Impressions au Salon de la revue culturelle à Paris : 11 et 12 Octobre 2014

« …Car à la différence des quotidiens, les revues ont une mémoire… » (Christian Doumet, « Accueillir les périodicités », dans La Revue des revues, n°52)

affiche_salon

Affiche réalisée par Bernard Artal

La revue, format d’édition très particulier, permet la rencontre de lecteurs et de genres littéraires ayant beaucoup de difficultés à être diffusés. C’est le cas, par exemple, de la poésie, où l’on constate un besoin d’édition très diversifié et innovant pour attirer son lectorat. On peut donc dire que le format d’édition de la revue permet à tous ces genres peu médiatisés de continuer à exister, car les nouveaux médias et les modes de diffusion de masse traditionnels s’imposent de plus en plus pour promouvoir une littérature de la non diversité.

Continue la lecture

Édito 2014-2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Olympus Digital Camera. photographie sous licence Creative Commons (certains droits réservés),  diffusée par Flickr par Owni /-)

Une nouvelle équipe éditoriale vient d’arriver aux commandes de ce blog consacré au monde du livre et à ses mutations, pour l’année 2014-2015.                                                                                                                   Nous avons souhaité ouvrir cette saison avec cet édito afin de vous faire part de nos envies pour ce blog et de vous annoncer notre nouvelle ligne éditoriale.

Les métiers et leurs évolutions au centre de nos préoccupations

Porteurs de l’héritage laissé par les promotions précédentes nous avons à cœur de continuer le travail déjà commencé. Nous sommes fiers de poursuivre et d’approfondir les réflexions menées par nos prédécesseurs et veillerons à maintenir la qualité des billets.               Si nous nous inscrivons dans la continuité, nous souhaitons cette année axer d’avantage nos billets sur les évolutions et les questionnements que rencontrent nos trois métiers, à savoir la bibliothèque, l’édition et la librairie. Continue la lecture

Littérature de jeunesse : quand les artistes contemporains investissent l’album pour enfant

Couvertures de la collection Art y es-tu

Couvertures de la collection Art y es-tu

Et le génie sort de la boite !

Partons d’un constat : au cours du XXe siècle, le graphisme des albums jeunesse a beaucoup évolué. Des publications du Père Castor, appartenant au groupe Flammarion à partir des années 1930, aux innovations esthétiques des éditions de  L’École des Loisirs1 dans les années 1960, puis du Rouergue2 à partir de 1990 qui publient de jeunes illustrateurs français, multipliant les techniques graphiques diverses et variées, la littérature jeunesse connait un baby boom qui repeuple les premières bibliothèques. La production connait une inflation où se perdent les enfants et surtout les parents, qui sont bien ceux qui passent en caisse en librairie. De plus, notre monde contemporain modifie les règles du jeu : l’émergence de nouveaux médias tel Internet, la mondialisation et les phénomènes de best-sellers font que la jeunesse sait de plus en plus ce qu’elle souhaite lire en fonction des adaptations cinématographiques et des produits dérivés dont découlent certains albums, les éditeurs surfant sur les effets de mode tout en se livrant à la concurrence du marché de l’enfance. Ce contexte tend à uniformiser les publications, les livres perdent l’inventivité qui faisait leur succès, le renouveau graphique s’essouffle dans sa course à la productivité… Continue la lecture

  1. http://www.ecoledesloisirs.fr/index.php []
  2. http://www.lerouergue.com/ []

Coups de cœur sur le salon : Le Petit bonhomme pané – Olivier Douzou, Frédérique Bertrand

Olivier Douzou, Frédérique Bertrand
Le petit bonhomme pané
Éditions du Rouergue, 2011, 50 p., 16 €.

Lorsqu’un petit bonhomme rencontre un vieux croûton rassis et un œuf qui finit par se casser, il en sort tout pané et plein de questions sur son âge : quoi de plus normal, puisqu’il n’est pas né ?

Il entame alors un voyage fantastique à la recherche de son identité et croise sur son chemin d’étranges personnages qui lui révéleront, pas à pas, le secret de sa naissance, de l’arbre à yeux au nuage à âge, en passant par les fleurs nées de la dernière pluie.

À travers jeux de mots et clins d’œil savoureux, Olivier Douzou, directeur artistique des Éditions du Rouergue chez qui l’ouvrage est publié, rend un vibrant hommage à un grand monsieur de la littérature jeunesse, Claude Ponti, et à son univers personnel aussi facétieux que foisonnant.

Accompagné par les illustrations tout en couleurs et références – les poussins ne sont jamais bien loin ! – de Frédérique Bertrand, l’auteur nous embarque dans un conte surréaliste où l’enfance règne en    maître, entre humour et poésie. Un tourbillon de mots et d’aventures sous forme de devinettes. « Mais d’abord, une pontine… »

 Anouk Sauné

La question du prix unique du livre en Europe

shakespeareandco_02-300x336

La librairie Shakespeare & Co à Paris

Vivant en France, dans le pays qui a inauguré la culture du prix unique du livre, on a tendance parfois à sous-estimer l’importance de ce garde-fou qui fait l’impasse de la mentalité néolibérale et sa vision d’un marché en mesure de se rendre spontanément autorégulé, cette vision qui aurait bien voulu gérer le prix du livre comme celui de tout produit de consommation. La mentalité économique prépondérante procède peut-être en justifiant la concentration du capital entre les mains de ces entreprises commerciales qui ont le potentiel de se permettre de pratiquer du discount systématique, mais une politique culturelle qui se veut protectrice du livre ne peut que vouloir la présence de ce dernier dans le plus grand nombre de points de vente possible. La survie de ces points de vente que sont les librairies et la qualité de leurs services et activités sont largement fondées sur la mesure du prix unique qui fait preuve, tout d’abord, d’une conceptualisation privilégiée du livre comme un bien méritant un statut exceptionnel et qui donne, ensuite, la possibilité aux libraires de se lancer dans leur activité de prédilection sans se trouver forcément dans une capitale ou dans une des principales agglomérations, sans occuper une surface spectaculaire ou posséder d’autres atouts séduisants pour attirer la clientèle. En d’autres mots, cette mesure garantit que les libraires ne soient pas obligés de se procurer exclusivement les livres des grandes maisons d’éditions qui peuvent se permettre une diffusion-distribution d’échelle élargie et d’un prix de vente en gros abaissé. Continue la lecture

Le “crime novel” afro-américain : un genre qui ressort de l’ombre

Ségrégation racial-"Negro drinking at "Colored" water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma", Photograph by Russell Lee, July, 1939.

Ségrégation raciale : Negro drinking at “Colored” water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma, photographie de Russell Lee, juillet 1939.
Domaine public.

Le premier roman noir, construit à partir d’une structure typiquement policière, remonte à 1841 avec la publication dans le Graham’s Magazine de Philadelphie du Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe. Quelques décennies après, en France comme en Angleterre, vont paraître les premiers limiers du genre : l’inspecteur Lecoq d’Emile Gaboriau ou encore l’inspecteur Sherlock Holmes de Conan Doyle. Plus tard, le roman détective britannique vivra son âge d’or avec, en particulier, la création par Agatha Christie de son célèbre personnage, Hercule Poirot. Continue la lecture

Quand le cinéma rencontre la littérature

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années :

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années : Nos Étoiles contraires (John Green), La Couleur des sentiments (Kathryn Stockett), Sur La Route (Jack Kerouac) et Homesman (Glendon Swarthout).
Photo prise à la librairie l’alinéa (Martigues). Émilie Azzani, licence CC BY-NC.

Jean-Luc Godart se demandait «  À quoi sert le cinéma, s’il vient après la littérature ? » Le cinéma peut apparemment commencer par réinventer les œuvres littéraires. Depuis ses débuts, le septième art n’a cessé de puiser son inspiration dans les œuvres littéraires. Une grande part des succès de l’âge d’or hollywoodien sont tirés de romans : Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, Les Raisins de la colère de John Steinbeck ou encore les nombreuses adaptations des pièces de Tennessee Williams (La Chatte sur un toit brûlant, Un tramway nommé désir, Soudain l’été dernier…). Certains de ces films sont aujourd’hui aussi connus, voire plus, que les textes originaux : l’adaptation des Oiseaux par Hitchock est plus célèbre que la nouvelle de Daphné Du Maurier qui l’a inspirée. Ce qui est vrai pour le cinéma américain l’est aussi en France : les réalisateurs se sont attachés à porter à l’écran les classiques (on ne compte plus le nombre de films tirés des Misérables) et même la Nouvelle Vague, qui réinvente les règles du jeu, a laissé comme films majeurs, entre autres… des adaptations, comme Le Mépris (tiré d’un roman d’Alberto Moravia). Pourquoi adapter tant de romans ? Quels sont les avantages du point de vue de l’industrie du cinéma, et les éditeurs y trouvent-ils leur compte ? Il semblerait que le marché de l’adaptation soit séduisant pour les deux parties. Continue la lecture

Le marché du manga en France

Une sélection des meilleurs ventes de manga au Japon pour 2013

Une sélection des meilleurs ventes de mangas au Japon pour 2013

Si l’on porte le regard sur le marché de la bande dessinée française ou même, plus largement, francophone, il est impossible de ne pas être frappé par l’importance prise ces dernières années par les mangas en termes de vente comme de notoriété.

D’emblée, il est aisé de constater que les première places du classement des plus gros groupes éditoriaux et maisons d’édition sont en grande partie occupées par des structures assurant l’essentiel de la production de mangas. Les quatre premiers, dans l’ordre décroissant d’importance, sont évidemment le groupe Média-Participations et ses filiales Dargaud et Kana, le groupe Glénat, Delcourt avec Tonkam ainsi que Soleil Manga, et enfin Madrigall (Gallimard-Flammarion) avec Casterman. Outre ces géants éditoriaux, parmi les 9 groupes moins puissants mais au poids économique non négligeable, on retrouve Panini, Pika, Kazé Manga, Bamboo, Ki-oon, Taïfu et enfin Éditis et sa filiale Kurokawa.

Plus précisément, en 2013, Glénat Manga, responsable de 148 nouveaux titres traduits du japonais, reste toujours en pôle position sur ce segment, même si ses principaux concurrents (les éditions Kana et Pika, avec 174 et 196 titres) se maintiennent. Ce secteur est aussi couvert par Delcourt (87 nouveaux titres traduits, auxquels il faut rajouter les 144 de Tonkam et les 141 de Soleil Manga), Kurokawa (85), Ki-oon (106), Kazé Manga/Asuka (165), Panini Manga (123), Taïfu/Ototo (101), Bamboo avec Doki-Doki (43) et Casterman avec Sakka (15).1)

Le secteur du manga est donc rien moins que négligeable et ses évolutions méritent d’être étudiées tant il est vrai qu’il constitue un secteur majeur au sein du marché de la bande dessinée française. Notons d’emblée que nous suivrons ici l’usage courant qui consiste à utiliser le terme manga de façon générique pour désigner tout à la fois les mangas au sens strict (bandes dessinées spécifiquement japonaises) et les bandes dessinées non japonaises mais respectant les codes des productions populaires nippons (manhwas coréens et manhuas chinois notamment). Continue la lecture

Que peut-on dire aux adolescents dans la littérature ?

Qui a peur de la littérature ado? Annie Rolland

Qui a peur de la littérature ado ?, couverture du livre d’Annie Rolland, Thierry Magnier, 2008

L’adolescent constitue un public à part. Selon l’Encyclopædia Universalis, l’adolescence est une période de la vie « caractérisée par les profondes modifications qui vont transformer l’enfant en un adulte1 ».

Ce public jeune est donc considéré comme un lectorat sensible. Certains romans pour adolescents se retrouvent alors censurés ou ne trouvent pas d’éditeurs, autant en raison de leurs problématiques dérangeantes que de la façon dont celles-ci sont traitées. En effet, une problématique n’est plus aussi dérangeante suivant la manière dont elle est abordée. Les contes, par exemple, utilisent pour cela le mode symbolique. En revanche, la  présenter telle quelle ne laisse aucune place à la distanciation ou à des conclusions « réparatrices ».

On sait aujourd’hui que le roman pour adolescents a connu de profonds changements et que les années 1980, avec l’importation des Problem Novels américains (Robert Cormier, Judy Blume…), ont consacré l’émergence d’un genre qui aborde de front les thèmes tabous les plus attendus par ses lecteurs : l’amour, le sexe, la violence et la mort.

Or, ces sujets méritent d’être abordés avec franchise et sans fausse pudeur. C’est là que des auteurs comme Gudule ont tout leur intérêt. Là où certains se protègent de la censure, d’autres veulent jouer la carte de la transparence et pouvoir dire la vérité aux adolescents.

Comment des auteurs comme Gudule perçoivent-ils les adolescents dans leur être le plus profond pour s’adresser à eux et leur donner pleine voix dans leurs romans ? Continue la lecture

  1. DUCHÉ Didier-Jacques, « ENFANCE (Les connaissances) – - Développement psychomoteur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/enfance-les-connaissances-developpement-psychomoteur/ []

Coup de coeur sur le salon : Yexian et le soulier d’or – Chun-Liang Yeh, Yi Wang

Chun-Liang Yeh
Yexian et le soulier d’or
HongFei Cultures, 2011, 40p., 15,20 €.

Couverture du livre Yexian et le soulier d'or de Chun-Liang Yeh et Wang Yi

Yexian et le soulier d’or, couverture de Wang Yi, HongFei Cultures, 2011

Yexian, jeune fille sensible et sage, est tourmentée par sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle trouve du soutien auprès d’un poisson aux yeux d’or qui réalise tous ses souhaits. Grâce aux pouvoirs magiques de ce dernier, Yexian se rend secrètement à une fête au cours de laquelle elle perd, en s’enfuyant, un soulier d’or. Ce récit est la traduction d’un texte chinois de Duan Chengshi, datant du IXe siècle ; un conte surprenant où huit cent ans avant Charles Perrault on reconnaît le personnage, aujourd’hui populaire, de Cendrillon. La source de la fabuleuse histoire de Yexian, qui a traversé les siècles et les océans, est aussi mystérieuse que la légende elle-même. Chun-Liang Yeh s’inspire pour ses histoires de la riche tradition de la littérature chinoise ; c’est également le cas dans L’Auberge des ânes nouvellement paru dans la même collection « Contes de Chine ». L’auteur réussit un parfait équilibre entre une narration belle et sobre, qui s’est voulue fidèle au texte original, une intonation poétique et émouvante, et les rebondissements qui maintiennent l’intérêt du jeune lecteur. S’inspirant de l’art du batik et des costumes traditionnels Mao, Wang Yi accompagne le texte d’illustrations gaies, colorées et acidulées ouvrant ainsi aux enfants (à partir de 6 ans) une fenêtre dans la culture chinoise.

Marie-Charlotte Lollioz

Le livre au centre de tous les débats


Carnets de recherche