L’agent littéraire en France : entre réalité et perplexité

La foire de Francfort, plus grande foire de livres mondiale et rendez-vous incontournable pour les agents littéraires Photo prise à l'occasion de l'édition 2013 de la foire, pour le blog "Actuallité"

La foire de Francfort, plus grande foire de livres mondiale et rendez-vous incontournable pour les agents littéraires
Photo prise à l’occasion de l’édition 2013.
crédits:  « Actuallité » , Frankfurt Book Fair 2013, licence CC BY-SA 2.0

Résumé : L’agent littéraire est une figure de plus en plus présente dans le monde éditorial mondial. Dans les pays anglosaxons, il est reconnu comme étant un corps de métier indispensable à la mise en place d’une publication. Pourtant, la France a encore beaucoup de mal à accepter ce métier qui n’est toujours pas reconnu. Pour quelles raisons refuse-t-on de laisser la place à ce nouveau maillon de la chaîne éditoriale ?

Force est de constater qu’à l’image de l’évolution du milieu face au numérique, il est peut-être temps de revoir les pratiques éditoriales françaises pour laisser la place à de nouvelles professions.

Abstract : The literary agent is a figure who has become increasingly conspicuous in global publishing. In English-speaking countries, he or she is acknowledged as an essential and professional source of help in the preparation of any publication. France, however, has been reluctant to recognise this profession. What are the reasons that lead to the rejection of this new element in the publishing process?
It seems obvious now that, just as digital technology has transformed the book sector, the time may have come for French editorial practices to be changed and to allow new professions to emerge.

(Traduction :  membres du carnet EN-globe)

« À travers la question de l’agent est posée la question de la relation entre l’auteur et son éditeur.  »

L’agent littéraire est un nouveau corps de métier dont nous entendons de plus en plus parler dans le milieu éditorial. La Foire internationale de Francfort leur consacre aujourd’hui un étage entier. Mais si le métier est reconnu internationalement, il a encore du mal à se faire une place en tant que tel dans le monde littéraire français. Pour quelles raisons la France fait-elle encore de la résistance ?

La place de l’agent littéraire se situe entre l’auteur et l’éditeur. Il est un maillon de plus dans la chaîne qui transforme un manuscrit en publication. Le statut du métier en France n’est pas reconnu officiellement et certains travaillent sous le chapeau d’agent artistique, en free-lance, pour le compte d’agences ou encore déclarés comme auto-entrepreneurs. De ce fait, ils fixent eux-mêmes les commissions qu’ils touchent lors de la cession de droits. Ces commissions peuvent aller de 10% à 15% pour les droits d’un contrat d’édition et aux environs de 20% pour les cessions de droits à l’étranger et de droits audiovisuels.

Les agents ont pour mission d’aider les auteurs à s’y retrouver dans les engrenages complexes de la machine éditoriale. Bien souvent, ce sont d’anciens éditeurs et ils connaissent les différentes politiques éditoriales des maisons, les demandes du marché et les complexités des relations commerciales. Ils peuvent ainsi travailler le manuscrit avec leurs auteurs et les conseiller sur les structures auxquelles envoyer leurs manuscrits. Ils sont aussi capables de négocier les contrats d’édition avec les éditeurs, jusqu’au montant de l’avance que touchera l’auteur. En effet, il est difficile pour un auteur de s’y retrouver entre droits d’auteur et copyright, le milieu éditorial brandissant sans cesse la carte de la protection des droits patrimoniaux pour proposer des contrats souvent très exigeants. Les agents permettent ainsi aux auteurs de lire entre les lignes de leurs contrats, et de ne pas accepter n’importe quelle offre sous prétexte d’une opportunité.

Ce corps de métier se propose aussi pour le travail de suivi d’une œuvre après sa publication. Les maisons d’édition ayant souvent beaucoup d’œuvres à gérer, l’agent est plus disponible pour faire attention non seulement au suivi promotionnel mais également à la disponibilité de l’ouvrage et à sa représentation en librairie.

Le métier d’agent littéraire comporte donc de multiples facettes. N’ayant pas de formation spécifique ou de statut officiel en France, qui impliquerait alors des règles régissant le secteur, la profession impose une grande polyvalence, allant des compétences juridiques aux compétences commerciales, en passant par un grand sens de la diplomatie.

Si la définition du métier est globalement la même dans le monde entier, sa reconnaissance est bien différente en France. Dans les pays anglosaxons on compte énormément d’agents littéraires. Selon Lynn Nesbit, un agent reconnu aux États-Unis, le pays compterait plus d’agents que d’auteurs. En France, on n’en compte qu’une trentaine, tous types confondus, dont les deux tiers sont basés à Paris. Si la reconnaissance du métier n’a pas encore aboutie dans le pays, cela est en grande partie due à un manque d’organisation et de réglementation des pratiques, influant ainsi sur la visibilité de la profession.

Ce manque de visibilité en fait un métier flou, peu transparent pour les autres acteurs éditoriaux. Beaucoup ne comprennent pas leur rôle, les pratiques ou l’utilité de la profession. Ce trouble alimente la méfiance à l’égard de cette profession.

Pour des raisons économiques et culturelles, les agents sont pourtant devenus des acteurs à part entière du monde de l’édition dans les pays anglosaxons. Ils sont rassemblés autour d’une association, l’Association of authors agents en Grande-Bretagne ou encore l’Association of authors’ representatives aux États-Unis. Selon Juliette Joste, éditrice chez Grasset, c’est ce genre d’associations d’agents qu’il manque à la France. Elle permettrait ainsi de fédérer le métier pour lui donner non seulement un lieu d’échange sur les pratiques mais également une véritable vitrine, capable de répondre aux interrogations des autres acteurs du monde éditorial et de lever le voile sur la véritable utilité de la profession.

Aujourd’hui, les stéréotypes sur le métier sont bien trop nombreux et l’agent est souvent accusé, à raison, de bouleverser la relation entre l’auteur et l’éditeur. Juliette Joste, en menant une étude pour le MOTif en juin 201033 sur la place de l’agent dans l’édition française, constate qu’en posant « la question de l’agent […] est aussi posée celle de la relation entre l’auteur et son éditeur ».

On voit progressivement apparaître l’agent comme un lien direct entre l’auteur et l’international, ce qui était jusqu’alors l’apanage de l’éditeur. Mais si celui-ci considérait qu’étant le premier à avoir pris le risque de publier une œuvre, il méritait 50% de commissions sur les cessions de droits, l’agent n’en demande que 20%. On voit ainsi de plus en plus de contrats d’édition se signer en dissociant les droits de cessions à l’étranger et les droits audiovisuels. C’est un manque à gagner considérable pour les maisons d’édition.

Mais outre les considérations purement économiques, on accuse notamment le métier de viser trop haut pour les auteurs face à une réalité du marché trop hasardeuse. Une négociation de l’avance d’un auteur trop élevée par rapport aux futures ventes peut ainsi être dangereuse. Pourtant, les agents se défendent en pointant le fait qu’un auteur a besoin d’être rassuré sur la confiance de son éditeur. Une avance donnée par l’éditeur peut être la garantie d’un investissement dans le projet éditorial. En pratique, malheureusement, cet argument n’est pas toujours valable face à l’économie du marché.

En 2007, le SNE (Syndicat National des Écrivains) publiait une note relative à l’arrivée des agents sur le marché français et visant à la « contrôler » et à « éviter sa généralisation ». La note explique qu’il faut conserver « cette manière européenne, voire française, que nous avons de concevoir notre métier et, in fine, de l’avenir de notre culture ». Pourtant, il est prouvé que les éditeurs gardent le contrôle, quoiqu’il arrive, de la chaîne éditoriale.

Mais les éditeurs ne sont pas les seuls à être inquiets. Les auteurs aussi restent prudents, privilégiant leur relation avec l’éditeur qu’ils jugent primordiales. Rares sont ceux qui font plus que confier à un agent le soin de gérer les droits étrangers et audiovisuels.

Pourtant, la France s’ouvre bel et bien à une nouvelle conception de la relation entre l’auteur et l’éditeur. Si les agents ont toujours été du côté de la défense des droits audiovisuels ou de traduction, l’arrivée de l’e-book a changé la donne. Aujourd’hui, les auteurs peuvent facilement publier leurs textes en ligne, sans passer par de tierces personnes. Les plateformes d’autoédition laissent entre 65% et 85% de marge aux auteurs qui, en passant par un éditeur, reçoivent seulement en moyenne entre 10% et 15%. Une situation inquiétante pour les agents également, d’autant plus que le marché du livre numérique se fait une place de plus en plus importante sur le marché du livre. Le rôle des agents en tant qu’intermédiaires diminue donc fortement dans ce type de contexte. Certains se reconvertissent dans le marketing en ligne ou dans les relations publiques, d’autres directement dans l’édition numérique. Certains agents vont même jusqu’à vendre les e-books de leurs auteurs les plus connus via Amazon.
Pour les professionnels, l’implantation et le développement des agents en France est sur la bonne voie. Au fil des ans, la réputation des agents a évolué. La majorité des éditeurs est forcée de travailler avec des agents, de toutes nationalités. François-Marie Samuelson, le plus ancien agent d’auteurs français, envisage favorablement l’avenir de la relation entre éditeur et agent. Les éditeurs s’insurgent quand on parle d’agents mais finissent par travailler avec eux de manière efficace.

On constate d’ailleurs une augmentation de la présence des agents sur la scène médiatique. Rappelons le transfert de Michel Houellebecq de Flammarion vers Bayard, négocié par son agent, François-Marie Samuelson en 2004. Sans oublier le recours par Jonathan Littell à son agent, Andrew Nernberg, pour vendre les droits mondiaux de son best-seller Les Bienveillantes, Gallimard ne détenant que les droits pour l’édition en français. La Foire de Francfort a vu le nombre d’agents présents lors de la manifestation doubler en quelques années. Il reste maintenant à savoir si le phénomène servira la qualité éditoriale dont aime à se vanter l’édition française.

Sources :

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

3

  1. Juliette JOSTE, L’agent littéraire en France : Réalité et perspectives333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 3 février 2015

    […] Article sur la relation entre la France et l’agent littéraire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *