Les Manfras : un nouveau genre littéraire

Depuis plusieurs décennies maintenant, le manga japonais gagne du terrain dans diverses cultures étrangères. La France, tout particulièrement depuis 2006, s’est rapidement vue touchée par ce phénomène, au point qu’il est presque impossible, de nos jours, d’ignorer totalement ce qu’est un « manga ». En effet, les Français sont les seconds plus gros lecteurs à échelle mondiale de cette bande dessinée au format poche tout droit importée du Japon ! Toutefois, nos lecteurs les plus néophytes en la matière ne pourront manquer de se perdre parmi ces genres nouveaux susceptibles de paraître obscurs par bien des aspects… Mangas, manhwas ou manfras : quelles en sont les caractéristiques ?

Il est avant tout nécessaire de se pencher sur les mangas et manhwas, plus anciens et traditionnels que notre troisième catégorie. Nous avions déjà eu l’occasion de nous intéresser au marché du manga en France à l’occasion d’un article datant du 1er septembre 2014 1. Pour en résumer la nature, les mangas sont des bandes dessinées souvent publiées en petit format et dont le sens de lecture va de la droite vers la gauche. Dans la grande majorité des cas, les dessins sont en noir et blanc et reprennent le folklore japonais ainsi que les particularités de ce pays. A contrario, les manhwas s’ancrent dans un contexte coréen, bien que très proches des mangas en termes de sujets.

Couverture du tome 1 de Dofus, Le Péril Gelées.

TOT, ANCESTRAL Z, CROUNCHANN, Dofus 1. Le Péril Gelées, Ankama, 2005.

C’est ici qu’apparaît le manfra, une donnée nouvelle dans ce marché bipolaire déjà très nettement investi par ses deux voisins orientaux. Le nom de « manfra » est un néologisme tout à fait récent, puisqu’il a été inventé en 2005 à l’occasion d’une première parution effectuée par la maison d’édition Ankama, précurseur en la matière, avec son très célèbre Dofus puis avec son successeur Wakfu. Manfra, c’est donc avant toute chose un mélange de « manga » et de « français », une appellation qui annonce déjà très clairement son hérédité évidente tout en se distinguant malgré tout de ses deux congénères asiatiques. Pour cause : les manfras sont essentiellement des mangas créés par des auteurs francophones pour le public français. Il faudra attendre une année après leur apparition pour que les manfras provoquent un certain effet de mode et que les productions commencent à s’enclencher autour dudit phénomène. Nous devons en partie cet essor aux Humanoïdes Associés 2 qui lanceront le 29 septembre 2006 leur Shogun Mag, un magazine consacré à la prépublication de bandes dessinées d’inspiration manga, dont les auteurs sont d’origines diverses. Nous y retrouvons notamment des Européens, des Américains et bien sûr, des Japonais.

Concrètement, les manfras s’appuient sur des caractéristiques très similaires aux mangas. Ils reprennent ainsi, en règle générale, un format, un style de dessin ou encore un type de narration, lorsque ce n’est pas une addition de ces éléments distillés ici et là. Le dessin se veut dynamique, très japonisant, avec des personnages aux yeux élargis, par exemple, à l’air attendrissant et peu réaliste. Les planches multiplient les formats de cases, de bulles, et l’auteur s’arroge le droit de faire déborder son écriture sur le dessin même des personnages sous la forme d’onomatopées, de dialogues intérieurs et autres mots susceptibles d’apporter de la profondeur et une seconde lecture aux scènes. Tout cela se déroule dans la plupart des cas dans le cadre d’un environnement japonais, beaucoup plus rarement que dans un univers francophone ou ne serait-ce qu’européen. À ce point-là de notre description, il est très difficile de distinguer un manfra d’un manga pure souche si l’on ignore la nationalité de son auteur, tant l’un s’attache à reproduire la recette de l’autre.

Néanmoins, quelques différences de genre subsistent ! Les Français semblent interroger le sens de lecture japonais dans quelques cas bien choisis. Cela n’est pas systématique, mais nous avons déjà vu par le passé des publications de manfras réarrangés à la sauce européenne : avec un sens de lecture remis aux normes de l’édition française, de la gauche vers la droite et non plus l’inverse. Ankama a par exemple publié toute sa gamme de manfras sur ce modèle, rapidement imité par d’autres titres tel qu’Angélique, la marquise des Anges chez Casterman. Il est également intéressant de noter que les auteurs français cherchent davantage à multiplier les nuances par l’apparition de pages couleurs, contrairement à leurs homologues dont le noir et blanc est l’apanage le plus traditionnel. C’est le cas par exemple de Memento Mori, chez Tonkam.

Couverture deLastman, tome 6, Casterman, 2014.

BALAK, VIVES Bastien et SANLAVILLE Michaël, Lastman – Tome 6, Casterman, 2014.

Impossible de terminer ce premier tour d’horizon sans évoquer un extrait de la kyrielle de titres à succès que sont parvenus à créer les mangakas français, ou devrait-on dire, « manfrakas ». Outre Dofus et Wakfu chez Ankama que nous avons précédemment cités, nous ne manquerons pas de saluer la popularité de Lanfeust quest chez Soleil, Dreamland chez Pika, Amour Sucré chez Akileos ou encore Pink Diary, précurseur des shojos français, chez Delcourt. À plus large échelle, le monde professionnel commence tout juste à reconnaître une potentielle légitimité à ce nouveau genre sur le marché, notamment par le biais de prix littéraires récemment gagnés. Les six tomes de Last Man chez Casterman ont ainsi récemment été récompensés par le prix de la meilleure série au Festival d’Angoulême de 2015 3. Un prix qui n’a pas manqué de se faire remarquer par les créateurs de manfras en tant que véritable encouragement pour ce secteur éditorial.

Des difficultés à surmonter

Plusieurs problèmes se posent cependant face à la popularité croissante des manfras. De toutes évidences, ce genre littéraire encore trop récent reste infiniment trouble et difficile à définir, même pour les auteurs et amateurs du genre. Nous pouvons rattacher cela  au fait que beaucoup de formats différents naissent sous cette appellation sans que les caractéristiques n’en soient clairement définies. Qui plus est, la limite entre manfra et bande dessinée semble poreuse : beaucoup de bandes dessinées sont décrétées comme étant des manfras à partir du moment où elles ré-emploient l’un des types de mise en page, de dessin ou d’histoire dont nous parlions précédemment. Aussi, un style japonisant ou l’utilisation d’un contexte japonais suffisent à propulser une œuvre dans la catégorie manfra, sans qu’elle n’y ait pour autant la moindre légitimité. Nous pouvons citer dans cette catégorie des bandes dessinées ou albums tels que La Rose écarlate chez Delcourt, Maliki chez Ankama ou encore La Belle et la Bête également chez Delcourt. Par ailleurs, le fait que les manfras soient fréquemment appelés « bande dessinée alternative française » est un exemple suffisamment parlant de ce problème majeur d’identification. Le manfra est par conséquent un genre nouveau qui peine encore à se définir par des caractéristiques précises, que l’on confond souvent avec ses voisins voire que l’on ne reconnaît tout simplement pas.

Nous l’avons déjà évoqué, mais ce manque d’identification, et donc de séparation avec les bandes dessinées, vient avant toute chose d’une absence de rigueur quant à l’établissement  de caractéristiques éditoriales précises. Un lecteur exercé pourra repérer d’un seul regard s’il a affaire à un manga ou un manhwa, pour peu qu’il en découvre les premières pages. La Corée du Sud se distingue en effet de son concurrent japonais par des choix éditoriaux très spécifiques : une omniprésence de la couleur, des cases très rectilignes prenant toute la largeur de la page, et un sens de lecture généralement de bas en haut, sur de grandes pages verticales, le tout en étant semblable aux thématiques abordées par les mangas. Cela prouve bien qu’il est possible de trouver une formule quelque peu différente, afin d’acquérir une identité forte. À l’heure actuelle, il est impossible pour un lectorat de savoir s’il a en face de lui un manfra ou un manga si le nom de l’auteur n’est pas suffisamment parlant. Il est plus que probable que ce manque absolu de délimitation soit un lourd handicap pour le manfra, qui souffre non seulement de la comparaison directe, mais subit en plus de cela un manque cruel de visibilité et de reconnaissance.

Couverture du premier numéro de Shogun Mag, Humanoïdes associés, octobre 2006.

Couverture du premier numéro de Shogun Mag, coll. « Shogun », Humanoïdes associés, octobre 2006.

Nous pouvons aussi noter que les habitudes du public français divergent pour beaucoup du lectorat japonais. Cela peut paraître anodin, mais il en résulte souvent des répercussions regrettables pour certaines publications en faveur des manfras. Les Humanoïdes Associés ont tenté de donner à ce nouveau genre une plus grande portée grâce au Shogun Mag susnommé. Le but était à long terme de l’établir comme un genre à part entière au travers de la vente de magazines présentant diverses prépublications pour en multiplier le succès. Cette tentative se solda malheureusement par un échec et ce malgré plusieurs essais dans l’espoir de relancer le Shogun Mag sous la forme de magazines spécialisés. Il cesse définitivement d’être imprimé en 2009, et ne survit plus en partie que sur internet où il est toujours publié sous une forme numérique. Il sera laissé à l’abandon seulement six numéros plus tard, et semble aujourd’hui définitivement fermé. Nous pouvons y voir un problème de cohérence entre les mœurs japonaises et les nôtres. Ce type de magazine de prépublications de manga est extrêmement populaire au pays du soleil levant et constitue une excellente plateforme pour faire connaître un titre au lectorat. Il leur offre une légitimité ainsi qu’une renommée non négligeables. Néanmoins cela ne fait pas partie des habitudes des Français, qui bien que fervents lecteurs de mangas et passablement de manfras, ne parviennent pas encore à reconnaître l’existence de moyens de communication tel que ce type de magazine. Les manfras devront donc attendre encore un peu avant d’avoir leurs propres supports publicitaires.

Enfin, quelques éditeurs ajoutent à ces problèmes un argument économique de taille : « il est plus cher et plus risqué pour un éditeur de produire une œuvre française à partir de rien et de la lancer, par rapport à un simple achat de licence à l’étranger 4 », précisera Ahmed Agne, fondateur des éditions Ki-Oon. Beaucoup de difficultés guettent encore le manfra, dont les débuts sont quelque peu claudicants.

Des perspectives d’avenir prometteuses

Néanmoins tout laisse à penser que le manfra a encore de beaux jours devant lui et de bonnes perspectives d’amélioration ! Anecdote amusante : le genre littéraire a tellement marqué les foules que les Européens commencent à voir naître un peu partout toute une pléthore d’écoles supérieures spécialisées en la matière. Il est désormais possible de faire  une licence ou un master dans le but de décrocher un diplôme de mangaka. À l’heure actuelle, nous retrouvons de fait la Human Academy située à Angoulême et l’EIMA (École internationale du manga et de l’animation) de Toulouse qui l’a rejointe depuis 2016 .

Couverture de la bande dessinée Le Maître d'armes.

DORISON Xavier et PARNOTTE Joël, Le Maître d’armes, Dargaud, 2015.

Dans la même veine, le marché éditorial français a bon espoir qu’un jour, le Japon se montre suffisamment intéressé par le rachat de licences de manfras. Cela pourrait donner lieu à des co-éditions voire des traductions cette fois-ci du français vers le japonais, et non l’inverse comme cela a toujours été le cas jusqu’à présent. En somme, un échange culturel très intéressant, qui permettrait un certain renouvellement du manga par l’apport de ressources extérieures. Une idée qui ne paraît pas si absurde quand on sait que le Japon commence justement à se pencher sérieusement sur le marché éditorial français. Le maître d’armes, une bande dessinée française publiée par Dargaud et créée par Xavier Dorison et Joël Parnotte a été récompensée du prix du Japan International Manga Award le 27 décembre 2016 . Il s’agit de la toute première fois de l’histoire qu’une œuvre française décroche la première place de ce prix. Une distinction qui vaut donc son pesant d’or bien qu’elle ne concerne pas encore le manfra à proprement parler. Néanmoins, entre le manfra et la bande dessinée, ce n’est plus qu’un petit pas à faire pour voir émerger pour de bon ce nouveau genre littéraire extrêmement prometteur.

1 – ROCCHIA, Simon, « Le marché du manga en France », Monde du livre, 01 septembre 2014. Disponible sur < https://mondedulivre.hypotheses.org/1929 >.
2 – Site officiel des Éditions Les Humanoïdes Associés.
3 – « Lastman : Universe », Angoulême festival bande dessinée, 2015. Disponible sur : < http://www.bdangouleme.com/844,lastman-universe >.
4 – OULAC, François, « Le manga français peut-il sortir de sa niche ? », Slate, 20 février 2016. Disponible sur : < http://www.slate.fr/story/113867/manga-francais-niche >.

Bibliographie :

Site officiel des Éditions Les Humanoïdes Associés.

« Lastman : Universe », Angoulême festival bande dessinée, 2015.

« The Tenth Japan International MANGA Award Winners Announcement », Japan International Manga Award, 27 décembre 2016.

OULAC, François, « Le manga français peut-il sortir de sa niche ? », Slate, 20 février 2016.

PUJOLAS, Marie, « “Human academy”, première école de manga en France », franceinfo, 10 novembre 2015.

ROCCHIA, Simon, « Le marché du manga en France », Monde du livre, 1er septembre 2014.

Pour aller plus loin :

BOUISSOU, Jean-Marie, Manga : histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Arles, Philippe Picquier, 2010.

CHAVEROU, Éric, « La France, l’autre pays du manga », France Culture, 7 février 2014.

HYUN-SE, Lee, Manhwa 100 : Les 100 titres incontournables pour les passionnés du manhwa, Korea Culture & Contents Agency, 2008.

KOYAMA-RICHAD, Brigitte, Mille ans de manga, Paris, Flammarion, 2007.

LEVENT, Christophe, « Les Français, nouveaux rois du manga », Le Parisien, 07 juillet 2016.

RICHARD, Olivier, Manga, les 120 incontournables, Paris, 12bis, 2012.

Citer ce billet : Morgane Ravallec, "Les Manfras : un nouveau genre littéraire", Monde du Livre, 5 juillet 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6636.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *