L’édition numérique en Afrique subsaharienne et dans le monde arabe

Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition numérique. Mais il serait plus exact de préciser que c’est essentiellement l’édition numérique dans le monde occidental qui était visée. C’est pour cela que le présent article va vous proposer une synthèse de l’état de l’édition numérique dans les pays du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne. Cette synthèse se fera à partir du livre d’Octavio Kulesz, L’Edition numérique dans les pays en développement.

Tout d’abord, il est nécessaire de faire quelques rappels chiffrés : l’Afrique subsaharienne compte quarante-cinq pays, pour une population globale de 839 615 482 habitants, contre dix-neuf pays et 300 892 543 habitants pour le monde arabe1. Leurs taux de population urbanisée est de 37% pour l’Afrique, et 58% pour le monde arabe, et leurs taux d’alphabétisations respectifs sont de 67% et 74%. Enfin, autre donnée essentielle pour la compréhension des enjeux concernant l’édition numérique, le taux de pénétration de la téléphonie mobile est de 41% et 79,4%, et celui d’Internet de 9,6% et 24,9%2. C’est dans ce contexte que l’on va étudier quatre technologies différentes: l’impression à la demande (ou POD), les plate-formes online, les e-readers ainsi que les tablettes, et enfin les téléphones portables.

En ce qui concerne les plate-formes online, il s’agit essentiellement d’initiatives prises par des groupes pré-existants. C’est le cas de Kalahari, l’un des principaux sites de vente en ligne d’Afrique, qui a lancé en  2010 une rubrique de téléchargements numériques, avec un catalogue de 220 000 e-books et de 50 revues électroniques. Le groupe a également lancé sa propre application pour ordinateurs et téléphones portables pour permettre la lectures des e-books vendus en ligne. Du côté du monde arabe, le premier site à proposer la vente de livres numériques, ArabiceBook, a été lancé en 2002 à Beyrouth, avec des livres entre 5 et 20 dollars. Le groupe égyptien Kotobarabia a à son tour lancé son portail de téléchargements, devenant ainsi le premier distributeur de livres électroniques en arabe, avec près de 10 000 titres.

Nous trouvons ensuite les initiatives de publication en open access, comme la maison d’édition Human Sciences Research Concil Press, qui dépend de l’Agence sud-africaine de recherches en sciences humaines3, et qui propose gratuitement le contenu de recherches en sciences sociales. Au Koweït, Nashiri propose une bibliothèque électronique gratuite associée à une maison d’édition de livres numériques, et compte environ 200 000 visiteurs par an4.

En ce qui concerne les e-readers, ils sont réservés à la couche la plus fortunée de la population, que ce soit en Afrique subsaharienne ou dans le monde arabe, où l’iPad est considéré comme un produit de luxe. En 2011, seuls sept5 pays d’Afrique ont accès au Kindle: le dispositif est très cher par rapport au niveau de vie moyen des habitants. Mais des initiatives existent, notamment au Ghana, où en 2010 l’organisation Worldreader a distribué des Kindles aux étudiants, ou encore l’OLPC6 qui a développé le XO, un ordinateur conçut pour être utilisé dans des milieux isolés et hostiles, à un prix très abordables7.

L’impression à la demande est elle aussi accessible et prometteuse: des maisons d’édition on pu voir le jour, comme MouseHand en Afrique du Sud, qui permettent aux auteurs de commercialiser leurs livres en POD ou de les vendre en format numérique. Dans le monde arabe, l’installation de ce système dans différentes régions va pouvoir permettre de compenser le manque de librairies et de points de distribution.

Comme cela a été vu plus haut, le taux de pénétration de la téléphonie mobile est quatre fois supérieur à celui d’Internet, que ce soit en milieu urbain ou à la campagne. Différentes sociétés ont alors investi dans cette technologie: Kotobarabia a développé la distribution d’e-books via les téléphones portables. L’Université d’Afrique du Sud a, quant à elle, permis à ses étudiants de consulter les ouvrages du catalogue de la bibliothèque et de les réserver grâce à leurs mobiles. Cette technologie a entraîné l’apparition de publications spécialement adaptées à ce support: le groupe MOBFest a organisé un concours où les personnes ayant envoyé un sms à l’organisme, recevaient sur leurs téléphones des textes spécialement crées pour ce support, et devaient voter pour leur auteur favori. Dans un sens, le monde arabe et l’Afrique subsaharienne ont « sautée » l’étape de la lecture sur ordinateur, pour passer directement à la lecture sur petits écrans, alors que cette pratique se développe plus lentement dans le monde occidental.

Cependant, de nombreux éléments freinent toutes ces initiatives. En premier lieu, la barrière de la langue empêche une diffusion rapide et massive des oeuvres numériques. En Afrique subsaharienne, où la diversité culturelle et linguistique est très importante, peu de livres sont proposés dans les langues des pays concernés; les ouvrages sont essentiellement en anglais ou en français. En ce qui concerne la langue arabe, c’est l’adaptabilité du texte à l’écran qui pose problème: il n’existe pas encore de logiciel permettant de reconnaître parfaitement les caractères arabes. De plus, la lecture de droite à gauche créée des problèmes de mise en page, surtout pour l’insertion de citations. Par ailleurs, il semblerait que les habitants du monde arabe soient beaucoup moins enclins à réaliser des achats en ligne, ils ne semblent pas prêts à payer pour des contenus: 32% des habitants du Moyen-Orient réalisent des achats en ligne, contre 62% au Royaume-Uni8.

De plus, le facteur humain n’est pas négligeable: ce marché nécessite un fort investissement, ne serait-ce que pour organiser des formations à destinations des personnels des bibliothèques et des maisons d’édition « traditionnelles » afin qu’elles puissent numériser leurs fonds. Ceci implique nécessairement une importante aide financière des gouvernement pour le développement d’infrastructures spécialisées. Enfin, des manifestations comme des salons ou des conférences sur le sujet doivent être organisées afin d’encourager et de promouvoir les initiatives locales.

 

Chiffres de la Banque Mondiale pour l’année 2009

Chiffres International Telecommunication Union pour l’année 2010

HSRC

4 Selon le « Recent Visitor Map » sur StatCounter – Nashiri

5 Afrique du Sud, Namibie, Botswana, Kenya, Gabon, Niger et Ghana

6One Laptop Per Child

7 entre 100 et 200$

8 Enquête Media consumption & habits of MENA Internet users de septembre 2012

 

Pour aller plus loin:

– L’article de James Turner sur le développement des e-books en Afrique et au Moyen-Orient, « Bringing e-books to Africa and the Middle East« , du 19 janvier 2010

– L’enquête sur l’importance de l’utilisation des téléphones portables en Afrique du Sud « ICT Statistics Newlog – South Africa Mobile Penetration Level Breaks the 100% Mark »

 


Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Je tiens encore à ajouter qu’il est très fréquent de formuler mille et une recommandations aux éditeurs du Sud (j’ai par ailleurs été le premier à le faire, à tort). N’est-il pas préférable de simplement reconnaitre les efforts que les maisons d’édition « traditionnelles » (dans le bon sens du terme) font pour développer leurs catalogues et, peut être bientôt, concurrencer leurs confrères du Nord sur leur propre terrain (les éditions tunsiennes Elyzad font par exemple partie de la sélection finale du Prix des cinq continents) !

    Il faut enfin prendre garde de ne pas tendre à désavouer les structures professionnelles africaines en pointant du doigt, systématiquement, leurs carences par rapport à un « Nord » dont l’édition, sur un certain nombre de points, n’a pas beaucoup de leçons à donner ! N’oublions pas Gilles Colleu !

    Bien cordialement !

  2. Différents enjeux certes, et nous comprenons que ces questions tiennent beaucoup à cœur aux pôles des métiers du livre de la région aixoise (dont nous sommes d’ailleurs issus), notamment porté par les dynamiques du projet OpenEdition. Nous aurions cependant souhaité que d’autres niveaux du numérique tout aussi essentiels soient abordés. Mentionnons par exemple la diffusion des catalogues sur Internet et le développement de bases de données d’éditeurs « du Sud ». Ces outils font encore cruellement défaut aux professionnels comme aux consommateurs mais certains projets comme la récente refonte de l’association Afrilivres laissent présager de prochains développements dans ce sens.

    Nous nous permettrons enfin de signaler, en addendum à cet intéressant article, que les éditions Jeunes Malgaches (Madagascar) ont récemment publié leur premier ouvrage numérique avec des logiciels libres et en partenariat avec l’Association Francophone des Graphistes Libres (AFGRAL).

  3. Marin Dacos dit :

    Dans la partie sur les liseuses, Octavio Kulesz insiste sur le caractère technologique et américano-centré des porteurs de projets (comme l’OLPC), oubliant les dimensions éditoriales et linguistiques, qui devraient primer. L’exemple de Madagascar, avec un livre en malgache dans l’OLPC, est une démonstration édifiante de ce problème. On oppose en général les projets pilotés par la technologie et de projets centrés sur l’utilisateur. La route est encore longue. L’auteur insiste, avec raison, sur le nécessaire développement d’initiatives locales, nationales, continentales, dans ces régions comme dans d’autres, afin que les particularités des territoires soient prises en compte dès le début.

  4. Jérôme B dit :

    Erreurs : une coquille s’est glisée (« un ordinateur conçu »)
    Les articles sont : La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres et Une carte SIM en guise de porte-monnaie.

  5. Jérôme B dit :

    Salut! Merci pour cet article très intéressant. C’est vrai que les discussions interminables sur les vertus supposées de la technologie, de plus en plus envahissante -en Occident-, ont le défaut d’être un brin anthropocentrées.
    Donc cette étude est nécessaire et amène un éclairage d’ailleurs, du Tiers monde, et permet ainsi de relativiser notre situation dans nos rapports au texte.
    Récemment est parue une étude dans Le Monde diplomatique (mai 2012), composé de deux articles intitulés <> et <>. Elle pose la question de la censure d’Internet dans des moments politiques et dans des régimes dictatoriaux (déjouée par les portables), et également la question sous-tendue -économique et politique- de la surveillance engendrée par la généralisation de cet outil. Bref de la diplomatie numérique et du philantrocapitalisme. Bientôt disponible en ligne :
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47680

  1. 12 juillet 2012

    […] Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition numérique. Mais il serait plus exact de préciser que c’est essentiellement l’édition numérique dans le monde occidental qui était visée. C’est pour cela que le présent article va vous proposer une synthèse de l’état de l’édition numérique dans les pays du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne…  […]

  2. 12 juillet 2012

    […] Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition numérique. Mais il serait plus exact de préciser que c’est essentiellement l’édition numérique dans le monde occidental qui était visée. C’est pour cela que le présent article va vous proposer une synthèse de l’état de l’édition numérique dans les pays du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne…  […]

  3. 13 juillet 2012

    […] Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition numérique. Mais il serait plus exact de préciser que c’est essentiellement l’édition numérique dans le monde occidental qui était visée. C’est pour cela que le présent article va vous proposer une synthèse de l’état de l’édition numérique dans les pays du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne…  […]

  4. 23 juillet 2012

    […] [D'après un article publié sur le Carnet de recherche Le Monde du Livre] […]

  5. 23 octobre 2013

    […] Kulesz realiza un estado de la cuestión completo en relación a la situación de las ediciones digitales desde todos los puntos de vista en […]

  6. 15 novembre 2013

    […] Kulesz realiza un estado de la cuestión completo en relación a la situación de las ediciones digitales desde todos los puntos de vista en […]

  7. 20 juillet 2017

    […] Laurie, « L’Édition numérique en Afrique subsaharienne et dans le monde arabe », Monde du Livre, 30 juin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *