Les bibliothèques mènent l’enquête : zoom sur un phénomène en plein essor

« Qui sont les publics fréquentant les bibliothèques? », « Sont-ils satisfaits des offres proposées? », « Qui sont les non-usagers et pourquoi ne fréquentent-ils pas la bibliothèque? », malgré de nombreuses études effectuées nationalement sur les pratiques de lecture1, ou encore sur la sociologie des publics, de plus en plus de bibliothèques souhaitent répondre à ces questions en mesurant leur impact et en jaugeant leur image auprès de leurs publics.

Logo de la Bibliothèque publique d'information

Logo de la Bibliothèque publique d’information.

Cette pratique, assez récente, a été initiée dans l’hexagone par une première enquête de fréquentation, réalisée par la Bibliothèque publique d’information en 19782, suivie par une enquête commandée par la Direction du Livre au Ministère de la Culture et de la Communication sur « l’expérience et l’image des bibliothèques municipales » en 19793. Ce processus de prise en compte des usages s’est par la suite développé en France dans les bibliothèques municipales dans les années 1990, et a poussé de nombreux établissements, souhaitant replacer l’usager au cœur de leurs activités, à mener l’enquête.

La réalisation de l’enquête

Pour réaliser ces enquêtes, plusieurs choix s’offrent aux bibliothèques : soit faire appel à un prestataire extérieur qui prendra en charge la totalité de l’étude soit réaliser l’enquête en interne. Par manque de budget, la deuxième possibilité est souvent retenue. Chronophage, l’enquête menée en interne demande une grande préparation méthodologique. Cependant, ce procédé s’est démocratisé à tel point que nombre de bibliothèques utilisent l’enquête, sans accorder beaucoup d’importance à la méthode choisie, ce que déplore Christophe Evans, chargé d’études spécialisé en sociologie de la lecture et des publics en bibliothèques :

« Une certaine forme de croyance s’est ainsi développée à mesure que les enquêtes se multipliaient : croyance dans la toute-puissance des techniques d’enquête […] ; croyance dans la toute-puissance du chiffre et des statistiques […]; croyance, enfin, que les personnes enquêtées se posent les mêmes questions que les enquêteurs et que toute question posée à la faveur d’un questionnaire ou d’un entretien trouve systématiquement une réponse claire et pertinente4… »

Une enquête ne peut donc pas être mise en place sans préparation et consultation préalable selon Christophe Evans. De plus, pour prendre sens, elle doit s’inscrire dans une volonté plus large – voire dans un projet politique et culturel défini.

Logo de Libqual+

Logo de Libqual+

Pour réaliser l’enquête, les bibliothèques universitaires ont la possibilité d’utiliser LibQual+, un système de questionnaire personnalisable, sondant la qualité des services proposés. Ce système original offre la possibilité de comparer et de mutualiser les résultats à ceux d’autres établissements par la suite. Pour l’instant, il n’y a pas de méthodes similaires pour les bibliothèques publiques. Ainsi, pour réaliser une enquête la plus satisfaisante possible, ces dernières peuvent s’appuyer sur de riches ressources professionnelles sur le sujet – constituées ces dernières années – comme la bibliothèque numérique de l’Enssib, les ouvrages spécialisés, les comptes-rendus d’enquêtes réalisées dans d’autres villes…

Des sujets d’étude de plus en plus variés

Même si les bibliothèques tiennent un registre des lecteurs, les informations présentes ne sont pas suffisantes pour se faire une réelle idée du public fréquentant ces structures. Les bibliothèques sont des microcosmes vivants : scolaires, étudiants, passants ou même « squatteur », l’étude des publics peut être très révélatrice et peut permettre la mise  en place d’actions appropriées. Dans cette optique, la majorité des études réalisées par les bibliothèques en France portent sur leurs publics, via des enquêtes quantitatives ou qualitatives. Ces enquêtes permettent de sonder les usages, les représentations de la bibliothèque mais aussi de déterminer la satisfaction ou l’attente des lecteurs sur les horaires d’ouverture, l’offre documentaire…

D’autres enquêtes sont aussi réalisées auprès des non-usagers afin de comprendre l’image et les représentations qu’ils peuvent se faire de ces établissements. Les actions des bibliothèques peuvent ainsi s’adapter afin d’attirer toujours plus de public.

Bibliothèque municipale Toussaint à Angers

Salle de lecture de la bibliothèque municipale Toussaint d’Angers.

De plus, depuis une quinzaine d’années, des bibliothèques ont commencé à réaliser des études d’impact. Ces études permettent de réaliser quels effets un établissement peut avoir sur des individus et à quel point celui-ci contribue à un changement au niveau sociétal. C’est le cas par exemple de l’enquête menée par le conseil départementale du Val d’Oise, La bibliothèque vaut-elle le « coût »?, première étude d’impact dans des bibliothèques en France. Cette étude avait pour but, non pas de repenser le modèle économique des bibliothèques du département comme le titre pourrait le laisser penser, mais plutôt de mettre en exergue « les effets positifs que génère cet équipement de proximité5 ». L’étude portait donc sur l’impact culturel, social, éducatif et économique des bibliothèques du département. Ce nouveau type d’enquête est depuis en plein essor, comme le montre le nouveau Livre blanc6 de la norme ISO 16439, AFNOR/CN46-8, Qu’est-ce qui fait la valeur des bibliothèques?. Réalisé en 2016, il a pour mission principale de « proposer aux bibliothèques, établissements et pouvoirs publics des méthodes et des outils susceptibles de fournir une approche de l’impact qu’exercent les bibliothèques sur la société et les individus7. »

Des enquêtes comme outils décisionnels

Ces études, qui peuvent paraître à priori éloignées des missions premières des bibliothécaires, ont en réalité de nombreux avantages. Elles permettent de comprendre les effets que peuvent avoir certaines actions sur les usagers et les non-usagers afin d’adapter leurs services, mais cela permet également de créer des indicateurs utiles, chiffrés pour les décideurs, notamment en période de restriction budgétaire. C’est ce que souligne le Livre blanc, qui part du constat que la seule expertise des bibliothécaires ne suffit plus pour légitimer ses actions :

« Dans un contexte marqué par la crise économique et la restriction des budgets publics, [les bibliothécaires] sont mis au pied du mur pour démontrer la légitimité des bibliothèques, leur utilité sociale et faire à nouveau émerger du sens à ces services publics au moment même où la notion de l’intérêt général perd de son relief en cédant le pas au concept d’intérêts individuels et à la relation service/usager8. »

L’enquête reste alors l’une des solutions pour montrer, de manière précise, l’intérêt économique, social, éducatif et culturel que représentent encore et toujours les bibliothèques.

Notes

1On peut par exemple citer les travaux du sociologue Olivier Donnat, chargé des enquêtes Les pratiques Culturelles des français, dont la prochaine étude décennale débutera en 2017, pour des résultats publiés en 2018.

2EVANS, Christophe, La BPI à l’usage, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, Paris, 1998.

3« L’expérience et l’image des bibliothèques municipales », Bulletin des bibliothèques de France, 1980, n° 6, p. 265-299.

4EVANS, Christophe, Petites et grandes enquêtes de publics en bibliothèque, Questions de méthode et de bon sens, 53e Congrès de l’ABF, 2007.

5Département du Val d’Oise, La bibliothèque vaut-elle le « coût » ? 2016.

6Nous désignons par « Livre blanc » ou white paper un document ayant une thématique précise et étant à destination des professionnels.

7AFNOR CN46-8 Livre blanc, Qu’est-ce qui fait la valeur des bibliothèques ?, Février 2016.

8Ibid.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Pauline Roux, "Les bibliothèques mènent l’enquête : zoom sur un phénomène en plein essor", Monde du Livre, 28 juillet 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6731.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *