Édition numérique dans les pays en développement : les exemples de l’Inde et de la Chine.

1 juillet 2012
Par
Présentation

L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question du numérique dans l’édition. D’un côté, l’Inde possède un capital humain bien préparé à l’environnement informatique ainsi qu’une industrie éditoriale et de plateformes en ligne solides. De l’autre, la Chine dispose d’un volume de marché exceptionnel, de grandes ressources économiques, et d’une aide importante de l’État. Elle est actuellement l’un des plus grands acteurs de l’édition numérique dans le monde. Toutefois, les deux pays sont confrontés à divers défis et difficultés selon leur contexte.

1. Situation de l’industrie éditoriale dans ces pays

L’Inde se caractérise par son nombre important de maisons d’éditions (plus de 16 000). Ces dernières publient leurs ouvrages en différentes langues. L’Inde est le troisième pays producteur de livres en langue anglaise. Ses principaux canaux de distribution sont les éditeurs, les libraires et les représentants commerciaux mais il ne faut pas oublier de citer le web.

La Chine possède quant à elle environ 600 maisons d’éditions d’État organisées en différents groupes et un peu plus de 10 000 maisons d’éditions privées, dont 300 sont de grandes tailles. Dans le domaine de l’édition électronique, seuls quelques labels d’État et un nombre réduit de labels privés ont l’autorisation de publier.

2. Contexte des pays par rapport au numérique

Dans le cas de l’Inde, le pays connait un grand développement en ce qui concerne les Technologies de l’Information. Ceci est le résultat de plusieurs années d’investissement de l’État. Ces efforts se reflètent dans les opérations effectuées par les  parcs de technologie software de l’Inde (STPI) et le ministère des Technologies de l’information, crées afin de fortifier les exportations de TI. Grace à ces efforts, l’Inde est devenue un point mondial de services technologiques en ce qui concerne l’édition. C’est d’une certaine façon le cas de la Chine, qui grâce au faible coût de sa main-d’œuvre et de son marché intérieur en pleine croissance, fait en sorte que son industrie éditoriale soit aussi reconnue dans le monde. Ils sont notamment les premiers dans la production des  e-readers.

3.  Agents de la numérisation.

Ces deux pays comptent avec plusieurs corporations qui travaillent dès la production des dispositifs jusqu’à la production des textes sa distribution et sa vente. En Inde, on trouve des entreprises comme Data Outsourcing India, qui font des taches de pré-production du livre, ou Flipkart pour la distribution et vente. En Chine, on compte avec la présence de Jinke (qui produit Hanlin un dispositif très populaire) entre autres. Pour la distribution et vente ils existent des sites comme Alibaba et Taobao.

En Inde, on peut signaler des sites comme BookGanga qui ont développé leur propre software de lecture. Il existe également des sites comme Infibeam qui affirme avoir dans son catalogue plus de 10 millions de titres, et serait la plus grande librairie du pays. Elle compte aussi avec son propre dispositif de lecture : il s’agit de Pi, une tablette à écran tactile et à encre électronique qui permet de lire en plusieurs langues indiennes. Cependant, Infibeam n’est pas le seul sur le marché : on peut citer DC Books, qui publie essentiellement en langue malayalam et qui a notamment fait des traductions de Vargas Llosa et de la saga d’Harry Potter. Son e-reader s’appelle Wink, qui fonctionne avec un clavier analogique et une interface préparée pour fonctionner en anglais et dans autres langues indiennes.

La Chine compte pour sa part avec Shanda Interactive Entertainment qui a son portail de littérature en ligne (Shanda Literature), site composé d’une diverse variété d’écrivains et d´environ 10 millions de lecteurs actifs. Ce site internet contrôle environ 90% de la littérature web en Chine.

 4. Soutien de l’État, bibliothèques et consommation massive

Un des intérêts principal de l’État indien est celui d’alphabétiser grâce aux avancés numériques. Nous pouvons donner l’exemple de l’année 2010 où le ministère du Développement des ressources humaines a présenté une tablette crée pour les étudiants, vendues à un prix accessible. Le gouvernement a aussi crée des institutions comme Le dépôt du ministère des Sciences de la Terre, bibliothèque numérique du Panjab, l’Institut indien des sciences, pour faciliter l’accessibilité des élèves aux dispositifs de lecture numérique.

En Chine, comme nous l’avons déjà signalé, la relation de l’Etat avec la production numérique est liée. Dans le 11e plan quinquennal chinois, la priorité de l’Administration générale de la presse et de l’édition (GAPP) a été que tous les entreprises gouvernementales deviennent lucratives et surtout qu’elles accélèrent le pas vers l’électronique. Pour ce faire, le China Publishing Group (le groupe qui réunit tous les maisons d’éditions chinoises de l’État) a créé en avril 2010 son propre dispositif de lecture : le Dajia.

 5. Les téléphones portables

En Inde, le confort numérique n’est pas encore optimal : pas de connexion fixe à Internet, pas d’e-readers ou de tablettes. Toutefois, un marché est en pleine expansion : celui des téléphones portables. En effet, il y avait fin 2010 environ 752 millions d’utilisateurs de cellulaires. L’avancée importante de la téléphonie mobile en Inde a ainsi conduit de nombreux portails web à adapter leur interface aux téléphones portables. Nous pouvons par exemple citer Vodafone qui commercialise toute une série de Momics[1], intégrés à la section « Films et Télévision » de son site web. La plupart de ces bandes dessinées peuvent ainsi être téléchargées après envoi d’un simple SMS. Autre exemple : celui de MobileVeda, une start-up indienne qui a mis en œuvre depuis 2006 différents projets d’éditions pour téléphones portables.

En Chine, les contenus pour téléphones portables constituent environ 40% du total de l’édition électronique. Les trois opérateurs chinois (China Mobile, China Unicom et China Telecom) disposent chacun d’un portail d’applications et proposent à leurs clients un éventail de choix parmi les lectures électroniques. Cependant, ils ne sont pas les seuls : Les sites Byread et EMZ, par exemple, alimentent toute une communauté de lectures virtuelles offrant à leurs visiteurs la possibilité de télécharger des publications sur leur téléphone.

 6.  Enjeux et propositions

En Inde, de nombreux éditeurs n’ont pas encore numérisé leurs catalogues. La raison principale de ce retard est la peur du piratage qui représente un problème important dans ce pays. Cette peur est toutefois légitime, car l’édition papier connait un problème de copies illégales. Ainsi, 25 % des livres imprimés en Inde seraient des copies illégales. Cependant, le piratage est dû en partie aux maisons d’éditions qui ne tiennent pas compte du contexte économique. Distribuer des e-books avec DRM à 10 dollars pièce dans une région où les livres papiers se vendent à la moitié de ce prix est absurde. De toute évidence, il faudrait donc viser dans un premier temps le marché des téléphones portables, puisque nous avons vu précédemment que celui-ci était actuellement en plein essor.

En Chine, le piratage numérique est aussi un facteur qui inquiète l’ensemble des labels chinois. Pour preuve, il existe au sein de ce pays plus de 530 000 sites proposant des livres piratés.

L’Inde comme la Chine connaissent également des difficultés pour élaborer des marques qui soient attractives à l’extérieur de leur pays et ont donc du mal à conclure des partenariats avec des marques étrangères, chose qu’il faudrait pouvoir parvenir à changer à l’avenir.

7. Tendances

En Inde, l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, avide de hardware et de contenus à la fois interactifs et modernes, laisse présager une croissante sophistication de la technologie indienne et la progressive entrée en interaction des producteurs de contenus avec les compagnies IT qui pourraient jouer un rôle de catalyseurs pour l’édition numérique indienne de demain. On peut aussi facilement imaginer que de nombreuses expériences de diffusion des textes numériques verront bientôt le jour par le biais des téléphones portables, au vu de la croissance exponentielle de ce marché.

Concernant la Chine, il important de signaler qu’il existe dans ce pays une nouvelle classe moyenne qui s’incorpore rapidement au marché. Il est donc possible qu’une expansion très accélérée de la littérature en ligne ait lieu. Ceci aura pour conséquence une recrudescence de procès par rapport aux questions des droits d’auteur, mais également peut-être d´une baisse importante de la vente de livres imprimés, ainsi que d’un avenir incertain concernant les nombreuses librairies du pays.


[1] Mobile comics


Liza Pulecio

Estudiante de Master 2 "Mundo del Libro", apasionada de la lectura en todas sus formas.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Édition électronique, Pratiques internationales

6 commentaires pour “ Édition numérique dans les pays en développement : les exemples de l’Inde et de la Chine. ”

  1. [...] Présentation L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question …  [...]

  2. [...] Présentation L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question …  [...]

  3. [...] Bibliolab Blog tenu par le groupe de réflexion “bibliothèques hybrides” au sein de l'ABF; Enssibrèves Blog de l'ENS Sciences de l'information et des bibliothèques / Des articles d'actualité courts, mais très documentés, sur les …  [...]

  4. [...] Présentation L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question …  [...]

  5. [...] L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question du numérique dans l’édition.   [...]

  6. [...] L’Inde et la Chine font partie des pays en voie de développement les plus avancés par rapport à la question du numérique dans l’édition. D’un côté, l’Inde possède un capital humain bien préparé à l’environnement informatique ainsi qu’une industrie éditoriale et de plateformes en ligne solides. De l’autre, la Chine dispose d’un volume de marché exceptionnel, de grandes ressources économiques, et d’une aide importante de l’État. Elle est actuellement l’un des plus grands acteurs de l’édition numérique dans le monde. Toutefois, les deux pays sont confrontés à divers défis et difficultés selon leur contexte.  [...]

Laisser un commentaire

Aix-Marseille université

Logo amu

Carnets de recherche