Renouer avec le désir de lire: les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille

Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.
Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.

Le Printemps de la Francophonie qui se déroule jusqu’à fin avril, nous prouve que les initiatives en faveur de la lecture et de l’expression de chacun ne manquent pas, mais aussi, que les difficultés par rapport à la lecture sont toujours présentes dans nos villes. Lire la suite Renouer avec le désir de lire: les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille

Trois questions à… Frantz Olivié, des éditions Anacharsis

Logo des éditions Anacharsis, Copyright : Éditions Anacharsis.

Nous avons rencontré Frantz Olivié, l’un des deux cofondateurs de la maison d’édition toulousaine Anacharsis, qui vient de fêter ses quinze ans d’existence. À l’origine, Anacharsis est le nom d’un personnage des récits d’Hérodote, qui était venu à Athènes s’initier à la philosophie avant de retourner chez les barbares pour leur transmettre son savoir. Ce nom a beaucoup servi de nom de plume pour les auteurs au fil des siècles et illustre parfaitement la volonté de la maison d’édition de proposer aux lecteurs un autre regard sur le monde. D’abord créée comme une association par deux amis amoureux des livres, les éditions Anacharsis ont grandi et acquis au fil du temps une certaine renommée…

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel et nous expliquer comment se sont mises en place les éditions Anacharsis ?

Mon ami et moi (Charles-Henri Lavielle, cofondateur de la maison d’édition) avions tous deux un doctorat d’histoire et nous voulions publier des livres. J’ai effectué une courte formation d’un an où l’on m’a appris à publier et en 2001 nous nous sommes lancés. Nous voulions travailler sur la méditerranée orientale au Moyen-âge. L’idée était de publier des textes historiques comme des récits littéraires, de faire découvrir des mondes nouveaux en littérature. Nos trois premiers livres étaient des textes que nous connaissions. Il y avait Les Almogavres, un récit du XVIe siècle écrit par des mercenaires catalans, une épopée byzantine, l’épopée byzantine de Digénis Akritas et une traduction d’un poème latin de Catulle, La Boucle de Bérénice, suivi d’un dossier sur les différentes théories d’interprétation du texte. La maison a vraiment obtenu un succès de reconnaissance, notamment dans la presse, grâce à la publication d’un incunable, un roman océanique imprimé à Valence au XVe siècle : Tirant le Blanc. Ce récit de chevalerie nous a permis d’être par la suite diffusés par les Belles Lettres et de lancer d’autres collections. Au fil des livres nous avons fini par apprendre ce métier, en essayant toujours de faire découvrir ces textes anciens et pourtant très littéraires au public, sans pour autant les vulgariser.

Est-ce qu’au bout de ces quinze années d’existence votre ligne éditoriale s’est transformée ou au contraire est-elle restée inchangée ?

Avec le succès de nos premières publications nous avons commencé à recevoir des manuscrits. La collection « Fiction » s’est alors développée. Contrairement à la collection « Famagouste » qui regroupe nos textes anciens, il s’agissait d’éditer des textes contemporains. On publiait alors des auteurs bien vivants! Cela nous a permis de travailler d’autres textes. Ces livres permettent d’équilibrer nos ventes de livres par rapport à notre « fonds » constitué par la collection « Famagouste ». On a surtout pu organiser des lectures et des rencontres avec les auteurs, ce qui a permis de nous faire connaître par un plus large public. Une collection « Essai » qui se décline en trois séries différentes –anthropologie, histoire et philologie– vient compléter le catalogue de la maison d’édition. Nous proposons des textes avec beaucoup de problématiques et offrons aux lecteurs des ouvrages très différents. Cependant nous conservons cette volonté d’apporter un autre regard sur le monde, sur ce qui nous entoure, avec parfois quelques livres atypiques. On publie maintenant une dizaine de livres par an avec des textes contemporains et des textes anciens traduits aussi bien du grec ancien, du chinois ou même du nahuatl, la langue des Aztèques.

D’ailleurs, l’une de vos dernières publications est un ouvrage écrit par un prétendu pirate au XVIIe siècle…

En effet, nous voulions publier un livre de piraterie ; mais ce texte est véritablement particulier car plus qu’un témoignage historique, on se rattache surtout à la grande tradition du roman d’aventures. Les Atrocités des pirates, récit véridique des souffrances sans exemple endurées par l’auteur pendant sa captivité parmi les pirates de l’île de Cuba, avec l’exposé des outrances barbares de ces forbans inhumains est en fait le témoignage d’Aaron Smith, publié pour la première fois à Londres en 1824 ; un homme retenu contre son gré sur un bateau pirate, qui a par la suite été accusé de piraterie et même d’être le chef de cette bande arrêtée. Il a finalement été innocenté mais a tenu à écrire ce plaidoyer en faveur de sa version des faits en empruntant le ton des romans d’aventures. Lorsque je suis tombé sur ce texte, j’ai effectué mon enquête sur cet homme et ai constitué un dossier avec les minutes du procès et des articles de presse de l’époque. L’analyse des éléments de cette enquête se trouve dans la seconde partie du livre ; mais au final cet ouvrage a la prétention de dépasser l’histoire pour défendre le texte littéraire. Ma démarche était de présenter ce récit comme une imposture littéraire qui couvrirait une véritable imposture. Les illustrations, créations insérées dans le texte, rappellent également celles que l’on pouvait trouver dans ces fameux récits d’aventures écrits entre 1880 et 1930 et participent donc à cette présentation du livre.

À ce propos, ces illustrations en pleine page sont très soignées et tombent à intervalles réguliers. Dans ce livre, comme dans tous les ouvrages que vous publiez, vous semblez accorder une grande importance à la mise en page. Est-ce une volonté de la maison d’édition ?

Il me semble que la mise en page est primordiale. Nous avions commencé en ayant le désir de faire de beaux livres et c’est toujours le cas. Nous travaillons beaucoup sur les traductions mais également sur la mise en page. Même si nos choix de papiers ou de reliures coûtent chers à l’impression, ce qui se répercute sur le prix du livre alors que notre petite maison d’édition essaye de se faire connaître du grand public, avoir un ouvrage bien édité qui puisse être conservé est l’une de nos grandes priorités. Face à la montée en popularité du livre numérique nous avons décidé il y a quelques années de numériser notre catalogue. Mais nous restons vraiment très attachés au livre papier et faisons le maximum pour éditer des ouvrages de qualité que l’on peut « garder à vie » et nous espérons continuer encore ainsi de nombreuses années.

POUR EN SAVOIR PLUS:

 

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

Trois questions à Dominique Bordes

Vilnius Poker de Ricardas Cavelis,  éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015
Vilnius Poker de Ricardas Cavelis, éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015. Copyright de la couverture :  éditions Monsieur Toussaint Louverture

Nous avons rencontré Dominique Bordes, éditeur et fondateur de la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture, cet hiver à la librairie Histoire de l’œil à Marseille, où nous avons eu la chance de découvrir son catalogue aux titres si atypiques.

Aujourd’hui nous posons à ce jeune éditeur toulousain quelques questions.

Interview réalisée par téléphone le 27 janvier 2015.

  • Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel en quelques lignes ?

J’ai fait pas mal d’études : j’ai fait de la sociologie, du théâtre, de la communication…Ensuite j’ai testé tous les métiers de la chaîne du livre en passant par la librairie et l’imprimerie. Je me suis formé aux métiers du livre à Bordeaux. Le but étant de savoir monter ma propre maison d’édition, dont le format serait spécifique et qui correspondrait à mes envies.

J’ai également travaillé dans un studio d’édition où j’ai appris notamment le métier de maquettiste, qui est vraiment un métier spécifique dans le processus de fabrication d’un livre. J’exerce toujours ce métier pour d’autres éditeurs.

  • Vous fondez votre maison en 2004, pourquoi avoir choisi de vous lancer dans cette aventure ? À quels besoins ou envies avez-vous répondu avec cette initiative ?

J’étais entouré de gens très talentueux et j’avais envie de travailler avec ces gens et mettre en valeur leur talent. J’avais envie de prendre la parole, de donner un sens à tout ça. J’étais animé par un réel besoin de créer. Je ne suis pas moi même un créatif comme ces artistes autour de moi, mais c’est ma façon de contribuer à donner du sens.
J’ai donc commencé en lançant une revue sur la littérature française, parallèlement à la publication de quelques volumes. Cette revue peut être considérée comme un premier pas vers l’édition à part entière de livres. Elle m’a servie à dégager un peu d’argent pour financer les premiers projets de publication de livres.

  • Comment dénichez-vous, sélectionnez-vous les textes que vous publiez ?

Les premiers textes que j’ai publiés, je les avais reçus par courrier. En fait, afin de faire connaître ma toute jeune maison, j’ai fait imprimer des autocollants annonçant un appel à candidature que j’ai collés un peu partout dans les universités, dans les bars…
Aujourd’hui, je reçois toujours beaucoup de manuscrits mais peu m’intéressent. Les premiers auteurs que j’ai publiés ont pour la plupart bifurqué vers d’autres carrières, je n’ai donc pas pu continuer à les publier. Donc, je recherche des textes qui auraient été oubliés ou qui auraient été mal publiés. J’écoute ce que disent les autres pour trouver de nouveaux projets. Je lis la presse étrangère, écoute les recommandations des libraires, lis les préfaces des livres qui m’intéressent et me nourris de tout ce que je lis ou entends. Ainsi, par exemple, je vais entendre parler d’un auteur que je ne connais pas à la radio, je vais aller faire des recherches, qui vont m’amener à la découverte de cet auteur, mais aussi d’autres dont il aurait influencé le travail ou dont il se serait inspiré.

  • Vous apportez une grande attention à l’objet livre, au choix de la couverture, pourquoi ? Deux de vos livres, Karoo et Le dernier stade de la soif sont parus dans des collections poche, les couvertures sont assez classiques, n’est-ce pas en contradiction avec l’approche de personnalisation des livres que vous avez ?

Je me suis mis à lire très tard. Les premiers livres que j’ai lus je les ai achetés dans les supermarchés. J’étais attiré par les gros livres avec des couvertures clinquantes. J’aimais ressentir le poids physique du livre, j’en éprouvais un réel plaisir de possession de l’objet. C’est un peu comme quand on ouvre un cadeau de Noël, le paquet cadeau a aussi son importance dans le plaisir de recevoir.

Dans ce soin que j’apporte aux couvertures il y a aussi le travail des matières, sans cesse renouvelées pour apporter un contact physique différent à chaque fois. Le livre laisse véritablement une empreinte physique à son lecteur. On crée un contact tangible.

Les cessions poche ont été de vraies erreurs. Je ne m’étais pas rendu compte de l’attachement que j’avais pour ces livres. Je ne referais pas la même erreur pour les suivants – Price est déjà cédé en poche.

Je n’avais pas réalisé l’implication personnelle que j’avais vis-à-vis de ces livres, du coup, les céder c’est un peu comme donner son enfant contre de l’argent et qu’on vous le présente quelque temps plus tard et que vous ne le reconnaissez plus. C’est un véritable déchirement.

Faire de l’édition c’est pour moi finalement une démarche très personnelle et égoïste.

  • Nous avons eu l’opportunité de découvrir votre maison lors d’une présentation dans une petite librairie indépendante à Marseille. En tant que “petite” maison, le libraire est probablement un relais indispensable pour faire connaître vos livres, pouvez-vous nous parler de votre rapport aux libraires ?

J’ai préféré confier la relation aux libraires à quelqu’un d’autre. Je l’ai fait au début, mais je ne suis pas un grand communiquant et j’avais l’impression que ça desservait les livres plutôt que ça donnait envie de les lire. J’étais trop impliqué pour bien en parler. J’ai donc rapidement embauché une attachée librairie qui entretient de bonnes relations – saines – avec les libraires.
Certains titres, comme Karoo ou Price se sont retrouvés sur des circuits de distribution plus larges, notamment en hypermarchés. On le fait parfois quand on estime que le livre a tout à gagner à avoir une plus grosse visibilité, et que ça pourra fonctionner.

  • Quels sont vos prochains projets d’édition ?

On va sortir en mars Vilnius Poker de Ricardas Gavelis et Demande, et tu recevras de Sam Lypsite dans quelques mois.

POUR EN SAVOIR PLUS :
  • David CAVIGLIOLI, Les nouveaux fous furieux de l’édition publié sur L’Obs le 18/03/2012 à 10h28
  • Marion COCQUET, Monsieur Toussaint Louverture, éditeur radioactif, publié sur Le Point le 08/11/2013 à 18:43, modifié le 08/11/2013 à 22:31
  • Ursula MICHEL, Monsieur Toussaint Louverture : zoom sur l’éditeur qui se (nous) fait plaisir, publié sur Première le 20/12/2012 à 15h40
  • Tiphaine THUILIER, Monsieur Toussaint Louverture : éditeur et (presque) entrepreneur, publié sur L’express le 27/08/2012 à 14:29
  • François XAVIER, Monsieur Toussaint Louverture… éditeur, publié sur Salon Littéraire en 2010

 

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

Quel avenir pour les comics sur Internet ?

Comic Books, de Sam Howzit, 2012, Licence CC BY
Comic Books, de Sam Howzit, 2012, Licence CC BY

Résumé : Les comics, ces bandes dessinées appartenant à la culture américaine, ont commencé à obtenir il y a vingt ans une certaine reconnaissance et à cette même époque ont dû s’adapter à l’apparition du numérique. Ainsi, Internet permet une meilleure accessibilité à ce genre, que ce soit pour les lecteurs qui peuvent acheter des comics numériques (simples versions homothétiques du papier), lire des centaines de webcomics disponibles gratuitement sur la toile, ou bien découvrir de nouveaux formats comme le TurboMedia, créé nativement pour le Web. Les lecteurs assidus peuvent même proposer leur propre contenu, qu’il s’agisse de critiques, de comptes rendu ou d’analyses, grâce à des sites, blogs, et pour les vidéastes, grâce à des plateformes comme YouTube. Pour les artistes, le Web devient un lieu d’exposition et de partage qui leur permet parfois de se créer un lectorat, argument de poids lors de la présentation d’un projet à un éditeur. Les éditeurs semblent suivre cette évolution avec intérêt, et proposent de nouveaux formats pour leurs lecteurs.

Abstract: Comics, short for comic books, originally a purely American type of visual novel, achieved true recognition about twenty years ago, and therefore at a time when digital media were beginning to flourish. The Internet made them more accessible in various forms: digital versions (the content being identical to the paper version), free webcomics for browsing (in their hundreds) and new formats such as the TurboMedia, tailor-made for cyberspace. Readers can even submit their own content, such as reviews, reports or analysis, thanks to websites, blogs and, for videobloggers/vloggers, platforms like YouTube. Today, the Internet has become a place where artists can exhibit and share their work, sometimes allowing them to create their own followings. For anyone submitting a project to publishers, who follow this evolution with interest, and offer new reading formats to their readers, this is not a negligible concern.
(Traduction : Gregory Lamula, membre du carnet EN-globe)

Lire la suite Quel avenir pour les comics sur Internet ?

Ainsi font, font, font… les éditions Didier Jeunesse: rencontre publique à la BMVR Alcazar le 12 mars 2015

Rencontre publique avec les éditions Didier Jeunesse, licence CC for Master pro "Mondes du livre" AMU
Rencontre publique avec les éditions Didier Jeunesse
licence CC for Master pro “Mondes du livre” AMU

Les étudiants du master professionnel « Monde du livre » en collaboration avec l’Île aux livres sont là pour vous accueillir à cette rencontre « Ainsi font, font, font… les éditions Didier Jeunesse ». En compagnie de Michèle Moreau et Loïc Boyer, nous explorerons trois de leurs collections destinées aux tout-petits.

Lire la suite Ainsi font, font, font… les éditions Didier Jeunesse: rencontre publique à la BMVR Alcazar le 12 mars 2015

Bibliocratie ou l’éditeur à compte de lecteur

Logo  Bibliocratie , avec l'aimable autorisation de l'auteur, © Bibliocratie
Logo Bibliocratie , avec l’aimable autorisation de l’auteur, © Bibliocratie

Résumé : Nombreux sont les jeunes auteurs qui cherchent une maison d’édition qui voudrait les publier, mais peu d’entre eux parviennent à atteindre cet objectif. En effet, avec plus de 70 000 titres publiés par an, les maisons d’édition recherchent surtout des auteurs qui représentent des « valeurs sûres » pour ne prendre que peu de risques. Pour palier ce phénomène, de nouveaux concepts de maisons voient le jour dont les maisons d’édition à compte d’auteur mais aussi des maisons d’édition à compte de lecteur. Ces dernières fonctionnent sur le principe du crowdfunding et c’est aussi sur ce modèle que Bibliocratie repose.

Abstract : There are many young writers in search of an editor willing to publish their works, but very few of them actually secure a contract. With over 70,000 books published each year, editors reluctant to take risks only work with authors they deem to be ‘safe bets’. In order to circumvent this, new forms of publishing have appeared such as the self-powered and people-powered publishing houses. Crowdfunding is the key word here; it is also the model on which Bibliocracy is based.

(Traduction :  membres du carnet EN-globe)

Lire la suite Bibliocratie ou l’éditeur à compte de lecteur

Les changements de TVA ont-ils un réel impact sur la lecture ?

 Kindle 3 , Kodomut.com, 2010
Kindle 3 , Kodomut.com, 2010

Le taux de TVA des livres numériques en Italie vient de baisser et d’atteindre les mêmes 4 % qui touchent le livre papier. Si pour l’instant les réactions italiennes semblent positives, c’est l’occasion de faire le point sur la TVA des livres imprimés et numériques en France et en Europe et ses conséquences directes sur les achats et les pratiques de lecture en général. Lire la suite Les changements de TVA ont-ils un réel impact sur la lecture ?

Les commémorations de 2014 : une frénésie éditoriale

Magazine Beaux Arts, hors-série avril 2014, La grande guerre en bd
La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts, hors-série du 17 avril 2014

2014 fut une année riche en commémoration, avec le centenaire de la première guerre mondiale ainsi que le soixante-dixième anniversaire du Débarquement en Normandie. Les commémorations ont été lancées très tôt en France par une allocution de François Hollande à l’Élysée en date du 7 novembre 2013. Toutes ces célébrations résultent d’une forte volonté politique, et bénéficient d’une couverture médiatique conséquente, ce qui engendre des espoirs de vente importants pour le monde de l’édition. Il n’en fallait pas plus pour que les éditeurs s’engouffrent dans la brèche et inondent les établis des libraires en quête du fameux achat d’impulsion. En effet, l’on a pu constater que la production a été précoce, large et étalée dans le temps. Christine Ferrand, rédactrice en chef de Livre Hebdo, indique ainsi dans l’édito du n°999, « Jamais les commémorations n’auront autant nourri l’édition ».

Si cette allocution présidentielle semble prématurée – en effet ce n’est que le 3 août 1914 que la France entre dans le conflit après la déclaration de guerre allemande – les maisons d’édition françaises avaient déjà, dès le second semestre 2013, préparé une première salve de publications. En tout pour ce second semestre 2013 ont été imprimés 126 rééditions et nouveautés selon Livre Hebdo. À ce chiffre déjà impressionnant s’ajoutent les quelques 500 titres publiés – dont 242 uniquement sur la seconde guerre mondiale, la Libération et le D-Day – en 2014 sur ces deux conflits avant la rentrée littéraire, toujours selon les données de Livre Hebdo.

Lire la suite Les commémorations de 2014 : une frénésie éditoriale

PirateBox et BiblioBox, défense de la neutralité du net et mise en valeur des communs

Library Box/BiblioBox/Energy Box/Pirate Box
Library Box, ActuaLitté, CC BY-SA

À l’origine, PirateBox et neutralité du net

En 2010 le professeur d’art américain David Darts crée la PirateBox, dispositif conçu pour permettre l’échange et le partage de ressources numériques entre particuliers. Comment fonctionne la Box ? C’est simple, elle est constituée d’un routeur dont l’usage initial est légèrement détourné, et d’un dispositif de stockage d’information de type clé USB ou disque dur externe créant ainsi un réseau sans fil transportable n’importe où. La PirateBox présente la caractéristique d’être déconnectée d’Internet. Une fois connecté à cette dernière impossible de surfer sur le web, et l’échange des données se fait de manière anonyme puisque rien n’est loggé. Son utilisation reste cependant locale, une box ne pouvant émettre que dans un rayon d’une trentaine de mètres. C’est donc dans un contexte politique et militant affirmé que la PirateBox a vu le jour. Elle vise à défendre une conception de la neutralité du Net trop souvent attaquée, à travers les principes de surveillance, et permet de ne plus se poser la question des DRM, qui sont des systèmes de gestion des droits sous formes de verrous numériques.

Lire la suite PirateBox et BiblioBox, défense de la neutralité du net et mise en valeur des communs

Kindle Unlimited : nouvelle levée de bouclier contre Amazon

Kindle Amazon, fin d'abonnement
E-Ink, Vincent Lee, CC BY -NC-SA

700 000 e-books pour 9,99 euros par mois, c’est l’offre que propose Amazon depuis décembre, le premier mois d’abonnement à Kindle Unlimited est à 0,99 euro, à condition de s’abonner avant le 10 janvier 2015.
Illimitée, oui, mais dans une certaine mesure tout de même car au onzième livre téléchargé par mois, il faut en rendre un…
Ne sont accessibles que 20 000 titres en français, venant d’éditeurs comme Fleurus (jeunesse), Eyrolles (pratique) mais aussi de plus petites maisons en quête de visibilité comme Bragelonne (fantastique), Jouvence (bien-être), Musardine (érotisme)… des livres du domaine public tels Les Misérables de Victor Hugo, l’Encyclopedia Universalis et beaucoup d’auto-édition. On retrouve quelques best-sellers comme Harry Potter car J.K. Rowling, éditée en France par Gallimard, a conservé ses droits numériques et passé des accords en direct, mais cela reste très marginal.

Lire la suite Kindle Unlimited : nouvelle levée de bouclier contre Amazon

Le livre au centre de tous les débats