On vous la fait courte #3 : les Éditions du Sonneur

Logo des Éditions du Sonneur. Crédits : Les Éditions du Sonneur (http://www.editionsdusonneur.com)

Logo des Éditions du Sonneur

Nous terminons ce cycle de brèves avec les Éditions du Sonneur, une maison haute en couleurs.

Cette petite maison d’édition est fondée en 2005 par Valérie Millet, qui a déjà travaillé pour les éditions Gallimard et Flammarion. L’idée apparaît dès 2003 quand une amie lui confie un manuscrit qu’elle souhaiterait publier. Valérie Millet se promet alors de l’éditer ; deux ans plus tard, l’aventure commence dans les locaux des Éditions du Pacifique, fondées par ses parents.

Les Éditions du Sonneur ont vocation à éditer et diffuser des ouvrages épuisés, méconnus du public ou des inédits d’auteurs réputés. Pierre Loti, Jack London, Alexandre Dumas et Jules Verne figurent, entre autres, au catalogue. Une production marginale qui propose de découvrir d’autres textes, d’autres facettes des plus grands écrivains, avec le plus souvent la thématique du voyage1. Mais ces ouvrages cohabitent aussi avec des textes plus contemporains, qui témoignent d’un véritable travail sur la langue.

Les deux premiers ouvrages édités en 2003 donnent un exemple de la variété du catalogue : Le Requiem de Terezin de Josef Bor, traduit du tchèque et tombé dans l’oubli après une première parution chez Robert Laffont, et Pour Lili, texte sur l’euthanasie écrit par Marie-Noël Rio, une amie de Valérie Millet. Ces deux récits très complexes et peu accessibles ont rapidement été soutenus par des libraires, qui ont joué un rôle important de relais entre la maison d’édition et son public.

Mais comment l’équipe éditoriale sélectionne-t-elle ces joyaux de la littérature ? Valérie Millet explique : « Nous réalisons un travail de détective. Nous fouinons beaucoup dans les brocantes ; nous avons aussi la chance d’avoir des amis qui sont de grands lecteurs et qui nous dirigent vers tel ou tel texte2. » Se crée ainsi tout un réseau de connaissances (grâce aux libraires notamment) qui alimente la production éditoriale. Dotée d’un catalogue d’une centaine d’ouvrages, la maison édite 10 à 12 titres par an, accordant beaucoup de soin à chacun d’eux. Chaque couverture est unique, d’une couleur facilement identifiable et d’une maquette spécifique à chaque collection. Pour la « Petite collection » par exemple, chaque couverture illustre parfaitement le titre de l’œuvre : « En format poche, aux couvertures pastel, la sobriété de l’objet fait subtilement écho à la qualité du contenu3. »

Les Éditions du Sonneur c’est aussi une gamme de livres au prix abordable (de 5 € à 22,50 €) qui séduit ses lecteurs grâce à la variété des textes et l’originalité de ses couvertures. Valérie Millet accorde beaucoup d’importance à la matérialité du livre : « […] reliure cousue et non simplement collée, couvertures “typo” (donc sans image) afin d’entrer immédiatement dans le texte et ne pas en orienter la lecture, texture et confort du papier, etc.4 ».

Les Éditions du Sonneur ont bénéficié d’un large soutien des libraires, ce qui leur a permis d’atteindre rapidement une certaine renommée. Cette relation entre les deux corps de métier est primordiale pour la fondatrice, car le travail du libraire est indispensable pour l’éditeur et plus largement la littérature : « C’est ici que nous retrouvons le rôle, crucial, créateur, du libraire – et pas seulement de la librairie : s’il en est un qui est à la croisée des chemins, s’il en est un qui est bien placé pour donner du sens à la production éditoriale et pour tendre l’oreille aux lecteurs, s’il en est un qui peut mesurer, concrètement, l’importance du livre et le devenir de la littérature, c’est bien lui5. »

Textes épuisés ou inédits, de langue française ou étrangère, anciens ou contemporains : la maison se caractérise par son éclectisme. Récemment, deux titres du catalogue ont reçu des prix littéraires (prix Goncourt de la Nouvelle, prix Gens de mer), récompensant ainsi le travail de longue haleine de l’équipe des Éditions du Sonneur.

1 Valérie Millet a passé une partie de son enfance entre plusieurs continents (Asie, Amérique), ce qui justifie l’orientation littéraire de la production.
2 SINGER, Ariane et RIGOLLET, Christine, « Incroyables talents », Le Point,‎ 13 décembre 2012.
3 MILLET, Valérie, « Ceux qui passent, ce qui passe », tribune publiée dans Le Magazine des Livres, n° 34, janvier 2012.
4 Ibid.
5 Ibid.

Pour aller plus loin :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *