L'agent littéraire en France : entre réalité et perplexité

La foire de Francfort, plus grande foire de livres du monde et rendez-vous incontournable pour les agents littéraires Photo prise à l'occasion de l'édition 2013 de la foire, pour le blog "Actuallité"

La foire de Francfort, plus grande foire de livres du monde et rendez-vous incontournable pour les agents littéraires
Photo prise à l'occasion de l'édition 2013 de la foire, pour le blog "Actuallité"

L'agent littéraire est une figure de plus en plus présente dans le monde éditorial mondial. Dans les pays anglosaxons, il est reconnu comme étant un corps de métier indispensable à la mise en place d'une publication. Pourtant, la France a encore beaucoup de mal à accepter ce métier qui n'est toujours pas reconnu. Pour quelles raisons refuse-t-on de laisser la place à ce nouveau maillon de la chaîne éditoriale ?

Force est de constater qu'à l'image de l'évolution du milieu face au numérique, il est peut-être temps de revoir les pratiques éditoriales françaises pour laisser la place à de nouvelles professions.

Continue la lecture

Pratiques de l'édition numérique, fiche de lecture

 

Marcello Vitali-Rosati et Michaël E. Sinatra (dir) Pratiques de l'édition numérique Presses de l'Université de Montréal, 2014, 224 p

Pratiques de l'édition numérique, Marcello Vitali-Rosati et Michaël E. Sinatra (dir)
Presses de l'Université de Montréal, 2014, 224 p.

L'édition numérique est parmi nous depuis maintenant de nombreuses années, sous ses diverses formes, et elle évoque toujours des émotions vives, qu'il s'agisse d'inquiétudes, d'enthousiasme ou de débats législatifs. À l'heure où les DRM permettent de collecter des informations sur nos habitudes de lecture et où des initiatives comme Kindle Unlimited semblent remettre en cause la loi Lang1, il apparaît important de revenir sur l'histoire de l'édition numérique et ses différentes pratiques. Pratiques de l'édition numérique paraît être le parfait ouvrage pour cela, puisqu'il est très facilement abordable et ne requiert aucune connaissance préalable du numérique. En effet, comme il est mentionné dans l'introduction : « Il ne s'agit pas d'un texte de recherche, mais d'un manuel qui propose une introduction à destination de tous ceux qui n'auraient aucune compétence particulière dans le domaine, qu'ils soient étudiants ou issus du monde de l'édition traditionnelle. ».

Continue la lecture

  1. "La loi Lang a été votée en 1981, par un parlement unanime, avec pour objectif de protéger le produit culturel qu'est le livre ainsi que sa commercialisation. Avant cette loi, le système en vigueur était le "prix conseillé".  Si elle fait maintenant l'unanimité, il ne faut pas oublier qu'a l'époque cette loi a été l'objet d'une bataille juridique, de nombreuses grandes surfaces décidant de ne pas l'appliquer. Devant la multiplication des pratiques illégales et la difficulté d'obtenir par des actions civiles leur cessation, le Gouvernement a été obligé de prendre à l'époque un décret instaurant des sanctions pénales en cas d'infraction à la loi.
    Cette loi a fortement contribué au maintien en France d'un tissu de librairies indépendantes." Les Librairies Atlantiques en Aquitaine  []

Prix Nobel de littérature, pertinence et conséquences

Le cru 2014 rassemble treize lauréats du prix Nobel, dont deux femmes. Huit nationalités sont représentées, avec les États-Unis, quatre nations européennes, et trois asiatiques ; dont l'Inde et le Pakistan. Cette promotion souligne les tendances fortes de l'attribution des prix Nobel depuis 1901. Sont ainsi à signaler l'hégémonie américaine, exceptée dans le domaine de la littérature, la faible part des prix attribués à des femmes, seulement 47 depuis 1901 et un eurocentrisme certain. Le Nobel de la Paix est le plus diversifié géographiquement, avec plus de 40 nationalités représentées.

Continue la lecture

Le livre à l'heure numérique. Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage. Fiche de lecture

9782021140606

couverture du livre de Françoise BENHAMOU Le livre à l'heure numérique. Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Paris, Seuil, 2014, 224 p., 17€.

« L'attention est la matière première de l'économie culturelle. » (p.57)

Internet est l'espace d'une pratique quasi constante de lecture. Mails, journaux ou encore sites divers et variés, l'internaute est en premier lieu un lecteur. Étonnamment, c'est le monde du livre qui peine à s'installer dans le réseau. Réticences des lecteurs, des éditeurs, des libraires, la pratique de la lecture du livre numérique ne l'emporte pas encore. Et ce phénomène laisse une plus grande liberté aux géants de l'e-commerce (Amazon, Apple, Google) qui dominent largement le marché mondial. Face à cette écrasante concurrence, la résistance doit s'effacer au profit de l'adaptation et de l'innovation, deux données mises en œuvre par les secteurs de la presse et de la musique, avec plus ou moins de réussite (ch. 1, 2 et 3). C'est sur ces comparaisons entre les différents domaines qui occupent le Net que Françoise Benhamou fonde son ouvrage et établit ce qu'il en est pour l'univers du livre : « entre tradition et innovation », la lecture est entre deux mondes.

Continue la lecture

Impressions au Salon de la revue culturelle à Paris : 11 et 12 Octobre 2014

« …Car à la différence des quotidiens, les revues ont une mémoire… » (Christian Doumet, « Accueillir les périodicités », dans La Revue des revues, n°52)

affiche_salon

Affiche réalisée par Bernard Artal

La revue, format d’édition très particulier, permet la rencontre de lecteurs et de genres littéraires ayant beaucoup de difficultés à être diffusés. C’est le cas, par exemple, de la poésie, où l’on constate un besoin d’édition très diversifié et innovant pour attirer son lectorat. On peut donc dire que le format d’édition de la revue permet à tous ces genres peu médiatisés de continuer à exister, car les nouveaux médias et les modes de diffusion de masse traditionnels s’imposent de plus en plus pour promouvoir une littérature de la non diversité.

Continue la lecture

Édito 2014-2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Olympus Digital Camera. photographie sous licence Creative Commons (certains droits réservés),  diffusée par Flickr par Owni /-)

Une nouvelle équipe éditoriale vient d’arriver aux commandes de ce blog consacré au monde du livre et à ses mutations, pour l’année 2014-2015.                                                                                                                   Nous avons souhaité ouvrir cette saison avec cet édito afin de vous faire part de nos envies pour ce blog et de vous annoncer notre nouvelle ligne éditoriale.

Les métiers et leurs évolutions au centre de nos préoccupations

Porteurs de l’héritage laissé par les promotions précédentes nous avons à cœur de continuer le travail déjà commencé. Nous sommes fiers de poursuivre et d’approfondir les réflexions menées par nos prédécesseurs et veillerons à maintenir la qualité des billets.               Si nous nous inscrivons dans la continuité, nous souhaitons cette année axer d’avantage nos billets sur les évolutions et les questionnements que rencontrent nos trois métiers, à savoir la bibliothèque, l’édition et la librairie. Continue la lecture

Littérature de jeunesse : quand les artistes contemporains investissent l'album pour enfant

Couvertures de la collection Art y es-tu

Couvertures de la collection Art y es-tu

Et le génie sort de la boite !

Partons d'un constat : au cours du XXe siècle, le graphisme des albums jeunesse a beaucoup évolué. Des publications du Père Castor, appartenant au groupe Flammarion à partir des années 1930, aux innovations esthétiques des éditions de  L'École des Loisirs dans les années 1960, puis du Rouergue  à partir de 1990 qui publient de jeunes illustrateurs français, multipliant les techniques graphiques diverses et variées, la littérature jeunesse connait un baby boom qui repeuple les premières bibliothèques. La production connait une inflation où se perdent les enfants et surtout les parents, qui sont bien ceux qui passent en caisse en librairie. De plus, notre monde contemporain modifie les règles du jeu : l'émergence de nouveaux médias tel Internet, la mondialisation et les phénomènes de best-sellers font que la jeunesse sait de plus en plus ce qu'elle souhaite lire en fonction des adaptations cinématographiques et des produits dérivés dont découlent certains albums, les éditeurs surfant sur les effets de mode tout en se livrant à la concurrence du marché de l'enfance. Ce contexte tend à uniformiser les publications, les livres perdent l'inventivité qui faisait leur succès, le renouveau graphique s'essouffle dans sa course à la productivité... Continue la lecture

Coups de cœur sur le salon : Le Petit bonhomme pané - Olivier Douzou, Frédérique Bertrand

Olivier Douzou, Frédérique Bertrand
Le petit bonhomme pané
Éditions du Rouergue, 2011, 50 p., 16 €.

Lorsqu’un petit bonhomme rencontre un vieux croûton rassis et un œuf qui finit par se casser, il en sort tout pané et plein de questions sur son âge : quoi de plus normal, puisqu’il n’est pas né ?

Il entame alors un voyage fantastique à la recherche de son identité et croise sur son chemin d’étranges personnages qui lui révéleront, pas à pas, le secret de sa naissance, de l’arbre à yeux au nuage à âge, en passant par les fleurs nées de la dernière pluie.

À travers jeux de mots et clins d’œil savoureux, Olivier Douzou, directeur artistique des Éditions du Rouergue chez qui l’ouvrage est publié, rend un vibrant hommage à un grand monsieur de la littérature jeunesse, Claude Ponti, et à son univers personnel aussi facétieux que foisonnant.

Accompagné par les illustrations tout en couleurs et références – les poussins ne sont jamais bien loin ! – de Frédérique Bertrand, l’auteur nous embarque dans un conte surréaliste où l’enfance règne en   maître, entre humour et poésie. Un tourbillon de mots et d’aventures sous forme de devinettes. « Mais d’abord, une pontine… »

La question du prix unique du livre en Europe

shakespeareandco_02-300x336

La librairie Shakespeare & Co à Paris

Vivant en France, dans le pays qui a inauguré la culture du prix unique du livre, on a tendance parfois à sous-estimer l'importance de ce garde-fou qui fait l'impasse de la mentalité néolibérale et sa vision d’un marché en mesure de se rendre spontanément autorégulé, cette vision qui aurait bien voulu gérer le prix du livre comme celui de tout produit de consommation. La mentalité économique prépondérante procède peut-être en justifiant la concentration du capital entre les mains de ces entreprises commerciales qui ont le potentiel de se permettre de pratiquer du discount systématique, mais une politique culturelle qui se veut protectrice du livre ne peut que vouloir la présence de ce dernier dans le plus grand nombre de points de vente possible. La survie de ces points de vente que sont les librairies et la qualité de leurs services et activités sont largement fondées sur la mesure du prix unique qui fait preuve, tout d’abord, d’une conceptualisation privilégiée du livre comme un bien méritant un statut exceptionnel et qui donne, ensuite, la possibilité aux libraires de se lancer dans leur activité de prédilection sans se trouver forcément dans une capitale ou dans une des principales agglomérations, sans occuper une surface spectaculaire ou posséder d'autres atouts séduisants pour attirer la clientèle. En d'autres mots, cette mesure garantit que les libraires ne soient pas obligés de se procurer exclusivement les livres des grandes maisons d’éditions qui peuvent se permettre une diffusion-distribution d’échelle élargie et d'un prix de vente en gros abaissé. Continue la lecture

Le "crime novel" afro-américain : un genre qui ressort de l'ombre

Ségrégation racial-"Negro drinking at "Colored" water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma", Photograph by Russell Lee, July, 1939.

Ségrégation raciale : Negro drinking at "Colored" water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma, photographie de Russell Lee, juillet 1939.
Domaine public.

Le premier roman noir, construit à partir d’une structure typiquement policière, remonte à 1841 avec la publication dans le Graham’s Magazine de Philadelphie du Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe. Quelques décennies après, en France comme en Angleterre, vont paraître les premiers limiers du genre : l’inspecteur Lecoq d’Emile Gaboriau ou encore l’inspecteur Sherlock Holmes de Conan Doyle. Plus tard, le roman détective britannique vivra son âge d’or avec, en particulier, la création par Agatha Christie de son célèbre personnage, Hercule Poirot. Continue la lecture

Le livre au centre de tous les débats


Carnets de recherche