Le Miroir aux Troubles : aux grands mots les grands remèdes

Par association trop hâtive au domaine scolaire, ou par concurrence évidente entre activités culturelles, le livre peine à maintenir une présence constante dans les pratiques des jeunes lecteurs. À l’heure où la jeunesse entretient un rapport délicat à la lecture, une question se pose : ce désintérêt est-il uniquement lié au manque d’attrait ? Derrière cette réponse peut alors se cacher une raison moins évidente, mais néanmoins existante : la difficulté. En effet, si certains jeunes lecteurs se détournent volontairement de cette pratique, d’autres, en revanche, s’en éloignent, incapables d’avoir le goût des mots par manque de compréhension. C’est le cas pour environ 10% de la population française (soit deux enfants par classe 1), considérée comme dyslexique.

Désignant un handicap pouvant toucher adultes et enfants, la dyslexie est un dysfonctionnement cognitif, ayant pour conséquence immédiate des troubles de la lecture d’une sévérité plus ou moins importante, impactant la pratique de la lecture de différentes manières selon le type de dyslexie. Rares sont les maisons d’édition tenant compte de cet éventuel blocage chez les lecteurs – et notamment chez les plus jeunes -, mais l’une d’entre elles, Le Miroir aux Troubles, toute jeune indépendante, défend au quotidien un catalogue attractif, mais surtout adapté. Tour d’horizon de cette maison proposant des livres pour tous !

Aux origines de la maison : les besoins de l’enfant

Si l’idée de monter une maison d’édition n’était initialement pas prévue, le constat de la difficulté et du manque de production pour ce type de public, lui, s’imposait. Laurence Dufour, fondatrice et présidente du Miroir aux Troubles, a progressivement réfléchi à ce projet en ayant littéralement le problème sous les yeux, puisque sa fille, alors âgée de 12 ans et dyslexique, était dans l’incapacité de lire de façon autonome, si le livre était trop volumineux. En revanche, la future éditrice remarqua que son enfant préférait utiliser les supports numériques, la lecture s’en trouvait alors facilitée 2.

En parallèle de cela, Laurence Dufour a toujours été passionnée par l’écriture, et souhaitait à l’origine embrasser une carrière de journaliste politique 3. En ayant des enfants, ce goût des mots et de l’image s’est intensifié par le rapport aux livres pour la jeunesse, et malgré un poste de secrétaire de rédaction trouvé après une formation de journalisme, l’envie et le besoin de créer des livres plus légers, à la fois pétillants, divertissants et ludiques 4 se sont faits ressentir.

Une politique complétant le paysage éditorial français

« Sur les salons que nous fréquentons, je rencontre beaucoup de familles qui cherchent des supports pour leurs enfants et qui ont du mal à en trouver, car en France ce secteur est encore très marginal, il n’y a pas beaucoup d’éditeurs qui proposent des ouvrages pour les personnes dyslexiques 5. »

Couverture du livre Le nouveau petit chaperon rouge de Laurence Dufour et Emmanuelle Bonavene aux éditions Miroir aux troubles

Laurence Dufour, Emmanuelle Bonavene, Crédit : Catalogue du miroir aux troubles

Au regard de la production de littérature de jeunesse, on comprend rapidement que Laurence Dufour a su saisir le potentiel d’une complémentarité intéressante : celle du support papier, mais également numérique – de plus en plus présent sur ce type de marché – comme vecteurs d’accessibilité pour les lecteurs dyslexiques. Le Miroir aux Troubles vit ainsi le jour en 2014, grâce à une forte volonté de pallier ce manque, mais également grâce à une illustratrice, Emmanuelle Bonavent, avec qui l’éditrice avait fait sa formation de journaliste, et qui dessinait du manga de façon informelle. À force de persuasion, celle-ci finit par accepter de se lancer dans l’aventure avec Laurence 6, et inaugura le catalogue avec Le Nouveau Petit Chaperon Rouge, dès le mois de mars.

 

Comment adapter le livre à un profil de lecteur dyslexique ?

Si l’on comprend aisément qu’une grande partie de la production jeunesse ne peut convenir aux lecteurs dyslexiques, il paraît difficile de déterminer, spontanément, les solutions existantes pour adapter le livre à son public. Aussi, pour assurer une adhésion efficace, le Miroir aux Troubles propose un catalogue dont les titres sont pensés et conçus selon deux axes pour une meilleure lisibilité. Parmi toutes les conséquences directes que peuvent engendrer les troubles de la dyslexie 7, le jeune lecteur peut se retrouver face à une difficulté d’association des sons et de reconnaissance des mots, de distinction des lettres, ou encore une confusion des sons. Sur le plan oral, cela se traduit notamment par des difficultés d’élocution et de compréhension, mais aussi par un manque de précision dans le lexique et donc, une difficulté à formuler mentalement ses idées intactes 8. La solution du Miroir aux Troubles est un catalogue au vocabulaire simple mais néanmoins varié, allié à un travail sur la typographie ainsi que la mise en page, pour permettre une véritable acquisition de capacités et de connaissances.

Sur le plan typographique, il sera question de rendre la lecture plus facile par un repérage plus clair de l’information 9. Concrètement, le mot doit être mis en valeur et les lettres facilement identifiables. Pour ce faire, Le Miroir aux Troubles propose dans ses livres des textes dont la police de caractères, OpenDyslexic, spécialement conçue pour ce type de lecteur, se décline sous différentes tailles adaptées.

Différences entre les typographies OpenDyslexic, Arial, Times New Roman

Différences entre les typographies OpenDyslexic, Arial, Times New Roman, Crédit montage : Justine Decoopman

En comparant cette police aux deux autres fréquemment utilisées, on constate ainsi une définition des lettres plus efficace, grâce à une graisse relativement marquée dès la fonte regular, réduisant le risque de confusion. Aussi, pour une meilleure distinction 10, approches et interlignes sont doublées. Enfin, pour permettre un bon découpage des phrases, l’on notera l’absence de justification qui donnerait un effet trop massif au texte. C’est ce que l’on retrouve par exemple dans l’ouvrage La forêt de Mauperdus.

Intérieur de l'album Joël et l'étoile de noël

POG – JULIE LECOMTE, éditions le Miroir aux Troubles, Crédit : Catalogue du miroir aux troubles

Sur le plan de la mise en page, la maison choisit pour garantir une bonne adhésion à son catalogue, un allègement de la quantité d’informations grâce à une épuration graphique et à une réorganisation de l’espace 11. Cela donne une compréhension globale efficace de l’histoire et contourne le risque de déstabilisation due à la surcharge d’éléments. Le Miroir aux Troubles propose alors cela de deux manières différentes : par épuration totale grâce au travail du blanc comme unique décor, comme pour le titre Joël et l’étoile de Noël, ou encore par une réduction considérable du décor, ce que l’on retrouve notamment dans Auréa, protectrice des fonds marins.

Un catalogue accessible et en marche vers le numérique

Tablette représentant le livre numérique Emporté par le vent de la maison d'édition Miroir aux troubles

DELPHINE DUMOUCHEL – JOËL LIOCHON, Crédit: Catalogue du miroir aux troubles

Miroir aux Troubles, ce n’est pas seulement un accès garanti aux lecteurs en difficulté. En plus d’un accompagnement total permis par cinq tranches d’âge distinctes, de 0 à +15 ans, le catalogue de la maison propose également des livres ouverts et adaptés aux nouveaux supports qu’offre le domaine du numérique. En effet, le catalogue de la maison compte 43 livres imprimés, mais également 6 livres numériques 12 et plusieurs projets dans cette même veine en cours de développement.

Afin de densifier toujours plus le rapport entre livre et numérique, la maison a lancé, en 2015, un partenariat avec Mobidys, start-up proposant un ebook au format ePUB 3 13, accessible aux personnes dyslexiques selon 3 paramètres (choix du support, aide dyslexie et apprentissage) en fonction des besoins du lecteur 14. Plus qu’un livre numérique adapté, le Miroir aux Troubles, fort de ses collaborations, cible les besoins les plus spécifiques pour aider le jeune public dyslexique en offrant un accompagnement personnalisé.

Ces mêmes partenariats, progressivement créés, démontrent la volonté de la maison de contourner l’appréhension d’un public difficile par le biais d’une recherche constante d’amélioration des supports. En effet, si durant son année de création, la maison s’est notamment alliée avec C..Texdev 15 pour proposer l’application « Curry l’écureuil 16 », Le Miroir aux Troubles « devrait également intégrer sous peu le Labo de l’édition pour développer très prochainement un nouveau produit numérique toujours plus innovant 17 ».

Le Miroir aux Troubles : une maison proche de ses lecteurs

Maison reconnue et approuvée par la FFDys 18, Le Miroir aux Troubles compte parmi les éditions adaptant leur catalogue à ces jeunes lecteurs en difficulté, mais pas seulement !

Intérieur du livre Auréa, Protectrice des fonds marins - Tome 1

LINDA CONCHAUDRON – VAYOUNETTE, Miroir aux Troubles, Crédit : Catalogue du miroir aux troubles

Si Laurence Dufour a souhaité proposer des livres à l’esthétique et aux thématiques attractives, mettant souvent en scène la dyslexie, elle est également consciente du potentiel de l’aspect ludique et participatif du livre, dont les frontières sont à repousser pour renouer avec celui-ci. En effet, la maison détourne également le rapport aux livres par le jeu en proposant des petits tutoriels pour réaliser une activité manuelle, sur la base des livres édités par la maison, comme par exemple la réalisation d’un puzzle à partir d’une illustration de Auréa, protectrice des fonds marins.

Afin d’entretenir une proximité avec son public, le Miroir aux Troubles, très actif sur les réseaux sociaux, organise non seulement de nombreuses dédicaces de ses auteurs, mais est également présent dans les salons et festivals comme à la Comédie du livre, en mai dernier, où plusieurs auteurs ont par ailleurs été interviewés.

Pour conserver à la fois son indépendance et ses valeurs, mais également le lien avec son public, la maison gère également la diffusion et la distribution de ses livres au format papier. Gestionnaire habile de sa propre communication et de sa visibilité lors d’événements littéraires, le Miroir aux Troubles est une maison qui se veut accessible pour les publics les plus éloignés de la lecture, mais également moderne dans son utilisation du support numérique. Une petite édition à suivre de très près, dont le souci de ses lecteurs promet encore de beaux projets dans les années à venir !


Notes

1 DP, « Le Miroir aux Troubles et les Dys », Planète Douance, 26 septembre 2016.

2 Laura, « Interview des éditions du Miroir aux Troubles », Mes Premières Lectures.

3 Site des éditions du Miroir aux Troubles.

4 Ibid.

5 DP, « Le Miroir aux Troubles et les Dys », Planète Douance, 26 septembre 2016.

6 Laura, « Interview des éditions du Miroir aux Troubles », Mes Premières Lectures.

7 Les troubles peuvent être phonologiques, de surface, mixtes, motrices ou visuo-attentionnels.

8 CABOUAT, Diane, « Exception handicap: extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives – Les Dys: présentation », FFDys, 24 mars 2015, p 11.

9 CABOUAT, Diane, « Exception handicap: extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives – Les Dys: présentation », FFDys, 24 mars 2015, p 15.

10 DP, « Le Miroir aux Troubles et les Dys », Planète Douance, 26 septembre 2016.

11 CABOUAT, Diane, « Exception handicap: extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives – Les Dys: présentation », FFDys, 24 mars 2015, p 15.

12 Site des éditions du Miroir aux Troubles.

13 HAQUENNE, Mélissa, « Le numérique pour lutter contre la dyslexie », Lettres Numériques, 18 avril 2016.

14 Site des éditions du Miroir aux Troubles.

15 Première application destinée aux personnes souffrant de troubles du langage et du développement.

16 Livre d’application conçu pour les enfants en apprentissage de lecture ayant des troubles du langage et de la communication.

17 DP, « Le Miroir aux Troubles et les Dys », Planète Douance, 26 septembre 2016.

18 CABOUAT, Diane, « Exception handicap: extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives – Les Dys: présentation », FFDys, 24 mars 2015, p 17.

Bibliographie

Sur les éditions Le Miroir aux Troubles
Sur la dyslexie et la lecture
  • CABOUAT, Diane, « Exception handicap: extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives – Les Dys: présentation », FFDys, 24 mars 2015.
  • HAQUENNE, Mélissa, « Le numérique pour lutter contre la dyslexie », Lettres Numériques, 18 avril 2016.
  • La dyslexie sur le site Ooreka.
Livres cités
  • ARNOUX, Sylvie et KOA, La forêt de Mauperdus, Le Miroir aux Troubles, 2016.
  • CONCHAUDRON, Linda et VAYOUNETTE, Auréa, protectrice des fonds marins – Tome 1, Le Miroir aux Troubles, coll. « Auréa », 2014.
  • DUFOUR, Laurence, Le nouveau petit Chaperon Rouge, Le Miroir aux Troubles, coll. « Dys’parutions », 2014.
  • POG et LECONTE, Julie, Joël et l’étoile de Noël, Le Miroir aux Troubles, 2014.

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Justine Decoopman, "Le Miroir aux Troubles : aux grands mots les grands remèdes", Monde du Livre, 14 août 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6878.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *