La politique éditoriale de Métailié : « Pour nous ouvrir le monde passionnément »

 

Logo des éditions Métailié

La maison d’édition Métailié à Paris, est l’une des plus représentatives du marché de la littérature sud-américaine en France (Rapport du CNL 2011 et colloque des « Belles Étrangères » 2012). Notre recherche s’est appuyée sur un questionnaire adressé à la maison Métailié, au traducteur François Gaudry, et à l’agent littéraire de l’auteur Santiago Gamboa, basé à Barcelone, Schavelzon.

 

La maison Métailié, renommée sur la scène littéraire hispano-américaine

La maison Métaillié a trouvé rapidement une identité d’éditeur indépendant d’auteurs de littérature étrangère. Créée en 1979 par Anne-Marie Métailié qui maîtrise l’espagnol et le portugais et voyage régulièrement dans le continent sud-américain, la maison publie ses premiers auteurs étrangers en 1983 avec le Brésilien Machado de Assis, puis en 1985 avec un Argentin, Horacio Quiroga. L’éditrice est identifiée par les professionnels et les lecteurs comme la spécialiste de la littérature d’Amérique du Sud. Un tiers du catalogue de la maison y est consacré. Sa renommée sur la scène littéraire hispano-américaine s’est consolidée avec la publication de Luis Sepúlveda, auteur chilien, en 1992. Le Vieux qui lisait des romans d’amour (Un viejo que leía novelas de amor) a été vendu à ce jour à 1 250 000 d’exemplaires. Publié à l’origine en espagnol en 1992 et traduit la même année par François Maspero pour les éditions Métailié, il a reçu le Prix Relay du roman d’évasion 1992 et le prix France Culture étranger 1992.

La Colombie, reflet de la vitalité littéraire d’un continent

Gabriel García Márquez a reçu pour son œuvre le prix Nobel de littérature en 1982. Dans le Top 50 de l’Index Translationum de l’Unesco, il est placé à la 46e place. Mais l’envol de la littérature sud-américaine et colombienne en particulier ne s’est pas arrêté à Cent ans de solitude, même si García Márquez reste l’auteur du continent sud-américain le plus traduit au monde. Après le boom littéraire des années 1970 (Carlos Fuentes, Mario Vargas Llosa), une nouvelle génération d’auteurs est mise en lumière grâce à l’opiniâtreté de maisons d’édition comme Métailié. La maison Métailié participe de manière significative à la découverte d’auteurs singuliers, qu’elle a décidé de traduire parfois avant même qu’ils ne soient publiés par des maisons d’édition de leur pays d’origine comme Santiago Gamboa et son livre Perdre est une question de méthode, en 1999. Il représente une nouvelle littérature latino-américaine qui parle de la diversité dans le monde et de ses voyages hors de son pays, loin des stéréotypes d’une littérature ethno-centrée.Métailié a publié cinq de ses romans (1995, Páginas de vuelta ; 1997, Perder es cuestión de método ; 2000, Vida feliz de un joven llamado Esteban ; 2002, Octubre en Pekín ; 2004, El Cerco de Bogotá ; 2005 ; El síndrome de Ulises ; 2008, Hotel Pekin ; 2009, Necrópolis). Sur les vingt-cinq auteurs colombiens, l’écrivain contemporain le plus traduit en France est Santiago Gamboa édité par Métailié après García Márquez (vingt ouvrages traduits) et Alvaro Mutis (onze ouvrages traduits).

Se différencier de la concurrence

« Pour survivre dans ce milieu, il faut jouer la carte de la différence. Il y avait de la place pour la littérature étrangère. La littérature étrangère se porte aujourd’hui beaucoup mieux que la littérature française. Ce qui marche le mieux, ce qui est le plus lu par les critiques et les journalistes, c’est la littérature anglo-saxonne. Mais je parle espagnol et portugais, très mal l’anglais, mon choix était fait. Par manque de moyens, j’ai dû chercher des auteurs inconnus. » (Anne-Marie Métailié)

La politique éditoriale s’est construite autour de trois axes :

affinités personnelles de la directrice de collection,

se positionner sur un territoire moins concurrentiel et accessible,

maîtrise totale de la collection.

 

La collection « Grand Format », un regard ouvert sur le monde

Anne-Marie Métailié fonde sa maison d’édition en 1979. Au départ, orientée vers les sciences humaines qu’elle juge rapidement trop restrictives dans son activité, elle se tourne vers la littérature étrangère. Elle a financé ses études à Sciences-Po en faisant des traductions et s’est aperçue que certains auteurs de littérature qu’elle appréciait, avait été « saccagés » par de mauvaises traductions. Les auteurs étrangers sont réunis dans la collection « Grand Format ».

.

Onze territoires linguistiques apparaissent au catalogue, avec en tête les auteurs d’Amérique latine et du Brésil:

 hispano-américain (39 auteurs),

 brésilien (27 auteurs),

 allemand (19 auteurs),

 portugais (18 auteurs),

 italien (18 auteurs),

 anglo-saxon (10 auteurs),

 hispanique (10 auteurs),

 francophone (7 auteurs),

 américain (7 auteurs),

 écossais (6 auteurs),

 nordique (5 auteurs).

Parmi les nouveautés traduites cette année, on retient comme auteurs : José María Anguedas, Péruvien, avec El Sexto, Luis Sepúlveda, Chilien, avec Histoires d’ici et ailleurs, Pablo de Santis, Argentin, avec La Soif primordiale.

 

84% d’auteurs inconnus

La cohérence entre les auteurs et les livres de la maison se construit de façon naturelle, car portée par la personnalité qui dirige la maison d’édition. L’amour des voyages, des langues, le goût de la narration et sa curiosité insatiable poussent la fondatrice de la maison, Anne-Marie Métailié, à publier des auteurs étrangers. C’est encore aujourd’hui elle seule qui gère toute la collection hispano-américaine et brésilienne. La maîtrise de la langue est essentielle. La maison ne fait pas appel à des scouts, ne choisit aucun livre sur synopsis, n’a pas de lecteurs extérieurs. « En 2009, la maison a été rachetée en grande partie par La Martinière/Le Seuil. Nous conservons une totale indépendance éditoriale, la maîtrise des contrats, du choix des traducteurs. Bref, tout. Nous ne travaillons pas dans les mêmes bureaux, et aucun service n’a fusionné. » Certains auteurs sud-américains sont d’abord édités dans leur pays, repris par un éditeur espagnol, et enfin traduits en français. Mais ça ne se passe pas toujours comme ça, puisque Métailié forge sa réputation de « découvreur » en publiant des auteurs inconnus (ex : Il pleut sur Managua, de Sergio Ramírez, du Nicaragua, publié cette année).

« Parfois ils sont simplement repérés par un agent et nous les publions avant l’Espagne, ou même avant leur pays (d’ailleurs, pour certains pays, il est très difficile d’être publié sur place, les maisons d’édition sont trop peu nombreuses, et donc de nombreux auteurs commencent leur carrière par l’Espagne). Nous ne volons pas des auteurs à d’autres éditeurs ; la relation auteur-éditeur est une relation de confiance qu’on peut certes briser avec de l’argent, mais est-ce bien nécessaire ? » (Lise Belperron, chargée de la prospection éditoriale).

Les auteurs étrangers ne sont pas classés sous une nomenclature « littérature étrangère » mais dans la collection « Grand Format Littérature » où se mêle aussi la littérature francophone. La maison Métailié construit son catalogue et son image sur la notion de « curiosité », sur son « ouverture au monde », sur la « découverte d’auteurs inconnus » d’où qu’ils viennent, et non sur la spécificité qu’aurait une littérature étrangère auprès d’un public français. Cette notion rejoint la vision d’auteurs comme Santiago Gamboa qui revendique une certaine universalité du propos, à l’encontre de l’étiquette restrictive et stéréotypée « auteur étranger ».

 

Une vitrine de la littérature latino-américaine

 

Un réseau international

Métailié travaille essentiellement avec des agents (beaucoup plus répandus à l’étranger qu’en France), comme Ray-Güde Mertin Litag en Allemagne (qui gère les droits de très nombreux auteurs latinos, dont Sepúlveda), Schavelzon (Argentin/Barcelone), Carmen Balcells (Espagne), Ella Sher (Espagne), et des éditeurs (souvent par affinités littéraires : Tusquets (Espagne), Companhia das Letras (Brésil), Dom Qixote (Portugal), Sexto Piso (Espagne/Mexique), Alfaguara (Espagne/Amérique latine). Ces partenaires proposent des textes, et Anne-Marie Métailié fait ses choix parallèlement à un travail de veille (prix littéraires, engouements autour d’un auteur, lecture de blogs, de journaux spécialisés en littérature), d’écoute et de curiosité personnelle (des auteurs qui conseillent d’autres auteurs, des traducteurs qui apportent des textes). Certains auteurs envoient directement leur manuscrit, puisque la maison est très clairement reconnue pour ses liens avec l’Amérique latine (c’est notamment le cas pour les Brésiliens).

Des aides à la traduction

Selon le rapport d’activité du CNL (commission Littératures étrangères 2010)l’espagnol est la 3e langue après l’anglais et l’allemand à recevoir des aides aux éditeurs : 38 titres en langue espagnole sur 230 ouvrages aidés (en 2009, 30 titres sur 201 ouvrages aidés).

Métailié est une des deux principales maisons soutenues par le CNL, grâce auquel elle a publié quatre auteurs :

 José María Arguedas, Péruvien ;

 Ramón Díaz Eterovic, Chilien ;

 Santiago Gamboa, Colombien ;

 Leonardo Padura Fuentes, Cubain ;

La maison a reçu 14 160 euros pour la publication de ces quatre auteurs.

 

Une visibilité évènementielle, « Les Belles Étrangères »

Organisées par le Centre national du livre pour le ministère de la Culture et de la Communication depuis 1987, « Les Belles Étrangères » favorisent la découverte de littératures étrangères ou d’auteurs encore peu connus en France et accompagnent la politique d’aide à la traduction, à la publication et à la diffusion menée par le Centre national du livre. Le principe repose sur l’invitation, en novembre de chaque année, d’un groupe d’écrivains d’un même pays ou d’une même aire linguistique, et l’organisation d’une série de rencontres dans toute la France, avec des librairies, des bibliothèques, des universités et des associations culturelles partenaires des « Belles Étrangères ».

Du 8 au 20 novembre 2010, pour fêter deux siècles d’indépendance de la Colombie, la manifestation « Belles Étrangères » consacre douze écrivains colombiens. La maison d’édition la mieux représentée est Métailié avec dix titres puis Belfond avec cinq titres, et Lattès avec quatre titres :

Héctor Abad Faciolince (éditions Lattès et Gallimard) ;

 Antonio Caballero (éditions Belfond) ;

 Jorge Franco (éditions Métailié) ;

 Santiago Gamboa (éditions Métailié) ;

 Tomas Gonzales (éditions Carnets Nord) ;

 William Ospina (éditions Cheyne et Lattès) ;

 Juan Manuel Roca (éditions Myriam Solal) ;

 Evelio Rosero (éditions Métailié) ;

 Gonzalo Sanchez (éditions l’Harmattan) ;

 Antonio Ungar (éditions Les Allusifs) ;

 Fernando Vallejo (éditions Belfond) ;

 Juan Gabriel Vásquez (éditions Actes Sud puis Seuil).

Cette manifestation est révélatrice de plusieurs aspects, parfois contradictoires, de la littérature sud-américaine :

le dynamisme culturel de ce continent ;

son attrait auprès du public et des professionnels européens ;

mais aussi la difficulté pour les auteurs de vivre et de travailler dans leur pays d’origine et le maillon incontournable que représentent les agents et les éditeurs européens pour leur visibilité et leur notoriété. À travers l’exemple de Santiago Gamboa, auteur colombien, nous allons analyser la spécificité de ce territoire linguistique, ses richesses et ses difficultés.

La Colombie, le syndrome d’Ulysse

La poésie et la littérature font partie de l’ADN colombien 

On compte six bibliothèques à Bogotá dont la bibliothèque Luis Ángel Arango, qui est la plus grande du pays et l’une des meilleures de toute l’Amérique latine. Elle appartient à la banque nationale de Colombie et fait partie d’un projet culturel avec les musées les plus importants de Bogotá : le Musée de la Monnaie, le Musée Botero et le Musée d’Or. Il faut aussi citer la Bibliored, groupe de bibliothèques ambitieuses, réparties dans tout le pays ; La Casa de Poesía Silva, maison spécialisée en poésie, accueille des ateliers pour les jeunes poètes et un concours annuel pour les promouvoir. Significative, l’initiative « Bibliotecas Vivas » du plan national de développement, pour diffuser les livres dans les bibliothèques des communautés rurales. La Foire du livre de Bogotá est une foire annuelle qui existe depuis 25 ans. Elle est l’une des plus importantes en Amérique latine. En 2007, l’Unesco a proclamé la capitale Bogotá comme capitale mondiale du livre pour sa combinaison d’une riche tradition littéraire, le système de bibliothèque étendue, le nombre de librairies par habitant, un taux élevé d’alphabétisation et une passion indéfectible pour la lecture.

« Bogotá tourne une des pages les plus importantes de son histoire : la confirmation de sa vocation à devenir une ville de lecture. La reconnaissance des multiples programmes gouvernementaux pour encourager la lecture et par là même les auteurs et la diffusion de leurs œuvres. » (Ana Roda, responsable de la culture du gouvernement).

Une nouvelle génération en rupture

La représentation dominante de la littérature sud-américaine est celle de l’univers intellectuel du réfugié politique victime d’une dictature dans son pays d’origine et qui expose la souffrance de son pays. Elle généra l’explosion des chiffres de ventes de la littérature latino-américaine dans les années 1970-1980 en véhiculant l’image romantique que l’Europe projette sur l’Amérique latine autour de la révolution, de l’exotisme et de l’évasion. Mais aujourd’hui, une nouvelle génération d’écrivains publiée en France se pose en rupture. Santiago Gamboa estné en 1966 à Bogota, il a vécu de nombreuses années en France où il a travaillé comme journaliste à Radio France et écrit une grande partie de son œuvre. Il vit actuellement à Rome. Son deuxième roman, Perder es cuestión de metodo, a été traduit immédiatement en plusieurs langues. Six de ses ouvrages ont été publiés en France et tous par Métailié : Perdre est une question de méthode, traduit par Anne-Marie Meunier en 1999, Les Captifs du Lys blanc, traduit par Claude Bleton en 2002, Esteban le héros, traduit par Anne-Marie Meunier en 2003, Le Syndrome d’Ulysse, traduit par Claude Bleton en 2007, qui a été sélectionné pour le prix Médicis étranger, Le Siège de Bogotá, traduit par Claude Bleton en 2007, Nécropolis qui a remporté en Colombie le prix La Otra Orilla, traduit par Francois Gaudry en 2010. Il est le symbole d’un tournant chez les écrivains latino-américains qui proclament leur droit à raconter la réalité de leur pays et la transposent au-delà des frontières grâce à leur imaginaire.

« Il y a dans ma génération et la suivante un type d’écrivain qui ne correspond pas au stéréotype imposé par l’Europe et qui par conséquent est beaucoup plus indépendant ; certes nous sommes latino-américains et c’est pourquoi notre littérature l’est et non parce qu’il existe une façon d’écrire « à la latino-américaine ». Cette époque-là est révolue. C’est la manière et le talent de chacun qui détermineront son importance et sa valeur. C’est pourquoi nous sommes des auteurs plutôt discrets et peu habitués aux gros tirages.» (Santiago Gamboa).

L’appui d’une agence littéraire

Santiago Gamboa est traduit par Métailié grâce au contact que la maison a avec l’agence littéraire Schavelzon, dirigée par Guillermo Schavelzon depuis 1998. Elle a été fondée à Buenos Aires, mais depuis 2002 elle est à Barcelone, une position au cœur de l’Europe très importante pour l’internationalisation de l’agence. L’agence représente des écrivains de fiction ou non. La plupart de ses écrivains sont de langue espagnole, ce qui explique sa relation privilégiée avec les maisons d’édition européennes et les marchés d’Amérique latine et d’Espagne. Mais son fondateur revendique l’universalité de son travail et refuse de céder aux particularismes régionaux. Son travail se fait sur le long terme et privilégie la proximité avec ses auteurs et le suivi de l’évolution de leur carrière littéraire. Chaque manuscrit est lu, connu, amélioré avant d’être proposé aux éditeurs qui connaissent et apprécient ce principe clé. Les éditeurs sont considérés par Schalvezon comme des business partners. Ils sont sélectionnés selon le type d’écrivain : soit des maisons d’édition prestigieuses, soit des maisons indépendantes, moyennes, petites, qui touchent des lecteurs plus spécifiques et qui offrent d’autres alternatives. Schavelzon accompagne l’auteur et l’éditeur durant tout le processus d’élaboration, de publication et de lancement de l’œuvre. L’édition papier est fondamentale pour eux, mais ils travaillent aussi la cession des droits pour le monde du cinéma et de la télévision. La croissance de l’édition numérique leur a aussi permis de développer un département spécialisé en numérisation. Ils suivent attentivement l’évolution de l’e-book dans le monde en partenariat avec les maisons d’édition et les plates-formes de diffusion internationale. Ils participent à plusieurs foires du livre en Amérique et en Europe, pour être informés de l’actualité littéraire internationale et pour développer la notoriété de leurs auteurs et de leurs œuvres. À Barcelone, ils reçoivent la visite régulière des éditeurs et scouts du monde entier. Ces éditeurs représentent des auteurs très importants comme Paul Auster, Mario Benedetti, Ricardo Piglia, Mario Puig.

Guillermo Schavelzon ne se souvient plus des circonstances de sa rencontre avec Gamboa, mais il lui a proposé personnellement de le représenter alors qu’il n’était même pas édité par une maison d’édition colombienne. C’était tout à la fois un défi et un honneur. Il représente d’autres auteurs colombiens comme Sergio Alvarez, Andrés Felipe Solano et William Ospina. Son objectif avec Santiago Gamboa, était de conquérir un grand nombre de lecteurs dans tous les pays et dans toutes les langues.

Le Syndrome d’Ulysse est le titre d’un roman de Santiago Gamboa, révélateur d’une nouvelle génération d’auteurs recherchée par Anne-Marie Métailié : à la fois encore dans l’admiration de la démocratie française et de sa vitalité littéraire mais aussi extrêmement sensible aux difficultés de la vie quotidienne, que ce soit dans leur pays natal ou celui de leur exil. Leur mobilité, leurs expériences diverses dans le monde leur confèrent une emprise incomparable sur la réalité et une capacité de remise en question et d’innovation qui enrichissent sensiblement le catalogue de la maison Métailié.

Conclusion

L’Amérique latine apparaît comme un réservoir de talents pour Anne-Marie Métailié bien plus qu’une seule curiosité littéraire. L’analyse de son catalogue de littérature « Grand Format » , permet de retenir deux valeurs très spécifiques à son travail:

Le choix d’une littérature étrangère, novatrice et non stéréotypée

Ce sentiment est partagé par de plus en plus d’auteurs qui reprochent à l’étiquette « littérature étrangère » de réduire un auteur ou la valeur d’une œuvre à sa seule spécificité géographique, comme si les textes étrangers étaient condamnés aux stéréotypes et ne pouvaient espérer une réelle intégration dans notre culture. « Plus que la langue espagnole, son pays, la vraie patrie d’un écrivain est sa bibliothèque. » (Santiago Gamboa)

« L’Amérique latine est un vivier d’auteurs jeunes et dynamiques : en France, pour être publié, il faut attendre d’avoir quarante ans (âge minimal du « jeune » auteur). Les Latino-américains apprécient les nouvelles, et la poésie, ce qui permet aux jeunes auteurs de démarrer une carrière très tôt (vers 25 ans). Les sujets sont plus variés, moins intimes (beaucoup moins d’autofiction), plus « politiques » aussi. Et puis, c’est tout un continent, donc ça élargit l’esprit, et on a la sensation qu’on peut toujours découvrir quelque chose. » (Lise Belperron, chargée de la prospection éditoriale de Métailié)

Accepter l’aléatoire plutôt que les seules lois du marketing

« Il n’y a pas de logique en littérature. José Luis Sampedro, avec Le Sourire étrusque, est un de nos classiques, que nous continuons à vendre tous les ans, mais son deuxième livre, Le Fleuve qui nous emporte, n’a jamais marché. Notre véritable entrée sur la scène littéraire hispano-américaine, c’est Sepulveda, en 1992, avec Le Vieux qui lisait des romans d’amour. L’édition est un art totalement aléatoire et subjectif, où les statistiques sont rares et la rationalité totalement absente ; c’est le jeu, et c’est ce qui rend certaines de vos questions compliquées : si vous voulez des réponses rationnelles, il faut vous adresser aux éditeurs plus « commerciaux », et même eux, s’ils arrivent à rationaliser en amont, ne parviennent jamais à prévoir ce qui peut se passer avec un livre ! » ‘Lise Belperron, chargée de la prospection éditoriale)

Liza Pulecio & Florence Loussier


Liza Pulecio

Estudiante de Master 2 "Mundo del Libro", apasionada de la lectura en todas sus formas.

More Posts

Liza Pulecio

Estudiante de Master 2 "Mundo del Libro", apasionada de la lectura en todas sus formas.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. mazeline isabelle dit :

    Bonjour,

    J’ai écrit et publié un livre sur cuba mais il se vendrait meiux s’il était traduit en espagnol. Faites vous cela?
    Cordialement
    Isabelle MAZELINE

    • Monde du livre dit :

      Malheureusement non, nous ne faisons pas de traduction (en quelque langue que ce soit). Veuillez excuser le temps mis à vous répondre. Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *