi (2) et bien d’autres. De nombreuses traductions sont ainsi faites de cette œuvre considérée comme un classique de la littérature japonaise et l’un des premiers romans psychologiques. Elles sont en grande majorité réalisées dans les années 1980, en Finlande (quatre volumes de 1980 à 1990), en Italie (un seul chapitre en 1981), en Suède (une édition partielle en 1986) et en Allemagne (deux volumes en 198720). Certaines traductions sont réalisées à partir de la traduction anglaise (comme les traductions italiennes et espagnoles) et ne sont pas toujours intégrales, comme c’est le cas pour le français. Enfin, les éditeurs choisissent fréquemment de publier le texte en plusieurs ouvrages, facilitant ainsi la lecture.

Les traductions et éditions françaises

Les traductions en français

Il n’existe à ce jour que deux traductions du Dit du Genji en français. La première a été réalisée en 1928 par la femme de lettres franco-japonaise Kikou Yamata, d’après la version anglaise de A. Waley et le texte original. Il s’agit d’une traduction partielle qui couvre seulement les neuf premiers livres. Cette traduction a été publiée sous le titre Le Roman de Genji aux éditions Plon, dans la collection « Feux croisés » (Âmes et terres étrangères). Cette collection, justement créée en 1928, et qui a fait parler d’elle lors de la récente parution de City on Fire de Garth Risk Hallberg, est spécialisée en littérature étrangère.

Figure 2 — Édition Plon de 1928.

Figure 2 — Édition Plon de 1928.

René Sieffert (1923-2004), spécialiste de la littérature japonaise, apprend le japonais à partir de 1942 à l’École nationale des langues orientales vivantes (ENLOV) de Paris. Après avoir séjourné au Japon et étant devenu directeur de la Maison franco-japonaise de Tokyo, il enseigne le japonais à l’ENLOV en 1954 et en obtient la présidence en 1971, année où l’école devient l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Il fonde la même année les Publications orientalistes de France avec son épouse.

Sieffert a écrit plusieurs essais (notamment La littérature japonaise en 1961) et traduit de nombreuses œuvres de Bashô, Kawabata (Les Belles Endormies en 1970) ou encore Tanizaki (Éloge de l’ombre en 1977). Il a également écrit plus d’une trentaine d’articles pour l’Encyclopædia Universalis, dont celui sur Murasaki-shikibu, Bashô, divers monogatari, ainsi qu’un panorama de la littérature japonaise en collaboration avec Jean-Jacques Origas et Cécile Sakai.

Dans son introduction au Dit du Genji, longue d’une trentaine de pages, il explique certains de ses choix de traduction et évoque l’« intimité » presque familière qu’il a pu développer avec l’œuvre, étonnante de modernité. Le projet a cependant été exigeant,

car une chose est de lire, une autre de traduire, s’agissant d’une histoire de quelque deux mille pages ; et ce n’est certes pas une mince affaire que de se couler pendant des années dans les méandres de la pensée et les façons de voir d’une dame de la Cour du Japon de l’an mil21.

Cette introduction, de même que l’édition elle-même, « version provisoirement sans annotations22 » du Dit, est cependant incomplète, puisque les Clés pour le Genji évoquées à maintes reprises ne seront jamais publiées. Ces Clés devaient guider le lecteur et faciliter sa compréhension en supplément de l’introduction.

    Un extrait de cette traduction intégrale, le livre XXXII (« La branche du prunier »), a par ailleurs été publié aux éditions Alternatives en 1998, accompagné d’illustrations de Soryu Uesugi23. À noter que la traduction de R. Sieffert, ayant requis environ vingt ans de travail, est reconnue pour son élégance et sa fidélité au texte original, « archaïque juste ce qu’il faut pour conserver son style classique au roman24 ». Et les noms des personnages ne sont pas artificiellement figés, comme ont pu le faire certains traducteurs (cf. II. A.), fluctuant au gré des promotions au sein de la société impériale et des péripéties, quitte à rendre la lecture plus ardue.

Les éditions POF et Verdier

Les Publications orientalistes de France, éditeur de littérature japonaise et de quelques autres titres asiatiques, participent à la diffusion des plus grands classiques japonais en France. La première partie est publiée en 1977 en deux volumes, avec une couverture souple et un dessin du personnage principal sur la couverture qui rappelle les dessins classiques et caractéristiques de la littérature asiatique traditionnelle25. Le nom de la sous-collection « Contes et romans du Moyen Âge » y est inscrit, situant le texte dans une période littéraire particulière qui peut rebuter certains lecteurs non spécialistes.

Figure 3 — Édition POF de 1977.

Figure 3 — Édition POF de 1977.

Un court avertissement explique au lecteur la volonté du R. Sieffert de faire une traduction intégrale ainsi que la publication ultérieure d’un texte explicatif. Une introduction prépare également la lecture du Dit avec quelques éléments textuels, les choix de traduction et la répartition. Elle est revue et augmentée en 1988 lors d’une réédition de l’ouvrage. Cette première édition semble être une première tentative de diffusion d’une œuvre classique japonaise et les choix éditoriaux la présentent comme telle. René Sieffert explique plus tard :

Voilà près de dix ans, je livrais au lecteur de langue française une première moitié du Dit du Genji. L’accueil réservé à ce travail, tant par le public auquel il était destiné que par la critique japonaise, ne m’a pas peu encouragé à la mener enfin à son terme26.

En 1988 les POF publient une édition revue et corrigée du premier tome avec la parution inédite du second. Les POF proposent une lecture du Dit en deux temps avec deux volumes, imposants par leur taille et leur prix, d’une soixantaine d’euros par tome. La séparation se fait après le livre XXXIII lorsque le personnage principal – le Genji – entre en religion. Le tome suivant se concentre sur les aventures du fils putatif du Genji, Kaoru, qui lui font écho.  L’ouvrage est rendu plus moderne et attractif, plus occidental, ne serait-ce que par sa couverture, sans illustration, avec un dégradé du gris au blanc. Elle mentionne le titre, le nom de l’auteure, celui du tome – inédit – et du traducteur. Des kanjis japonais sont visibles sur la couverture et la quatrième, signifiant Genji monogatari, le titre de l’œuvre en japonais. Ce détail est éclairant : il rappelle au lecteur le choix du traducteur de travailler à partir de l’original japonais et souligne l’appartenance du texte à une civilisation japonaise, non européenne donc.

Figure 4 — Édition POF de 1988.

Figure 4 — Édition POF de 1988.

En effet, les autres traductions ne se sont pas toujours basées sur la traduction japonaise, publiant ainsi l’ouvrage selon le parti pris d’un traducteur plutôt que celui de Murasaki-shikibu. C’est le cas par exemple de la version croate en 2004, qui se fonde directement sur une traduction anglaise. La simplicité de la couverture sans illustration met à l’honneur le titre en majuscules, centré, de couleur noire, qui attire l’œil du lecteur avec une police de caractères à empattements elzéviriens prononcés, participant d’un graphisme asiatique. C’est un format imposant, ne serait-ce que par sa longueur, soit 629 pages pour le premier tome. La couverture souple facilite le port et le transport de l’ouvrage, ce qui n’est pas le cas de l’édition suivante chez Verdier, avec une couverture rigide, plus adaptée à une utilisation à plat sur une table (pour des recherches et un travail sur le texte, par exemple).

La traduction est présentée au lecteur à l’état brut, sans aucune note de bas de page, ce qui nécessite une bonne connaissance des références et thématiques abordées dans la littérature japonaise. Le Dit du Genji paraît dans la collection « Les œuvres capitales de la littérature japonaise » qui classe l’ouvrage comme un classique japonais, et plus spécifiquement dans la sous-collection « Contes et romans du Moyen Âge ». Le genre, la période littéraire et la renommée du texte sont ainsi identifiables sans connaissance préalable du texte.

R. Sieffert traduit également les journaux de plusieurs dames de cour (Izumi-shikibu, Sarashina, Toma), dont celui de l’auteure qui paraît en 1985 (ainsi que ses Poèmes une année plus tard). Cela tient de la volonté de l’éditeur et du traducteur de présenter à un lecteur spécialiste ou simplement amateur, la totalité de l’œuvre de Murasaki-shikibu, d’autant que le Journal est rédigé en même temps que le Dit et peut être éclairant dans une lecture parallèle. Ces deux parutions sont bien reçues de la critique française, et sont encore actuellement utilisées pour les recherches des spécialistes et la lecture en bibliothèque.

Les POF disparaissent en 2011. Les éditions Verdier, diffuseur des POF pour les coéditions, en prennent le relais et rééditent certains ouvrages dans leur collection de littérature japonaise, tout en gardant le même traducteur – R. Sieffert. Il n’y a donc aucune modification textuelle entre les deux éditions. Le Dit paraît en 2011 dans la collection « Littérature japonaise », nettement moins précise que celle des POF, qui érigeait l’ouvrage au rang d’« œuvre capitale de la littérature japonaise » par l’appartenance même à cette collection. Le Journal est également publié en 2014.

Figure 5 — Édition Verdier de 2011.

Figure 5 — Édition Verdier de 2011.

Les éditions Verdier ne publient pas uniquement de la littérature japonaise comme c’était le cas des POF, mais possèdent un plus grand catalogue, plus généraliste. La collection « Littérature japonaise » cohabite avec d’autres collections de littérature traduite, qu’elle soit russe, grecque ou encore allemande. Le Dit est cette fois édité en un seul volume. L’ouvrage possède donc une couverture rigide, en cohérence graphique avec les autres ouvrages de la collection : le titre est centré, d’un rouge qui ressort sur la couverture de couleur claire. La casse est en majuscules et italique ; le traducteur et l’éditeur sont mentionnés. La couverture met en avant le titre et les caractères japonais, laissant une grande place au blanc, sans présence de visuel. Les kanjis sont différents de l’édition des POF, désignant cette fois le nom de l’auteure, comme c’est le cas des autres ouvrages de la collection. La couverture intègre ainsi l’œuvre dans la collection « Littérature japonaise » sans la démarquer des autres, à la différence des POF. Après une première diffusion de l’œuvre très importante opérée par R. Sieffert, celle des éditions Verdier paraît faire moins d’efforts, en publiant l’ouvrage dans une collection déjà mise en place.

Le texte ne subit pas de modifications, la traduction étant identique, si ce n’est que l’interligne est plus important, ce qui facilite la lecture de cet ouvrage imposant. Ainsi, cette édition n’est qu’une réédition en un seul volume. Le travail de traduction étant colossal, une seule version est disponible en France, ce qui reste problématique pour la diversité littéraire.

Les éditions Diane de Selliers

    Créées en 1992, les éditions Diane de Selliers publient chaque année un classique de la littérature dans une édition luxueuse. La première collection, « Les Grands Textes de littérature illustrés par les plus grands peintres », a débuté par la publication des Fables de La Fontaine. Depuis 2007, « La petite collection » reprend les titres publiés dans la première dans un format plus petit et à un prix plus abordable (de 100 à 150 € contre près de 500 € pour la grande collection). Les livres édités dans la grande collection sont par ailleurs très souvent épuisés ; leur réédition leur donne ainsi un second souffle.

C’est en 2007 que Diane de Selliers publie le Dit du Genji en trois volumes, sous coffret de luxe. L’édition, qui ne reprend donc pas la répartition en deux parties de Sieffert, est agrémentée de plus de 520 illustrations et 450 détails souvent inédits, grâce au travail d’Estelle Leggeri-Bauer, spécialiste de la peinture narrative japonaise.

Figure 6 — Édition Diane de Selliers de 2007.

Figure 6 — Édition Diane de Selliers de 2007.

Le choix des illustrations s’est fait selon deux critères : beauté et originalité. « Il ne s’agissait donc pas seulement d’éclairer le texte par son équivalent visuel, mais aussi de montrer qu’il avait suscité des interprétations différentes ou ressemblantes, de définir des constantes et des évolutions27. » Quant aux commentaires qui accompagnent chacune des illustrations, ils devaient répondre à « trois exigences : situer le passage du roman illustré par l’image, décrire l’image et éviter d’ennuyer le lecteur en étant redondants ou répétitifs28 ».

En tout, près de 2 500 peintures ont été recensées sous la forme de photocopies annotées par E. Leggeri-Bauer, à partir de tableaux de correspondance établis par des chercheurs japonais, entre les passages qui ont été illustrés et l’emplacement des peintures. Par ailleurs, selon elle, la publication des « Rouleaux des Jardins d’or », œuvre publiée pour la première fois dans son intégralité, en suscite désormais l’étude29.

    L’édition de Diane de Selliers se distingue également par une forte volonté d’accompagner le lecteur, en continuité avec R. Sieffert :

Ainsi René Sieffert non seulement rêvait d’une édition illustrée que nous offrons aujourd’hui, mais il désirait aussi proposer aux lecteurs un complément d’informations afin de les aider à mieux s’orienter dans leur lecture et saisir toute la dimension de cet incroyable « roman-fleuve ». Son souhait est désormais exaucé30.

Si l’introduction de R. Sieffert parue chez POF n’est pas reproduite, on note la présence de trois éléments paratextuels introductifs : un avant-propos de l’éditrice Diane de Selliers, une courte préface de Midori Sano retraçant la réception du Dit, et une longue introduction d’E. Leggeri-Bauer sur les Genji-e, ces illustrations inspirées de l’œuvre japonaise. Par ailleurs, un livret intitulé À la découverte du « Dit du Genji », d’une cinquantaine de pages, propose un résumé de chaque livre accompagné d’un arbre généalogique, une biographie des principaux personnages, un tableau de concordance des noms japonais et de leur traduction, ainsi que des cartes.

Les éditions Diane de Selliers ont reçu pour le Dit une distinction du ministère de la Culture japonais en 2009, ainsi que le prix du livre d’art « La Nuit du livre » la même année, lequel a été élogieux :

Une mise en page harmonieuse et précise pour un lecteur exigeant et esthète. De nombreux voyages au Japon et l’aide de spécialistes de la peinture japonaise ont permis au directeur artistique, aux scannéristes et aux chromistes d’obtenir les teintes les plus proches des couleurs originales de ces peintures d’un extrême raffinement. De multiples réglages des plaques avant l’impression ont été nécessaires pour obtenir une totale adéquation entre les œuvres originales aux couleurs complexes et le tirage de cet ouvrage somptueux31.

 Comme pour les autres livres de cette maison d’édition, qui propose aussi des tirages de tête d’une valeur de 1 000 € environ (pour Alice au pays des merveilles, L’Iliade et l’Odyssée et Don Quichotte), le prix demeure dissuasif pour un lecteur seulement désireux de lire ou parcourir le texte. Mais ces objets d’art, mêlant conjointement art et littérature, sont particulièrement intéressants pour ceux qui souhaitent se plonger dans les œuvres et en découvrir toute la richesse.

Conclusion

Le Dit du Genji, écrit par une courtisane dans le Japon du XIe siècle, est encore aujourd’hui beaucoup étudié et réédité. Classique japonais reconnu dans le monde entier, il fait l’objet de multiples réécritures et adaptations. Le texte est traduit dans de nombreuses langues dont l’hébreu, le catalan ou encore le tchèque. Ces traductions témoignent de la volonté des éditeurs de diffuser ce chef-d’œuvre historique retraçant une culture japonaise traditionnelle lointaine.

Malgré le manque d’informations concernant la rédaction du texte et la vie de l’auteure, le Dit suscite l’intérêt des chercheurs, émettant des hypothèses qui influencent ensuite les choix éditoriaux et la réception. Plusieurs partis pris ont été défendus, lesquels ont révélé des aspects du texte jusqu’ici insoupçonnés. Si les traductions anglaises ont dans un premier temps été l’occasion de traduire et diffuser le texte sans réellement transmettre au lecteur anglais l’esthétique du texte japonais, les suivantes ont davantage mis l’accent sur le lyrisme et la beauté du style de Murasaki-shikibu.

Progressivement, les traductions se précisent, s’améliorent et témoignent d’un travail de recherche et d’interprétation parfois difficile à suivre pour un éditeur, puisqu’il évolue constamment. Une seule traduction est actuellement disponible en France, celle de R. Sieffert, en quatre éditions différentes. Les choix éditoriaux en sont d’autant plus marqués que le travail sur le texte n’évolue pas. Ils influencent la réception du texte, parfois plus adressé à un public de chercheurs que d’amateurs de littérature japonaise. Le Dit du Genji est ainsi une œuvre complexe qui requiert du temps, aussi bien pour être lue que pour être éditée :

[…] le Genji est certes un « roman-fleuve », et même un best-seller, mais il est fait pour être lu à tête reposée et relu à loisir, car ce qui importe, ce n’est pas une « histoire », à peu près inexistante du reste, surtout dans les derniers chapitres, mais un climat, une atmosphère, un état d’âme, le parfum d’un prunier en fleurs ou les accords d’une cithare32.

 

1Murasaki-shikibu, Journal (tr. par René Sieffert [1978]), « Les journaux poétiques de l’époque Heian », Publications orientalistes de France, 2000, p. 35-36.

2Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. I, p. XII.

3Définition du « dit » tirée du TLFi.

4Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), op. cit., p. xxx.

5Ibid., p. I.

6Murasaki-shikibu, Journal, op. cit., p. 103.

7Sur le site des éditions Diane de Selliers.

8Cf. supra le site des éditions Diane de Selliers.

9Ibid.

10Yourcenar, Marguerite, Les Yeux ouverts, Paris, Éditions du Centurion, 1980, p. 110-111.

11Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Diane de Selliers, 2007, t. III, p. 76.

12Cf. Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. I, p. XIII.

13Ibid., p. XXXII.

14Ibid., p. XXXI-XXXII.

15Ibid., p. XVIII.

16Dalby, Liza, Le Dit de Murasaki, Arles, Philippe Picquier, 2007.

17Nagao, Seio, Meurtres à la cour du prince Genji, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1998.

18Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. I, p. XVII.

19Citation tirée de l’article “Books: In All Dignity”, Times, 1928, in Bowring, Richard, Murasaki Shikibu: The Tale of Genji, Cambridge, coll. “Landmarks of World Literature”, 2nd edition, 2004.

20Selon l’Index translationum.

21Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. II, p. I.

22Ibid., p. III.

23Murasaki-shikibu, La Branche du prunier (tr. par René Sieffert), Paris, Éditions Alternatives, coll. « Grand Pollen », 1998.

24Selon Bernadette Chollet, in Esprit, n° 7-8, 1978, p. 141. Disponible à l’adresse : <http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=27593&folder=0>(consultée le 22 février 2016).

25Les différentes couvertures sont en annexes.

26Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. I, p. III.

27Vieillard-Baron, Michel, in Cipango, h.-s., « Autour du Genji monogatari », 2008, p.416-421.

28Ibid.

29Ibid.

30Livret À la découverte du « Dit du Genji », Diane de Selliers, 2007.

31La Nuit du livre.

32Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, 1988, t. I, p. XXIV.

Bibliographie

Éditions françaises

  • Murasaki-shikibu, Le Roman de Genji (tr. par Kikou Yamata), Paris, Plon, coll. « Feux croisés », 1928.
  • Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, coll. « Les œuvres capitales de la littérature japonaise », 2 tomes, 1977 et 1988.
  • Murasaki-shikibu, La Branche du prunier (tr. par René Sieffert), Paris, Éditions Alternatives, coll. « Grand Pollen », 1998.
  • Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Diane de Selliers, 3 tomes, 2007.
  • Murasaki-shikibu, Le Dit du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Verdier, coll. « Littérature japonaise », 2011.

Autour et à partir du Dit du Genji et de son auteure

  • Bowring, Richard, Murasaki Shikibu: The Tale of Genji, Cambridge, coll. “Landmarks of World Literature”, 2nd edition, 2004.
  • Dalby, Liza, Le Dit de Murasaki, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2007.
  • D’une lectrice du Genji (tr. par René Sieffert), Paris, Publications orientalistes de France, coll. « Tama », 1994.
  • Emmerich, Michael, The Tale of Genji: Translation, Canonization, and World Literature, Columbia University Press, 2013.
  • Murasaki-shikibu, Journal (tr. par René Sieffert [1978]), « Les journaux poétiques de l’époque Heian », Publications orientalistes de France, 2000.
  • Nagao, Seio, Meurtres à la cour du prince Genji, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1998.
  • Si on les échangeait. Le Genji travesti (tr. par Renée Garde), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection Japon », 2009.
  • Terada, Sumie (dir.), Cipango, h.-s., « Autour du Genji monogatari », 2008. Disponible à l’adresse : <http://cipango.revues.org/577> (consultée le 6 février 2016).
  • Yourcenar, Marguerite, Nouvelles orientales, « Le Dernier Amour du prince Genghi », Paris, Gallimard, 1938.

Sur la littérature japonaise

  • Brisset, Claire-Akiko, et al., Regards critiques. Quatre réflexions sur la littérature classique dans le Japon des xviie-xviiie siècles, Paris, Institut des hautes études japonaises du Collège de France, 2009.
  • Origas, Jean-Jacques (dir.), Dictionnaire de littérature japonaise, Paris, PUF, coll. « Quadrige dicos poche », 2000.
  • Shūichi, Katō, Histoire de la littérature japonaise, Paris, Fayard, coll. « Intertextes », 3 tomes, 1985-1986.
  • Sieffert, René, La Littérature japonaise, Paris, Publications orientalistes de France, 1973.

Dossier écrit en collaboration avec Jordy Niess dans le cadre du séminaire de littérature traduite.

Citer ce billet : Marie Farrugia, "Le Dit du Genji : réception et traduction", Monde du Livre, 2 août 2016, http://mondedulivre.hypotheses.org/5380.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *