La Conservation Partagée des fonds Jeunesse en PACA : l’exemple à suivre

Copyright Gustave Doré, Les Contes de Perrault, J. Hetzel, 1864.

L’année 2013,  année du titre prestigieux de Capitale Européenne de la Culture pour Marseille, approche à grands pas. Cette année marquera également les dix ans de l’Agence Régionale du Livre PACA, qui a pour mission principale de favoriser la coopération entre tous les acteurs du monde du livre dans la région. A cette occasion, faisons un point sur la première action de l’ARL : la Conservation partagée du fonds jeunesse en Provence-Alpes-Côte-D’azur.

Pourquoi conserver les livres jeunesse et comment ?

Le livre pour enfant a longtemps subi un grand manque de considération, qui lui a valu d’être en première ligne de grandes vagues de désherbage dans les bibliothèques. Ces livres avaient déjà intégré les sous sols, les magasins et commençaient à prendre beaucoup trop de place. C’est à un colloque de l’Heure Joyeuse à Paris, que la nécessité de conserver les fonds jeunesse devient une évidence nationale. Une question se pose : que faire de tous ces livres qui ont marqué un moment de l’édition et qui sont jugés trop vieux pour les enfants d’aujourd’hui ? L’idée a donc été de regrouper toutes les forces de la région PACA pour créer une conservation partagée. Ainsi, dès l’année 2000, le plan démarre par un questionnaire destiné à l’ensemble des bibliothèques de la région, afin d’évaluer  le nombre de participants potentiels. Bibliothèques régionales, départementales, municipales et même relais répondent positivement. Face à une telle motivation, le plan est lancé en PACA.

En 2003, l’ARL PACA ouvre ses portes et lance sa première action : la Conservation Partagée du fonds jeunesse. Des conventions sont créées, qui sont signées par l’établissement de tutelle de la bibliothèque et l’ARL, ainsi que différents niveaux de conservation, définis ainsi : pôle excellence, pôle ressources et pôle de participation. l’ARL met également à disposition des bibliothèques un mode d’emploi. En septembre de la même année une première tournée de ramassage de livre jeunesse est lancée dans toute la région. Les livres qui ne sont pas gardés sont, selon leur état, pilonnés ou envoyés au COBIAC [1] (Collectif de Bibliothécaires et Intervenants en Actions Culturelles), un partenaire essentiel.

La Conservation partagée en PACA aujourd’hui.

Aujourd’hui plus de soixante-dix bibliothèques participent au  plan de Conservation Partagée PACA. Les bibliothèques décident d’un pan de la littérature qu’ils choisiront de conserver. Le choix peut se porter sur un auteur (Claude Ponti à Antibes), un éditeur (Editions du Ricochet à la BMVR de Nice), un genre (les livres d’artistes pour enfant à Cavaillon), ou un thème (l’opéra à Aix-en-Provence). Il arrive que ces décisions soient prises en rapport avec leurs villes : la tauromachie à Arles, le théâtre à Avignon, etc.[2] Ainsi les bibliothèques retirent de leur collection les ouvrages dont le contenu est obsolète, mais gardent un intérêt dans la conservation, et les ouvrages à la limite de leur fin de vie. Dans le cadre de la conservation partagée jeunesse en PACA, plus de 60 000 ouvrages ont déjà été échangés entre les bibliothèques.

Copyright J.-J. Grandville, Aventures de Robinson Crusoé, Garnier Frères, 186-?.

Ce système fait de l’Ile aux livres, centre de conservation et de valorisation de la littérature jeunesse implanté dans la BMVR de Marseille, la colonne vertébrale de la Conservation Partagée. Tous les livres du réseau Marseillais qui sont désherbés sont récupérés à l’Ile aux livres qui a une vocation de conservation généraliste. Ainsi son magasin contient aujourd’hui plus de 40 000 références : livres d’artistes, dessins originaux, livres anciens, etc. On y trouve de nombreux ouvrages du XIXe siècle, notamment des Robinsonnades.[3]

Une fois par an, des bibliothécaires de toute la région se réunissent pour discuter de l’état de la Conservation Partagée et échanger sur la production en littérature jeunesse pendant un comité de lecture (Notons cependant que le comité de lecture régional, sans la réunion pour la conservation partagée, à lieu une fois par trimestre). Ces réunions permettent également de discuter de petits dysfonctionnements de l’organisation, ou d’éclaircir certains points quant à la procédure à adopter. Chacune de ces réunions se déroule dans une bibliothèque différente, la dernière en date s’étant tenue à la Médiathèque de Cavaillon. Grâce à ces fréquentes rencontres, le projet prend un aspect plus concret pour les participants, qui peuvent voir de leurs yeux l’étendue de la Conservation partagée, et discuter avec les bibliothécaires avec qui ils échangent ce fonds jeunesse et partagent cette passion. Ayant lieu depuis de nombreuses années, ces réunions sont le ciment de la Conservation Partagée, qui doit une partie de sa force au fait que les participants se connaissent et échangent.

Etat des lieux de la Conservation Partagée dans le reste de la France

L’exemple de la région PACA a été suivi par onze régions, qui ont plus ou moins réussi à garder le projet en vie. A l’heure actuelle, quatre projets ont déjà été abandonnés par les régions de Bretagne, Centre, Languedoc-Roussillon et Poitou-Charentes. Deux projets sont en gestation : Champagne-Ardenne et Limousin, et deux projets sont en construction : Franche-Comté et Ile de France. En Franche-Comté on compte déjà 12 pôles de conservation, cependant le plan fonctionne seulement dans le Jura. Enfin il reste trois projets actifs, en Midi-Pyrénées, Haute-Normandie, et Bourgogne. [4] Le plan a été mis en place en Bourgogne en 2007, et depuis 2011, une exposition itinérante a été mise en place : Des histoires plein les tiroirs, afin de promouvoir la conservation partagée du livre jeunesse. Prévue jusqu’en février 2013, a pour l’instant onze étapes de prévues, de Dijon à Chalon-sur-Saône. En Midi-Pyrénées, le plan date de 2005, et en a découlé en 2008 une première opération régionale de valorisation, Chemin Faisant, une tournée régionale d’auteurs-illustrateurs, s’étant déroulée en 2008, 2009, 2010 et 2012. Enfin en Haute-Normandie, on compte actuellement 27 bibliothèques associé au projet, créé en 2009. Cette dernière région est actuellement en phase de réflexion concernant une valorisation.

La prochaine action de valorisation de la Conservation PACA, prendra place en 2013, à travers la grande exposition Les Expéditions Imaginaires, qui se déroulera à Marseille (à la BMVR et dans tout le réseau de bibliothèques de Marseille) et dans la ville de Vitrolles. La BDP sera pour sa part le point de départ d’un module qu’elle portera dans 4 à 5 villes :

« Iles extraordinaires, rêves sans queue ni tête, villa à construire soi-même…Grandeur nature, les mondes imaginaires sortent des livres : quand Alice, Robinson et Harry Potter s’associent à des auteurs illustrateurs, les enfants partent en expéditions-explorations. » [5]

Une belle occasion de faire rayonner la littérature jeunesse au niveau international.

Malgré tous ces développements, la conservation et la valorisation du livre jeunesse reste un combat à mener partout en France. Si le projet est bien ancré en PACA, rien n’assure pourtant une pérennité certaine. Le modèle de Conservation Partagée des fonds jeunesse en région PACA reste cependant pour les autres régions de France un modèle à suivre et entend ne pas faillir à ce rôle.

Pour aller plus loin

  • Article sur la Conservation Partagée en Midi-Pyrénées par  Christine Desplébains sur le BBF.

Sources

  •  La Conservation Partagée sur le site de l’ARL.

 


[1] Le COBIAC, association loi 1901 reconnue d’intérêt général, a pour vocation de développer la lecture publique au niveau national et international.

[3] Genre littéraire et cinématographique qui tient son nom de Robinson Crusoé.

[4] Toutes ces informations ont été gracieusement données par l’ARL.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. grepauly dit :

    Article très intéressant (comme tous les articles de ce blog d’ailleurs)

    J’ai bossé 1 mois à la bib de Cadenet qui conserve les documentaires jeunesse sur les indiens d’Amériques (parce qu’un explorateur connu dont les oublié le nom était originaire de ce village)
    Ces documents étaient dans la salle d’expo et des animations et donc isolé du reste des collections pour 2 raisons :
    Pour un manque de place (eurf ^^’)
    Pour les mettre en valeur. Mais au final ça marchait pas trop. En effet comme ils étaient dans la salle des animations, quand on y va on les voit mais on ne va pas forcément les lire vu qu’on y va pour une autre raison.
    Bon sinon le décorum de la salle est très bien fait, avec le tipi pour l’heure du conte.
    Il y avait un projet de déménagement bien avancé, il faudra que je me renseigne.

    Signé ; un ancien étudiant maintenant bibliothécaire-ludothécaire dans un centre de vacances en montagne

    • FAVRE dit :

      Bonjour,

      je viens de lire votre réponse et en voyant votre profession cela m’a donné envie d’en savoir davantage. En effet titulaire d’un master de Lettres Modernes j’ai enseigné plusieurs années le français en college et lycée. Aujourd’hui je reviens à mes premières amours : la litterature de jeunesse et j’aimerais travailler en bibliotheque et ludotheque. Je vois bien que la voie la plus directe est celle des concours mais j’aimerais avoir qqes renseignements…comment avez vous trouvé ce poste etc. Je suis à MArseille.

      MErci beaucoup!! à bientot

  1. 29 septembre 2012

    […] Lecture sociale et actualité du livre numérique hors-occident. teXtes Blog de … Le livre pour enfant a longtemps subi un grand manque de considération, qui lui a valu d'être en première ligne de grandes vagues de désherbage dans les bibliothèques.  […]

  2. 29 avril 2013

    […] * Voir à ce sujet : La Conservation Partagée des fonds jeunesse en PACA : l’exemple à suivre […]

  3. 5 septembre 2017

    […] Annie, « La conservation partagée des fonds jeunesse en PACA : l’exemple à suivre », Monde du livre, 28 août […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *