La nouvelle consécration de Gaël Faye, grand gagnant du Prix du Roman des étudiants 2016

Depuis sa création en 2006, le Prix du Roman des étudiants France Culture – Télérama a connu beaucoup de modifications, tant au niveau du jury, du calendrier, du nombres de livres à juger par les étudiants… Mais il a toujours conservé le même but : inciter les français à la lecture et honorer un auteur et son œuvre.

Couverture Petit pays, Gaël FAYE, Grasset, 2016.

Petit pays, Gaël FAYE, Grasset, 2016.

Cette année, pour sa 4e édition, cinq cents étudiants entre 18 et 90 ans sélectionnés dans vingt-quatre villes de France ont lu, aimé, discuté et partagé leurs impressions des cinq ouvrages en lice : Petit Pays de Gaël Faye (Grasset), La succession de Jean-Paul Dubois (Éditions de l’Olivier), Continuer de Laurent Mauvignier (Éditions de Minuit), 14 juillet d’Eric Vuillard (Actes Sud) et L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset (Gallimard). C’est sans surprise qu’ils ont élu Petit Pays de Gaël Faye, déjà récompensé en 2016 par le Prix Fnac, le Prix Goncourt des lycéens et le Prix du Premier roman français.

Cet auteur, méconnu du grand public il y a quelques mois encore, est avant tout un chanteur, rappeur et compositeur Franco-Rwandais. Avant de raconter son enfance douloureuse et les souvenirs encore saignants du génocide rwandais dans Petit Pays, c’est à travers le slam et son album Pili-Pili sur un croissant au beurre qu’il recréait un univers à la fois violent mais pourtant plein de poésie et de chaleur. À l’instar des auteurs africains contemporains (Dany Laferière, Alain Mabanckou ou Elgas 1 pour n’en citer que certains), Faye utilise le leitmotiv de la douleur de l’exil aussi bien que celui du retour au pays pour illustrer le décalage toujours présent entre l’homme et l’environnement qu’il a quitté. S’alternent alors dans le récit des souvenirs heureux, savoureux, dégoulinants de vin de palme et de manioc, puis la description violente de la guerre, des conflits, des séparations familiales et quelques envolées philosophiques sur l’état d’errance. Il parvient souvent à parler d’un monde cruel avec tendresse. Petit Pays se range alors parfaitement dans la lignée des auteurs africains tiraillés entre deux continents, deux pays, deux vies et essayant de nous faire goûter au sentiment mélancolique d’une double nationalité. L’œuvre mérite son succès grâce au message brillamment rédigé du jeune auteur et l’ouverture qu’elle permet sur la région des Grands Lacs et sur cette littérature africaine encore méconnue ; mais d’autres textes brillants de la sélection ne sont pas en reste. Notamment Continuer de Laurent Mauvignier, roman envoûtant, ode sensible et sensuelle aux liens filiaux ou encore L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset sur la chute tragique d’un intellectuel tiraillé entre New-York et Paris, entre son travail et ses amours puis entre la vie et la mort qu’il finira par choisir.

La remise du prix a eu lieu le lundi 17 janvier au CROUS de Paris (40 quai François-Mauriac), non loin de la Bibliothèque nationale de France, que Thierry Mandon – secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche – présent ce soir-là, n’a pas omis de mentionner. Après quelques mots des responsables de France Culture et de Télérama en éloge à la culture, la soixantaine d’étudiants s’étant déplacée pour l’occasion a pu rencontrer le jeune lauréat et partager ses impressions de lecture autour d’un verre de champagne et de petits fours.

Portrait de Gaël Faye lors de la remise du prix au CROUS de Paris, à laquelle nous avons assisté avec plaisir. Photo de Laure Perrier.

Portrait de Gaël Faye lors de la remise du prix au CROUS de Paris, à laquelle nous avons assisté avec plaisir. Photo de Laure Perrier.

Ce partenariat France Culture – Télérama qui se fixe une « mission d’accueil, d’accompagnement des étudiants […] pour l’action culturelle » en tentant de créer un « lien social qui disparaît de plus en plus », a mené à bien ses objectifs cette année encore. Grâce à cet amour de la lecture et son partage, elle recommencera certainement l’année prochaine, avec l’espoir d’accueillir encore plus de lecteurs.

1 Des auteurs édités respectivement chez Zulma, Le serpent à plume, Seuil, Gallimard et Présence Africaine.
2 Propos de l’organisatrice de l’événement chez Télérama lors de la soirée de remise des prix.


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Laure Perrier, "La nouvelle consécration de Gaël Faye, grand gagnant du Prix du Roman des étudiants 2016", Monde du Livre, 3 février 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/5907.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *