Que fait-on pour les enfants à la BnF aujourd’hui ? Une offre numérique en développement

Bibliothèque nationale de France

Bibliothèque nationale de France, Source: Crédit: Guillaume Gogo, CC 2.0.

Le Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres

Alors qu’aux États-Unis les enfants peuvent déjà, au début du XXe siècle, bénéficier de lieux pour pratiquer la lecture, en France les bibliothèques pour enfants ne voient le jour qu’après la première guerre mondiale. L’Heure Joyeuse, première bibliothèque publique et gratuite avec salle de lecture pour les enfants, ouvre ses portes à Paris en novembre 1924 sur le modèle anglo-saxon. Elle incarne un grand bouleversement dans le monde des bibliothèques publiques et de la pédagogie et connaît un succès retentissant. Pour la première fois, l’esprit critique des jeunes lecteurs est encouragé, de même que leur autonomie, et la notion de plaisir est placée au premier plan.

La petite bibliothèque ronde à Clamart

La petite bibliothèque ronde à Clamart, Source: Crédit: Marle D Martel, CC 2.0.

Néanmoins, seulement une vingtaine de bibliothèques pour la jeunesse seront créées en France à la suite de l’Heure Joyeuse entre 1924 et 1945. Après la seconde guerre mondiale, ce sont en majorité des sections jeunesse au sein des bibliothèques municipales qui sont ouvertes. La seule exception est une structure entièrement dédiée aux enfants qui a fait date dans l’histoire des bibliothèques et dont l’esprit reste aujourd’hui incarné dans le Centre national de littérature pour la jeunesse de la Bibliothèque nationale de France : La Joie par les livres. Née en 1963 sur la volonté de la mécène Anne Gruner-Schlumberger, La Joie par les livres s’adresse aux enfants d’un quartier populaire de la ville de Clamart. L’architecte Gérard Thurnauer conçoit pour elle un bâtiment rond qui lui vaut le surnom de « petite bibliothèque ronde ». Des livres, mais aussi des expositions et toutes sortes d’approches de la lecture sont alors à disposition des enfants dans ce lieu dirigé par trois bibliothécaires : Lise Encrevé, Christine Chatain et Geneviève Patte, qui a dirigé la Joie par les livres jusqu’en mars 2001.

Le Centre national de la littérature pour la jeunesse se donne quatre missions principales : opérer une veille de la production pour la jeunesse dans ce qu’elle propose de meilleur et promouvoir sa qualité ; assurer des formations auprès des professionnels et des médiateurs du livre pour la jeunesse, proposer en outre des analyses critiques d’œuvres, des publications et des journées d’étude ; encourager et favoriser l’accès des enfants au livre et à la lecture ; aider au développement des bibliothèques pour la jeunesse et des actions autour de la littérature pour enfants en France et dans le monde, notamment dans les pays défavorisés.

Le premier comité de lecture est mis en place afin d’analyser les ouvrages avant achat, pratique qui a de nos jours été largement adoptée dans les bibliothèques publiques. Ce travail d’analyse et de critique est réuni dès 1965 dans un « bulletin d’analyse de livres pour enfants », qui devient en 1976 la Revue des livres pour enfants, éditée aujourd’hui par le CNLJ. En 1967, le Bulletin, l’association et le centre de documentation se détachent des locaux de la bibliothèque et s’installent à Paris pour mener à bien le travail approfondi d’analyse et de critique. Très vite, la Joie par les livres gagne une responsabilité nationale et étend son rayonnement à l’international grâce aux actions de formations professionnelles qu’elle met en œuvre. Alors que la ville de Clamart devient, en 1973, unique propriétaire de la bibliothèque (qui était jusqu’alors sous mécénat), la Joie par les livres est rattachée à la Direction du Livre et de la Lecture en 1997 et est subventionnée par le ministère des Affaires étrangères. En 2001, elle lance son site Internet et regroupe ses diverses activités (centre de ressources, publications, formations…) sur un même lieu à Paris, ouvert au public en 2005.

En avril 2007, il est décidé que la bibliothèque des enfants de Clamart ne ferait plus partie de la Joie par les livres et qu’elle serait confiée à une association créée par Geneviève Patte. L’année suivante, la Joie par les livres intègre le département Littérature et Art de la BnF afin d’y perpétuer ses activités de publication, formation, documentation, conservation et valorisation de la littérature de jeunesse 1. Le centre de ressources du CNLJ se situe dans la salle I de la BnF, en haut-de-jardin du site François-Mitterrand. Le fonds documentaire compte 305 000 documents dont 30 000 en libre accès, et peut être consulté par n’importe quel curieux, professionnel ou non, s’intéressant à la littérature de jeunesse, suivant les conditions d’accès générales de la Bibliothèque. Les ouvrages en magasins, qui conservent les fonds patrimoniaux, ne peuvent être communiqués qu’aux lecteurs disposant d’une carte d’abonnement annuelle. On trouve dans ces fonds la totalité de la production éditoriale française pour la jeunesse depuis 1950, dont des affiches, des documents audiovisuels et multimédia ; des documents de la production francophone d’Afrique subsaharienne et du Monde arabe ; une collection de 15 000 ouvrages en langues étrangères du monde entier ; un fonds spécialisé consacré au conte ; un fonds de livres de référence ; et un fonds de livres anciens, rares et précieux datant du XVIIIe siècle.

La numérisation et la section littérature de jeunesse dans Gallica

Grâce à la numérisation, ces trésors patrimoniaux sont désormais accessibles à distance sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires issus de la coopération nationale, née en 1997, où sont consultables en ligne plusieurs millions de documents. La coopération nationale, inscrite dès le début dans les missions principales de la BnF, touche aussi le CNLJ dans le cadre de la conservation partagée de la littérature de jeunesse. Par le biais de ces partenariats, entre autres, Gallica s’enrichit chaque semaine de milliers de nouveautés.

Depuis 2009, la Bibliothèque nationale de France soutient dans cette optique la numérisation de collections patrimoniales françaises provenant de bibliothèques partenaires très variées 2. En 2015, le réseau des partenaires de Gallica comptait 305 institutions participant à un travail collaboratif avec la BnF dans le cadre d’un marché de numérisation subventionné par cette dernière. Sont numérisés les documents s’étant élevés dans le domaine public ou dont les droits ont été négociés, en français, latin et allemand. Les principaux objectifs de ce programme de numérisation concertée sont de façonner un ensemble le plus vaste possible de ressources patrimoniales accessibles numériquement, de diffuser les collections numérisées et ainsi permettre un enrichissement mutuel, en termes qualitatif et quantitatif, de toutes les différentes bibliothèques numériques partenaires et de Gallica, et d’offrir par ce biais une visibilité accrue de la langue et de la culture françaises sur Internet. La richesse des bibliothèques françaises, la BnF mise à part, est par conséquent valorisée et les usagers internautes se voient conférer un accès aisé, gratuit, illimité et délocalisé à des contenus rares, anciens, méconnus, et qui représentent un patrimoine national mais aussi régional et local.

L’opération de numérisation constitue le cœur de tout projet numérique et non pas la finalité. L’intérêt d’un tel projet, dans une optique coopérative, réside en amont dans la sélection conjointe des documents à numériser, mais aussi dans les multiples actions de valorisation en aval (mise en ligne, référencement croisé des collections numérisées via le protocole OAI-PMH, accompagnement éditorial, rédaction d’articles, diffusion auprès des chercheurs…). Pour tout projet numérique, la démarche concertée a un effet démultiplicateur en termes de visibilité, d’usages et de mutualisation des ressources.

Bibliothèque l'Heure Joyeuse

Bibliothèque l’Heure Joyeuse, source : Wikimedia Commons

La numérisation concertée pour la littérature de jeunesse est un phénomène récent : en 2013, le marché de numérisation de la BnF s’est ouvert aux partenaires, et 700 titres des fonds de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse à Paris ont été numérisés. Ils se sont ajoutés aux 1 500 titres patrimoniaux pour la jeunesse déjà présents dans Gallica, dont on peut faire grand usage en les exploitant pour la recherche, pour mettre en place des expositions virtuelles, ou bien comme support pédagogique pour des classes, etc. Le tout premier appel à initiatives de numérisation concertée des imprimés en littérature de jeunesse a été lancé en novembre 2014 par la BnF et la médiathèque Françoise Sagan à Paris, où sont conservés les fonds patrimoniaux de l’Heure Joyeuse 3. Le principe est identique à la numérisation concertée générale, mais s’adapte plus spécifiquement à la littérature pour enfants. Une aide à la sélection des corpus a été proposée par la BnF, avec une série d’auteurs, d’illustrateurs, d’éditeurs et les grandes thématiques — les abécédaires, les ouvrages de Benjamin Rabier, etc.

Deux axes de sélection étaient attendus, le premier concernant les livres d’images et les albums (abécédaires, albums de coloriages…), le second portant sur les romans et les textes illustrés (contes, livres de prix, biographies…). Dans tous les cas, il s’agissait d’ouvrages patrimoniaux, c’est-à-dire élevés dans le domaine public — dont les décès des auteurs et illustrateurs remontent à 70 ans au minimum. Les dossiers de candidatures ont été déposés en avril 2015. Après évaluation, huit projets ont été retenus : les bibliothèques de Lyon, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Nice, Sèvres, Boulogne-Billancourt, et la BMVR de Marseille, représentée par l’Île aux livres. Ce premier appel à initiatives permettra, selon la BnF, de numériser 1 100 volumes pour 210 000 pages. Plus de 100 ouvrages du fonds patrimonial de l’Île aux livres ont été sélectionnés. Parmi eux se trouvent des dons de particuliers et des acquisitions, notamment des achats — de robinsonnades et d’albums illustrés par André Hellé — réalisés pour l’exposition de 2013 sur les « Expéditions imaginaires » ainsi que pour l’exposition « Les jouets font la guerre : André Hellé 1914-1918 » qui a eu lieu à l’Alcazar en 2014. La numérisation leur permettra en outre de faire survivre un souvenir de ces expositions.

Couverture de Gedeon Mecano

Couverture de Gedeon Mecano, Benjamin Rabier, Source: VCU Librarles, CC 2.0.

Parfois, certains livres sélectionnés pour la numérisation existent déjà dans Gallica, mais en noir et blanc seulement, ou bien font l’objet d’une numérisation de basse qualité avec des illustrations trop sombres ou des images manquantes. Il est donc avantageux pour la BnF de faire appel à d’autres bibliothèques pour numériser à nouveau des ouvrages en les mettant réellement en valeur grâce à la couleur, par exemple. Les textes bénéficient également tous de l’OCR, un « système de reconnaissance optique des caractères » qui donne une possibilité de recherche par mots clés dans le texte, ce qui peut se révéler pratique pour les usagers qui souhaitent travailler sur un texte en particulier et trouver, par exemple, la fréquence à laquelle un mot est utilisé.

L’offre numérique de la BnF pour les enfants

Nous l’aurons compris, la section consacrée à la littérature de jeunesse dans Gallica est déjà bien riche et ne cessera de se développer au fil des partenariats avec les bibliothèques françaises. Elle comporte principalement deux grandes catégories, l’une dédiée aux abécédaires de la fin du XVIIIe jusqu’au début du XXe siècles et l’autre à la presse enfantine 4. Néanmoins, l’offre numérique de la BnF en littérature pour la jeunesse n’est pas uniquement réservée aux chercheurs, adultes passionnés ou nostalgiques. Depuis quelques années, par l’intermédiaire de La Joie par les livres, des contenus sont également accessibles aux plus jeunes, les œuvres patrimoniales retrouvant en quelque sorte leur premier public, les enfants.

Tout d’abord, sur la page d’accueil de Gallica, la rubrique « La Fabrique » guide l’internaute vers huit pages de La Jungle chez moi de Turenne Chevallereau datant de 1938, ouvrage de découpage numérisé en couleurs, à imprimer pour que l’enfant puisse reconstituer des animaux en papiers pliés 5. Ensuite, la Bibliothèque numérique des enfants (BnE), créée en 2010, est un espace en ligne dédié aux enfants âgés de 6 à 12 ans 6. Elle se présente comme « une véritable introduction à l’univers de l’écrit et de l’image » où les enfants peuvent naviguer seuls ou avec l’aide d’un adulte en parcourant des encyclopédies, des livres de contes, d’art ou de poésie, des abécédaires et des imagiers, des récits de fiction ou d’aventures, tous issus des collections de la BnF. Des parcours interactifs offrent la possibilité d’explorer des salles de lecture, des cabinets de curiosités, des galeries d’images virtuelles ou encore une réserve des livres rares, afin d’admirer des fac-similés numériques, d’écouter les récits contés et les commentaires, de découvrir l’histoire des écritures, de s’amuser à décoder des messages secrets, de concevoir un album ou une exposition… Plusieurs centaines de livres de jeunesse contemporains publiés à L’École des loisirs, Actes Sud junior, Gallimard jeunesse ou Nathan sont également disponibles sur la BnE. Une rubrique consacrée aux enseignants donne des pistes pour utiliser ces matériaux dans le cadre scolaire.

logo de gallicadabra

logo de gallicadabra Lire sous les tilleuls

Enfin, la dernière nouveauté en date est l’application Gallicadabra, qui a vu le jour début mars 2017. Destinée aux tout jeunes enfants, à partir de 3 ans, Gallicadabra est une application de lecture sur tablette, téléchargeable gratuitement en version iOS et bientôt disponible dans sa version Android. Elle peut être utilisée avec ou sans l’aide d’un adulte, hors connexion et sans wifi. Ludique et intuitive, la « petite sœur » de Gallica correspond à une bibliothèque numérique où l’on peut trouver des contes, des imagiers, des fables et des abécédaires sélectionnés par le CNLJ dans les collections patrimoniales de la BnF, dont les images sont à contempler et le texte, quelquefois lu par des comédiens, est à écouter. Une sélection d’images d’animaux issues des collections iconographiques de la BnF (estampes, lithographies ou gravures) est également disponible sur Gallicadabra, chaque animal correspondant à une lettre de l’alphabet. Encore à l’essai, l’application fait l’objet d’études d’usages en vue d’améliorations. Les collections pour petits et grands s’entrecroisent, les époques s’enchevêtrent : c’est à un voyage dans le temps et à travers les arts auquel nous convie la Bibliothèque.

En élargissant son panel d’offre numérique à la littérature pour enfants, la Bibliothèque nationale de France, par le biais du CNLJ La Joie par les livres, parvient ainsi à toucher un public (très) jeune, encore guidé dans ses choix par des adultes, mais qui bien souvent est déjà familier et friand des équipements électroniques. Même si l’application Gallicadabra ne fonctionne pour l’instant qu’avec les équipements d’Apple, restreignant dès lors son accès, il semble qu’on ne puisse qu’encourager de telles initiatives à l’égard des enfants provenant d’une institution comme la BnF. Le patrimoine de la littérature pour la jeunesse se fraye un passage, doucement, mais sûrement.


Notes

1 Voir l’historique du Centre national de littérature pour la jeunesse.

2 BnF, « Gallica et la numérisation concertée », BnF.fr, 7 juillet 2017.

3 BnF, « Appel à initiatives de numérisation et de valorisation concertées 2015 – 2017 », BnF.fr, 27 avril 2015.

4 Section littérature de jeunesse dans Gallica.

5 Rubrique « La Fabrique » sur Gallica.

6 La Bibliothèque numérique des enfants est une plateforme de jeux en ligne à partir des ressources numérisées de littérature de jeunesse de la BnF.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Pauline Bourrilly, "Que fait-on pour les enfants à la BnF aujourd’hui ? Une offre numérique en développement", Monde du Livre, 5 septembre 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6989.

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *