Gros plan sur la maison d’édition Picquier et son catalogue consacré à la littérature japonaise

Il existe plusieurs maisons d’édition publiant de la littérature japonaise en France. Parmi les plus connues, on peut citer les éditions Actes Sud avec leur collection Lettres japonaises qui éditent depuis 1995, Les Belles Lettres avec leur collection Japon éditée depuis 2005, Gallimard avec leur collection Connaissance de l’Orient dont le premier titre a été édité en 1954. Mais ces maisons d’édition ne sont pas spécialistes de l’Orient. La littérature japonaise n’est qu’une section parmi d’autres de leur catalogue.

La maison d’éditions Picquier s’est, elle, spécialisée dans les littératures asiatiques depuis
1986. Toute petite maison d’édition au départ, elle a su comprendre avant les autres que
le lecteur français s’ouvrait enfin à la littérature étrangère. Pionnière dans de nombreux
domaines, avec des auteurs asiatiques aujourd’hui prestigieux, elle domine le marché de la
littérature asiatique et est devenue une vraie référence.

 

I) Historique de la maison d’édition Picquier

La maison fut fondée en 1986 par Philippe Picquier. Ce dernier ne parle aucune langue
asiatique. C’est le hasard des rencontres qui l’a amené à fonder sa propre maison
d’édition. « Dans l’édition comme dans la vie, tout est affaire de rencontres. Une vraie maison
d’édition c’est cela : un lieu de rencontre permanent. » La rencontre, l’ouverture aux autres
sont les moteurs de sa motivation.

Dans les années 1980 s’opère un véritable bouleversement dans l’édition française : cette
dernière s’ouvre de plus en plus à la littérature étrangère. Philippe Picquier décide de se
consacrer uniquement à la littérature chinoise et japonaise, une vraie niche dans le paysage
éditorial français. Au fur et à mesure, il étendra sa maison à toute la littérature du Sud-est
asiatique. En effet, il souligne souvent le fait que « l’Asie est suffisamment vaste pour qu’on
ne s’occupe que d’elle».

Les livres édités sont distribués par Harmonia Mundi. La maison d’édition est située à Arles
tout comme Actes Sud. La maison compte 9 salariés. Son capital est de 9 000 euros. Elle
partage ses locaux avec son distributeur Harmonia Mundi qui détient 60% des parts de la
maison. En 2011, le CA de la maison est de 1 million 647 237 euros1.
Au niveau international, la maison a des points d’ancrage en Belgique, en Suisse et au
Canada.
En octobre 2010, Livre Hebdo (n°836) la classe à la 122e position dans le classement des 200
premiers éditeurs français.

En 2010, Picquier a reçu deux aides à l’intraduction de la part du CNL :
– pour le roman de Isaka Kotaro, La prière d’Audubon (Jul’Hoan) : 7 350 euros
– pour le roman de Kawakami Hiromi, La ville lointaine (japonais) : 3 520 euros

 

II) Etude du catalogue

Le catalogue est consacré aux littératures de la Chine, du Japon, de la Corée, du Viêtnam, de
l’Inde, du Tibet et d’autres pays comme l’Indonésie, le Pakistan, la Birmanie, la Thaïlande
(11 langues asiatiques).

La maison publie aussi bien des traductions d’œuvres des principaux écrivains des pays cités (classiques, modernes, contemporains) que des essais, des livres d’art, des reportages, des livres pour la jeunesse.

Il n’y a pas de domaine spécifique. Pour l’éditeur, il s’agit de « créer des passerelles entre les genres ». Tous les manuscrits sont recevables à condition qu’ils aient trait à l’Asie.

Aujourd’hui le catalogue compte 1 210 titres. La maison publie une cinquantaine de titres par
an.
On compte plus de 350 ouvrages en format poche.
La maison compte 68 illustrateurs, 165 traducteurs, 321 auteurs.

Chaque ouvrage bénéficie d’une notice qui mentionne le prix, le code ISBN, le nom de
l’auteur et de son traducteur, la langue d’origine du titre, un résumé du livre, une reproduction
de la couverture du livre. Sur le Web, on trouve en plus une brève biographie de l’auteur.

Le catalogue papier 2011 est réparti ainsi :
– 105 titres en littérature japonaise
– 76 titres en littérature chinoise
– 25 titres en littérature indienne
– 6 titres en littérature tibétaine
– 9 titres en littérature vietnamienne
– 7 titres en littérature coréenne
– 10 titres en littérature « autres » (Birman, Bhoutan, Pakistanais, Indonésien)
– 53 titres en roman policier
– 22 titres en littérature érotique

 

A) le domaine adulte

Le domaine consacré à la littérature s’ouvre sur divers horizons :

– sciences humaines : théologie, documentaires historiques et ethnologiques, actualités
sociologiques
– beaux livres : art, cuisine, photographie, reportages
– BD et mangas
– essais sur l’art, la philosophie, l’histoire
– littérature : romans, romans policiers, romans historiques
– érotique collection « le pavillon des corps curieux »
– contes et nouvelles
– poésie
– biographies et témoignages

Les ouvrages les plus célèbres sont Mémoires d’une geisha d’Inoue Yuki, Mémoires d’un
eunuque dans la Cité Interdite de Dan Shi, Les bébés de la consigne automatique de Ryû
Murakami. Tous ces livres ont été tirés à plus de 40 000 exemplaires.

 

B) Le domaine jeunesse

Il a été créé en 2003 sous le nom « Picquier jeunesse ». Il compte aujourd’hui 96 titres.

– Contes, poésies, albums, récits d’enfance

– romans

– mangas

 

C) L’objet livre

Logo des éditions Picquier

On note toujours le très grand soin apporté aux couvertures Picquier. Elles ont généralement
un aspect brillant.
Le design de la couverture est cohérent avec la maison d’édition. C’est Dominique Picquier,
la sœur de Philippe Picquier, qui les réalise. Il s’agit souvent d’une photo ou d’une estampe en rapport avec l’Asie. L’éditeur prône la cohérence et l’esthétisme.

Le logo des éditions est un moine en train de lire un ouvrage, un autre livre à ses pieds. Ce dessin est tiré d’un manga de Hokusai.

Le moine fait bien sûr référence à l’Asie et au bouddhisme. Le moine semble très absorbé dans sa lecture. Son visage nous est dissimulé. Le logo représente à la fois le domaine de la maison d’édition (l’Asie) et le pouvoir de la lecture.

 

III) La place de la littérature japonaise chez Picquier

 

A) A l’origine

Dans une interview parue dans le magazine Témoignages chrétiens (janvier 2006), Philippe
Picquier affirme : « Nous avons commencé par le Japon, car il était plus connu que la Chine.
Il a quand même fallu faire un peu de pédagogie pour préparer le lecteur, rendre sa lecture
intelligente. »
Philippe Picquier s’est donc lancé en éditant d’abord des auteurs japonais. Comme il le dit,
le Japon était à l’époque plus familier au lecteur français. Cependant, on observe qu’il ne
s’est pas seulement contenté de publier des livres japonais. Il parle de « préparer » le lecteur,
de l’éduquer afin qu’il fasse une lecture intelligente des œuvres. Se lancer dans la lecture
d’un roman japonais n’est donc pas anodin à l’époque. Il ne suffit pas de laisser le lecteur se

débrouiller avec une œuvre dont il ne connaît pas tous les codes. Il faut conquérir le lectorat
étape par étape. Les premiers livres édités furent des anthologies de littérature japonaise
soigneusement élaborées par un groupe de traducteurs autoproclamé « groupe Kirin » à
l’université de Jussieu. Ce furent les premiers outils pédagogiques à l’attention des lecteurs.

Plus loin il commente : « Il y a, au Japon, une longue et riche tradition littéraire. Ce travail
pédagogique est passé par le mélange des genres : polars, romans populaires, érotiques. »
Pour Philippe Picquier il est important de se diversifier. Il faut présenter toute la diversité de
la littérature japonaise et s’ouvrir à toutes les formes littéraires sans préjugé élitiste.
Il surenchérit : « Enfin, quand nous avons lancé la collection de poche, cela nous a permis
d’élargir le cercle des lecteurs. Nous poursuivons cet effort qui consiste à donner des repères,
à créer des passerelles entre les genres. »
Les maîtres mots sont donc partage, découvertes et éclectisme. La littérature asiatique est
ouverte à tous, plus seulement aux Happy few. C’est une manière de démocratiser l’accès à
cette littérature qui, à l’époque, apparaît étrange et lointaine. La collection de poche fut lancée
en 1993 dans ce but.

Dans le catalogue papier 2011, on recense 141 titres japonais dont :
– 105 titres en littérature
– 27 romans policiers
– 6 en littérature érotique

On compte 56 traducteurs pour le japonais.
67 auteurs dont les plus traduits sont Yasushi Inoue (9 titres), Kafû (4 titres), Ryû Murakami
(12 titres), Sôseki (5 titres).
On compte aussi 2 auteurs américains, 4 anglais et 8 français.

 

B) La question de la traduction

Philippe Picquier confie qu’il se rend souvent au Japon (mais aussi en Chine) afin de
rencontrer les agents de ce pays sur place.
Un agent a pour mission de repérer sur place des œuvres susceptibles de plaire et d’être
traduite en France. Il négocie les cessions de droit et touche un pourcentage sur le contrat
entre l’éditeur et l’auteur.

Comment sélectionne-t-il une œuvre ? Il faut d’abord qu’elle plaise. Dans un entretien
accordée au site Internet coréen Keul Madang, Philippe Picquier affirme que la seule question
qui lui importe est « Où est la littérature ? » Il veut être dans la position du premier lecteur
en français d’écrivains qu’il apprend à découvrir grâce au traducteur. Il n’a pas vraiment de
comité de lecture : il se réunit avec deux ou trois autres collaborateurs et leur demande de
faire un rapport de lecture. Ils confrontent leurs opinions et prennent la décision d’éditer ou
non.

Philippe Picquier a su aussi tout au long des années s’entourer de traducteurs talentueux
comme Patrick Honnoré par exemple ou encore Corinne Atlan. Tous deux ont déjà traduit une
trentaine de titres chez Picquier.
Par exemple, pour Patrick Honnoré, directeur de la collection manga Picquier, il s’agit de
traduire des mangas qui ont été lus et aimés. Les textes doivent être aussi de qualité.

La traduction du manga est un art particulier. En effet, les délais sont généralement courts, il
faut également faire tenir le texte dans les bulles (pas toujours évident). Le travail s’effectue
souvent en binôme ce qui permet de former des étudiants au métier.

Corinne Atlan est aussi une traductrice fidèle à Picquier. Dans une interview accordée au site
Japonline, elle explique comment un livre peut être sélectionné en vue d’une traduction :
– Soit l’éditeur reçoit des exemplaires de succès littéraires du Japon même. Il demande alors
à ses traducteurs de faire des fiches de lecture dans lesquelles ils ont la possibilité de donner
leur avis sur l’œuvre ou l’auteur. La décision de publier revient au comité de lecture.
– Il arrive aussi qu’un traducteur propose lui-même un auteur ou un livre. Corinne Atlan a
ainsi proposé La paroi de glace de Yasushi Inoué, qui a obtenu un certain succès. Patrick
Honnoré a permis aussi de faire découvrir des auteurs alors inconnus jusque-là. Parfois
l’éditeur ne donne pas suite à la proposition.

 

C) Gros plan sur deux traducteurs

Patrick Honnoré est le directeur de la collection manga de la maison d’édition Picquier.
Pendant longtemps, il a traduit des œuvres japonaises en français. Il a vécu 14 ans au Japon.
Lors de son séjour, il découvre Dogra Magra de Yumeno, un roman policier très célèbre au
Japon. Il propose de le traduire. Au départ Picquier est réticent car il s’agit d’un très gros
risque pour lui. Patrick Honnoré découvre que Tokyo a mis en place en 2002 un programme
d’aide à la traduction d’œuvres littéraires japonaises autrement dit une aide à l’extraduction.
Le Dogra Magra est le premier dans cette liste. Il le traduit.
Un peu plus tard, il proposera la traduction d’autres auteurs pas toujours connus. Puis Picquier
lui demande de traduire Thanatos de Murakami Ryû en 2005.
Aujourd’hui, il est traducteur à temps plein. Pour lui, la traduction ne s’apprend pas au sens
absolu. Il faut la pratiquer pour s’améliorer. Il a fondé l’association Orbis Tertius en 2003.
En effet, il constate que la demande de traducteurs japonais est très forte mais que la position
de ces derniers reste précaire et difficile. Ils sont souvent mal payés surtout dans le domaine
de la traduction du manga. Les éditeurs doutent beaucoup d’eux et préfèrent employer des
étudiants dont le niveau de japonais est souvent très moyen. Son association est un réseau de
traducteurs de japonais ayant pour objet d’apporter au lecteur et à l’éditeur des garanties de
qualité et d’offrir au traducteur un certain confort au niveau des conditions de travail.

Corinne Atlan a une licence de japonais, obtenue en 1974. Elle est partie vivre un an au
Japon où elle a beaucoup lu. Puis elle a enseigné au Népal où elle a découvert l’auteur Haruki
Murakami. Elle a traduit certaines de ses nouvelles. Philippe Picquier lui a alors confié la
traduction d’une nouvelle de Mori Ogai.
Dans son métier de traductrice, elle aime se documenter afin de traduire un texte le plus
convenablement possible. Elle apprécie aussi l’idée d’être un passeur.
Elle commence par traduire le texte d’un trait sans s’arrêter sur les détails ou les difficultés.
Elle a ainsi une vue d’ensemble. Il lui faut avoir traduit au minimum une cinquantaine de
pages avant de bien sentir le style de l’auteur. La traduction est un travail d’orfèvre qui
nécessite au moins deux relectures avant la phase finale des épreuves à relire et à corriger.

Sur toutes les notices de livres, que ce soit sur le catalogue papier ou sur le site de la maison,
le nom du traducteur est mentionné. Sur le site des éditions Picquier, on peut aussi obtenir des
renseignements sur chaque traducteur et sur chaque illustrateur. En effet, comme les auteurs,
les traducteurs et illustrateurs ont droit à leur page qui présente brièvement (photo à l’appui)
leur parcours et les œuvres qu’ils ont traduits.

Picquier a toujours considéré le traducteur avec le plus grand respect. C’est grâce au
traducteur que le lecteur a accès au texte. Philippe Picquier ne l’oublie pas puisqu’il ne
maîtrise pas lui-même les langues asiatiques. Le statut du traducteur est mis en avant.

La maison d’édition Picquier a su s’imposer tout au long de ces années. Elle est une véritable
référence en matière de littérature asiatique.
Elle a contribué à diffuser la littérature japonaise en France avec des textes choisis pour leur
qualité littéraire et leur renommée.
Le statut du traducteur apparaît comme singulier. Il a une place à part : Philippe Picquier
n’hésite pas à le mettre en avant que ce soit sur son site Web ou sur le catalogue papier. Le
traducteur fait aussi office de découvreur de talents : en effet, il arrive régulièrement qu’il
propose la traduction d’un auteur inconnu à son éditeur.
Aujourd’hui, les éditions Picquier sont peut-être un modèle du genre dans la réussite et dans
le respect du statut du traducteur.

 

Caroline Mutelet & Elise Loussert


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Laura dit :

    Excellent cet article !
    Je dois rendre une note assez complète concernant cette éditeur et j’aimerais savoir comment vous avez fait pour avoir toutes ces informations. D’ailleurs, s’il était possible que vous me contactiez ce serait vraiment généreux de votre part 🙂

  1. 27 août 2012

    […] la plateforme hypothèses.org, le blog “Le monde du livre” propose un intéressant article dissertation sur les éditions Picquiers, et nous en apprend […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *