La librairie Pantagruel : un nouveau lieu où lire sans modération

Abstract :

Pantagruel is a new bookshop in Marseille, which openend in September 2016 by means of Pauline, Emilie and Chiara. Emilie, one of the owners, agreed to answer our questions.
She tells us the story of this place and how they managed to open this bookshop. Pantagruel offers variety of books, and the place has many advantages. In a corner, we can find a comfortable sofa, where customers can sit to read a book or have coffee. Half of the place is dedicated to children, and they can sit on the floor, in a colored and playful atmosphere. The booksellers organize activities, like readings or kamishibai. They invite authors and editors, to create an interesting and lively place. Pantagruel is a neighbourhood store, and the relationship with residents is very important. The place tries to connect with people, with the neighborhood and with the city.
We discover through this interview a specific view of bookshop, and a large interest in people. Pantagruel bookshop is not a static place, it is multiple and all-inclusive. There is books for everyone. The will of the booksellers is to create a place open to all, where books are a way to exchange, and to discover other forms of expression.


La librairie Pantagruel a ouvert ses portes le 13 septembre 2016, dans le 7e arrondissement de Marseille. Chiara, Emilie et Pauline ont toutes les trois gagné leur pari : ouvrir une librairie en quelques mois. Pantagruel, c’est un lieu de 70 m², où l’on trouve plus de 5 000 références, que ce soit en littérature, en jeunesse, en bande dessinée ou en art. C’est aussi un espace garni de fauteuils et de machines à café, des murs colorés et un accueil chaleureux. Nous avons voulu en savoir plus sur ce nouveau lieu ; Émilie, l’une des libraires, a bien voulu nous rencontrer et répondre à nos questions.

Photographie de la librairie Pantagruel Crédits : Librairie Pantagruel. Photographie prise avec l'aimable autorisation de la structure. Crédit photo: Maëva Bergues

Photographie de la librairie Pantagruel
Crédits : Librairie Pantagruel.
Photographie prise avec l’aimable autorisation de la structure.
Crédit photo: Maëva Bergues

Pour commencer, pourriez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter comment est né votre projet ?
Nous venons toutes les trois d’horizons très différents et nous n’avons pas forcément de lien direct avec le livre. J’ai d’abord été journaliste pendant huit ans, puis j’ai travaillé dans le marketing et la communication. Pauline vient du milieu du cinéma et Chiara a un restaurant dans le quartier depuis six ans. C’était une reconversion pour toutes les trois. Nous nous sommes vraiment rencontrées autour du projet, qu’on a monté ensemble. Ça a été très intense. Il a fallu monter le dossier financier, s’accorder entre nous, trouver le local, faire les travaux. Nous avons fait la formation à l’Agence Régionale du Livre (ARL), nous avons commandé les livres et nous avons ouvert.

Avez-vous eu de l’aide, financière ou autre ?
Nous avons été aidées par beaucoup de libraires qui ont répondu à nos questions un peu partout, sur Marseille et plus largement en France. Les formateurs de l’ARL nous ont aussi beaucoup apporté, pendant la formation et en amont pour le dossier financier. À l’ADELC 1, une personne notamment nous a beaucoup aidées en nous donnant des conseils sur l’implantation et d’autres choses encore. Nous n’avons pas eu de subventions, mais nous avons obtenu des prêts à taux zéro de la part de l’IMM 2 qui soutient la création d’entreprise. Nous n’avons pas demandé de subventions, ni à l’ADELC, ni au Centre national du livre.

C’était un choix ?
Oui. C’était un choix parce qu’il fallait répondre à un certain nombre de critères pour demander ces subventions. Cela ne veut pas dire que nous ne le ferons pas plus tard. C’était compliqué face aux délais que nous nous étions impartis pour monter le projet. À l’origine, nous n’étions pas sûres du nombre de références que nous voulions avoir, nous voulions d’abord tester la clientèle avant de décider de muscler tel ou tel rayon. C’est donc comme ça que nous avons décidé de fonctionner3.

Comment avez-vous décidé de la direction que vous donniez à la librairie ?
À l’origine, le projet était de monter une librairie spécialisée jeunesse. Marseille est assez sous-équipée en ce qui concerne la librairie indépendante et la jeunesse. Chacun a un petit fond, mais à part La Boîte à Histoires4, il n’y a pas de librairie jeunesse.
Nous avons fait une étude de marché classique et nous sommes allées la confronter avec les retours des gens du quartier. Nous avons discuté avec eux, nous les avons interrogés sur le projet. Nous leur avons demandé ce qu’ils lisaient et quelle était leur vision de la librairie idéale. Nous avons eu plus de 500 réponses. Le quartier n’avait pas eu de librairie depuis vingt ans, et les gens ne voulaient pas uniquement de la jeunesse, ils voulaient également autre chose, ce qui nous a très bien convenu. L’espace jeunesse est tout de même assez conséquent, il représente un tiers de la librairie et fonctionne très bien.

Photographie de l'espace jeunesse de la librairie Pantagruel Crédits : Librairie Pantagruel. Photographie prise avec l'aimable autorisation de la structure. Crédit photo: Maëva Bergues

Photographie de l’espace jeunesse de la librairie Pantagruel
Crédits : Librairie Pantagruel.
Photographie prise avec l’aimable autorisation de la structure.
Crédit photo: Maëva Bergues

Vous proposez aussi des animations, pouvez-vous nous en parler ? Qu’apportent-elles ?
En ce qui concerne les animations, nous organisons un événement par semaine en moyenne ; les thématiques sont larges. Durant les premiers mois, nous nous sommes plutôt centrées sur Marseille. Nous avons fait la Quinzaine des éditeurs marseillais, du 15 au 30 novembre 2016, afin de mettre en avant un certain nombre de maisons d’éditions, comme le Bec en l’air ou Le mot et le reste. Nous avons accueilli des auteurs et nous essayons d’élargir les perspectives en invitant des photographes ou des journalistes. Pour l’instant ça se fait petit à petit.
Nous organisons aussi des animations pour les enfants tous les mercredis et samedi matins. Cela peut être des lectures pour les enfants entre 0 et 3 ans, ou 3 et 6 ans. Nous essayons de varier les plaisirs en proposant du théâtre d’ombres ou du kamishibai 5. Nous faisons aussi beaucoup d’ateliers créatifs pour les plus grands. Les vacances sont davantage destinées à un public adolescent, et nous proposons des mini-stages centrés sur différentes choses : la bande dessinée, la création de balades sonores ou des ateliers d’écriture.
Il y a aussi le coin café, qui est très informel mais où les gens peuvent s’asseoir et lire un peu.

Et cet espace café justement, apporte-t-il une valeur ajoutée selon vous ?
Oui, c’est bien mais je pense qu’il faudrait le mettre davantage en valeur. Je pense que les gens n’osent pas trop se servir, c’est à nous de le mettre en avant. Idéalement, un coin café fonctionne quand c’est un vrai café, mais ça devient un problème d’espace. En définitive, les gens sont toujours contents, même s’ils ne prennent pas un café, ils apprécient le canapé. C’est un coin lecture.

Photographie de l'espace café et lecture de la librairie Pantagruel Crédits : Librairie Pantagruel. Photographie prise avec l'aimable autorisation de la structure. Crédit photo: Maëva Bergues

Photographie de l’espace café et lecture de la librairie Pantagruel
Crédits : Librairie Pantagruel.
Photographie prise avec l’aimable autorisation de la structure.
Crédit photo: Maëva Bergues

Comment avez-vous été accueillies dans le quartier ?
Super bien. Les gens ont repris l’habitude de rentrer dans une librairie. Nous avons déjà un bon noyau de clients fidèles qui reviennent régulièrement. Il y a une véritable politique de soutien. Par exemple, les gens sont prêts à attendre que nous commandions un livre s’il n’est pas en stock. Il y a un vrai échange qui se fait. À mon avis, il y a eu une période noire pour les librairies, mais je pense qu’il y a aussi une vraie prise de conscience des gens, qui veulent avoir une relation différente. Cela représente bien sûr une certaine clientèle, ce n’est pas vrai pour tout le monde, mais ceux qui viennent dans notre librairie sont conscients que commander sur Amazon, ça participe à la destruction de la vie de quartier et des commerces.

Par rapport à Amazon justement, comment vous positionnez-vous sur la vente en ligne ?
On avait pour projet de proposer des livres numériques sur notre site internet qui est en construction. C’est toujours possible, mais nous sommes une librairie de quartier et ce qui est intéressant c’est la présence physique des gens. J’ai un peu changé d’avis en ce qui concerne le livre numérique, je réalise que ceux qui ont une liseuse ne font pas forcément l’effort de télécharger des livres sur le site d’une librairie indépendante. Je ne suis plus sûre de l’intérêt de ce service. Nous sommes plus traditionnelles que ce que nous avions imaginé, mais ça répond aux besoins des habitants.

Quels sont vos rapports avec le monde du livre marseillais ?
Pour la Quinzaine des éditeurs marseillais, nous avons eu quatre événements autour de quatre maisons d’éditions marseillaises, même si nous avons aussi mis d’autres choses en avant. Nous avons reçu Philippe Pujol du Bec en l’air. Nous avons fait une lecture de poèmes et d’histoires pour enfants, en français et en arabe, avec Le Port a jauni. Nous avons reçu aussi plusieurs auteurs marseillais, ou qui écrivent sur Marseille, comme Jean-Louis Pietri qui a écrit La Malfamée, Marseille années 30, ou encore Jean Contrucci, un auteur de romans policiers. Nous allons continuer mais nous allons aussi proposer d’autres choses.

Quelles sont les relations que vous entretenez avec les éditeurs, diffuseurs ?
Cela diffère selon les distributeurs et les représentants. Certains ne viennent jamais nous voir mais entretiennent quand même des bonnes relations. Il y en a d’autres avec lesquels c’est horrible en termes de négociations, de remises et où il n’y a même pas de relations par e-mail. Notre surprise, c’est Hachette. Oui, il faut négocier les remises mais le représentant est présent, il nous connaît. Leur logistique est irréprochable, les clients sont contents, ce qui facilite le quotidien. Les deux points de remise en moins sont compensés par le gain de temps et l’absence d’erreurs. Finalement chacun a sa propre expérience.

Imaginiez-vous le lieu ainsi quand vous avez monté le projet ?
Oui, mais il y a toujours des choses qui évoluent. Les Petites Crabouilles, un magasin qui vendait des choses pour enfants, a fermé une semaine avant qu’on ouvre. Nous avons donc récupéré des jouets ce qui n’était pas prévu à l’origine. Nous avons aussi étoffé la papeterie.
Nous testons un savant mélange entre des choses qu’il faut avoir, des choses qu’on met en avant qui sont très peu connues, des petites maisons d’éditions. Nous avons fait le choix de ne pas avoir tout ce qu’on peut trouver en grande surface, notamment en jeunesse comme T’choupi ou Petit ours brun. Nous loupons peut-être des ventes, mais il y a des livres que nous ne proposons pas, comme les livres d’hommes politiques. Ce sont nos choix.

Vous parliez tout à l’heure de la librairie idéale des gens du quartier. À quoi ressemble votre librairie idéale ? Est-ce que vous l’avez atteint ?
Non pas encore, nous avons ouvert il y a peu de temps. Nous sommes trois et il faut se projeter toutes les trois dans la même vision. J’imagine quelque chose de plus grand, où l’on puisse se poser, où il y ait plus d’interactions avec d’autres formes de littérature ou d’art, où il pourrait y avoir des projections, du spectacle vivant. Un lieu vraiment multiforme, avec des propositions multiples. Mais c’est encore peu tôt pour l’instant.

Pourquoi Pantagruel ?
D’abord il fallait trouver un nom qui nous convienne à toutes les trois, ce qui n’était pas chose facile. C’était exclu d’avoir un nom avec des mots ou des jeux de mots en rapport avec le livre. Pantagruel c’est le reflet des bons vivants. Dans notre librairie, il y a des livres mais il y a aussi autre chose : c’est un lieu où l’on se rencontre, où l’on échange, où l’on partage, ce n’est pas juste une librairie figée. Ce n’est pas une librairie élitiste, tout le monde passe la porte et commande des romans érotiques, comme des livres politiques ou des essais très pointus. L’idée, c’est que c’est un endroit que tout le monde peut s’approprier. C’est d’ailleurs une de mes plus grandes satisfactions depuis l’ouverture, de voir des gens qui viennent de partout, de tous les milieux, les horizons ou les histoires.

Notes :

1 Association pour le développement de la librairie de création.

2 Initiative Marseille Métropole.

3 Pour être éligible aux subventions du Centre national du livre, il faut répondre à plusieurs critères comme un minimum de 6 000 références en livres neufs pour une librairie générale. De plus, le dossier doit comporter des éléments relatifs à l’assortiment de la librairie.

4 Librairie spécialisée jeunesse dans le sixième arrondissement de Marseille.

5 Théâtre de papier.

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Manon Pic, "La librairie Pantagruel : un nouveau lieu où lire sans modération", Monde du Livre, 13 janvier 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/5750.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *