Le “crime novel” afro-américain : un genre qui ressort de l’ombre

Ségrégation racial-"Negro drinking at "Colored" water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma", Photograph by Russell Lee, July, 1939.

Ségrégation raciale : Negro drinking at “Colored” water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma, photographie de Russell Lee, juillet 1939.
Domaine public.

Le premier roman noir, construit à partir d’une structure typiquement policière, remonte à 1841 avec la publication dans le Graham’s Magazine de Philadelphie du Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe. Quelques décennies après, en France comme en Angleterre, vont paraître les premiers limiers du genre : l’inspecteur Lecoq d’Emile Gaboriau ou encore l’inspecteur Sherlock Holmes de Conan Doyle. Plus tard, le roman détective britannique vivra son âge d’or avec, en particulier, la création par Agatha Christie de son célèbre personnage, Hercule Poirot. Continue la lecture

Quand le cinéma rencontre la littérature

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années :

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années : Nos Étoiles contraires (John Green), La Couleur des sentiments (Kathryn Stockett), Sur La Route (Jack Kerouac) et Homesman (Glendon Swarthout).
Photo prise à la librairie l’alinéa (Martigues). Émilie Azzani, licence CC BY-NC.

Jean-Luc Godart se demandait «  À quoi sert le cinéma, s’il vient après la littérature ? » Le cinéma peut apparemment commencer par réinventer les œuvres littéraires. Depuis ses débuts, le septième art n’a cessé de puiser son inspiration dans les œuvres littéraires. Une grande part des succès de l’âge d’or hollywoodien sont tirés de romans : Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, Les Raisins de la colère de John Steinbeck ou encore les nombreuses adaptations des pièces de Tennessee Williams (La Chatte sur un toit brûlant, Un tramway nommé désir, Soudain l’été dernier…). Certains de ces films sont aujourd’hui aussi connus, voire plus, que les textes originaux : l’adaptation des Oiseaux par Hitchock est plus célèbre que la nouvelle de Daphné Du Maurier qui l’a inspirée. Ce qui est vrai pour le cinéma américain l’est aussi en France : les réalisateurs se sont attachés à porter à l’écran les classiques (on ne compte plus le nombre de films tirés des Misérables) et même la Nouvelle Vague, qui réinvente les règles du jeu, a laissé comme films majeurs, entre autres… des adaptations, comme Le Mépris (tiré d’un roman d’Alberto Moravia). Pourquoi adapter tant de romans ? Quels sont les avantages du point de vue de l’industrie du cinéma, et les éditeurs y trouvent-ils leur compte ? Il semblerait que le marché de l’adaptation soit séduisant pour les deux parties. Continue la lecture

Le marché du manga en France

Une sélection des meilleurs ventes de manga au Japon pour 2013

Une sélection des meilleurs ventes de mangas au Japon pour 2013

Si l’on porte le regard sur le marché de la bande dessinée française ou même, plus largement, francophone, il est impossible de ne pas être frappé par l’importance prise ces dernières années par les mangas en termes de vente comme de notoriété.

D’emblée, il est aisé de constater que les première places du classement des plus gros groupes éditoriaux et maisons d’édition sont en grande partie occupées par des structures assurant l’essentiel de la production de mangas. Les quatre premiers, dans l’ordre décroissant d’importance, sont évidemment le groupe Média-Participations et ses filiales Dargaud et Kana, le groupe Glénat, Delcourt avec Tonkam ainsi que Soleil Manga, et enfin Madrigall (Gallimard-Flammarion) avec Casterman. Outre ces géants éditoriaux, parmi les 9 groupes moins puissants mais au poids économique non négligeable, on retrouve Panini, Pika, Kazé Manga, Bamboo, Ki-oon, Taïfu et enfin Éditis et sa filiale Kurokawa.

Plus précisément, en 2013, Glénat Manga, responsable de 148 nouveaux titres traduits du japonais, reste toujours en pôle position sur ce segment, même si ses principaux concurrents (les éditions Kana et Pika, avec 174 et 196 titres) se maintiennent. Ce secteur est aussi couvert par Delcourt (87 nouveaux titres traduits, auxquels il faut rajouter les 144 de Tonkam et les 141 de Soleil Manga), Kurokawa (85), Ki-oon (106), Kazé Manga/Asuka (165), Panini Manga (123), Taïfu/Ototo (101), Bamboo avec Doki-Doki (43) et Casterman avec Sakka (15).1)

Le secteur du manga est donc rien moins que négligeable et ses évolutions méritent d’être étudiées tant il est vrai qu’il constitue un secteur majeur au sein du marché de la bande dessinée française. Notons d’emblée que nous suivrons ici l’usage courant qui consiste à utiliser le terme manga de façon générique pour désigner tout à la fois les mangas au sens strict (bandes dessinées spécifiquement japonaises) et les bandes dessinées non japonaises mais respectant les codes des productions populaires nippons (manhwas coréens et manhuas chinois notamment). Continue la lecture

Que peut-on dire aux adolescents dans la littérature ?

Qui a peur de la littérature ado? Annie Rolland

Qui a peur de la littérature ado ?, couverture du livre d’Annie Rolland, Thierry Magnier, 2008

L’adolescent constitue un public à part. Selon l’Encyclopædia Universalis, l’adolescence est une période de la vie « caractérisée par les profondes modifications qui vont transformer l’enfant en un adulte1 ».

Ce public jeune est donc considéré comme un lectorat sensible. Certains romans pour adolescents se retrouvent alors censurés ou ne trouvent pas d’éditeurs, autant en raison de leurs problématiques dérangeantes que de la façon dont celles-ci sont traitées. En effet, une problématique n’est plus aussi dérangeante suivant la manière dont elle est abordée. Les contes, par exemple, utilisent pour cela le mode symbolique. En revanche, la  présenter telle quelle ne laisse aucune place à la distanciation ou à des conclusions « réparatrices ».

On sait aujourd’hui que le roman pour adolescents a connu de profonds changements et que les années 1980, avec l’importation des Problem Novels américains (Robert Cormier, Judy Blume…), ont consacré l’émergence d’un genre qui aborde de front les thèmes tabous les plus attendus par ses lecteurs : l’amour, le sexe, la violence et la mort.

Or, ces sujets méritent d’être abordés avec franchise et sans fausse pudeur. C’est là que des auteurs comme Gudule ont tout leur intérêt. Là où certains se protègent de la censure, d’autres veulent jouer la carte de la transparence et pouvoir dire la vérité aux adolescents.

Comment des auteurs comme Gudule perçoivent-ils les adolescents dans leur être le plus profond pour s’adresser à eux et leur donner pleine voix dans leurs romans ? Continue la lecture

  1. DUCHÉ Didier-Jacques, « ENFANCE (Les connaissances) – - Développement psychomoteur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/enfance-les-connaissances-developpement-psychomoteur/ []

Coup de coeur sur le salon : Yexian et le soulier d’or – Chun-Liang Yeh, Yi Wang

Chun-Liang Yeh
Yexian et le soulier d’or
HongFei Cultures, 2011, 40p., 15,20 €.

Couverture du livre Yexian et le soulier d'or de Chun-Liang Yeh et Wang Yi

Yexian et le soulier d’or, couverture de Wang Yi, HongFei Cultures, 2011

Yexian, jeune fille sensible et sage, est tourmentée par sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle trouve du soutien auprès d’un poisson aux yeux d’or qui réalise tous ses souhaits. Grâce aux pouvoirs magiques de ce dernier, Yexian se rend secrètement à une fête au cours de laquelle elle perd, en s’enfuyant, un soulier d’or. Ce récit est la traduction d’un texte chinois de Duan Chengshi, datant du IXe siècle ; un conte surprenant où huit cent ans avant Charles Perrault on reconnaît le personnage, aujourd’hui populaire, de Cendrillon. La source de la fabuleuse histoire de Yexian, qui a traversé les siècles et les océans, est aussi mystérieuse que la légende elle-même. Chun-Liang Yeh s’inspire pour ses histoires de la riche tradition de la littérature chinoise ; c’est également le cas dans L’Auberge des ânes nouvellement paru dans la même collection « Contes de Chine ». L’auteur réussit un parfait équilibre entre une narration belle et sobre, qui s’est voulue fidèle au texte original, une intonation poétique et émouvante, et les rebondissements qui maintiennent l’intérêt du jeune lecteur. S’inspirant de l’art du batik et des costumes traditionnels Mao, Wang Yi accompagne le texte d’illustrations gaies, colorées et acidulées ouvrant ainsi aux enfants (à partir de 6 ans) une fenêtre dans la culture chinoise.

Marie-Charlotte Lollioz

Coup de coeur sur le salon : Les voisins musiciens – Junko Shibuya

Junko Shibuya
Les Voisins Musiciens
Autrement Jeunesse, 2011, 54p., 12,50 €.

Couverture des "Voisins musiciens" de Junko Shibuya

Les Voisins musiciens, couverture, éditions Autrement, 2011

C’est la fête des voisins ! Junko Shibuya, auteure-illustratrice et graphiste, a donc plus d’un tour dans son sac. C’est d’abord au Japon que Les Voisins Musiciens est publié, et en 2007, il paraît en France aux éditions Autrement. L’histoire ne nous est racontée qu’à travers des images ; des images faites de noir et de blanc, puis des images submergées par les couleurs au fur et à mesure que les notes de musiques jaillissent. Les mots brillent par leur absence et les couleurs sont parfaitement unies à la mélodie de nos musiciens prodiges. Un petit garçon, attristé du départ de ses voisins, voit très vite de nouveaux occupants qui emménagent ! Pour leur souhaiter la bienvenue, il se munit de son violon et les notes résonnent. Elles sont d’abord douces et ravissantes alliées à des couleurs tendres, puis plus graves associées à des couleurs plus agressives. La réponse de la nouvelle voisine ne tarde pas, elle se met à son piano : notes classiques, notes virtuoses, le voisin se joint à son monde de couleur. Leurs deux mondes fusionnent et forment celui de la nature et d’une nouvelle amitié. L’auteur exprime à travers les formes et surtout les couleurs, les émotions provoquées par la musique. Après le succès d’À quoi ça rime ? où elle s’amusait à jouer avec les mots et les images, Junko Shibuya explore, dans ce deuxième album, un nouveau mode d’expression graphique qui est susceptible de toucher un très large public.

Roxane Lenz

Coup de coeur sur le salon : Arrête de lire ! – Claire Gratias, Sylvie Seprix

Claire Gratias, Sylvie Seprix
Arrête de lire !
Belin jeunesse, 2012, 32p., 12,95 €.

Couverture du livre “ARRÊTE DE LIRE” de Claire Gratias

Arrête de lire !  couverture de Sylvie Seprix

« Arrête de lire ! » c’est ce que rétorquent les parents du petit Horatio qui rêve de devenir rat de bibliothèque. Ses parents voudraient en faire « un petit rat d’opéra », mais Horatio a la tête dans les livres. Lorsque la maîtresse écrit sur le carnet d’Horatio qu’il est un « élève sage mais beaucoup trop rêveur », il n’en faut pas plus pour que son père pique une crise et lui confisque sa bibliothèque. Désormais Horatio s’ennuie comme un rat mort, jusqu’au jour où il tombe sur une petite annonce qui va changer sa vie. Véritable déclaration d’amour à la littérature, cet album nous plonge dans un univers où les mots se mêlent avec grâce à des illustrations chaleureuses. Claire Gratias, pour son premier album, nous livre un texte bourré d’humour et de poésie illustré par le pinceau délicat de Sylvie Serprix. Cet album est un hymne à l’imagination et aux bienfaits du livre qui nous prouve qu’il n’est jamais trop tard pour aimer lire. Les enfants comme leurs parents vont apprécier l’incroyable destin de ce rat de bibliothèque qui fait de la lecture un passe-temps contagieux. À lire et à relire !

 Flora Fievez

Coup de coeur sur le salon : Salade de fruits – Samuel Ribeyron

Samuel Ribeyron
Salade de fruits
HongFei Cultures, 2010, 36 p., 12,70 €.

Salade de fruits, couverture, HongFei cultures, 2010

Salade de fruits, couverture, HongFei cultures, 2010

Samuel Ribeyron est un auteur et un illustrateur pour la jeunesse qui travaille également en tant que décorateur pour des films d’animation. La perspective et la dimension ressortent ainsi principalement dans son œuvre. C’est durant sa période cubique qu’il écrit et illustre Salade de fruits. Les personnages aux têtes volumineuses, les arbres taillés en cubes ainsi que les oiseaux en forme de dés à lancer surprennent le lecteur. Le format carré de cet album participe également à l’imaginaire. Mais,  comme pour contrebalancer l’aspect géométrique,  Samuel Ribeyron propose ici un récit doux et sucré. Il remet les fruits au goût du jour à travers une histoire d’amour et de séduction entre le jeune Théo et la belle Ayumi. Théo n’est pas un garçon  comme  les  autres,  il  est propriétaire  d’un  grand  champ  d’arbres  fruitiers. Son imagination alliée à sa passion le pousse à entreprendre de grandes choses pour plaire à son amie Ayumi. Cette jeune fille l’attire car elle ressemble à ses fruits : « Elle est banane quand elle rit, poire quand elle se marre, citron quand elle a peur, kiwi quand elle est triste. » Ce mélange de goûts, d’humeurs et de couleurs forme une succulente salade d’amour et de fruits qui ravira les enfants dès l’âge de 6 ans.

Laura Depoisier

Steampunk : un nouveau genre pour la littérature de l’imaginaire ?

Montre à gousset

Montre à gousset, par Mphotographe (CC BY-NC)

Depuis quelques années, un nouveau courant littéraire s’est démocratisé au sein de ce que l’on nomme la littérature de l’imaginaire : le steampunk. Le terme reste assez mystérieux, nous allons donc tenter de le définir et de relater son évolution. Continue la lecture

Une manifestation littéraire et culinaire : La soupe aux livres

La soupe aux livres

Visuel de communication pour La soupe aux livres, © éd. Parole

« Donner la parole, c’est donner la vie », proclame Jean Darot, fondateur des éditions Parole, créées en 2001.

Cette petite maison d’édition, située à Artignosc-sur-Verdon, au cœur de la campagne provençale et bordée par les fameuses gorges du Verdon, s’est établie dans un cadre provincial idyllique et donne la parole aux auteurs et aux lecteurs locaux. Mais si la situation géographique de la maison d’édition semble idéale, la diffusion et la distribution de leurs publications peuvent paraître plus problématiques, dans un secteur professionnel où la grande majorité des services sont centralisés à Paris. Pour contrer les préjugés et se prouver qu’il est tout à fait possible de s’en sortir tout en restant « local », les éditions Parole ont mis au point une politique éditoriale réfléchie et une manifestation littéraire permettant de diffuser leurs livres de manière originale. Continue la lecture

Le livre au centre de tous les débats


Carnets de recherche