Fiche de lecture : Les Livres dans l’univers numérique de Christian Robin

Abstract:

In Christian Robin’s Les Livres dans l’univers numérique, many essential issues are addressed and enlighten the book industry of today. The digitalization of the book industry and of all cultural industries have had a strong impact on the processes of the book’s exploitation. The author displays the role of digital implications in the book industry and examines its evolutions within the publishing industry. The appearance of digital books and digitalization in the processes changes the production and marketing of books in France. The digital age has had many implications in the cultural industries and the book is no exception. From authors to book shops and libraries, the entire chain of the book process is affected. New medias have emerged, making the entire environment change. There are also many sociocultural aspects to take into consideration. All of which transformed the way books are produced, distributed and exploited.

In the first chapter, the history of digitalization and of the Internet is presented as a way of connecting the first forms of digital devices with the digital tools of today in the book industry. The second chapter points out the new ways of reading and writing, as well as the new devices that appeared in the last decade and that tried to replace the book. Not only the production methods evolved with the complete digitalization of the processes in the late 1990s, but also the ways to access content. In the third chapter, the cultural industry and its environment are discussed, especially the notion of copyright that evolved a lot with the digitalization of content. The fourth and final chapter concludes with the sociocultural aspects of the evolution of the digital book and how the all chain of process has changed during the decades. The book industry now has to adapt to these changes and include all of the new practices to renew the industry.


Christian Robin est maître de conférences en communication à l’université Paris XIII et professionnel des industries culturelles. En 2011, La Documentation Française publie la première édition de son livre, Les Livres dans l’univers numérique. Dans cette deuxième édition, revue et augmentée, il reprend les bases théoriques du livre numérique et s’interroge sur ses évolutions ainsi que sur l’avenir que les nouveaux supports de lecture réservent au processus éditorial. L’ouvrage est découpé en quatre chapitres, abordant tour à tour les évolutions du numérique dans l’industrie du livre, les nouveaux supports, l’environnement de l’industrie culturelle et les aspects socioculturels de ces évolutions.

Couverture de : Les livres dans l'univers numérique [2e édition], Christian ROBIN, La documentation Française, coll. « Les études », 2016.

Les livres dans l’univers numérique [2e édition], Christian ROBIN, La documentation Française, coll. « Les études », 2016.

Chapitre 1 – La relation entre le numérique et les livres. L’avant et l’amont

L’auteur aborde dans ce premier chapitre l’historique du numérique dans le domaine des livres. De 1945 à 1979 apparaissent les premières formes des ancêtres d’Internet et de la numérisation de contenu. Dès la fin du xixe siècle, des systèmes précurseurs du web sont décrits avec une précision étonnante et prévoyaient déjà les outils de stockage et de partage d’informations que nous connaissons aujourd’hui. Des systèmes de traitement et de traduction de texte sont créés dans les années 50, un programme de mise en page assistée par ordinateur voit le jour dans les années 60, tandis que les années 70 voient naître les premiers scanners numériques, les systèmes de gestion de bases de données ainsi que les fameuses interfaces WYSIWYG (What you see is what you get) utilisées couramment aujourd’hui dans les logiciels de traitement de texte.

Dès 1980, le minitel fait son apparition en France et amène de nouvelles potentialités pour la transmission de l’information écrite. L’édition des livres est marquée par l’entrée de grands groupes dans le secteur, poussés par le succès de ce système associant télécommunication et informatique : Matra-Lagardère, qui acquerra Hachette, et Havas, qui reprit Nathan. L’époque de cette vague de concentration sera aussi celle d’un tournant dans la production de livres : l’apparition de la publication assistée par ordinateur (PAO). Parmi les premiers acteurs de la PAO, l’auteur cite Apple, Adobe et Aldus qui, grâce à leur implication : « […] définissent ainsi les contours d’une nouvelle édition, d’une nouvelle capacité éditoriale, dont une des principales caractéristiques est de ne pas être réservée aux professionnels » (p. 20).

Les maquettistes suivront le mouvement : on verra apparaître l’image, la mise en page et la typographie se feront exubérantes, la multiplicité des possibilités permettra aux éditeurs de diversifier leur travail. Par la suite, la mise à disposition pour tous des logiciels de traitement de texte changera la façon d’éditer et surtout de créer : l’écriture est envisagée comme « publiable », la production est donc plus rapide et permet aux auteurs de participer au travail éditorial. Au cours des années 1990, c’est à l’image de subir une transformation numérique : le logiciel Photoshop révolutionne le traitement de l’image et son utilisation. Au milieu des années 90, la photographie devient numérique. Après le texte et l’image, c’est au tour des bases de données de progresser, ainsi qu’au prépresse (c’est-à-dire la préparation de la forme imprimante d’un document par les imprimeurs) qui devient numérique. Adobe lance à cette époque une vague de standardisation avec l’utilisation du PDF, mais aussi le logiciel InDesign, largement utilisé pour la mise en page.

Tous ces outils numériques ont permis le raccourcissement de la chaîne de production et la diminution des coûts du travail éditorial. La numérisation a aussi permis l’évolution de l’organisation éditoriale, avec l’éditeur devenu un coordinateur de personnes aux tâches diverses. Mais plus que la production du contenu, c’est également sa reproduction qui a été impactée avec des méthodes d’impression diversifiées et plus abordables. L’organisation de la production a également été influencée par le numérique, avec des outils de gestion économique plus précis et plus performants.

Chapitre 2 – De nouveaux produits, de nouveaux marchés ?

Suite à la démocratisation du numérique, de nombreux produits ont été proposés pour se substituer aux livres. L’auteur soumet dans ce chapitre un panorama de ces différents dispositifs et de leurs conséquences sur le marché du livre.

Historiquement, les propositions pour compléter ou remplacer les livres sont nombreuses : les disques, cassettes et disquettes à vocation pédagogique, ou encore le CD-Rom. La notion de multimédia est intégrée au dépôt légal dès 1975 et l’édition se pare d’une nouvelle conception qui intègre tous les supports. Cependant, de nombreux dispositifs ne fonctionnent pas à l’époque, essentiellement à cause de difficultés d’adéquation aux usages, et du rythme d’élaboration d’une offre satisfaisante, lui-même difficile à tenir .

Alors que l’édition essayait de ne pas se faire engloutir par de nouveaux marchés, certains secteurs ont été plus touchés que d’autres, tels que les encyclopédies (avec le CD-Rom Encarta de Microsoft) ainsi que l’éducation (apprentissage des langues et pédagogie ludique). Le CD-Rom a cédé sa place au DVD-Rom, suivi à son tour par des tablettes informatiques et par les clés USB, puis par les tout premiers lecteurs de livres numériques, qui n’ont pas abouti au succès escompté.

Pendant ce temps, le web émerge et bien que le domaine de l’édition ne le prenne pas tout de suite en considération, il a modifié durablement nos sociétés et notre rapport à l’écrit. Christian Robin rappelle que la numérisation a d’abord entraîné une baisse des coûts de production des livres dans tous les aspects de la création qui sont de plus en plus rapides. Internet est une base de données large et accessible qui participe au travail de rédaction, de recherche bibliographique ou encore de mise en forme. Tous ces éléments poussent à la publication de textes nouveaux, mais aussi de plus nombreuses rééditions et sous de nouvelles formes (évolution des maquettes). La production s’en trouve également plus segmentée avec des éditeurs qui ne publient que pour des publics de « niche » c’est-à-dire des publics réduits.

« (…) la fin des années 1990 a été marquée par l’aboutissement de la numérisation complète de la chaîne éditoriale, du créateur au libraire » (p. 55)

La numérisation de l’information a entraîné de profondes mutations dans de nombreux secteurs éditoriaux, celui de la littérature étant le plus touché par l’arrivée sur le marché des nouveaux supports de lecture (liseuse, tablette…), notamment avec la littérature de genre, les œuvres entrées dans le domaine public ainsi que l’autoédition.

Les éditeurs publient également sur différents supports, c’est le cas du manuel scolaire qui se trouve sous des formes diverses (manuel numérisé, site compagnon, etc.). Mais le support ne correspond pas toujours à l’usage qu’en fait l’utilisateur, obligeant les éditeurs à toujours rééditer leurs contenus. L’arrivée de la liseuse simplifie nettement ce processus.

Non seulement les modes de production ont évolué, mais également les modes d’accès à commencer par la communication qui se diversifie : sites dédiés, blogs littéraires, réseaux sociaux… La relation entre l’éditeur et le lecteur évolue, de même que celle entre l’auteur et le lecteur, développant des communications de proximité voire de réelles communautés. L’émergence des librairies en ligne participe également à cette modification des modes d’accès, qu’elles soient exclusivement présentes sur le web, comme Amazon qui a été l’une des premières, ou qu’elles possèdent un magasin physique. Enfin, l’accès aux ressources des bibliothèques a évolué, proposant des catalogues en ligne ainsi que de nombreux documents numérisés et rassemblés sur un portail numérique, comme Gallica par exemple.

Chapitre 3 – Les livres dans leur environnement

Trois axes principaux sont abordés dans ce chapitre : les industries culturelles face au numérique, la question de la propriété intellectuelle, et les aspects socioculturels liés à ces problématiques.

Les livres n’ont pas été le seul produit culturel transformé par le numérique : la musique, la vidéo, les jeux vidéo ainsi que la presse écrite ont également été touchés. Globalement, le marché « dématérialisé » a nettement augmenté depuis 2003. La musique est passée en numérique très rapidement, son support ayant évolué en même temps que son mode de production. Il en est de même avec la vidéo, domaine en perpétuelle transformation, tandis que le jeu vidéo, numérique depuis son origine, a été marqué par les phénomènes des jeux en ligne et sur mobile. La presse écrite, quant à elle, entraîne d’autres processus et tend à réunir rédactions web et papier. Toutes les productions éditoriales ne fonctionnent donc pas de la même façon, bien que le numérique soit ancré dans chacune d’elles.

L’arrivée du web a relancé le débat autour du droit d’auteur ; après une explication claire sur les différences entre droit d’auteur et copyright, Christian Robin met l’accent sur l’extension des domaines soumis au droit d’auteur et donc la réduction de l’espace attribué au domaine public. Le statut même de l’auteur est reconsidéré alors que chaque utilisateur peut devenir générateur de contenu. Les pratiques de numérisation et d’usage d’une œuvre sans autorisation sont par ailleurs de plus en plus fréquentes. La protection de la propriété littéraire et artistique est donc remise en question avec Internet et le numérique.

Une bonne part de la communauté scientifique considère que le contenu sur Internet est libre : c’est un moyen de « faciliter la construction et la transmission des connaissances » (p. 96), c’est le cas par exemple de l’organisation à but non lucratif Creative Commons 1. Le débat sur la propriété intellectuelle est également alimenté par des préoccupations politiques ainsi que des exceptions à la loi qui ne le rendent que plus complexe à appréhender. De plus, l’existence même du droit moral est remis en question avec Internet, en particulier en ce qui concerne les images et le son. L’exploitation des œuvres ne concerne donc pas seulement les éditeurs de livres mais également d’autres personnes (pas nécessairement autorisées à le faire mais dont l’accès est facilité par le numérique).

Pour conclure ce chapitre, l’auteur dresse un panorama des évolutions sociétales liées à l’usage du numérique dans notre quotidien à travers plusieurs exemples. Il y cite notamment l’importance du service et de l’accès face à l’objet et à l’achat ; la question de la gratuité inhérente à l’usage d’Internet ; l’effet générationnel des usages technologiques et la notion de « fracture numérique » qui en découle ; l’effet cumulatif des activités culturelles et des loisirs. Enfin, la place des livres a évolué dans notre société et la numérisation de l’information y a participé, aboutissant notamment à des mutations dans la protection de la propriété littéraire et artistique. De plus, si on peut rapprocher les livres d’autres industries culturelles, il est également nécessaire d’en reconnaître les limites, le livre s’en détachant de par son statut spécifique.

Chapitre 4 – Les livres numériques, de l’écriture à la lecture à l’écran

Le dernier chapitre de l’ouvrage aborde le circuit des livres numériques de leur création à leur diffusion et distribution, ainsi que chaque transformation amenée par le numérique dans l’environnement socioculturel du livre.

L’auteur revient d’abord sur l’écriture numérique et pousse la réflexion jusqu’à appréhender la littérature en tant que processus qui peut être réalisé sur un mode collaboratif. Ainsi transparaît l’importance du réseau, à la fois outil et support pour l’écriture, qui n’est d’ailleurs pas toujours de nature littéraire. Il mentionne également les blogs et les réseaux sociaux, tels que Wattpad, sur lesquels les usagers ont un rôle à la fois d’auteur, de lecteur et de critique en interagissant avec la communauté qui les lit (qui est aussi celle qui écrit). Les modes d’écriture sont enrichis par le numérique qui permet d’intégrer de multiples médias à un texte (sons, images, vidéos…) : ce sont les notions d’hyper-écriture et d’hypermédia.

De même que l’écriture, la lecture s’en trouve également modifiée. Les aspects psychophysiologiques de la lecture notamment sont impactés : la lecture serait plus difficile sur écran, la compréhension et la mémorisation d’un texte plus ardues, rendant la lecture plus superficielle. Les utilisateurs du web seraient donc plus distraits, mais également plus actifs car tout va plus vite sur un écran connecté. Cependant, différentes pratiques de lecture ont toujours coexisté et continuent de s’adapter aux supports toujours plus nombreux.

L’édition doit s’articuler autour des livres imprimés et des « écrits d’écran » qui apparaissent désormais. Les éditions multi-supports prennent donc en considération les différents supports dédiés ou non à la lecture : les liseuses, qui utilisent de l’encre électronique et sont dédiées à l’usage de lecture, ainsi que les ordinateurs, tablettes et smartphones, appareils multifonctions. Outre les supports, ce sont également les formats que les éditeurs doivent gérer, ce qui entraîne des difficultés et des coûts supplémentaires : « tout passage sur des supports de lecture différents […] entraîne obligatoirement un travail éditorial pour en adapter l’usage » (p. 129). C’est sans compter l’enrichissement du document qui peut être effectué avec le numérique, en intégrant divers contenus interactifs, internes ou externes au livre. Ces livres enrichis ou « livres-applications » posent de multiples questions d’ordre éditorial mais aussi de pérennité, nécessitant toujours des mises à jour pour pouvoir être utilisés sur le long terme.

Le numérique fait également évoluer les stratégies éditoriales : les éditeurs traditionnels ajoutent la publication en numérique à leur catalogue, tandis que certaines maisons ne se consacrent qu’à cela. Certaines plateformes d’autoédition ont une activité significative, comme Édilivre, mais aucun nouvel éditeur indépendant n’a pour l’instant réussi à s’imposer en France. Le phénomène de l’autoédition, qui a pris son essor grâce à la démocratisation de la production aprofessionnelle, pose quelques questions concernant la légitimité du contenu et amène les éditeurs à réaffirmer la spécificité de leur apport. De même, la diffusion numérique ne dépend que des éditeurs qui, des grands groupes aux plus petits indépendants, choisissent tous des stratégies différentes, tout en essayant de conserver une cohérence dans les pratiques éditoriales.

Concernant la distribution, la chaîne s’en trouve modifiée puisque l’éditeur peut désormais passer par une plateforme de distribution numérique, une plateforme d’abonnement, un revendeur (Amazon, librairie…) ou bien mettre directement son produit à disposition des consommateurs. La gestion des droits numériques (par les DRM) dépend également de chaque éditeur, bien que nombre d’entre eux en France ne les utilisent pas. Ceux qui favorisent la plus grande circulation de l’œuvre y préfèrent le tatouage numérique qui identifie l’utilisateur mais ne restreint pas l’usage du livre. Quant aux libraires, certains développent des sites dédiés à la vente numérique tandis que d’autres privilégient la vente de livres imprimés, insistant alors sur la composante « physique » de leur activité. Les bibliothèques, quant à elles, peuvent jouer le rôle d’intermédiaires pour une offre numérique et participer à l’exploitation des fonds des éditeurs. Elles peuvent également proposer le prêt numérique, mis en place sous forme d’expérimentation en 2014 et dont les résultats restent divers selon les bibliothèques qui l’ont adopté.

Le marché du livre numérique a remis en cause les pratiques commerciales liées au livre imprimé et a apporté de nouvelles interrogations liées à la régulation du livre numérique, notamment concernant la TVA, la loi sur le prix unique, le contrat liant auteur et éditeur, la limitation du piratage, ainsi que le développement de l’open data 2. Toutes ces interrogations ont dû être traitées selon le statut particulier du livre numérique et s’y adapter.

L’auteur conclut ce chapitre en présentant les trois géants Amazon, Google et Apple et met l’accent sur la pluralité des modèles économiques mis en place dans l’édition généraliste. Par ailleurs, les livres se situent dans une économie de l’attention qui crée une compétition entre les industries culturelles et dont les éditeurs doivent tenir compte. Plus que cela, ce sont des nouvelles représentations des livres et du processus éditorial qui apparaissent avec l’émergence de « l’amateur» dans la production et la diffusion des œuvres, remettant en cause la séparation entre professionnel et aprofessionel. Enfin, les livres numériques ont pour avantage d’obtenir des informations plus précises sur le comportement des lecteurs et de permettre une mobilité importante, notamment grâce aux supports de lecture toujours plus légers et pratiques à transporter.

Conclusion

« (…) la forme du livre imprimé s’est profondément inscrite dans nos modes de réflexion, et c’est sans doute la raison pour laquelle la brusque transformation du livre apparaît à certains comme une rupture dans la civilisation » (p. 169).

Cette évolution du domaine du livre vers le numérique n’a pas marqué la fin du livre imprimé mais bien la transformation des modes de production, de diffusion, de distribution et d’exploitation. Il en est de même avec toutes formes de produits culturels : l’un ne remplace pas l’autre mais le complète. Ainsi, le livre sous sa forme numérique peut permettre également d’ouvrir de nouveaux publics à la culture écrite, de par la désacralisation du livre, tandis que de plus en plus d’utilisateurs deviennent créateurs de contenus, en plus d’être lecteurs.

Le monde du livre doit donc s’adapter à tous ces changements, apprendre à maîtriser de nouvelles compétences, et intégrer comme il se doit ces nouvelles pratiques, afin que chaque acteur de la chaîne du livre puisse pérenniser son activité tout en se renouvelant.

Notes

1 Creative Commons propose des contrats aux auteurs pour la mise à disposition de leurs oeuvres en ligne, selon des conditions qu’ils choisissent eux-mêmes (possibilité de modifier l’oeuvre ou non, possibilité de réutilisation de l’oeuvre, etc.).

2 La notion d’open data renvoie aux données numériques ouvertes au public, dont l’accès et l’usage sont laissés libre aux usagers.

Bibliographie :

ROBIN, Christian, Les Livres dans l’univers numérique [2e édition], La documentation française, coll. « Les études », 2016.

BENHAMOU, François, Le Livre à l’heure du numérique. Papiers, écrans, vers un nouveau vagabondage, Paris, Le Seuil, 2014.

CHANTEPIE, Philippe, LE DIBERDER, Alain, Révolution numérique et industries culturelles, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2010.

MARSHALL, Alan, « La dématérialisation de la chaîne graphique », dans MERCIER, Alain (dir.), Les trois révolutions du livre, catalogue de l’exposition du Musée des arts et métiers, 8 octobre 2002-5 janvier 2003, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Arts du livre », 2002.

MELOT, Michel, « Et comment va la « mort du livre » ? », dans LARDELLIER, Pascal Lardellier, MELOT, Michel (dir.), Demain, le livre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

RIFKIN, Jeremy, La nouvelle société du coût marginal zéro. L’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme, Paris, Les liens qui libèrent, 2014.

ROUET, François, Le livre. Une filière en danger ?, Paris, La Documentation française, coll. « Les Études », 2013.

SOUCHIER, Emmanuel, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 2003.

WIEVORKA, Michel, L’impératif numérique ou la nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS éditions, 2013.

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Amélie Baldini, "Fiche de lecture : Les Livres dans l’univers numérique de Christian Robin," in Monde du Livre, 20 janvier 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/5798.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *