L’édition numérique en Amérique latine


Carte Amérique latine

Pour faire suite à l’article précédemment publié, « L’édition numérique en Afrique subsaharienne et dans le monde arabe », nous allons continuer notre tour d’horizon et nous intéresser au cas de l’Amérique Latine. Ceci nous permettra d’établir un rapide état des lieux dans cette région en voie de développement. La base de cet article sera le livre d’Octavio Kulesz, L’Edition numérique dans les pays en développement.

En premier lieu il est important de rappeler quelques faits. La région est composée de 21 pays qui sont les suivants : Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Équateur, Guatemala, Haïti, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Porto Rico, République dominicaine, Salvador, Uruguay et enfin Venezuela. En 2010 : la population s’élève à 588 649 000 personnes, dont 79,6% urbanisées. Le taux de pénétration internet est de 34,5% et celui de téléphonie mobile, de 90%. Le chômage ne s’élève qu’à 7,6%  et l’analphabétisme à 8,3% des plus de 15.

L’édition est un secteur favorable en Amérique latine, et les chiffre sont pour le moins positifs. Et pour cause, selon le CERLALC1 en 2010, ce n’est pas moins de 50% des entreprises éditoriales qui ont déclaré une augmentation de leurs ventes. 2 Celles ci sont fortement dynamisées par la littérature de jeunesse et les guides de voyage. L’offre éditoriale sur internet tend se développer, cependant de gros problèmes se posent encore, laissant les éditeurs sceptiques ou incapables de s’adapter. Nous allons faire un tour de tout ce qui fait l’édition numérique aujourd’hui en Amérique latine et des pistes à envisager afin d’aller vers un essor.

L’édition numérique a un passé en Amérique latine, puisqu’elle a vu naître ses premières expériences dans les années 1990, avec la naissance de nombreuses bibliothèques numériques. Ainsi la région se retrouve face à la création de nombreux projets tels que : la Biblioteca Virtual Universal (en 1999, par l’association Bibliotecas Rurales Argentinas), ou encore la même année, le portail Tiflolibros (destiné aux aveugles, le premier de son genre en langue espagnole), et plus tard la Biblioteca Digital Ciudad Seva et la page web Cholonautas, dont l’Instituto Estudios Peruanos est à l’origine. A cette même période sont lancées les premières plate-formes de ventes de livres électroniques (Elaleph, Librosenred). Mais l’édition électronique ne fait pas partie des priorités pour de nombreuses raisons : la peur des éditeurs face aux piratages que subissent l’industrie de la musique et du cinéma, le manque d’habitude des lecteurs concernant la lecture sur écran, mais aussi le gros essor de l’édition traditionnelle au début des années 2000, qui du coup semblait ne pas nécessiter de réels bouleversements. On note également le prix élevé des support de lecture qui s’avèrent de ce fait être perçus comme des produits de luxe par le lecteur.

L’édition numérique n’en reste pas à ce stade pour autant et suit le courant de l’évolution. En ce point, l’expansion de la POD (print on demand, impression à la demande) est un exemple parlant. Aujourd’hui la plupart des capitales disposent de points d’impression POD. Nous pouvons citer par exemple Bandeirantes et Singular au Brésil, Bibliografika, Docuprint et Dorrego en Argentine ou encore Publidisa au Mexique. En 2010, l’utilisation de la POD par les éditeurs a augmenté de 12%, passant de 20 à 32%. Cette volonté d’aller vers le numérique se constate également avec l’apparition de nombreux sites de vente en ligne et de libraires exclusivement numériques. Les agrégateurs (logiciels qui permettent de suivre plusieurs fils de syndication en même temps) se situent souvent à l’étranger. Les initiatives d’agrégation locales ne sont que trop rares, mais l’on peut mentionner Xeriph, fondée par Carlos Eduardo Ernanny qui dirige également Gato Sabido, site de ventes en ligne de livres électroniques.

Comme nous l’avons dit précédemment, les dispositifs de lecture numérique ne sont pas encore rentrés dans les habitudes des lecteurs d’Amérique latine, notamment en raison de leur prix. Pourtant les éditeurs le savent, une liseuse offre bien plus de possibilités : intégration de liens hypertexte, d’images ou même de vidéos, à moindre coût. Mais les prix restent inabordables, comme l’explique Octavio Kulesz à propos du dispositif Papyre 3, disponible à Buenos Aires, dont le prix peut s’élever jusqu’à 600 dollars (ce qui s’avère être bien plus élevé que le salaire moyen argentin). Cependant, un dispositif comme Apple, bien qu’hors de prix, permet l’ouverture au monde avec iTunes où les locaux peuvent vendre leurs contenus. Quant à la question du livre numérique sur téléphone portable, il semble qu’elle ne se soit pas encore réellement posée.

Toujours dans cette avancée vers le numérique on constate de nouvelles habitudes face à l’outil internet chez les habitants d’Amérique latine, avec notamment la lecture et l’écriture en ligne, grâce à des outils tels que WordPress ou Blogspot. On compte de nombreuses revues en ligne, ainsi que de nombreux blogs littéraires comme Moleskine Literario au Pérou, ou Ficcion Breve au Venezuela. Et bien sûr chacun sait que la plate-forme en ligne est un atout autant au niveau de la circulation que de la distribution ou de la visibilité.

Néanmoins, malgré ces bonds de l’édition numérique, celle-ci est encore souvent perçue comme un danger pour l’édition. Le piratage massif que subissent les maisons de disques fait peur et l’idée qu’un texte puissent être numérisé et reproduit à l’infini paraît peu profitable aux éditeurs. De plus pour un professionnel, la distribution numérique représente un gros travail de numérisation de tout son fond. Mais aussi des formations pour que les éditeurs ne soient pas impuissants face à leurs outils, et également la création de nouveaux emplois adaptés. De gros progrès restent à faire, c’est ce qui ressort de l’enquête de Octavio Kulesz concernant l’avis des interrogés sur l’actualisation technologique dans les salons locaux : 26% accordent une note de 1 sur 5, et 55% se positionnent sur une note de 2 sur 5. 4 Pourtant les manifestations littéraires sont des lieux propices à l’échange, il serait profitable de s’y intéresser plus profondément.

Octavio Kulesz nous laisse pour finir quelques pistes d’une possible évolution de la situation. En considérant qu’aujourd’hui, 80% des habitants de classe moyenne du Brésil déclarent qu’il est impossible de vivre sans ordinateur, on peut penser qu’une nouvelle classe moyenne va bientôt intégrer ce circuit de consommation. Il est également possible que l’on assiste à une multiplication des manifestations en rapport avec l’édition numérique et à une expansion du software libre. On parle également de modification de la législation, sur des points tels que le prix unique des livres, qui n’est pas encore adoptés dans l’intégralité de l’Amérique latine. Autant de tendances qui laissent à penser que l’Amérique latine est une sur une bonne voie.

1Le CERLALC est le Centre régional pour le développement du livre en Amérique latine et dans les Caraïbes.

2 Toutes ces données ont pour sources : Anuario estadístico de América Latina y el Caribe, décembre 2010 ;Cepal ; Cuent, David : “Latinoamérica es el segundo mercado de celulares más grande del mundo”BBC Mundo, 7 octobre 2010 ; Internet World Stats, “Internet usage statistics”, (2010), Internet World Stats ; CERLALC.

3Un produit de Grammata, entreprise espagnole.

4Voir chapitre  « Enjeux et propositions : numérisation, formation et networking professionnel », Octavio Kulesz, L’Edition numérique dans les pays en développement

 

Pour aller plus loin :

L’article disponible sur notre blog concernant le e-book en Amérique latine.

Le livre d’Octavio Kulesz, L’Edition numérique dans les pays en développement.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 2 juillet 2012

    […] Comme nous l'avons dit précédemment, les dispositifs de lecture numérique ne sont pas encore rentrés dans les habitudes des lecteurs d'Amérique latine, notamment en raison de leur prix. Pourtant les éditeurs le savent, …  […]

  2. 2 juillet 2012

    […] Pour faire suite à l’article précédemment publié, « L’édition numérique en Afrique subsah…  […]

  3. 8 juillet 2012

    […] Pour faire suite à l'article précédemment publié, « L'édition numérique en Afrique subsah…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *