Une nouvelle manière d’écrire : le keitai shosetsu

Le développement du numérique a vu l’émergence de nouvelles pratiques dans l’édition, mais également de nouvelles modes dans l’écriture, c’est le cas du keitai shosetsu. Très populaire au Japon depuis déjà plusieurs années, cette forme d’écriture originale arrive en Europe, en Angleterre ou en France, bien que les Français adhèrent moins facilement à cette coutume. Retour sur une pratique originale et novatrice.

Qu’est-ce que le keitai shosetsu ?

Cell phone novel ou « roman de téléphone portable » en français, le keitai shosetsu est une forme d’écriture née au Japon dans les années 2000, grâce à la forte culture du mobile et au développement d’internet sur ce support. Le roman de téléphone portable est une pratique qui consiste à écrire des histoires sur son smartphone, qui sont destinées à être lues uniquement sur ces appareils. Cette forme d’écriture s’inspire du roman épistolaire, mais se développe par messagerie instantanée. Ainsi, la façon d’écrire a été modifiée. Dans ces romans, ce n’est pas la qualité des phrases qui compte mais de dire les choses de manière concise et précise. Les phrases sont donc courtes et simples, les longs paragraphes descriptifs n’ont plus leur place et ce sont les dialogues et monologues qui dominent. Chaque chapitre ou page peut faire au maximum deux cents signes, mais ne dépasse pas, en général, cent caractères.

Une autre caractéristique des romans sur portable est l’échange qui peut exister entre l’auteur et les lecteurs, dû au mode de diffusion du texte. Au Japon, les auteurs utilisent en général des pseudonymes et des photos de profil kawaii 1. Ils peuvent demander des retours sur leurs histoires à leurs lecteurs ou leur demander des suggestions sur la suite de l’intrigue. Les lecteurs peuvent donner plus facilement leur avis et se trouver plus impliqués dans le roman. En effet, la messagerie instantanée permet de communiquer simplement et rapidement. L’auteur devient alors plus accessible, il n’est pas juste un nom sur la couverture d’un livre. Avec le roman de téléphone portable, l’auteur est proche de ses lecteurs.

Bien qu’il n’y ait pas de genre imposé et que l’on trouve différents types d’histoires, on remarque quand même que certains thèmes sont récurrents dans le keitai shosetsu : l’amour, le sexe, la drogue, la grossesse et l’avortement… Ce sont ces thèmes, en général plutôt tabous dans la société nippone, que l’on retrouve dans les romans de téléphone portable les plus connus et les plus populaires au Japon.

Quelques succès au Japon…

Couverture de Deep Love, YOSHI, adaptation manga, Kodansha, 2004.

Deep Love, Yoshi, Kodansha, 2004.

Au départ, les keitai shosetsu relatent des histoires d’amour difficiles ou impossibles écrites et lues par des jeunes filles et des adolescentes mais, avec le temps, les thèmes complexes abordés ont attiré un plus vaste public et de nombreux autres utilisateurs. C’est ainsi qu’en 2004, un keitai shosetsu intitulé Deep Love écrit par Yoshi (pseudonyme de l’auteur) a connu un véritable succès. Ce roman raconte l’histoire d’une jeune prostituée qui, suite à sa rencontre avec une grand-mère, va réapprendre le sens de la vie. Il a ainsi été exporté dans toute l’Asie du sud-est sous forme de manga, film, drama 2 (tous trois disponibles également en version anglaise et originale sous-titrée en anglais et en français) et également publié sous la forme d’un roman du même titre vendu à plus de 2,7 millions d’exemplaires en 2007 au Japon.

Koizora écrit par une auteure ayant comme pseudonyme Mika est un autre exemple réussi. On retrouve dans cette histoire tous les thèmes privilégiés de ce genre particulier : l’amour, le viol, la grossesse, la perte d’un bébé, la maladie… Cette histoire a été adapté en drama, en film et en manga traduit en anglais, et également publié en livre sous le même titre, vendu à plus de deux millions d’exemplaires au Japon.

Aujourd’hui, au Japon, il existe même des prix pour récompenser les meilleurs romans de téléphone portable, par exemple le prix du keitai shosetsu du journal Mainichi Shimbun créé en 2007.

… mais un genre d’écriture controversé

Malgré cet important succès, cette nouvelle pratique d’écriture rencontre sur son chemin quelques détracteurs. On lui reproche notamment la mauvaise qualité d’écriture des textes et le langage appauvri qui est utilisé, ainsi que d’éloigner les jeunes gens de la littérature traditionnelle. Cependant, le keitai shosetsu a aussi ses défenseurs. En 2008, une grande romancière japonaise, Jakucho Setouchi, âgée de 86 ans, a approuvé ce nouveau genre d’écriture et a révélé qu’elle-même avait écrit un keitai shosetsu nommé Tomorrow’s Rainbow sous le pseudonyme Purple. Elle s’est inspirée du Dit du Genji, récit traditionnel japonais datant du XIe siècle. Cela démontre bien qu’il n’y pas de limite d’âge pour écrire ou lire un roman de téléphone portable.

Qu’en est-il en France ?

Bien que cette pratique soit très développée au Japon, elle a beaucoup de mal à s’implanter en France. Il y a deux raisons principales à cela : tout d’abord, les pratiques de lecture des Français sont différentes de l’Asie où les keitai shosetsu sont souvent lus dans les transports en communs. Or, en France, ce sont plutôt les journaux et les livres qui sont lus dans les transports. L’autre raison tient au fait qu’en France les téléphones portables sont délaissés pour la lecture au profit des tablettes et liseuses. Cependant, les Français utilisent de plus en plus les blogs et les réseaux sociaux pour échanger et partager, ce qui nous amène à penser que le keitai shosetsu se développera peut-être en France dans les années à venir. En attendant, on peut trouver des keitai shosetsu sur plusieurs plateformes et applications comme Maho no i-land qui est la plus connue au Japon, mais aussi Textnovel qui rassemble beaucoup de textes en anglais. Pour les applications, nous ne saurions trop vous conseiller Hooked et Wattpad qui sont très utilisées.

En conclusion, cette pratique gagne à être connue en France de par son originalité : c’est une manière novatrice de s’exprimer, de communiquer et de partager qui simplifie et démocratise à la fois l’écriture et la lecture.

Notes

1 Le terme kawaii est un adjectif japonais signifiant principalement « mignon » : c’est une esthétique colorée comprenant souvent des petits personnages ronds et joyeux.

2 Série télévisée japonaise.

Bibliographie

  • YOSHI, Deep love, Tokyo, Kodansha, 2004.
  • MIKA, Koizora, Tokyo, Futabasha, 2008.
  • SHIKIBU, Murasaki, Le Dit du Genji, Paris, Verdier, 2011.

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Pauline Duquenne Marmin, "Une nouvelle manière d’écrire : le keitai shosetsu", in Monde du Livre, 15 avril 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6160.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *