La place du bénévolat dans les bibliothèques publiques

État des lieux

Couple smiling behind books, Berkeley Public Library

Josh Felise, « Couple smiling behind books » Source : Unplash, CC0

En 2013, une enquête du Ministère de la Culture et de la Communication montrait qu’il y avait 55% de personnes bénévoles travaillant dans les bibliothèques, soit plus d’une personne sur deux1. On dénombre même 88% de bénévoles si l’on prend en compte les effectifs totaux des points d’accès au livre. Ces chiffres peuvent paraître très élevés, cependant, ils sont le reflet de situations très différentes. On constate en effet un écart très important entre le monde rural, avec peu de professionnels, et les communes plus importantes, où les bénévoles sont largement minoritaires, et travaillent de pair avec les bibliothécaires. La synthèse d’activité des bibliothèques municipales montre bien que plus la ville est grande, plus les professionnels sont nombreux.

Une fracture entre le monde rural et le monde citadin

Il existe plusieurs sortes de bénévolat, et leurs apports diffèrent suivant les cas. D’après le rapport du FNCC2 sur le bénévolat et les bibliothèques, deux conclusions sont à tirer de cette diversité de l’engagement : « moins une bibliothèque a besoin de bénévoles, plus leur apport est positif » et « plus les bénévoles sont nécessaires au fonctionnement d’une bibliothèque, moins les compétences qu’ils apportent sont qualifiées, et moins leurs compétences sont reconnues3 ». Ainsi, dans les communes les plus importantes, des bénévoles sont présents, mais dans une moindre mesure. Ce cas de figure est le plus représentatif des grandes villes et de la situation des bibliothèques départementales de prêt. Celles-ci sont exclusivement gérées par des professionnels, et quelques bénévoles viennent compléter l’équipe. Ils ne représentent plus que 6% du personnel dans les communes de 100 000 habitants ou plus. Ils apportent un réel savoir-faire, une plus-value pour ces établissements, et travaillent en complémentarité avec l’équipe de professionnels.  Ils ne sont pas en charge des activités de base du bibliothécaire, ils sont bien encadrés, et apportent à l’équipe des aptitudes supplémentaires. C’est un bénévolat de compétences, où des personnes proposent leurs talents et passions spécifiques. Leur participation est très appréciée et ils peuvent même apporter aux usagers des connaissances en informatique, langue, ou design, voire même aider à effectuer des activités hors les murs. Cette forme d’engagement ne cherche pas à pallier un manque professionnel, au contraire : il enrichit l’équipe d’expériences et de points de vus variés.

En milieu rural, la situation est tout autre. La Charte du bibliothécaire volontaire4 indique qu’il est indispensable qu’il y ait un professionnel à partir du moment où la commune ou le groupement de communes dépasse 2000 habitants. Cependant, comme ce document n’est pas contraignant, et qu’il n’existe pas d’obligation légale de recrutement d’un certain taux de personnels dans les bibliothèques, les communes peuvent décider d’embaucher des professionnels ou non, suivant leur  choix politique et budgétaire. Ainsi, dans les communes de moins de 5000 habitants, 78% des établissements emploient des bénévoles, et une bibliothèque sur trois n’est gérée que par des agents non rémunérés. Ce personnel bénévole a donc ici une présence fonctionnelle pour compenser le manque de professionnels. Dans les bibliothèques sans professionnel, les bénévoles doivent se charger des tâches basiques d’exécution, d’organisation et d’aide à la vie quotidienne de la bibliothèque, c’est-à-dire l’accueil du public, le prêt et retour, la remise en rayon, l’équipement des livres… Mais aussi des missions, pourtant liées à  la profession de bibliothécaire, qui sont plus difficiles à appréhender, comme le désherbage5, les acquisitions, ou encore le catalogage. En effet, sans regard initié, il est dur de savoir comment faire vivre un fonds et l’exploiter au maximum. Les bénévoles seuls ont parfois du mal à gérer toutes les responsabilités qui reposent sur eux, car dans les plus petites communes, la bibliothèque peut être l’unique lieu culturel. Il est alors très difficile pour ces personnes de répondre aux attentes du public et des autorités, malgré l’aide des bibliothèques départementales de prêt. Cela crée de fait des prestations éclectiques sur l’ensemble du territoire, dont la qualité repose sur la motivation des bénévoles. L’utilisateur peut pâtir de la différence des prestations proposées, pouvant être de très bonnes qualité, mais parfois très médiocres. Afin de réduire ces divergences quelques pistes peuvent être explorées…

Un recrutement exigeant

Un véritable recrutement des bénévoles est nécessaire afin d’évaluer la motivation et l’engagement de chacun. Cette pratique s’inscrit dans le phénomène de professionnalisation du bénévolat depuis quelques années. Les critères de sélection et de recrutement ont donc tous leur importance. Cette formalisation permet de distinguer les bénévoles motivés, prêts à apporter une réelle contribution à la bibliothèque, des autres, les bénévoles qui « s’occupent ».

Une formation pour les bénévoles

Comme ces bibliothèques font partie du service de lecture publique, les bénévoles y travaillant participent, au même titre que les professionnels, au développement de cette lecture publique. Aidés ou non par des titulaires, ils ont un rôle majeur à jouer au sein de ce service. Les formations sont alors essentielles pour ces agents, car il est bien difficile pour des personnes sans expérience d’appréhender réellement le travail de bibliothécaire, qui ne se limite aucunement à l’accueil des lecteurs et au rangement des livres. Comme le rappelle Marc-Olivier Padis, à l’époque directeur de rédaction de la revue Esprit : « Le bénévolat associatif n’est plus l’expression d’une liberté fondamentale, une contribution à la vie civique, c’est un mode d’opération de dispositifs qui relèvent de la logique du service public6 ». Il est ainsi primordial que les bénévoles aient conscience, en s’engageant dans une bibliothèque, qu’ils intègrent et participent au fonctionnement d’un service public. En effet, ils sont activement impliqués à la propagation de la lecture publique, notamment dans le milieu rural. Les formations permettent d’avoir un aperçu plus professionnel du métier, et de proposer, à terme, des prestations d’une qualité toujours plus importante. Outre le fait que les formations apportent un savoir, des améliorations particulièrement utiles pour les bénévoles et leurs bibliothèques (c’est-à-dire une amélioration des offres de services), elles permettent également de valoriser leur travail. En effet, certains bénévoles peuvent avoir l’impression qu’ils ne sont pas reconnus par les professionnels, ni pleinement acceptés du milieu. C’est donc par le biais des formations qu’ils pourront mieux s’intégrer, et leur contribution, souvent très importante tant quantitativement que qualitativement, sera mise en avant. La rencontre d’autres acteurs de la chaîne du livre est ainsi l’une des clés de la réussite de la coopération entre bénévoles et professionnels.

En principe, la formation est une obligation pour les bénévoles en bibliothèque. En effet, concourant au service public, ils doivent, comme les fonctionnaires, se former et mettre à jour leurs connaissances régulièrement7. On retrouve cette obligation dans le Code de déontologie des bibliothécaires : « Le bibliothécaire : développe son savoir professionnel, se forme afin de maintenir un haut degré de compétences8 ». Cette obligation de formation, présente dans les textes, n’est cependant pas respectée. On constate même un réel écart entre les bénévoles enthousiastes, réclamant des formations, et une partie des bénévoles ne voulant pas se former – par manque de temps ou d’intérêt. Cela contribue à accentuer les disparités de services proposés en bibliothèques publiques. Cette ambivalence s’explique par le statut de bénévole : on ne peut imposer à quelqu’un s’engageant volontairement trop de contraintes et d’obligations, sans risquer d’entraver sa motivation. La formation reste donc de fait, à la discrétion du bénévole, à moins qu’elle soit directement stipulée dans un contrat d’engagement.

Une formalisation de l’engagement

The librarian looks, photographie de la bibliothécaire Katrina Hartz Taylor par Media Mike Hasard

Media Mike Hasard, The librarian looks Source: Flickr, CC 2.0

Passer du bénévolat – plus flou et moins encadré juridiquement – au volontariat qui est « un engagement d’une durée limitée assorti de droits et de devoirs beaucoup plus structurés que le bénévolat9» est l’une des solutions pour assurer une bonne qualité de services pour toutes les bibliothèques où les bénévoles sont majoritaires. Ce terme de « volontaire », utilisé dans la Charte du bibliothécaire volontaire signifie qu’à l’engagement bénévole initial s’ajoutent un engagement plus poussé et une relation « quasi-contractuelle10 », qui passe donc par la formalisation de ce même engagement. L’un des documents de base pour réaliser cette formalisation est la Charte du bibliothécaire volontaire elle-même. Cela peut également prendre la forme d’une convention entre la commune (ou le réseau de communes) et les bibliothécaires bénévoles, ou encore d’un contrat de partenariat. Les bénévoles peuvent  cependant émettre des réserves sur la signature d’un document formel car, bien souvent, ils s’engagent par amour de la lecture et de la transmission, sans nécessairement penser aux contraintes liées au service public. Pourtant, si la formalisation de l’engagement est discutée entre les parties, celle-ci permet au bénévole que son engagement et ses missions soient mieux définies, et que ses droits et devoirs soient énoncés (comme pour les assurances, indemnisations des frais engagés, ou encore pour la protection publique…). Cela garantit des conditions de travail et un engagement clairement défini. C’est  aussi un moyen de rassurer les collectivités : pour les mairies et les bibliothèques départementales de prêt, la signature d’un engagement est gage de sécurité. Les compétences et les missions de chacun sont établies, ce qui agit en prévention d’éventuels problèmes. En signant son contrat, le bénévole s’engage à respecter l’autorité publique avec le règlement interne de la collectivité et de la bibliothèque.  Il est en effet primordial que le document comprenne un rappel des tâches à accomplir et des obligations qui découlent du service public (respect de l’autorité publique et du règlement intérieur, assiduité dans son engagement, reconnaissance de l’existence d’un lien de subordination, obligation de formation…). Ainsi, comme le résume Bertrand Calenge :

« Le bénévolat reste le bienvenu dans la gestion des très petites bibliothèques (avec l’appui des professionnels locaux ou de ceux de la BDP), pourvu qu’il passe le cap d’une qualification acquise, et s’affirme alors en « volontariat »11 ».

En conclusion…

Un recrutement poussé, des formations, ainsi qu’une contractualisation assureront plus de stabilité au statut des bénévoles, et harmoniseront simultanément leurs apports sur tout le territoire. Cependant, même avec ces quelques clés, la solution d’un développement d’un réseau de lecture publique cohérent passera, à un moment ou à un autre, par une professionnalisation des agents. Le choix d’un professionnel dans l’équipe se révèle fréquemment pari gagnant, car cela va permettre d’apprécier le métier dans sa globalité, et pas uniquement dans les quelques tâches qui le caractérisent. Les horaires d’ouverture seront augmentés, ce qui assurera une présence pérenne auprès du public, mais également auprès des autres professionnels. Des activités telles que des animations, ou des projets de plus grande envergure pourront être mis en place, ce qui peut potentiellement amener une hausse de la  fréquentation et un rayonnement pour la bibliothèque plus important. Des moyens financiers et humains sont nécessaires. Les bénévoles n’ont pas vocation à remplacer les professionnels; ils cherchent seulement à s’engager auprès de leurs communauté, à fournir du temps, et à partager leur passion. Professionnels et bénévoles œuvrent dans le même but et sont donc complémentaires. Même si le réseau se professionnalise, les bénévoles auront toujours leur place en bibliothèque lors de missions ponctuelles, plus encadrées, qui apportent une véritable plus-value à ces structures culturelles. Le métier de bibliothécaire ne disparaît pas avec la présence de bénévoles, il se développe et s’enrichit de l’apport de chacun de ses membres. L’action sociale et culturelle, tant pour les bibliothécaires que les bibliothèques, peut même en être renforcée, voire légitimée.

Notes :

1 Direction des médias et des industries culturelles, Service du Livre et de la Lecture, « Bibliothèques municipales, données d’activité 2013 », Ministère de la Culture et de la Communication, 2015. Le rapport de 2015 n’exploite que les données récoltées en 2013, sur un ensemble de bibliothèques municipales.

2 Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture.

3 ROUILLON, Vincent, « Le bénévolat et les bibliothèques », La Lettre d’Échange, n°79, FNCC, décembre 2011.

4 «Les professionnels sont indispensables dès que la population de la commune ou du groupement de communes responsable de la bibliothèque atteint 2000 habitants et qu’ils assurent l’assistance technique dont ont besoin les volontaires», in Conseil Supérieur des Bibliothèques, « Charte du bibliothécaire volontaire », Enssib, 1992.

5 Le désherbage consister à trier les livres en les éliminant et les renouvelant Cette action permet de rendre les livres plus visibles et d’aérer les collections.

6 PADIS, Marc-Olivier, « Un nouveau bénévolat… très service public », Libération, février 2012.

7 D’après la loi du 13 juillet 1983 définissant les droits et obligations pour les fonctionnaires de l’État et des structures publiques territoriales: « Le fonctionnaire a le devoir de s’adapter au service public et de mettre ses connaissances à jour régulièrement. Le manquement à cette obligation constitue une faute ».

8 Associations des Bibliothécaires de France, « Code de déontologie des bibliothécaires »,  ABF, mars 2003, mise à jour en novembre 2016.

9 DREYER, Pascal, Être bénévole: Motivations – Engagement – Reconnaissance, Lyon, Chroniques Sociales, 2012.

10 Les volontaires ne sont toutefois pas salariés, et les dispositions du Code du travail ne leur sont pas applicables.

11 CALENGE, Bertrand, Les petites bibliothèques publiques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2006.

Bibliographie :

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Pauline Roux, "La place du bénévolat dans les bibliothèques publiques", Monde du Livre, 3 mai 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6327.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pauline Roux dit :

    L’article est corrigé, merci pour votre vigilance !

  2. La première partie de ce texte, sur les bénévoles et les BDP, comporte des erreurs. Je suis à votre disposition pour échanger à de sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *