Promouvoir la musique libre en bibliothèque : l’exemple de Pacé, commune d’Ille-et-Vilaine

18 juillet 2012
Par

<p>Les Creative Commons, un exemple de licences libres utilisées pour les oeuvres artistiques.</p>

Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic et Bibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre.

 

L’exemple le plus significatif est sans doute Bibliomédias, ancienne plateforme de téléchargement de musique à destination des bibliothèques qui proposait, entre autres, l’accès au catalogues des principaux labels et de la major Universal, moyennant des conditions de diffusion peu souples (utilisation de DRM et du format .wma pour instaurer une limitation d’écoute dans la durée). Dans sa nouvelle version, qui s’appelle VoxMédias, le prestataire a centré son offre à la fois sur le téléchargement de musique libre et sur le streaming pour la musique passant par le circuit traditionnel labels + majors, grâce à un partenariat avec MusicMe. Elle propose, en outre, un accès uniquement au catalogue des labels indépendants en écoute (Believe et Naïve), pour toute bibliothèque qui ne souhaiterait pas passer par MusicMe.

 

Certains bibliothécaires n’ont cependant pas attendu ces offres pour réfléchir à des modes de diffusion de la musique libre sans l’entremise d’un prestataire, pour des raisons de coût essentiellement mais également d’indépendance. La bibliothèque de Pacé (ville de 9500 habitants en Ille-et-Vilaine), qui participe de façon active à la promotion de la culture et des logiciels libre, en est un exemple. Nous sommes allés à la rencontre de Dominique Auer, bibliothécaire musical, et de Antoine Viry, bibliothécaire multimédia, à l’origine de cette initiative.

 

  1. La musique dite « libre », courte définition.

Proposer du contenu libre, pour les prestataires comme pour les bibliothécaires, permet de s’adapter aux pratiques des usagers en matière de téléchargement. Internet offre, effectivement, la possibilité à ces derniers de télécharger du contenu à la fois compatible avec un grand nombre de supports de lecture, ce qui est le cas avec un fichier MP3 par exemple, et illimité, que cette possibilité technique entre en conflit avec la loi ou non. Retrouver une telle liberté en bibliothèque est difficile en dehors d’une offre en musique libre: les tentatives de négociation de certains prestataires comme Bibliomédias pour proposer de la musique issue de labels traditionnels en téléchargement en bibliothèque ont fait naître des solutions à la fois coûteuses et très contraignantes pour les usagers. Bibliomédias proposait, par exemple, le téléchargement de fichiers chrono-dégradables au format WMA, permettant la gestion de DRM, dispositifs techniques qui en limitent l’usage. Or ce format, qui n’est pas universel, est incompatible avec une grande partie des appareils de lecture, notamment ceux fabriqués par Apple ou ne prenant pas en charge les DRM. Mais baser le choix de promouvoir la musique libre uniquement sur cet argument de l’usage est limité : c’est ignorer les enjeux de la musique libre face au circuit traditionnel et le fort travail de médiation qui doit accompagner une telle démarche.

La musique dite « libre » est une musique qui peut être copiée, distribuée et, dans certains cas, modifiée ou exploitée .  Il ne faut cependant pas confondre « libre » avec « libre de droits ». La musique libre n’échappe pas au droit, qui encadre toute œuvre quel que soit son mode de diffusion. Le droit moral, qui est inaliénable, impose par exemple que soit respecté le lien de filiation entre une œuvre et son/ses auteurs. Les licences dites « libres » vont seulement permettre à l’auteur d’autoriser certains usages.

 

Des sites comme Dogmazic, géré par l’association Musique Libre ! et autofinancé notamment par des dons ou par des prestations auprès des bibliothèques (distribution de musique grâce au bornes Automazic) ou Jamendo, financé sur un modèle publicitaire, proposent des plate-formes de téléchargement de musique libre. Des labels et net-labels se chargent également de sa distribution et de sa promotion, dans une logique différente du circuit traditionnel de la musique, puisqu’il s’agit avant tout d’augmenter la visibilité de certains artistes plutôt que de rechercher le profit.

 

  1. La musique libre face au circuit traditionnel : libre = gratuit ?

Diffuser de la musique libre n’est, à ce jour, pas compatible avec une adhésion à la SACEM, que cela concerne la totalité ou une partie du catalogue d’un artiste. Cette position adoptée par la société de gestion des droits écarte donc la musique libre du circuit traditionnel de distribution de la musique. Il est à noter cependant que la  SACEM  a débuté une expérience de 18 mois visant à donner à ses sociétaires le droit d’apposer une licence Creative Commons à leurs créations. Elle leur propose ainsi de diffuser certains de leurs titres librement à la condition de choisir une licence Creative Commons qui en interdit l’exploitation commerciale, entre-autres toute diffusion dans les commerces ou autres entités, dans le cadre ou en lien avec une activité générant des recettes, dans tout lieu destiné à accueillir du public. Les utilisations qui tombent en dehors du champ d’application de l’expérience-pilote sont définies dans la FAQ établie par la Sacem et Creative Commons.

 

Cette restriction laisse planer le doute quant à une utilisation en bibliothèque, comme le constate le blog du bibliothécaire et juriste Lionel Maurel. La définition de l’usage commercial par la SACEM reste, effectivement floue sur certains points, la SACEM proscrivant notamment « toute utilisation d’une œuvre dans un restaurant, un bar, un café, une salle de concert ou autre lieu d’accueil du public »dans la FAQ établie avec Creative Commons France mais autorisant la diffusion dans des locaux associatifs sans citer les bibliothèques. L’association Musique Libre !, qui propose entre autre une borne de téléchargement de musique libre à destination des bibliothèques a réagit contre ce point, annonçant qu’elle ne diffuserait aucune œuvre sous licence Creative Commons d’artistes sociétaires de la SACEM sur sa plate-forme.

 

Elle dénonce également un détournement de la philosophie qui sous-tend les licences libres leur utilisation n’étant vue par la SACEM que sur un angle promotionnel, faisant des morceaux librement diffusés des échantillons gratuits d’une œuvre plus large, vers laquelle on pourra attirer le public On peut, à ce titre, observer que les conditions d’utilisation de ces licences non commerciales instaurent une dichotomie entre payant (perception de droits d’exploitation par la SACEM) et gratuit, alors que les licences libres n’interdisent pas la rémunération des artistes, que ce soit grâce à la vente de musique sous forme physique, l’organisation d’évenements ou en demandant une rétribution contre une utilisation commerciale de leur musique, n’empêchant aucunement une diffusion libre et gratuite.

 

  1. En bibliothèque : la nécessaire médiation auprès des usagers et des bibliothécaires.

La place de la musique libre en bibliothèque est indissociable des questions de médiation. Le premier problème que pose la musique libre, c’est qu’elle ne constitue pas un genre à part entière entrant dans la classification des fonds de musique. Si l’on se base sur le catalogue d’un site comme Dogmazic, on peut observer une grande variété de genres, malgré une prédominance de musique électronique. Une première solution serait donc de fondre la musique libre dans les collections, mais comment, dans ce cas, inviter l’usager à découvrir les œuvres émanant d’un circuit qu’il ne soupçonne peut-être pas, qui échappe à son univers quotidien ?

 

A Pacé, comme dans beaucoup de bibliothèques, les fonds de musique libre ont donc été placés dans un bac spécifique pour ce qui est des CD (gravés par les soins de la bibliothèque), tout en bénéficiant d’une médiation accrue autour des collections et de la musique, par la collaboration à Ziklibrenbib, blog consacré à la musique libre, avec notamment les bibliothèques d’Argentan et d’Oullins.  Des livrets papiers reprenant les chroniques de Ziklibrenbib sont également mises à disposition du public. Antoine Viry est également à l’origine du blog @diffuser, qu’il alimente sur son temps personnel.

<p>Aperçu de Ziklibrenbib.fr</p>

La production de contenus est, effectivement, essentielle pour promouvoir la musique libre qui, par son mode de diffusion, échappe au circuit de prescription habituel: presse et sites internet mainstream qui, y compris lorsqu’ils sont spécialisés dans un genre musical, ne s’élargissent pas à la musique libre.. D’après les bibliothécaires, le premier pas est le plus difficile à franchir pour les usagers, beaucoup de personnes consultent le fonds sans emprunter, n’y trouvant aucun repère connu. Avec le temps et les efforts de médiation, ils ont tout de même réussi à fédérer un petit noyau de personnes venant emprunter régulièrement de la musique libre et le fonds connaît aujourd’hui une rotation satisfaisante.

 

En tant que bibliothécaire, constituer et gérer un fonds de musique libre peut s’avérer tout aussi difficile, en l’absence, justement, du circuit de prescription sur lequel ce dernier s’appuie pour les acquisitions, malgré l’existence de plateformes comme Dogmazic qui proposent des outils de recommandation, et d’un réseau de professionnels acquis à la musique libre. Ziklibrenbib, qui se présente comme un blog collaboratif, répond en partie à cette attente, comme nous l’a indiqué Antoine Viry. Le blog a ainsi été conçu comme un outil permettant d’accompagner les bibliothécaires souhaitant développer une offre en musique libre, grâce à des sélections et des compléments dirigés à leur intention (outils de communication, articles sur l’implantation de la musique libre en bibliothèque…). Ziklibrenbib reste, malgré tout, ouvert à un public plus large, c’est du moins dans cet esprit que sont rédigées les différentes chroniques.

 

  1. Favoriser un autre rapport à la culture et aux artistes.

Enfin, à l’instar de quelques bibliothèques proposant un fonds de musique libre (notamment Gradignan, première bibliothèque à accueillir la borne conçue par Dogmazic), la promotion de la musique libre à Pacé s’appuie plus largement sur une promotion des logiciels et de la culture libre. La bibliothèque participe, par exemple, à Libre en fête, événement national autour du logiciel libre, avec pour l’édition 2012, la création d’une chanson en une seule journée, puis sa diffusion sous licence libre.

 

Dans un avenir proche, les bibliothécaires souhaitent également organiser des événements autour de la venue de groupes locaux ou d’artistes librement diffusés. Il s’agirait de dépasser le simple concert, en proposant une forme plus participative ou personnelle, ce que la bibliothèque de Pacé a déjà proposé, par l’intermédiaire d’« Entrez dans la nuit ». La manifestation, organisée en décembre 2011,  proposait une série d’animations dans la pénombre, dont un concert du quatuor Almaveber.

 

Pour les bibliothécaires ce qui caractérise entre autre la libre-diffusion et l’auto-production, est le lien avec l’artiste , auprès duquel on se procure directement une œuvre. Certains disques sont, par exemple personnalisés ou de facture « artisanale », comme Berlin Kitchen Sessions d’Entertainment for the Braindead. Mais ce mode d’acquisition reste un obstacle pour les bibliothèques : si ces productions peuvent être acquises hors marché public avec un fournisseur, elles nécessitent d’être réglées par mandat administratif, paiement sur facture intervenant après livraison qui n’est pas accepté par les différentes plateformes de vente.

En entrant dans les bibliothèques, la musique libre pourrait bien amener les professionnels à inventer de nouveaux outils, de nouvelles manières de travailler en recréant tout un écosystème par le biais de sites collaboratifs, venant combler le manque de prescription et de recommandation en matière de musique libre. Le terrain est encore vierge, mais la musique libre semble, pour les professionnels qui ont choisit de la promouvoir avec un esprit militant, avoir toute sa place en bibliothèque pour valoriser de nouvelles manières de partager la culture mais aussi tout un pan de la création musicale qui est exclue, de fait, du circuit traditionnel de la musique.

 

Pour aller plus loin

 

  • Loic Margot, « Les clés USB musicales », ACIM, 5 octobre 2011. Une autre façon de valoriser la musique libre, imaginée au cours d’un stage à la BMVR de Toulouse. http://www.acim.asso.fr/spip.php?article342

  • Le blog Dogmazic, qui propose des articles d’actualité sur la libre-diffusion et sur l’activité de l’association. http://blog.dogmazic.net/

  • http://ziklibrenbib.fr/ , à consulter : les pages réservées aux professionnels, qui définissent brièvement la musique libre et son modèle économique et surtout proposent quelques outils accessibles pour promouvoir la musique libre en bibliothèque.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Sociologie du monde du livre, Bibliothèque, édition, librairie, Bibliothèque

9 commentaires pour “ Promouvoir la musique libre en bibliothèque : l’exemple de Pacé, commune d’Ille-et-Vilaine ”

  1. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic etBibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre. …  [...]

  2. [...] Nous vous avions déjà parlé du blog Ziklibrenbib, voici des exemples de médiation auour de la musique libre relatée dans le Monde du livre, au sujet de la médiathèque de Pacé (Ille-et-Vilaine).    [...]

  3. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic etBibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre. …  [...]

  4. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic et Bibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre. (Le monde du livre)  [...]

  5. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic et Bibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre. (Le monde du livre)  [...]

  6. [...] on mondedulivre.hypotheses.org Share this:J'aime ceci:J'aimeBe the first to like [...]

  7. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic etBibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre. …  [...]

  8. [...] Signe d'un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d'offres d'écoute sur place ou à distance de mu…  [...]

  9. [...] Signe d’un intérêt pour la musique libre ? Les prestataires d’offres d’écoute sur place ou à distance de musique numérique à destination des bibliothèques proposent désormais, dans leur grande majorité (Cristal Zik, Sonolis / Kersonic et Bibliomédias), un accès direct à un ou plusieurs catalogues de musique libre, quelques années après l’élaboration de la borne Automazic consacrée, pour sa part, entièrement à la musique libre.  [...]

Laisser un commentaire

Aix-Marseille université

Logo amu

Carnets de recherche