On vous la fait courte #2 : Le Nouvel Attila

Le deuxième volet de ce cycle de brèves est consacré aux éditions Le Nouvel Attila, nées en 2013 de la scission1 des éditions Attila en deux maisons indépendantes, l’autre étant Le Tripode.

Le Nouvel Attila est au départ le nom d’une revue fondée en 2004 par une « horde » de trois étudiants, Yann et Nicolas Bernal et Benoît Virot. Tous trois issus d’une école de journalisme qui leur a laissé un goût d’amertume, ils décident de publier une revue « à rebours de l’ordre établi, que ce soit dans la forme, dans la manière de parler du livre ou dans le goût pour des auteurs victimes des hiérarchies ou des priorités du temps2 ». Ils font donc le choix d’une revue littéraire (« qui met du sang dans son vin ») en grand format (28 × 36 cm) traitant la littérature sous un autre angle et promouvant des textes méconnus. Elle prendra fin en 2007 après six numéros, lorsque la Horde décidera de franchir le cap du périodique pour se lancer dans la publication de livres.

Le premier des éditions Attila, Gog de Giovanni Papini, est un roman datant de 1931 dans lequel le héros, un vieil homme riche et cynique, se targue d’avoir rencontré les plus grands de ce monde (Freud, Einstein ou Gandhi). Gog est en fait le lauréat de l’obscur « prix Nocturne » 2005. Ce prix, fondé en 1962 par Roland Stragliati, est destiné à récompenser, en vue de sa réédition, un ouvrage insolite ou fantastique totalement épuisé. Mais seuls trois ouvrages avaient été récompensés avant que le prix ne fût relancé en 2005 par les éditions Attila. Un deuxième livre sortira la même année : Ascension de Ludwig Hohl3.

 

Mais c’est en 2009 que la maison prend véritablement son envol lorsque Benoît Virot rencontre Frédéric Martin, secrétaire général des éditions Viviane Hamy depuis sept ans. Leurs points communs ? Le goût des littératures étranges et étrangères, des pépites perdues, des ovnis littéraires, et surtout celui de découvrir et de transmettre. Les éditions Attila abandonnent alors l’autopublication pour confier la distribution de leurs ouvrages à Volumen4.

En digne héritière, Le Nouvel Attila se présente comme une maison qui « cultive les genres inclassables et les mauvaises herbes littéraires, en proposant traductions, rééditions de trésors oubliés, et quelques auteurs français choisis5 ». Parmi ses auteurs, on trouve notamment Edgar Hilsenrath, Ramón Sender, Jacques Abeille et Bérengère Cournut, pour ne citer qu’eux. Du temps d’Attila déjà, Benoît Virot décrivait ainsi son rapport étroit avec les auteurs qu’il édite et le soin apporté aux ouvrages :

Le temps qu’on passe avec chaque œuvre dépasse de très loin celui qu’on attribuerait à un métier. C’est un compagnonnage, une expérience de vie. On relit chaque texte mot à mot, on soigne la typographie… Pour chaque ouvrage, on choisit les papiers, leur grammage, leur teinte, le sens de la fibre, la texture. On réunit des illustrateurs et des graphistes qui vont créer un champ magnétique autour de lui jusqu’à ce qu’on ait trouvé la sensation juste. Cela lui donne un halo protecteur6.

Et ces illustrateurs, designers et graphistes sont toujours aussi nombreux à œuvrer pour le Nouvel Attila, qui a fait appel entre autres à :

  • Anne Careil, pour plusieurs couvertures ;
  • Icinori, pour celle du Paradis des autres ;
  • Henning Wagenbreth, pour les illustrations des ouvrages d’Edgar Hilsenrath et lui-même auteur de deux ouvrages ;
  • l’atelier Cheeri, notamment pour l’identité de la maison et la couverture de la collection « Incipit », inaugurée par un roman qui a fait beaucoup parler de lui, Debout-payé de Gauz ;
  • Gabrielle Coze, pour la couverture, la maquette et les caractères spéciaux du très original Dictionnaire Khazar (livre décliné en deux versions, masculin et féminin) ;
  • Sylvain Lamy, pour plusieurs couvertures parmi les plus remarquables, dont celles de Napoléon Is Not Dead et O.P. (Ordre public).

 

 

Membre du collectif 3oeil, Sylvain Lamy a travaillé durant sept ans, à la suite d’un stage, pour les éditions Cambourakis. Il évoque ainsi son travail sur la couverture de Low Down :

Pour « Low Down », je suis passé par plusieurs étapes. J’ai d’abord été influencé par le graphisme de certaines pochettes de jazz de maisons de disques comme Blue Note ou Impulse, et par de nombreuses images et typographies de cette époque. J’avais aussi envie de mettre en avant différentes thématiques traitées dans le roman, le jazz, la drogue, la relation père/fille… En définitive, c’est le piano qui s’est imposé à moi comme étant presque le personnage principal et j’ai alors décidé de le mettre en avant. J’ai souhaité recréer ces formes très graphiques que sont les touches de piano et leur donner vie avec le papier. La couverture a trois niveaux, les demi-tons sont gaufrés et l’interstice des touches est foulé. Le titre étant court et très fort il était important de le mettre en avant et, surtout, de le relier directement au piano. Il y a un sentiment de mouvement dans « Low Down », je voulais accentuer cet aspect en me dirigeant vers la rondeur, des courbes douces. Je voulais rappeler l’aspect humain à travers la couleur, c’est pour cela que les touches ont cette teinte presque épidermique. Pour les demi-tons je voulais sortir d’un noir trop évident et ce bleu profond est une des couleurs qui est restée dans un coin de ma tête en refermant le livre7.

En décembre 2015, le label Othello est créé par Le Nouvel Attila, en partenariat avec le collectif Général Instin, en vue de mener des projets de non-fiction (poésie ou revues) « hors circuits commerciaux traditionnels ». Quatre titres sont déjà parus, et un livre sous la forme d’un leporello de six mètres de long, Les Samothraces de Nicole Caligaris, sera publié le 21 septembre prochain.

À noter enfin, parmi les projets en cours ou à venir, les traductions inédites d’un roman moderne de la carrure d’Ulysse, Horcynus Orca de Stefano d’Arrigo, et de Los Sorias d’Alberto Laiseca. C’est à peu près tout…

1 Les auteurs publiés ont pu à cette occasion choisir la maison d’édition avec laquelle ils souhaitaient continuer.
2 MARCANDIER, Christine, « Les multiples vies de Benoît Virot : d’une revue à l’édition », Diacritik, 8 décembre 2015.
3 Ces deux premiers livres doivent leur maquette à Dominique Bordes, qui n’est autre que le fondateur des éditions Monsieur Toussaint Louverture. Une autre collaboration entre les deux éditeurs aura lieu avec Perdus/Trouvés, une anthologie d’œuvres de vingt-deux auteurs oubliés.
4 Depuis 2014, Le Nouvel Attila est distribué par Interforum, avec le soutien des éditions Anne Carrière.
5 Page d’accueil du site du Nouvel Attila.
6 LEGRAND, Christine, « Ils ont fondé la maison d’édition Attila : “c’est un compagnonnage, une expérience de vie” », La Croix, mai 2012.
7 REVERDY, Benjamin, « Rencontre #2 : Sylvain Lamy, designer de couvertures de livres (Cambourakis, Le Nouvel Attila…) », Carré Cousu Collé, 15 octobre 2015.

 

Pour aller plus loin :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *