La philosophie de jeunesse en France, des tout-petits aux plus grands

Abstract:

The study of philosophy has often been perceived as an outdated discipline, as this tough subject only intellectuals and highbrow teachers could ever understand. However, such a perception seems obtuse when having a quick look inside schools. Kids, as excited as their teachers, naturally talk about philosophy in or outside the classroom. As Sara Goering cleverly puts it: « Children are fresh to the world. They are wondering about what they are. The best children’s literature has deep philosophical questions in it ».

The access given to kids to philosophy has emerged in the early 1970s with husband and wife Matthew Lipman and Ann Margaret Sharp: both philosophers. They founded the P4C (Philosophy for children), an organisation whose aim is to develop a critical thought in every individual. Rather than an authoritative source of information guiding students, the P4C creates « inquiries » where groups (both children and their teacher) question concepts together. If they can’t always solve the conundrum, at least they try to break stereotypes, live with uncertainties and dissensions. This discipline, approved by the UNESCO as a promotional vehicle of democracy and peace, is nowadays practised in 12 countries. Although France has not yet joined the organisation, several French researchers (Michel Tozzi, Jacques Lévine, Emmanuelle Auriaic-Slusarczyk, Edwige Chirouter…) work on the didactics of teaching philosophy while many others try to pass it on through diverse formats: « popularization » works, comics or albums.

Indeed, there seem to be books for the philosophical reader at every age! Toddlers get to observe other children act and question themselves in colourful and short albums. Primary school teachers often use small books focusing on one particular topic, such as Life and death, Bad and Evil, Moral and Immoral. Young secondary school pupils get to read « cool » books with fun illustrations and mainstream concepts, always axed on topics that can touch and affect them. Finally high school students, often overwhelmed by the long list of philosophical writers they have to read, can distract themselves with playful pieces, reflecting a bit more on private live and personal interests. They also get to give their opinion and vote for the best philosophical book with the « Prix lycéen du livre de philosophie ». No one can therefore criticise the diversity of books on the market and efforts made to engage people into thinking as philosophers. Hélène Soumet still stresses the fact that students should read « Classics » as Socrates, Platon, Kant or Nietzsche: foundations people tend to harden for no other explainable reason than laziness. So if readers – searching for books often defined by their blurriness and esotericism – get lost between the bookstore alleys or through the thousands of Amazon references, one must remind them that « philosophy is being on the road (and that) questions in philosophy are more essential than their answers ».


La philosophie – dont les ouvrages sont généralement perçus comme de vieux volumes poussiéreux aux pages croupissantes dans une bibliothèque obscure et étroite surveillée par un sorbonnard latiniste et effrayant – est souvent assimilée à une discipline ésotérique et à des questionnements stériles qui n’intéressent pas les adultes, et encore moins les enfants. Si elle suscite bien souvent réticence, peur, manque de motivation ou même mépris auprès des lecteurs qui la découvrent pour la première fois (le marché du livre philosophique est « petit, fragile, difficile, [et] semble donc au premier abord peu viable et marginal » selon Olivier Godechot dans son rapport Le Marché du livre philosophique en France de 1945 à nos jours 1), elle apparaît souvent sous un angle différent pour les jeunes enfants qui l’étudient en classe et les professeurs qui s’en inspirent.

Les fondateurs de la philosophie pour la jeunesse

Il semble en effet logique que les enfants, ces créateurs continuels de « pourquoi ? » s’y intéressent et y trouvent une source de partage et d’apaisement 2. Sara Goering, professeure de philosophie aux États-Unis définit ces derniers comme « des philosophes naturels, ils se posent eux-mêmes des questions. Frais au monde, ils n’ont pas à détruire les principes fondamentaux que l’éducation des adultes a façonnés. (…)

Couverture de La découverte d’Harry Stottlemeier, Matthew Lipman, Vrin, 1978.

La découverte d’Harry Stottlemeier, Matthew Lipman, Vrin, 1978.

La meilleure littérature pour enfants pose toujours des questions philosophiques 3 ». C’est donc aux côtés de son épouse Ann Margaret Sharp que le philosophe américain Matthew Lipman fonde la PPE (Philosophie pour Enfants) au début des années 1970. Son premier roman La Découverte de Harry Stottlemeier, paru en France en 1978 aux éditions J.Vrin, a pour but de développer la pensée critique chez chaque individu. Sous la forme d’un atelier oral avec lecture, questions et intervention finale d’un enseignant, ce dernier peut ainsi pratiquer la philosophie par l’intermédiaire de la discussion et non plus par la lecture de textes ou d’auteurs classiques, format très souvent déprécié par les élèves. « La philosophie n’est pas une question d’âge mais de la capacité à réfléchir scrupuleusement et avec courage sur ce que l’on trouve important 4 » affirme le créateur qui, pour accompagner l’apprentissage de l’enfant a mis en place le curriculum PPE 5, permettant d’orienter les lectures selon les âges, les niveaux et les intérêts de chacun. Ces enfants, réunis et engagés à la poursuite du sens, forment la CRP (Communauté de recherche philosophique) et tentent de répondre ensemble à leurs interrogations, ou du moins de vaincre les stéréotypes, accepter les incertitudes et les différences d’opinions. Cette pratique exercée dans le monde entier (approuvée par l’UNESCO comme véhicule promotionnel de la démocratie et de la paix 6) favorisent l’aspect ludique de l’apprentissage et place l’enfant au coeur du processus dont il est lui-même orchestrateur 7. Si la France ne fait pas aujourd’hui partie de la douzaine des pays membres de la PPE, des figures comme Michel Tozzi, Jacques Lévine, Emmanuelle Auriaic-Slusarczyk ou encore Edwige Chirouter multiplient les recherches dans le domaine de la didactique de l’apprentissage du philosophe. À côté de ces théoriciens se forme toute une sphère d’écrivains et d’illustrateurs prêts à relever le défi et transmettre leur passion de la philosophie, leur talent, et leur temps aux tout-petits comme aux plus grands.

La philosophie, discipline pour tous les âges

Pour les tout-petits : Si la philosophie est généralement transmise par des aphorismes et demeure une discipline textuelle, elle peut tout aussi bien être véhiculée par l’illustration. Ainsi trouve-t-on des albums de jeunesse en tous genres, certaines maisons s’y consacrant exclusivement comme L’Initiale, basée à Marseille 8.

Couverture de Petites et grandes questions philo de Piccolo, Michel Piquemal, Thomas Baas, Albin Michel, 2014.

Petites et grandes questions philo de Piccolo, Michel Piquemal, Thomas Baas, Albin Michel, 2014.

D’autres en développent une collection : « Pomme d’Api » chez Bayard avec les titres C’est beau ou c’est pas beau, Pourquoi il faut se séparer parfois, Un ami, ça sert à quoi ? 9… ou créent des ouvrages de recensement comme Albin Michel avec Petites et Grandes Questions Philo de Piccolo de Michel Piquemal et Thomas Baas où les enfants de 3 à 5 ans accompagnent ce jeune promeneur solitaire lors de ses rêveries (C’est pas juste, C’est à moi, Aïe ! J’ai mal !, C’est quoi la mort ? 10…). Ces ouvrages courts et colorés captent l’attention des enfants qui s’y retrouvent aisément et permettent un dialogue ludique avec les enseignants et les parents. Ces ateliers philosophiques, de plus en plus répandus, font par ailleurs l’objet du film documentaire Ce n’est qu’un début, paru en 2012 11.

Pour les primaires : Les ouvrages comme les questions posées se complexifient en primaire. Les « Goûters-philo » (édités par Milan) sont des livres de petit format cartonnés, colorés, avec illustrations et textes simples qui invitent les enfants à partir de 6 ans à se questionner sur une multitude de thèmes différents (Le Bien et le Mal, Moral ou Pas Moral, La Vie et la Mort 12…). Ils sont fréquemment utilisés par les instituteurs de primaire pour des ateliers. connaissent toujours autant de succès qu’à leurs débuts et nombreux sont les enseignants qui les pratiquent encore. À côté de ces classiques se développent les livres de fables et de contes, récits courts qui permettent de transmettre rapidement aux élèves des principes parfois complexes. Les Philo-Fables de Michel Piquemal chez Albin Michel permettent à l’enfant de lire une courte histoire (souvent un conte ou une fable orientale) et de mener une réflexion, aiguillé par les commentaires du philosophe 13. Ludique, simple et complet, ce format intéresse l’enfant sans le faire suffoquer sous un amas d’informations ésotériques. Les Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, conté par Jihad Darwiche et David B., toujours chez Albin Michel, relatent les aventures de ce « Toto oriental  » et sa cynique pensée en suivant le même procédé 14.

Couverture de Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, David B, Jihad Darwiche, Albin Michel, 2000.

Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, David B, Jihad Darwiche, Albin Michel, 2000.

Pour les collégiens : Malgré la beauté des illustrations et leur aspect ludique, les albums sont peu à peu délaissés au collège pour des manuels instructifs aux phrases captivantes et aux dessins humoristiques. S’ils sont moins populaires qu’en maternelle ou en primaire, les ateliers philosophiques sont parfois organisés dans les classes pour permettre une continuité dans l’apprentissage et éviter une confusion béate des lycéens au retour de la discipline : « Dans ces ateliers de philosophie, on n’y enseigne pas à réfléchir, mais on y propose l’expérience de la réflexion » explique Frédérique Yvetot, professeure qui pratique les ateliers philosophie depuis 2011 15. La Philo 100% ado de Manu Boisteau et Yves Michaud chez Bayard Jeunesse propose des chapitres thématiques avec illustrations humoristiques mais intègre un développement philosophique, des notions concrètes et des références sérieuses. Une approche positive et ludique pour les collégiens qui « pensent, donc kiffent 16 ». Ce type d’ouvrage se place comme médiateur entre les albums de jeunesse et les essais philosophiques, mêlant le ludique à l’instructif. Pour aller plus loin, certaines maisons éditent de courts textes abordant un thème spécifique en profondeur, entraînant le jeune lecteur à la concentration et la précision des connaissances. La collection « Phil(o)sopher ? » dirigée par Michel Puech aux éditions Le Pommier (Aimer, Vouloir, Manger, Jeter, La honte ! 17…) ou celle de la Rue de l’échiquier « Philo Ado » (Voler, Être amoureux, Mentir, Mourir 18…) offrent des ouvrages variés, actuels, tabous que les adolescents feignent premièrement de rejeter pour les lire ensuite en cachette dans les recoins d’un salon du livre ou sous leur couette.

Couverture de Philosophie des jeux vidéo, Mathieu Triclot, Zones, 2011.

Philosophie des jeux vidéo, Mathieu Triclot, Zones, 2011.

Pour les lycéens : Si les photocopies et les bibliographies exhaustives du professeur remplacent au lycée les manuels instructifs (souvent jugés manquer de sérieux), les lycéens sont invités à lire de nombreux romans philosophiques. Bien que Le Monde de Sophie du norvégien Jostein Gaarder reste une œuvre incontournable et semble indétrônable, passée précieusement de mains en mains sur les bancs du lycée, des textes contemporains font leur apparition dans les lectures philosophiques lycéennes et certains sont même récompensés par le prix lycéen du livre de philosophie, tenu tous les ans depuis 2015 19. Les lauréats 2016 sont La privation de l’intime de Michaël Foessel, au Seuil, Courir de Guillaume Le Blanc chez Flammarion et Philosophie des jeux vidéos de Mathieu Triclot chez Zones. Cette valorisation du roman philosophique souligne l’intérêt non négligeable des élèves (et de leur professeur) pour cette discipline non plus décrépite mais bien au goût du jour, qui suscite encore et toujours des questions et des débats animés ainsi que la création d’ouvrages aux formats divers et variés. Toutefois, si l’édition française offre justement une multitude de choix, Hélène Soumet (professeure de philosophie au lycée et auteure du Petit Larousse des grands philosophes, Larousse) conseille vivement aux élèves de commencer par lire les « classiques » (Socrate, Platon, Kant, Nietzsche) et se familiariser avec les concepts fondamentaux dont la lecture et l’étude sont souvent plus simples que la réputation difficile qu’on leur accrédite 20.

Comme dans de nombreux autres pays, la philosophie pour les enfants est active en France. Les éditeurs-auteurs-illustrateurs décuplent les formats et les sujets pour attirer le lecteur et lui proposer des initiations ludiques et pédagogiques à prix raisonnable. Et si certains, perdus devant la multitude de lectures proposées aujourd’hui, questionnent encore cette discipline et pensent ne jamais pouvoir y accéder, il est bon de leur rappeler que « faire de la philosophie, c’est être en route ; les questions en philosophie sont plus essentielles que les réponses 21. »

Notes :

1 GODECHOT, Olivier, Le Marché du livre philosophique en France de 1945 à nos jours, p. 6.

2 Why Philosophy for Children, Montclair State University.

3 Philosophy for kids: sparkling a love of learning, Dr. Sara Goering, TedxOverlake, 30 juin 2011.

4 http://brila.org/ppe.html#autourdumonde.

5 Présentation de la PPE.

6 Humanities and Philosophy, UNESCO.

7 La philosophie pour enfants (PPE) sur le site de Brila.

8 Site de L’Initiale.

9 Présentation de la collection philosophie pour enfants chez Bayard.

10 BAAS, Thomas, PIQUEMAL, Michel, Petites et grandes questions philo de Piccolo, Paris, Albin Michel Jeunesse, 2014.

11 Page Wikipédia du film Ce n’est qu’un début.

12 Site de la collection des « Goûters-philo » aux éditions Milan.

13 Bibliographie de Michel Piquemal.

14 DARWICHE, Jihad, DAVID, B., Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, Paris, Albin Michel, 1999.

15 YVETOT, Frédérique, « De la philosophie au collège », Le Café pédagogique, 26 mai 2011.

16 La philosophie chez Bayard Jeunesse.

17 Site des éditions du Pommier.

18 Présentation de la collection « Philo Ado » aux éditions de la Rue de l’échiquier.

19 Page du prix lycéen du livre de philosophie.

20 DUVAL, Alexis, « Quelques conseils aux lycéens pour réussir en philosophie », Le Monde, 29 août 2014.

21 JASPERS, Karl, Introduction à la philosophie, [1951], Paris, Plon, coll. « 10/18 », 2001.

Bibliographie :

Pour aller plus loin :

Autour de la PPE et de Matthew Lipman :

  • DANIEL, Marie-France, La philosophie et les enfants : les modèles de Lipman et de Dewey, Belgique/France, De Boeck/Belin, 1997.
  • LAURENDEAU, Pierre, Des enfants pensent l’avenir : philosophie pour enfants et prévention de la violence, France/Canada, Hermann/Presses de l’Université Laval, 2014.
  • LIPMAN, Matthew, La Découverte de Harry Stottlemeier, Paris, Vrin, 1978.

Parler de philosophie aux enfants :

  • BUCHETON, Dominique, TOZZI, Michel, SOULÉ, Yves, La littérature en débats : discussions à visées littéraires et philosophiques à l’école primaire, Montpellier, SCEREN CRDP de l’Académie du Languedoc-Roussillon, 2008.
  • GENEVIÈVE, Gilles, La raison puérile : philosopher avec des enfants ?, Belgique, Labor, 2006.
  • JULIEN, Dominique, Comment parler de philosophie aux enfants, Paris, éditions Le Baron perché, 2013.
  • STEVAN, Caroline, « Et si on initiait les enfants à la philo pour développer leur esprit critique ? », Le Temps, 23/01/2017.

La philosophie pour les petits :

  • BAAS, Thomas, PIQUEMAL, Michel, Petites et grandes questions philo de Piccolo, Paris, Albin Michel Jeunesse, 2014.
  • ERLBRUCH, Wolf, La grande question, Paris, Thierry Magnier, 2003.
  • LABBÉ, Brigitte, GASTÉ, Éric, Mes premières grandes questions : 10 histoires de tous les jours pour réfléchir et mieux grandir, Toulouse, Milan, 2013.

La philosophie pour les ados :

  • DARWICHE, Jihad, DAVID, B., Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, Paris, Albin Michel, 1999.
  • FOESSEL, Michaël, La Privation de l’intime, Paris, Le Seuil, 2008.
  • GAARDER, Jostein, Le Monde de Sophie, 1991.
  • LE BLANC, Guillaume, Courir, Paris, Flammarion, 2012.
  • MAGGIORI, Robert, « Qu’est-ce que la philo, Sophie ? : Le Monde de Sophie », Libération, 02 mars 1995.
  • SOUMET, Hélène, Le Petit Larousse des grands philosophes, Paris, Larousse, 2013.
  • TRICLOT, Mathieu, Philosophie des jeux vidéos, Paris, Zones, 2011.
Citer ce billet : Laure Perrier, "La philosophie de jeunesse en France, des tout-petits aux plus grands", Monde du Livre, 2 juin 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6507.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *