La collection « Tam@izdat » du Ver à Soie : traduire la politique en russe

En 2011, le nombre de livres traduits en France s’élevait à 10 226, soit 15,9 % de la production éditoriale totale. Parmi les langues majoritairement traduites en français, le russe occupe la septième place avec 96 titres traduits en 2011, après l’anglais, le japonais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et les langues scandinaves, mais avant le néerlandais, le chinois ou encore l’arabe1. Selon l’Index Translationum, le français figure en deuxième position après l’anglais et avant l’allemand dans le « Top 10 des langues traduites vers une langue cible donnée », soit ici vers le russe2. Il existe en outre depuis 2006 un prix Russophonie visant à récompenser la meilleure traduction du russe vers le français, afin d’élargir le lectorat potentiel des écrivains russes et de promouvoir cette littérature en France.

Logo de la maison d'édition Le Ver à Soie

Logo de la maison Le Ver à Soie.

Néanmoins, cet article ne concernera pas la traduction du russe au français en France, mais la traduction du français au russe, à travers une collection pour le moins originale nommée « Tam@izdat » de la toute jeune maison d’édition Le Ver à Soie, créée en mars 2011 à Charenton-le-Pont (Île-de-France) par Virginie Symaniec. Très petite structure, Le Ver à Soie compte dix collections à son catalogue, avec un total de quinze titres. Privilégiant les formes courtes, elle publie aussi bien de la poésie que des textes illustrés pour enfants, des essais engagés ou des romans. Sa ligne éditoriale est axée sur les écrits autour des notions d’exil et de mouvement, qu’il soit intérieur ou extérieur, vécu comme passage ou posture, les traductions, sans limitations de frontières ou d’origines, étant par conséquent valorisées.

L’histoire du tamizdat, auquel la collection russophone du Ver à Soie emprunte son nom, prend ses racines dans la seconde moitié des années 1960 avec le procès des intellectuels Andreï Siniavski et Iouli Daniel en 1966 et la fin du dégel3. Il concerne dès lors des œuvres impubliables à cause de leur contenu à la teneur ouvertement politique ou de leur esthétique en opposition au style officiel. Nikita Khrouchtchev amorce une période de dégel en Union soviétique dès son arrivée au pouvoir après la mort de Staline en 1953. La censure, la répression et le contrôle de la population par la police politique sont relégués au second plan et ce relatif relâchement dans le domaine culturel pousse l’opposition des intellectuels à se développer. Ces derniers choisissent la voie du samizdat, ou « auto-édition », moyen de production et de diffusion des livres par les dissidents de l’intelligentsia sous le régime communiste en URSS, textes interdits par les autorités, recopiés à la main sur des matériaux grossiers tels que du papier peint ou des cartons d’emballage, et circulant de mains en mains dans la clandestinité. Des témoignages et révélations sont publiés à ce moment-là comme le roman Une journée d’Ivan Denissovitch avec lequel Alexandre Soljenitsyne, qui narre les vingt-quatre heures de la vie d’un détenu dans un camp, a acquis sa notoriété en 1962.

Samizdat russe et littérature clandestine en ex-URSS. Source : Wikimedia Commons, mars 2017.

Samizdat russe et littérature clandestine en ex-URSS.

Cependant, cette période de liberté d’expression associée au dégel touche à sa fin en 1964, lorsque Khrouchtchev est « libéré » de ses fonctions au sein du parti. Il devient alors inconcevable de faire entendre son opinion dans une atmosphère de nouveau bridée qui voit naître un grand mouvement de dissidence n’ayant d’autre choix que d’ « exporter » sa pensée pour s’adresser aux russophones en exil.

Historiquement, le terme tamizdat, ou « édition à l’étranger », s’applique pour la première fois à la publication du Docteur Jivago de Boris Pasternak en russe par la maison d’édition italienne Feltrinelli Editore à Milan en 19574. De nombreuses revues sont publiées grâce au tamizdat, comme Kultura, une revue polonaise publiée à Paris à partir de 1946, ou Kontinent, créée en 1974 et réservée à la diaspora russe, à Paris également.

Couverture de L'archipel du Goulag, Alexandre Soljénitsyne, Seuil, 1974. Source : Electre.

Couverture de L’archipel du Goulag, Alexandre Soljénitsyne, Seuil, 1974. Source : Electre.

Soljenitsyne, quant à lui, est désormais surveillé par la police politique, le KGB, car il est considéré comme suspect. Il achève L’Archipel du goulag en 1968 où il relate sa propre expérience des camps5. Impossible à publier en Russie, Soljenitsyne décide de faire passer clandestinement L’Archipel du goulag à l’étranger. Ainsi, cette œuvre majeure paraît pour la première fois à Paris et en russe, en 1973, dans la maison d’édition indépendante YMCA Press6. Elle ne sera officiellement publiée en URSS qu’en 1989. Puis, avec l’effondrement de l’Union soviétique au début des années 1990, le besoin de recourir au samizdat et au tamizdat s’estompe soudainement.

D’où vient cette idée de collection de livres en langue russe au Ver à Soie ? À qui s’adresse t-elle et comment s’inscrit-elle dans l’identité de la maison d’édition ? Après avoir jeté un rapide regard sur l’ensemble des collections du Ver à Soie, nous nous intéresserons aux ouvrages parus spécifiquement dans la collection « Tam@izdat » et tenterons de comprendre les motivations et les enjeux qui sous-tendent la création de cette collection.

Les collections du Ver à Soie : l’expression de l’exil entre rêve et réalité

Dès sa fondation, Le Ver à Soie crée plusieurs collections afin de structurer son catalogue. Comme nous l’avons dit en introduction, bien que porté par la notion d’exil, l’ensemble de la production de la maison d’édition est très morcelé, quinze titres étant répartis au sein de dix collections.

Couverture Fjall, aux confins du monde, Tristan Soler, coll. "50 000 signes", Le Ver à Soie, 2015. Source : site internet de la maison d'édition.

Couverture Fjall, aux confins du monde, Tristan Soler, coll. « 50 000 signes », Le Ver à Soie, 2015. Source : site internet de la maison d’édition.

Les trois premières regroupent des textes en fonction de leur nombre de signes, donc de leur longueur. La collection « 50 000 signes » comporte Fjall, aux confins du monde, un roman écrit et illustré par Tristan Soler, et Mamou, d’Angi Maté, traduit du hongrois et également illustré. Publiés respectivement en 2015 et 2013, ces deux ouvrages abordent chacun à leur manière la vision du monde depuis une marge, celle de l’enfance pour Mamou, celle de la solitude de la toundra pour Fjall. « 100 000 signes » ne comprend pour l’instant qu’un seul titre, Café Hyène, de Jana Benova, journaliste, poète et écrivaine slovaque ayant remporté avec ce roman le prix européen de littérature en 2012. Paru en 2015, cet ouvrage se présente telle la « mosaïque atypique » d’observations et de réflexions que tissent Elza, l’héroïne, et ses amis, habitants du quartier de Petrzalka qui les retient malgré eux entre ses murs sans avenir. Issus d’un monde à part, leur exil est intérieur, fantasmé, rêvé, réinventé chaque jour au Café Hyène, où ils se réunissent dans le centre de Bratislava. « 200 000 signes » ne comporte elle aussi qu’un unique titre, Marche ou rêve, roman de Luc Fivet relatant sur un ton doux amer la survie de deux sans-papiers d’origine sénégalaise en France.

« Hors collection » présente deux livres, dont Irrévocable ! de Sorin Dumitrescu, publié en 2015, et Dernier bateau pour Yokohama, de Michel Wasserman et Nassrine Azimi, paru aussi en 2015. Nous ne sommes plus ici dans le domaine de la fiction mais dans celui du témoignage, de la biographie et de l’autobiographie. Sorin Dumitrescu raconte dans son ouvrage son combat sans faille en tant que directeur de la Division des sciences de l’eau de l’UNESCO dans les années 1970 pour pouvoir échapper au régime dictatorial de Nicolae Ceausescu et sortir de Roumanie pour remplir ses devoirs de fonctionnaire international. Quant à Dernier bateau pour Yokohama, il narre le parcours de Beate Sirota, qui a eu un rôle important sur les plans politique et artistique au Japon et aux États-Unis dans les années 1930 et 1940.

La collection « Histoires effacées » met en lumière Novgorod ou la Russie oubliée, un imposant ouvrage paru en 2015, dirigé par une enseignante et historienne russe, Olga Sevastyanova, et un professeur et traducteur français, Philippe Frison. À la fois livre d’histoire et de géographie, Novgorod ou la Russie oubliée regroupe illustrations, cartes et contributions de plusieurs spécialistes de la Russie médiévale, du XIIe au XVe siècle, et fait redécouvrir la ville de Novgorod-la-Grande qui a su prospérer en ce temps-là grâce à sa politique commerciale mais surtout grâce à son gouvernement spécifique entièrement démocratique, assez exceptionnel pour l’époque, et qui donne l’espoir d’un possible renouveau démocratique en Russie actuelle.

« Le Russe cosmopolite » est une collection dirigée par Galia Ackerman, docteur en histoire d’origine russe, dont nous reparlerons plus tard. Le seul ouvrage de cette collection est le roman paru en 2016, Couteau tranchant pour un cœur tendre, de Maria Rybakova, enseignante née à Moscou qui s’est faite connaître en France grâce à la publication de la Confrérie des perdants (2006) aux éditions du Seuil. Traduit par Galia Ackerman, Couteau tranchant pour un cœur tendre raconte l’histoire d’amour passionnel entre un homme et une femme, vécu comme lieu de perdition, voyage sans retour. Ce livre inaugure une collection qui se veut le réceptacle d’une littérature « métisse » menée par des écrivains émigrés contemporains d’origine russe, qui écrivent en russe, mais avec un regard différent de celui des écrivains exilés des années 1970, une vision du monde totalement intégrée dans la société d’aujourd’hui et leur pays d’accueil.

De même, « Les Germanophonies » ne comprend qu’un seul titre, Désordre, recueil de huit nouvelles berlinoises d’Einar Schleef, traduit par Crista Mittelsteiner et Marie-Luce Bonfanti, publié en décembre 2014. L’auteur, inconnu en France mais figure incontournable de la scène artistique allemande, décédé en 2001, y raconte le quotidien face au mur de Berlin durant la guerre froide. Un autre texte de cet écrivain, Gertrud, doit être traduit et publié accompagné d’un CD, fin 2016. La collection est dirigée par Crista Mittelsteiner, dramaturge, metteure en scène, chercheuse et traductrice d’origine allemande qui s’est expatriée en France. Elle a été créée en novembre 2014 dans l’optique de faire découvrir des écrivains allemands, germano-turcs, autrichiens ou bien suisses écrivant en langue allemande et y exprimant leur sentiment de l’exil, et qui n’ont encore jamais été traduits en France.

La collection « Minuscules » est constituée de trois livres à destination des enfants, oscillant entre poésie et nouvelles illustrées traitant toutes d’un ailleurs rêvé ou réel : Le Petit Arbre Plume (2016) de Pascale Graciet, Mon cousin Hugo (2013), de Coco des Amériques, et La Déesse des vers à soie ( 2014) écrit et illustré par Elza Lacotte. Grandes voyageuses et aventurières des temps modernes, les auteures ont parcouru le monde et ont vécu en Guyane, en Patagonie ou encore à Santiago du Chili.

La collection « Sam e-zdat », créée en référence au samizdat soviétique, ne contient qu’un seul ouvrage publié en 2013, la nouvelle Les esprits moldaves voyagent-ils toujours en bus vers l’Ukraine ?, de Vala L. Volkina, auteure d’origine biélorusse vivant en France, qui ne justifie néanmoins pas vraiment le nom de la collection du point de vue historique. Le texte, illustré par Elza Lacotte et relatant le périple d’une Française jusqu’en Ukraine, n’est en effet pas sujet à polémique mais s’inscrit davantage dans la lignée d’une littérature humoristique et sarcastique en présentant les us et coutumes d’Europe de l’Est sous un angle folklorique et ubuesque.

Enfin, en mars 2014, Virginie Symaniec et Galia Ackerman créent une collection que l’on pourrait considérer comme complémentaire à « Sam e-zdat », nommée « Tam@izdat ». Il s’agit de l’unique collection au Ver à Soie regroupant des titres publiés en russe, à partir de textes originaux ou traduits du français vers le russe. Le nom de la collection parle de lui-même, mais comment comparer une tentative de sensibilisation venant de l’étranger, ici de France, à celle de la publication de titres clandestins de l’époque soviétique par la seule existence d’une censure actuelle ?

Le « Tam@izdat » au Ver à Soie : deux titres impubliables en Russie

Virginie Symaniec explique son intérêt pour l’Est et la Russie par le contexte familial dans lequel elle a grandi. D’origine biélorusse, elle a reçu une éducation à la fois française et biélorusse, puis elle est peu à peu venue au russe. Ayant beaucoup voyagé en Russie et dans les pays de l’ex-bloc de l’URSS comme la Biélorussie ou l’Ukraine, elle trouve sa motivation au fil des rencontres qui sont autant d’éléments de réponse à ses interrogations sur cet univers de l’Est qu’elle souhaite comprendre. Ayant reçu « l’exil en héritage7 », elle désire aujourd’hui élaborer un projet « positif et constructif 8 » par le livre.

Avec la collection « Tam@izdat », qui ne comporte que deux titres pour l’instant, tirés à 300 exemplaires chacun, se fait ressentir la volonté de se placer dans la continuité du mouvement initié en URSS lorsque la censure sévissait, et que des auteurs comme Alexandre Soljenitsyne ont fait passer leurs textes à l’étranger pour qu’ils soient lus par des russophones émigrés, et qu’ils aient tant bien que mal un impact, par-delà les frontières. Un lien cohérent avec la ligne éditoriale du Ver à Soie, consacrée aux expériences et au sentiment de l’exil, est donc instauré. Dans cette collection, l’un des deux titres est à l’origine un ouvrage écrit et publié par l’académicien et historien Alain Besançon en français chez les éditions De Fallois en 2012, sous le titre « Sainte Russie », dont les droits ont été rachetés par Le Ver à Soie pour le faire traduire et le publier en russe.

Ja obvinjaju ! : O diktature Nursultana Nazarbajeva, Viktor Khrapounov, coll. "Tam@izdat", Le Ver à Soie, 2014.

Couverture Ja obvinjaju ! : O diktature Nursultana Nazarbajeva, Viktor Khrapounov, coll. « Tam@izdat », Le Ver à Soie, 2014.

L’autre titre, Ia Obviniaïou, « J’accuse », est un texte russe de Viktor Khrapunov, originaire du Kazakhstan, publié dans sa langue d’origine. La version traduite en français existe sous le titre Nazarbaev, votre ami le dictateur et a été publiée en 2013 par les Éditions du Moment. La collection est dirigée par Galia Ackerman, docteur en histoire. D’origine russe, elle vit en France depuis 1984. Journaliste à Radio France Internationale (1988-2010) et à la revue Politique internationale (depuis 1995), elle est chercheur associé à l’Université de Caen. Elle a publié de nombreux articles dans la presse française et est également traductrice d’une soixantaine d’ouvrages de fiction et d’essais (du russe au français), dont ceux de Mikhaïl Gorbatchev, Anna Politkovskaïa, Viktor Pelevin, Svetlana Alexievitch, Dimitri Bykov, Alexandre Zinoviev ou Serguei Paradjanov9.

Selon Virginie Symaniec, trop peu d’écrivains contemporains russes sont traduits en France, les éditeurs français privilégiant encore trop les grands classiques10. Les liens culturels et notamment littéraires entre la France et la Russie sont certes historiques et très riches, cependant, d’après l’éditrice, beaucoup de représentations de la Russie en France sont biaisées. En effet, de nombreux Français n’ont qu’une vague idée romantique et fantasmée de la Russie, d’autres conservent un certain aveuglement sur ce qu’elle est vraiment et refusent de comprendre les conditions de vie des Russes, les problèmes sociaux et politiques que traverse le pays. L’ouvrage d’Alain Besançon a été, entre autres, écrit pour tenter de rétablir une certaine vérité sur cette image de la Russie en Occident11. Il a été traduit par Galia Ackerman sous la rédaction de Vladimir Berelovitch et explore l’idée de ce qu’est le régime communiste, ses liens avec la Russie d’avant et d’après l’Union soviétique, mais analyse aussi la passion française pour la Russie, qu’on adore ou qu’on abhorre, sans trop savoir pourquoi exactement et surtout sans aucune conscience de ce qu’elle est vraiment. Dans son ouvrage, Alain Besançon évoque aussi le problème de la religion qui a toujours eu une place prédominante en Russie, en adoptant à la fois une posture de théologien et d’historien, ce qui est peu commun, les deux domaines étant généralement peu mélangés. À l’instar du sociologue Max Weber, il pense que l’on ne peut comprendre un peuple qu’en s’intéressant à sa religion. Galia Ackerman confie avoir pris contact avec plusieurs traducteurs en Russie, qui tous ont refusé de s’occuper du texte de Besançon parce que la hiérarchie orthodoxe y est mise à mal et que l’auteur y fait une analyse de l’influence parfois néfaste de l’Église orthodoxe sur le cours de l’histoire de la Russie. De même, trouver un éditeur en Russie s’est révélé être un échec. Personne ne souhaitait prendre la responsabilité de le publier et les éditeurs avançaient souvent l’argument que même publié, ce texte poserait des problèmes de diffusion et que les librairies ne le proposeraient jamais à la vente, du fait de la loi sur l’offense des sentiments des croyants 12. L’état d’esprit qui règne actuellement en Russie est celui d’un consensus visant à ne pas se faire remarquer. L’autocensure est présente, parfois plus forte que la censure officielle. Dans les autres pays de l’ex-bloc communiste, des régimes dictatoriaux sont en place, comme au Kazakhstan et en Asie centrale, en Biélorussie ou en Géorgie. Vladimir Berelovitch, qui a dirigé la publication et la traduction du texte, avoue avoir contacté des amis en Russie qui lui ont tous répondu que ce livre était impubliable parce que pouvant être perçu comme « violemment russophobe », ce qu’il n’est pourtant pas. Dans les années 1990 et au début des années 2000, certains livres d’Alain Besançon à propos de Lénine par exemple, ont été traduits et publiés en Russie sans problème. Mais, selon l’éditrice, « les temps changent ». Par ailleurs, ce livre est également impubliable à cause de son titre « Sainte Russie », car en Russie un groupe de nationalistes extrémistes porte ce nom, et un tel titre aurait été assimilé à une insulte ou une provocation à leur égard en particulier 13.

Il était nécessaire de publier le texte de Besançon en langue russe car dans ce pays le regard extérieur et critique sur la religion est pratiquement devenu impossible, aussi paradoxal que cela puisse paraître après les soixante-dix années de communisme prônant un athéisme militant qui ont tout juste précédé. Le retour à la foi orthodoxe est devenu l’idéologie qui remplace celle du communisme, elle est devenue « orthodoxisme », un nouvel –isme établi et prôné par Vladimir Poutine pour contrôler le peuple. Parallèlement se développe donc un anticléricalisme bien illustré par l’activisme des Pussy Riot14.

Le livre de Viktor Khrapunov, Ia Obviniaïou, deuxième titre de la collection « Tam@izdat », est davantage militant15. Son auteur a été ministre de l’Énergie et des Situations d’urgence durant le régime de Nazarbaev et maire d’Almaty, capitale du Kazakhstan. Décidant de rompre avec le système corrompu de Nazarbaev, auquel il avait pourtant grandement contribué, Khrapunov a voulu témoigner, en russe, sa langue maternelle, de son expérience personnelle à l’intérieur de ce régime et des raisons qui l’ont poussé à l’exil en Suisse avec sa famille en 2008. Ce livre en forme de témoignage porte donc la marque de la dissidence, telle qu’elle se pensait au temps du tamizdat soviétique. La collection française de Virginie Symaniec s’apparente en cela à un refuge et un espace de libre parole où l’exil peut s’exprimer.

Un « Tam@izdat » numérique ou papier ? Comment toucher un lectorat au-delà de la diaspora russe en France

La création de la collection « Tam@izdat » est sous-tendue par des motivations symboliques et politiques, au même titre que le sont les livres qu’elle porte. Les ouvrages qui y sont intégrés sont difficiles à vendre selon Virginie Symaniec. Le fait qu’il n’y ait pour le moment que deux titres dans cette collection lui importe peu puisqu’elle l’a créée en étant entièrement consciente qu’elle ne lui rapporterait pas de bénéfices. Selon elle, militante pour les droits de l’homme et la démocratie en Biélorussie, la fondation d’une telle collection est une prise de position explicite, et ce, quel que soit le résultat de cette démarche risquée quant à l’équilibre financier de la maison. D’après l’éditrice, même très petites, la maison d’édition et la collection peuvent avoir des répercussions non négligeables sur le lectorat. Historiquement, les tamizdat, lorsqu’ils existaient du temps de l’URSS, étaient le fruit d’individus qui n’étaient même pas structurés réellement en maisons d’édition.

Mais quel est donc ce lectorat susceptible d’être intéressé par des livres en russe ?

La littérature russe. Source : flickr

La littérature russe.

Alors qu’on estimait à 350 millions le nombre de russophones dans le monde dans les années 1980, ils ne seraient plus que 270 millions en 2006. L’effondrement de l’Union soviétique a également fait chuter l’intérêt de l’apprentissage du russe à travers le monde. En France, par exemple, 28 500 collégiens et étudiants apprenaient le russe en 1985. En 2003, ils étaient dix fois moins, soit un peu moins de 2 000. Dans les pays de l’ex-bloc soviétique, les langues nationales priment et une grande partie de la population évite d’employer le russe qui a, semble-t-il, perdu le statut de langue de communication internationale16. D’ici 2025, le nombre de russophones à l’échelle mondiale devrait passer à 152 millions selon le quotidien moscovite Kommersant17. Pourtant, le nombre de russophones dispersés à travers le monde reste important, que ce soit en Israël, en Amérique du Nord, au Canada ou en Europe.

On compte quatre principales vagues d’émigration russe au cours de l’histoire depuis le XXe siècle, même si une diaspora russe était déjà présente, en France notamment, aux XIXe et début du XXe siècle – en 1851, 9 338 Russes quittent leur pays, en 1908, ils sont 25 00018. La première vague de la diaspora russe concerne l’exil des Russes blancs ou en désaccord avec le nouveau régime bolchévique, en France majoritairement, à la révolution de 1917. En 1924, on compte 400 000 exilés, parmi lesquels on retrouve les grands noms de Bounine, Nabokov, Tsvetaeva ou Berberova, qui constituaient l’intelligentsia de l’époque. La deuxième vague est constituée de prisonniers politiques qui, durant la Seconde Guerre mondiale, se sont retrouvés détenus dans les camps ou sur les territoires occupés et qui ont préféré ne pas retourner en Russie par crainte d’être envoyés au goulag, entre autres, pour trahison. La troisième vague est formée par les dissidents et les opposants politiques au régime des années 1970 et 1980, en majorité des intellectuels, expulsés par les autorités ou s’exilant volontairement pour échapper au régime communiste. Les écrivains Joseph Brodski, Alexandre Soljenitsyne ou encore Axionov sont des leurs. Les Juifs et les Allemands, quittant l’URSS pour rejoindre leur famille à l’Ouest, ont également fait partie de cette vague. Enfin, la dernière vague, depuis 1991, se rapproche d’une migration économique, ou « fuite des cerveaux », regroupant des chercheurs et de jeunes scientifiques à la recherche de postes qualifiés à l’étranger. D’autres fuient la corruption, mais aussi les tensions interethniques et les conflits locaux. Les lois concernant l’émigration s’étant libéralisées, le phénomène s’est amplifié. Aujourd’hui, la migration est en réalité liée à plusieurs facteurs, à la fois politique, économique, estudiantine, matrimoniale et intellectuelle. Si elle concernait en majorité des ethnies – Juifs, Allemands de la Volga, Arméniens, Grecs – jusqu’à la fin de la Perestroïka et la chute de l’URSS, la migration est désormais qualifiée de migration de masse, à l’intérieur des pays de l’ex-bloc communiste comme au-delà19. Les profils des individus constituant l’ensemble de la diaspora russe sont donc extrêmement différents selon les périodes et les raisons historiques de leur départ. Près de 40 000 départs de Russie ont lieu chaque année, après un pic de 114 000 en 1993, l’essentiel des migrants choisissent comme pays d’accueil l’Allemagne (65 %), Israël (5 %) et les États-Unis (10 %)20.

En France, pays faiblement russophone – faute de recensement, le nombre exact de Russes vivant en France est vague, estimé entre 200 000 et 500 000 –, la diaspora russe bénéficie néanmoins de services d’informations en russe, tels que le journal en ligne l’Observateur russe, créé en 2009 par Elena Iakounina, ou encore l’hebdomadaire papier La Pensée russe, plus ancien journal en langue russe publié en Europe et créé à Paris en 194721. Le site l’Observateur russe met à disposition des actualités culturelles et politiques en russe et en français uniquement à propos de la France. Les russophones de France, mais aussi de Russie, sont des lecteurs potentiels. Cependant, cette diaspora russe en France n’est pas homogène et donc peu soudée, davantage constituée en de « petits noyaux », et si la dernière génération est concernée par l’actualité politique en Russie et s’informe, nombreux sont les Russes qui ressentent une certaine animosité des Français envers leur pays d’origine, vécue comme une « russophobie22 ». La Russie a été et reste donc « l’un des plus grands pourvoyeurs d’exil européen » selon Virginie Symaniec, et le flux de migrations venant de l’Est se prolonge de nos jours. C’est en cela que la collection « Tam@izdat » trouve sa pertinence et son intérêt. Cela ne signifie pas que tous les russophones de la diaspora vont être intéressés par des textes polémiques en russe, mais la censure s’exerçant toujours en Russie et dans d’autres pays russophones tels que la Biélorussie, des espaces de libre expression comme cette collection se doivent d’exister. L’éditrice explique : « Voyez, je viens d’avoir une commande de Minsk. Ce livre va y vivre sa vie. Peut-être passer de mains en mains sans susciter d’autres commandes. C’est cela un tamizdat23. » D’ailleurs, à terme, cette collection pourrait être développée pour n’importe quelle langue dans laquelle il existerait une situation de censure similaire à celle exercée en Russie. Le tamizdat est un symbole de lutte et de liberté de la parole. Virginie Symaniec « espère que les textes ne concerneront jamais la France, mais qui sait24 ». S’il est encore trop tôt pour définir exactement la portée politique de la collection, le gouvernement russe semble déjà y voir une potentielle menace. Sur la page Facebook de la collection, l’éditrice nous informe que le site internet du Ver à Soie est régulièrement piraté. Sans surprise, les adresses IP de ces pirates, qu’ils soient de Toula ou de Saint-Pétersbourg, convergent toutes vers le ministère de l’Information et de la Communication de la fédération de Russie.

Pour l’instant, avant tout destinée aux russophones établis en France – l’éditrice affirme avoir informé les institutions russophones françaises de l’existence d’un tamizdat prêt à accueillir des textes –, la collection « Tam@izdat » s’exporte aussi à l’étranger. Toute personne sachant lire le russe peut avoir accès à ces livres, quel que soit son lieu de résidence, puisque certes Le Ver à Soie est basé en France, et diffuse ses ouvrages dans les librairies françaises, mais propose également un système de commandes par Internet depuis n’importe quel pays du monde. Des commandes de Minsk, en Biélorussie, et de Dubaï ont déjà été réalisées, preuve que des répercussions en dehors de l’espace européen pourraient être obtenues avec cette collection. Le livre d’Alain Besançon est aussi disponible en ePub, version électronique d’une valeur de cinq euros, et en papillon-USB, clef USB vendue dans une pochette à offrir, à dix euros, signe d’une diversification des supports de lecture et donc des moyens de diffusion plus larges. La version numérique de l’ouvrage de Viktor Khrapunov n’est pas la propriété du Ver à Soie, l’auteur ayant gardé les droits pour effectuer lui-même ce travail. Pour Virginie Symaniec, le numérique ne signe pas la mort du livre papier. Les deux modes de production et de lecture sont selon elle tout à fait complémentaires. Elle désire créer « une hybridité qui soit acceptable25 » entre le numérique et le papier, des passerelles. Le support numérique peut soutenir la version papier. Le numérique peut représenter un système intéressant pour la collection « Tam@izdat », du fait de l’abolition des frontières terrestres et de la capacité d’échange des informations grâce aux technologies. En passant par le numérique, l’éditrice transforme l’objet livre et le rend accessible facilement et à moindre coût – la version papier coûtant une vingtaine d’euros – par-delà les limites spaciales. Selon elle, le tamizdat ne devrait même exister qu’en numérique tant les deux moyens de diffusion de textes possèdent de points communs, mais elle ne peut se résoudre à publier les livres de cette collection uniquement en version numérique car le lectorat des ePub est encore trop faible et elle refuse le support de la tablette Kindle, liseuse électronique distribuée par Amazon. Dans L’Édition électronique26, Marin Dacos et Pierre Mounier évoquent l’augmentation de la pratique du « journalisme citoyen », dans laquelle des amateurs collaborent à l’échange et la diffusion de l’information par la publication de billets, de vidéos, ou en intervenant sous forme de commentaires, sur des sites comme Rue89 en France, Indymedia, Alternet ou Samizdat aux États-Unis. Le caractère quelquefois explicitement militant de ces plateformes, qui semblent répondre à « un besoin de vérité au sein de la société civile27 » n’est pas sans rappeler les phénomènes du samizdat et tamizdat. En 2005, l’association Reporters sans frontières a même mis à disposition des journalistes amateurs en herbe un Guide pratique du blogueur et du cyberdissident.

Si les salons restent les lieux de vente les plus attractifs pour cette collection, Virginie Symaniec déplore parfois le manque de réel intérêt du public pour les motivations profondes et les enjeux à l’origine de la publication de ces ouvrages, certains clients achetant ces livres simplement parce que le titre sur la couverture est en cyrillique et qu’ils pourraient donc faire de bons cadeaux pour tel ou tel ami d’origine russe. Néanmoins, ces ventes en direct réservent de belles surprises car les livres semblent y passer de mains en mains, de manière traditionnelle comme au temps de l’Union soviétique, image importante parce que symbolique pour l’éditrice.

La collection « Tam@izdat » est logiquement difficile à valoriser, car les livres qu’elle intègre font polémique dans les milieux russophones pro Poutine, où de nombreuses personnes, d’après l’éditrice, ont travaillé contre ce projet de collection et ne peuvent recevoir ce que décrit Alain Besançon dans son ouvrage, l’auteur étant lui-même caractérisé depuis longtemps. Parmi tous les médias susceptibles de faire la promotion de la collection que l’éditrice avait alertés, seul un journal biélorussien a accepté de la présenter.

Retrouvez Virginie Symaniec en interview à l’occasion des Journées du livre russe

Longtemps associé à la notion de dissidence politique, le mouvement de migration vers l’étranger est toujours d’actualité en Russie, et la situation politique du pays ainsi que sa mainmise sur la liberté d’expression vont de pair avec de nouvelles formes d’autoritarisme et de censure par le biais des nouvelles technologies. Les phénomènes de samizdat et tamizdat, se développant en parallèle, ont en quelque sorte anticipé ce que l’on appelle aujourd’hui la globalisation ou mondialisation culturelle en Occident que l’on a vu s’accroître grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les frontières tendent à s’effacer et les dialogues d’une culture à l’autre sont facilités par le biais de l’Internet. Une culture souterraine se forge avec la création de blogs comme une forme de samizdat, supports d’informations diffusés sur la toile dont on produit et gère soi-même le contenu. Le contrôle des médias en Russie, notamment la télévision et la presse, n’a cessé de se renforcer depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, qui enchaîne deux mandats de 2000 à 2008, puis se voit réélu en 2012 et est actuellement en fonction jusqu’en 201828. Si Internet semble représenter un espace d’expression plus libre, de nombreux sites et blogs sont surveillés, bloqués et supprimés par la censure. Un tamizdat « digital » pourrait alors voir le jour29.

Le Ver à Soie conçoit sa collection « Tam@izdat » comme une nécessité : elle doit permettre « de poursuivre l’œuvre de témoignage sur les conséquences à “hauteur d’hommes” de la pensée autoritaire30 » des quelques écrivains emblématiques du XXe siècle qui ont réussi à bouleverser le monde et à changer le regard sur leur pays d’origine depuis l’étranger grâce à cette pratique du tamizdat, tel Alexandre Soljenitsyne. « Tam@izdat » désire reprendre ce flambeau en accueillant en son sein des ouvrages difficilement publiables et aux possibilités de diffusion restreintes dans leur pays cible ou d’origine, privilégiant pour l’instant la Russie et les pays de l’Est sous son influence, avec la langue russe « pensée comme une lingua franca, accessible au plus grand nombre31 », et notamment aux russophones établis en France mais aussi ailleurs dans le monde. Progressivement, il n’est cependant pas exclu que d’autres langues de pays où la censure sévit soient intégrées dans la collection, qui se veut porte-parole des voix qui luttent contre le mensonge et l’oppression sur leur propre sol.

Tant que la situation en Russie ne changera pas, les ventes resteront faibles, les éditeurs étant totalement tributaires du contexte politique qui les entoure. Virginie Symaniec pense avoir fondé cette collection au moment le moins propice, les Russes n’ayant surtout pas envie de lire ce genre de textes en cette période32. Cependant, cela paraît être l’enjeu de tout tamizdat, et n’est-ce pas lorsque les idées dérangent le plus qu’elles sont le plus à même de marquer les esprits ?

Un grand merci à l’éditrice, Virginie Symaniec, avec qui nous avons échangé en octobre 2016 pour que cet article puisse voir le jour.

Notes

1 Chiffres-clés 2013, Statistiques de la culture, Ministère de la Culture et de la Communication, La Documentation française, 2013.
2 Index Translationum, UNESCO, « Top 10 des langues traduites vers une langue cible donnée ».
L’anglais est la première langue traduite vers le russe, puis vient le français, suivi de l’allemand. Selon la fiche consacrée à la Russie du portail FranceLivre, 14 333 ouvrages provenant de 94 pays ont été traduits en russe en 2011, ce qui représente 11,7 % de la production sur le marché du livre en Russie. 61 % du total des intraductions sont des livres anglais, 9 % sont des livres français. Concernant l’extraduction, 1185 titres russes ont été traduits dans le monde, majoritairement en anglais. Les échanges entre la France et la Russie sur le plan littéraire sont donc a priori assez riches. Voir la fiche Russie du portail FranceLivre.
3 NOVIKOV, Vladimir, « Les quatre conjonctures littéraires du XXe siècle », traduction par Hélène Mélat, Revue Russe n° 13 : La Russie aujourd’hui, 1998, p. 7-15.
4 KIND-KOVÀCS, Friederike, LABOV, Jessie, Samizdat, tamizdat and beyond : transnational media during and after socialism, New York, Oxford, Berghahn Books, 2013, p. 19.
5 FERNANDEZ, Dominique, « Soljenitsyne », Dictionnaire amoureux de la Russie, Paris, Plon, 2004, p. 677-685.
6 MILETITCH, Nicolas, « Il y a 40 ans, L’Archipel du goulag était révélé à l’Occident par Soljenitsyne », La Presse.ca.
7 Interview de Virginie Symaniec aux Journées du livre russe 2014.
8 Ibid.
9 Site de la maison d’édition Le Ver à Soie.
10 Index Translationum, UNESCO, « Top 10 des auteurs traduits dans un pays donné ». En Russie c’est un Français, Alexandre Dumas, qui arrive en première position des dix auteurs les plus traduits, suivi par Hans Christian Andersen puis d’autres auteurs classiques allemands et anglais. Si les échanges franco-russes sur le plan littéraire ne sont pas négligeables, ils reposent malgré tout beaucoup sur les écrivains classiques et reconnus.
11 L’auteur affirme avoir écrit ce livre avec « une immense colère », non envers la Russie, mais envers ce qu’il appelle « l’illusion française » : la France et les Français qui ne savent pas réfléchir correctement à la Russie et sont parasités par une image idéalisée et préconçue de ce pays, celle des tsars et des palais, de la neige, de la vodka et des ours, mais aussi celle soutenue politiquement tantôt par la gauche durant le XXe siècle – l’idée du développement économique par le communisme mais aussi le communisme comme prolongation de la Révolution de 1789 –, tantôt par la droite actuellement, approuvant les nombreux interdits sociaux qui existent en Russie comme un modèle qui sauverait l’Europe de l’Ouest de la décadence et de la montée de la radicalisation islamiste – homosexualité réprouvée, manifestations féministes durement sanctionnées.
12 Loi adoptée en 2013 suite à l’affaire des Pussy Riot, un groupe de jeunes femmes contestataires condamnées à deux ans de camp pour avoir chanté une chanson contre Poutine dans la cathédrale de Moscou, sous la coupe de laquelle peut tomber n’importe quel livre critique en Russie.
13 D’ailleurs, ce titre est écrit entre guillemets : « Sainte Russie » et non Sainte Russie. Cette différence justifie dès le titre l’inscription du livre d’Alain Besançon dans la pratique du tamizdat, selon Léonid Guirchovitch. En effet, on comprend dès la couverture, si l’on est attentif, qu’il s’agit d’une expression, et que le contenu du livre ne pourra qu’être à charge et critique, donc impubliable en Russie.
14 BESANÇON, Alain, « Sainte Russie », Canal Académie, le 2 décembre 2012.
15 Interview de Virginie Symaniec aux Journées du livre russe 2014.
16 BREEN, Julia, « Quand le monde parlera russe », Le Courrier de Russie, le 28 janvier 2014.
17 « Le nombre de russophones en 2025 », Courrier international, le 17 août 2006.
18 PARFENOV, Michel, « D’encre et d’exil – trajectoires russes », Centre Pompidou.fr, novembre 2012.
19 GALSTYAN, Garik, « Les mouvements migratoires », [sd].
20 RADVANYI, Jean (dir.), La Nouvelle Russie, Paris, Armand Colin, 2007, p. 72-73.
21 DEMIDOFF, Maureen, « La communauté russe en France est « éclectique ». Rencontre avec Elena Iakounina, rédactrice et fondatrice de l’Observateur russe, unique journal franco-russe en France. », Russie Info, le magazine francophone sur la Russie, le 30 octobre 2014.
22 Ibid.
23 Notes issues d’un échange de mails avec l’éditrice fin octobre 2016. Nous tenons ici à la remercier du temps qu’elle nous a accordé.
24 Ibid.
25 Interview de Virginie Symaniec aux Journées du livre russe 2014.
26 DACOS, Marin, MOUNIER, Pierre, L’Édition électronique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2010.
27 Ibid, p. 92.
28 Fiche Russie du portail FranceLivre. En plus de ce contrôle des médias, nous pouvons noter que le paysage éditorial russe est très fortement concentré car basé sur dix grandes maisons d’édition situées à Moscou et Saint-Pétersbourg, qui produisent 50 % des titres publiés sur le marché. Un véritable géant a notamment été formé par la fusion des deux leaders du marché, Eksmo et AST. Ainsi, la diversité éditoriale a du mal à trouver sa place.
29 KIND-KOVÀCS, Friederike, LABOV, Jessie, Samizdat, tamizdat and beyond : transnational media during and after socialism, New York, Oxford, Berghahn Books, 2013, p. 237.
30 Site de la maison d’édition Le Ver à Soie.
31 Ibid.
32 Fiche Russie du portail FranceLivre. En Russie, les pratiques de lecture révèlent par ailleurs la diminution du lectorat en général depuis 1991. En 2009, 36 % des personnes interrogées lors d’une enquête déclaraient ne presque jamais lire et 60 % confiaient ne pas acheter de livres.

Bibliographie

Ouvrages cités

  • BENOVÁ, Jana, Café Hyène, Paris, Le Ver à Soie, coll. « 100 000 signes », 2012.
  • BESANÇON, Alain, « Sainte Russie », Paris, Éditions de Fallois, 2012.
  • DACOS, Marin, MOUNIER, Pierre, L’Édition électronique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2010.
  • DUMITRESCU, Sorin, Irrévocable !, Paris, Le Ver à Soie, 2015.
  • FERNANDEZ, Dominique, « Soljenitsyne », Dictionnaire amoureux de la Russie, Paris, Plon, 2004.
  • FIVET, Luc, Marche ou rêve, Paris, Le Ver à Soie, coll. « 200 000 signes », 2015.
  • FRISON, Philippe, SEVASTYANOVA, Olga, Novgorod ou la Russie oubliée, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Histoires effacées », 2015.
  • GIEDROYC, Jerzy, Kultura, Paris, Instytut Literacki, 1947.
  • GRACIET, Pascale, Le Petit Arbre Plume, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Minuscules », 2016.
  • KHRAPUNOV, Viktor, Nazarbaev, votre ami le dictateur, Paris, Éditions du Moment, 2013.
  • KIND-KOVÀCS, Friederike, LABOV, Jessie, Samizdat, tamizdat and beyond : transnational media during and after socialism, New York, Oxford, Berghahn Books, 2013.
  • LACOTTE, Elza, La Déesse des vers à soie, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Minuscules », 2014
  • VOLKINA, Vala, Les esprits moldaves voyagent-ils toujours en bus vers l’Ukraine ?, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Sam e-zdat », 2013.
  • MÁTÉ, Angi, Mamou, Paris, Le Ver à Soie, coll. « 50 000 signes », 2013.
  • PASTERNAK, Boris, Docteur Jivago, Milan, Feltrinelli Editore, 1957.
  • POSENER, Constance, Mon cousin Hugo, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Minuscules », 2013.
  • RADVANYI, Jean (dir.), La Nouvelle Russie, Paris, Armand Colin, 2007.
  • RYBAKOVA, Maria, Couteau tranchant pour un cœur tendre, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Le Russe cosmopolite », 2016.
  • RYBAKOVA, Maria, Confrérie des perdants, Paris, Seuil, 2006.
  • SCHLEEF, Einar, Désordre, Paris, Le Ver à Soie, coll. « Les Germanophonies », 2014.
  • SCHLEEF, Einar, Gertrud, Berlin, Suhrkamp Verlag, 1980.
  • SOLER, Tristan, Fjall, aux confins du monde, Paris, Le Ver à Soie, coll. « 50 000 signes », 2015.
  • SOLJENITSYNE, Alexandre, Une journée d’Ivan Denissovitch, Moscou, Novy Mir, 1962.
  • SOLJENITSYNE, Alexandre, L’Archipel du goulag, Paris, Seuil, 1974.
  • WASSERMAN, Michel, AZIMI, Nassrine, Dernier bateau pour Yokohama, Paris, Le Ver à Soie, 2015.
  • Guide pratique du blogueur et du cyberdissident, Reporters Sans Frontières, 2005.

La russophonie dans le monde et en France

Le tamizdat

Autour de et dans la collection « Tam@izdat » du Ver à Soie

Pour aller plus loin

Autour de la Russie

  • PEETERS, Marguerite, La mondialisation de la révolution culturelle occidentale, Paris, Éditions François-Xavier de Guibert, 2012.
  • KAGARLITSKI, Boris, « La russophobie : une « machine qui déraille » », Le Courrier de Russie, février 2017.
  • KORLAKOV, Andrej, Culture russe en exil : 1917-1947, Éditeurs Réunis, 2012.
  • MALIA, Martin, La tragédie soviétique: histoire du socialisme en Russie 1917-1991, Paris, Seuil, 1995.
  • NICOLINI, Isabelle, « L’émigration russe en France, “La recomposition d’un espace de l’entre-soi” comme exutoire », CAIRN, 2010.
  • NIQUEUX, Michel, « La question russe : essais sur le nationalisme russe », Revue des études slaves, 1993.
  • VENTURI, Franco, Les intellectuels, le peuple et la révolution : histoire du populisme russe au XIXe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1972.

 

Citer ce billet : Pauline Bourrilly, "La collection « Tam@izdat » du Ver à Soie : traduire la politique en russe", Monde du Livre, 19 septembre 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6933.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *