3 questions à… Pierre Suchaud des éditions Le Mot et le Reste

Cette recherche rend compte d’un entretien entre Pierre Suchaud en charge des relations presse et librairies aux éditions Le Mot et le Reste et Jérôme Bau, (tous deux ayant été camarades au sein de la filière Monde du Livre), réalisé entre le 17 décembre 2014 et le 15 février 2015.

Le numérique ouvre le champ des possibles pour accéder à des cultures jusqu’alors méprisées ou ignorées. De quelles manières le monde éditorial est-il affecté par la technique et Internet ? Lire la suite 3 questions à… Pierre Suchaud des éditions Le Mot et le Reste

La politique éditoriale des éditions jeunesse en français et arabe du “Port a jauni”

Le port a jauni, logo
Le port a jauni, logo
Droits réservés

La littérature traduite est un secteur très actif dans l’édition française. Beaucoup de maisons d’édition sont spécialisées dans la publication d’ouvrages traduits d’une langue en particulier ou même de plusieurs langues parfois très différentes. Outre les langues les plus traduites comme l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou l’italien, l’édition française propose également des titres issus d’idiomes moins répandus ou plus marginaux dans la traduction. Le Port a jauni est une petite maison d’édition marseillaise qui traduit et propose des ouvrages issus de l’arabe pour les enfants. L’arabe est une langue qui compte beaucoup de locuteurs et on estime qu’environ 250 millions de personnes la parlent dans le monde. Elle est la langue officielle de 22 pays du Moyen-Orient. Pourtant l’activité éditoriale en langue arabe est assez peu active. Dans le secteur de l’édition traduite, le monde arabe ne traduit presque pas. D’après le Rapport sur le Développement humain arabe, élaboré par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) en 2003 le monde arabe n’aurait traduit que 10 000 livres depuis l’époque du Calife Al-Ma’moun (mort en 833), l’équivalent de ce que l’Espagne traduit en un an. Entre 1970 et 1975 le nombre de livres traduits serait alors équivalent au cinquième des traductions publiées en Grèce. Depuis quelques temps les maisons d’édition dans les pays arabes se développent, favorisant les écrits contemporains. Le nombre de livres destinés à un jeune public est aussi devenu plus important. De son côté la France, à l’instar du faible taux de publication dans le monde arabe, traduisait peu de titres issus de ces pays. La plupart des ouvrages traduits donnait une image « orientalisante » inspirée du colonialisme et les quelques ouvrages bilingues étaient des créations françaises qui n’avaient jamais été publiées dans les pays arabes. Depuis quelques années, on constate une augmentation de livres traduits de l’arabe. En littérature jeunesse certaines petites maisons d’édition essaient de valoriser la culture arabe auprès des plus jeunes. Dans cette étude nous nous pencherons sur la politique de traduction de la maison d’édition du Port a jauni qui édite des titres traduits de l’arabe et des créations en français traduites par la suite, présentés en format bilingue. Mathilde Chèvre, qui en est la fondatrice, a soutenu sa thèse sur La création arabe en littérature pour la jeunesse depuis 1967, reflet et projet des sociétés (Égypte, Syrie, Liban) et est actuellement chercheure associée à l’IREMAM (Institut de recherche sur le monde arabe et musulman)1. Le Port a jauni a été fondé en 2011, il est diffusé par l’Oiseau Indigo associé au distributeur Pollen qui « […] s’attache à faire connaître et à vendre des ouvrages publiés par des maisons d’édition arabes et africaines sur le marché du livre français2 ». Lire la suite La politique éditoriale des éditions jeunesse en français et arabe du “Port a jauni”

Les Statistiques de “Monde du Livre”

La plateforme Hypotheses.org met à disposition de ses utilisateurs un outil permettant de visualiser quotidiennement les statistiques web de leur blog. Plus précisément, ces statistiques permettent d’informer sur le nombre de visiteurs, les différentes manières utilisées pour arriver sur les pages, la durée des visites, etc.
Avoir un regard sur ces statistiques est une tâche qui incombe au chargé de communication. Nous rapprochant de la fin de l’année universitaire, nous vous proposons de revenir sur les évolutions statistiques du carnet Monde du livre depuis que notre équipe de rédaction en a repris la responsabilité.

Lire la suite Les Statistiques de “Monde du Livre”

La traduction des langues hispaniques: les “Ibériques” aux éditions José Corti

Devanture Librairie José Corti
Librairie José Corti, CC-BY Martin Greslou

En 1925, José Corti (de son véritable nom José Corticchiato) ouvre une librairie au 6, rue de Clichy à Paris où il commence (à partir de 1930 d’après le catalogue de l’époque) à éditer ses amis, pour la plupart des auteurs surréalistes tels que Breton, Éluard, Aragon, Dali. Ce n’est qu’en 1938 qu’il fixe le siège actuel de la maison d’édition au 11, rue de Médicis, toujours à Paris et qu’il choisit l’appellation « éditions José Corti » (entre 1925 et 1938 son travail d’éditeur était connu sous le nom « des éditions des Surréalistes » dû à la grande présence de ses amis dans le catalogue). Il fait la connaissance, la même année, de leur auteur référence : Julien Gracq, un auteur français, qui restera chez cet éditeur toute sa vie.
La publication des ouvrages chez José Corti fut énormément influencée dans ses débuts par l’arrivée de la seconde guerre mondiale, une influence que José Corti explique dans son ouvrage Souvenirs désordonnés, où il évoque notamment cette tragédie vécue pendant la guerre : la déportation de son fils. L’éditeur publia de nombreux livres clandestins pour la Résistance à l’instar des éditions Minuit. Ce n’est qu’après la guerre que Corti « édite des textes poétiques ou réédite des classiques méconnus du romantisme européen1» comme Beckford2, Blake3 et Xavier de Maistre4. Lire la suite La traduction des langues hispaniques: les “Ibériques” aux éditions José Corti

Joanna Concejo, les visages du lointain

Deux patineuses habillées dans le style début XXe siècle sont dessinées sur une page de calendrier datée du 20 janvier 1952
Joanna Concejo, Les patineuses, 2014 Graphite sur page de calendrier ancien 8,4 x 12 cm, courtesy de l’artiste

Faire entrer en résonance le patrimoine des Musées de Montbéliard et la création contemporaine, proposer des expositions dans lesquelles les artistes capturent l’âme d’un lieu pour proposer un agencement voire des créations inédites, telle est l’une des constantes des expositions temporaires proposées par les Musées de Montbéliard. Sarkis, invité pour une exposition au Musée du Château des ducs de Wurtemberg en 2014, a ainsi retravaillé son projet Panthéon en associant les signatures imaginaires au néon bleu des illustres « panthéonisés » de Paris à des photographies d’anonymes du Pays de Montbéliard du début du XX siècle, présentées en grand format, sans retouche ni rognage et issues des collections de plaques photographiques des Musées.

L’exposition « Joanna Concejo : les visages du lointain » a été proposée jusqu’au 15 mars 2015 à l’occasion des festivités autour du marché de Noël, dans le cadre d’un nouveau cycle annuel : « Dessiner le monde », dont le propos est la création de dessins originaux par un artiste invité, inspirés par les collections ou le patrimoine de la ville. Figuration, narration et couleurs en sont les maîtres mots. Joanna Concejo, plasticienne et illustratrice d’origine polonaise, explore justement par son travail la notion du temps – de par sa technique d’illustration notamment – et présente un imaginaire proche du conte. Elle a par ailleurs illustré différents contes et albums à destination de la jeunesse, auprès des éditions du Rouerge, des éditions Notari et de l’Atelier du Poisson Soluble pour la France. Son dernier album, Quand les groseilles seront mûres, est sorti le 16 mars 2015.

Lire la suite Joanna Concejo, les visages du lointain

Entretien avec Nicole Bary des Éditions Métailié

logo Métailié
logo des éditions Métailié

Le vendredi 13 février 2015, les étudiants du master « Monde du livre » ont eu le plaisir d’accueillir Nicole Bary au sein de l’université d’Aix-Marseille.
Nicole Bary est traductrice de l’allemand, directrice de l’association Les Amis du Roi des Aulnes, co-organisatrice de la manifestation « Lettres d’Europe et d’ailleurs » et directrice de la collection « Bibliothèque allemande » des Éditions Métailié, depuis vingt ans. À ce jour, la collection rassemble quinze traducteurs (dont quatre principaux), vingt et un auteurs et trente-huit titres.
Les étudiants du master 2 partagent avec vous les points essentiels de cette rencontre littéraire qui a duré deux heures. Lire la suite Entretien avec Nicole Bary des Éditions Métailié

Renouer avec le désir de lire: les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille

Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.
Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.

Le Printemps de la Francophonie qui se déroule jusqu’à fin avril, nous prouve que les initiatives en faveur de la lecture et de l’expression de chacun ne manquent pas, mais aussi, que les difficultés par rapport à la lecture sont toujours présentes dans nos villes. Lire la suite Renouer avec le désir de lire: les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille

Trois questions à… Frantz Olivié, des éditions Anacharsis

Logo des éditions Anacharsis, Copyright : Éditions Anacharsis.

Nous avons rencontré Frantz Olivié, l’un des deux cofondateurs de la maison d’édition toulousaine Anacharsis, qui vient de fêter ses quinze ans d’existence. À l’origine, Anacharsis est le nom d’un personnage des récits d’Hérodote, qui était venu à Athènes s’initier à la philosophie avant de retourner chez les barbares pour leur transmettre son savoir. Ce nom a beaucoup servi de nom de plume pour les auteurs au fil des siècles et illustre parfaitement la volonté de la maison d’édition de proposer aux lecteurs un autre regard sur le monde. D’abord créée comme une association par deux amis amoureux des livres, les éditions Anacharsis ont grandi et acquis au fil du temps une certaine renommée… Lire la suite Trois questions à… Frantz Olivié, des éditions Anacharsis

Trois questions à Dominique Bordes

Vilnius Poker de Ricardas Cavelis,  éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015
Vilnius Poker de Ricardas Cavelis, éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015. Copyright de la couverture :  éditions Monsieur Toussaint Louverture

Nous avons rencontré Dominique Bordes, éditeur et fondateur de la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture, cet hiver à la librairie Histoire de l’œil à Marseille, où nous avons eu la chance de découvrir son catalogue aux titres si atypiques.

Aujourd’hui nous posons à ce jeune éditeur toulousain quelques questions.

Interview réalisée par téléphone le 27 janvier 2015. Lire la suite Trois questions à Dominique Bordes

Quel avenir pour les comics sur Internet ?

Comic Books, de Sam Howzit, 2012, Licence CC BY
Comic Books, de Sam Howzit, 2012, Licence CC BY

Résumé : Les comics, ces bandes dessinées appartenant à la culture américaine, ont commencé à obtenir il y a vingt ans une certaine reconnaissance et à cette même époque ont dû s’adapter à l’apparition du numérique. Ainsi, Internet permet une meilleure accessibilité à ce genre, que ce soit pour les lecteurs qui peuvent acheter des comics numériques (simples versions homothétiques du papier), lire des centaines de webcomics disponibles gratuitement sur la toile, ou bien découvrir de nouveaux formats comme le TurboMedia, créé nativement pour le Web. Les lecteurs assidus peuvent même proposer leur propre contenu, qu’il s’agisse de critiques, de comptes rendu ou d’analyses, grâce à des sites, blogs, et pour les vidéastes, grâce à des plateformes comme YouTube. Pour les artistes, le Web devient un lieu d’exposition et de partage qui leur permet parfois de se créer un lectorat, argument de poids lors de la présentation d’un projet à un éditeur. Les éditeurs semblent suivre cette évolution avec intérêt, et proposent de nouveaux formats pour leurs lecteurs.

Abstract: Comics, short for comic books, originally a purely American type of visual novel, achieved true recognition about twenty years ago, and therefore at a time when digital media were beginning to flourish. The Internet made them more accessible in various forms: digital versions (the content being identical to the paper version), free webcomics for browsing (in their hundreds) and new formats such as the TurboMedia, tailor-made for cyberspace. Readers can even submit their own content, such as reviews, reports or analysis, thanks to websites, blogs and, for videobloggers/vloggers, platforms like YouTube. Today, the Internet has become a place where artists can exhibit and share their work, sometimes allowing them to create their own followings. For anyone submitting a project to publishers, who follow this evolution with interest, and offer new reading formats to their readers, this is not a negligible concern.
(Traduction : Gregory Lamula, membre du carnet EN-globe)

Lire la suite Quel avenir pour les comics sur Internet ?

Le livre au centre de tous les débats