Le numérique et le papier : le bilan écologique de nos supports de lecture

Photo de cercles de cultures prise par la NASA.

Center-pivot irrigation, NASA/Landstat,
photo prise le 3 août 2011, CC.

Un devoir d’agir

Presque deux siècles et demi après la mise au point de la machine à vapeur, en 1776 – date qui, selon la convention, marque le début de l’ère industriel – nous assistons aujourd’hui à divers déséquilibres du biosystème planétaire : pollution de l’air, de l’eau et des sols ; destruction des habitats ; amoindrissement de la biodiversité ; épuisement des « ressources » naturelles ; accumulation de déchets non biodégradables ou toxiques ; dérapage du climat ; fréquence accrue d’événements météorologiques extrêmes. Devant ce « cortège inouï[1] » de crises interspécifiques et environ­nementales, s’intéresser à son bilan écologique devient le devoir minimum de chaque individu, entreprise et collectivité.

Ce constat s’applique bien évidemment au monde de l’édition ainsi qu’aux acteurs qui y sont associés (imprimeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires). Pour les maisons d’édition surtout, réduire son empreinte écologique est une idée dans l’air du temps. En retard jusqu’à récemment en matière de responsabilité environnementale[2], plusieurs maisons d’édition françaises, petites et grandes, sont aujourd’hui engagées dans des démarches qui leur permettront à terme de fabriquer des livres moins gourmands en ressources et en énergie. Depuis 2010, un collectif de petites maisons, baptisé les « Éditeurs écolo-compatibles », tient au Salon du livre de Paris un stand thématique sur l’écologie, souhaitant par ce biais diffuser les initiatives qui existent au sein de l’édition indépendante. En 2011, Terre vivante, éditeur isérois spécialisé dans l’écologie pratique, a réalisé la première analyse de cycle de vie (AVC) du livre papier en France. À l’autre bout de l’échelle, Hachette Livre, en collaboration avec le cabinet Carbone 4, a annoncé en mars 2012 que chacun de ses ouvrages imprimés sur papier recyclé ou certifié paraîtra revêtu d’une « étiquette carbone », placée en quatrième de couverture ou sous l’achevé d’imprimer.

Tous ces efforts relèvent de la fabrication du livre sous son format multiséculaire, c’est-à-dire imprimé (le plus souvent sur papier), puis relié et placé entre une couverture protectrice et identificatoire. Or, toute évaluation de l’impact environnemental de l’édition doit désormais prendre en compte le bilan des tablettes et des liseuses, qui depuis peu viennent concurrencer le livre papier. Le parc de liseuses en France demeure relativement modeste : selon le cabinet d’études GfK, le nombre de liseuses vendues dans l’Hexagone aurait dépassé 300 000 unités fin 2012, tandis que le livre numérique serait passé à 1,5 % du chiffre d’affaires des éditeurs français à la même période[3]. Par ailleurs, si la France est loin des 16 % du marché que le livre numérique occupe aux États-Unis, les ventes de ce produit ont accusé une augmentation de 80 % en 2012[4]. Il faut également noter que la majorité des livres numériques sont lus sur des liseuses (Kindle, Kobo, Sony Reader, etc.), la lecture de livres étant considérée comme une « activité marginale » sur les tablettes[5].

L’analyse de cycle de vie : un outil incontournable

Il est légitime et utile de comparer le bilan écologique de la liseuse ou tablette avec celui du livre papier. Or cette comparaison, essentiellement technique, se complique en raison du statut prestigieux, voire quasi sacré, qu’occupe le livre (sous-entendu papier) dans l’imaginaire collectif. Le calcul de l’empreinte environnementale du « matériel » et du « dématériel » devient ainsi un nouvel enjeu dans le débat entre bibliophiles et technophiles. Malheureusement, les arguments mobilisés de part et d’autre sont souvent lacunaires, relevant dans les faits de la préférence subjective du locuteur plutôt que de l’analyse impartiale des faits. Afin de mesurer de façon plus précise les impacts sur l’environnement liés à la fabrication et à l’utilisation d’un objet, le concept de l’analyse de cycle de vie (ACV) a été développé. Celle-ci prend en compte toutes les étapes de la vie de l’objet « du berceau à la tombe », c’est-à-dire depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la transformation de l’objet en déchet.

Quelques précisions s’imposent. Premièrement, la composition exacte ainsi que le processus de fabrication de la plupart des liseuses et tablettes sont occultés par le secret commercial. Par ailleurs, les données fournies par les fabricants sont à manier avec précaution, car les déclarations de ces derniers en matière de responsabilité sociale, si sincères soient-elles, s'apparentent également à un exercice de marketing. Ainsi, afin d’estimer le bilan écologique de ces appareils, il est nécessaire de s’appuyer sur des données composites basées sur les informations disponibles[6]. Deuxièmement, il faut rappeler que les liseuses et tablettes peuvent stocker des milliers de pages, c’est-à-dire des centaines de livres. Pour mieux saisir les enjeux, il convient donc d’imaginer ces appareils comme l’équivalent d’un rayon de livres chez soi ou dans une bibliothèque. Notons enfin que les tablettes et les liseuses « nouvelle génération », dotées de fonctionnalités supplémentaires, auraient une empreinte écologique plus restreinte que les anciens modèles, à condition qu’elles entraînent une réduction d'achats d’appareils à fonction équivalente (appareils photo, baladeurs musique, etc.).

Le cycle de vie d’un livre papier ou d’une liseuse/tablette comporte bien des étapes, allant de la conception et de la prépresse à la fabrication, la distribution-diffusion, l’utilisation et, enfin, l’obsolescence. D’un point de vue écologique, quatre étapes s’avèrent particulièrement pertinentes : l’extraction et la transformation de matières premières afin de fabriquer tel ou tel support ; la consommation d’énergie que représente l’utilisation du support ; la durée de vie du support ; et la capacité de recyclage de ce dernier. Les phases de conception et de diffusion, quoique consommateurs d’énergie et de ressources, sont d’une moindre importance dans l'analyse de cycle de vie des supports de lecture. À ces stades, le bilan écologique de ces derniers varie relativement peu. De façon similaire, l’impact environnemental de la distribution, découlant en grande partie de l’organisation logistique et des politiques d’emballage, relève d’une « deuxième couche » de facteurs déterminant le bilan écologique des supports, moins fondamentale, que la fabrication et l'utilisation.

Matières premières

Dans sa forme imprimée, le livre est fabriqué à partir de deux matériaux principaux : du papier et de l’encre[7]. Diverses substances sont nécessaires pour fabriquer ces matériaux. Ainsi, plusieurs procédés chimiques, plus ou moins polluants, sont utilisés pour blanchir la pâte à papier. Si, auparavant, on avait recours à des gaz chlorés comme agents de blanchiment, cette technique, très polluante, est aujourd’hui de plus en plus délaissée en faveur d’autres procédés à base de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée). La fabrication de la feuille de papier nécessite, elle, des ajouts de charges minérales (kaolin, talc, etc.) et d’adjuvants : colles, agents pour renforcer la résistance, azurants optiques pour accentuer la blancheur, antimousses. Selon Terre vivante, plus de 70 % des impacts du livre sur l’environnement sont dus à la fabrication de la pâte à papier et du papier. Ces impacts négatifs sont nuancés jusqu'à un certain point par la production du papier recyclé. Celle-ci consomme 2,7 fois moins d’énergie et cinq fois moins d’eau que la fabrication du papier vierge PEFC[8]. Malgré cela, elle demeure l’étape du cycle de vie d’un livre qui a le bilan écologique le plus lourd.

L’encre utilisée pour l’impression du livre contient des colorants, des résines, des alcools et des huiles végétales ou  issues de la pétrochimie. À ces substances s’ajoute le papier épais utilisé pour fabriquer la couverture, qui est ensuite collée au bloc de pages. La couverture est souvent recouverte d’une pellicule, réalisée à l’aide d’un film de polypropylène ou d’acétate, qui va la protéger et lui donner un aspect brillant ou mat. Selon Terre vivante, le façonnage est la phase du cycle de vie d’un livre qui occasionne le plus de rejets de substances cancérigènes après la fabrication de papier, notamment à cause du pelliculage de la couverture.

La fabrication d’une liseuse ou tablette nécessite, elle aussi, diverses matières premières, telles que l’aluminium et le cuivre, ainsi que des matériaux synthétiques comme le verre. Plus controversée pourtant est l’utilisation de certains minerais rares, tels que le coltan (colombite-tantalite) et le lithium, qui est nécessaire à la fabrication de batteries longue durée. Plus de la moitié du coltan extrait de la Terre provient de pays africains, dont notamment la République démocratique de Congo, pays en guerre civile depuis seize ans. L’extraction du lithium, quant à elle, reste très nocive sur le plan environnemental et très consommatrice d’eau et d’énergie[9].

Il est intéressant de noter que dans son rapport environnemental, Apple tient à souligner que le dernier modèle de l'iPad (l'iPad Wifi + Cellular) ne contient ni arsenic ni mercure – tout en omettant de préciser quels autres minerais sont nécessaires à la fabrication des pièces internes. De telles omissions ne sont pas rares : plusieurs fabricants, dont Amazon, fournissent encore moins d’informations sur la composition de leurs produits. En effet, si la plupart des fabricants déclarent ne pas acheter des minerais provenant de zones de conflit, ces informations ne sont pas vérifiables car les entreprises ne rendent pas publics les noms de leurs fournisseurs. Ce problème a été récemment mis en évidence dans une enquête des Amis de la Terre sur les impacts sociaux et environnementaux des mines d’étain sur l’île de Bangka en Indonésie : indirectement impliqué dans l’affaire, Apple a pris la décision curieuse de dresser une liste de ses fournisseurssans pourtant les nommer[10]. La société LG, également impliquée, a réitéré son engagement en faveur de la traçabilité mais, comme Apple, omet toujours de préciser l’identité de ses fournisseurs. Ce manque de transparence pointe une vraie faiblesse du système d’autoévaluation pratiqué par les fabricants de liseuses et de tablettes.  En effet, nos calculs du bilan écologique et social de ces appareils resteront imprécis, et d’une utilité limitée, tant que les fabricants fourniront des données incomplètes sur les matériaux utilisés – et sur leur provenance.

Consommation d’énergie

Dans son livre Pétrole ! La fête est finie (paru en 2008 en traduction française), le journaliste Richard Heinberg présente une typologie des outils en fonction de leur mode de consommation d’énergie[11]. Suivant cette typologie, on peut distinguer quatre catégories d’outils :

  • les outils dont la fabrication et l’utilisation dépendent uniquement de l’énergie humaine (un vêtement en fourrure, une arme en pierre) ;

  • les outils dont la fabrication nécessite une source d’énergie extérieure mais dont l’utilisation dépend de l’énergie humaine (un couteau, une pièce de monnaie) ;

  • les outils fabriqués à partir de l’énergie humaine mais dont l’utilisation nécessite une source d’énergie extérieure (une charrue, un moulin à vent ou à eau) ;

  • les outils dont la fabrication et l’utilisation dépendent d’une source d’énergie extérieure (une machine à vapeur, un réacteur nucléaire, un panneau photovoltaïque).

Comme le note Heinberg, cette schématisation des outils fait ressortir les principales étapes évolutives de la société humaine tout en soulignant le caractère cumulatif du développement technologique. Nous constatons également que le livre papier rentre dans la deuxième ou troisième catégorie, en fonction de la source de lumière utilisée pour le lire, tandis que la liseuse et la tablette, qui se chargent à l’électricité et dont l’utilisation dépend du maintien de serveurs centralisés (« cloud computing »), rentrent dans la quatrième catégorie.

Ainsi, en vertu de l’axiome selon lequel l’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas, le livre papier prend l’avantage sur la liseuse/tablette sur le plan de l’efficacité énergétique. Toutefois, il faut nuancer cette conclusion. Selon l’analyse de cycle de vie de Daniel Goleman et Gregory Norris, publiée sous forme de tribune dans le New York Times en 2010, si on lisait un livre papier le soir, la consommation d’énergie de notre lampe de chevet serait supérieure à celle nécessaire pour faire fonctionner l’écran d'une liseuse ou tablette. Par ailleurs, il est probable que les prochaines générations de liseuses et tablettes exploiteront le solaire comme mode d’approvisionnement d’énergie principal ou d’appoint. Les sociétés LG et Toshiba ont lancé des liseuses à batterie solaire respectivement en 2009 et 2010, tandis qu’en janvier 2012 SolarFocus a mis en vente une housse avec chargeur solaire pour le Kindle 4.

Durée de vie

Peu de données sont disponibles concernant la durée de vie des liseuses et des tablettes. Or, il s’agit là d’un élément très important dans le calcul de l’impact environnemental des supports de lecture électroniques. En effet, l’un des arguments de vente des fabricants de liseuses ou tablettes est le seuil de basculement de ces dernières, c’est-à-dire le nombre d’ouvrages qu’il faut lire sur un support électronique pour que celui-ci devienne « compétitif » d’un point de vue écologique. Le rapport Cleantech, commandé par Amazon en 2009, estime que le seuil de basculement de la deuxième génération de Kindle est de l’ordre de 15 livres papier achetés en librairie ou 30 livres papier achetés en ligne. Ces chiffres ont été critiqués par des observateurs externes, qui suggèrent que pour l’ensemble du parc des liseuses et tablettes, le vrai seuil de basculement serait de l’ordre de 40 à 60 livres papier. Selon le ministère de la Culture et de la Communication, les Français ont lu en moyenne 16 livres chacun en 2008, l’année la plus récente pour laquelle les données sont disponibles. En se basant sur un seuil de basculement de 40 à 60 livres papier, il faudrait donc entre deux ans et demi et quatre ans pour qu’un lecteur moyen lise assez d’eBooks pour rendre sa liseuse ou tablette performante d’un point de vue écologique.

Si de tels calculs ont une certaine utilité, le concept du seuil de basculement demeure peu précis, notamment parce que le numérique fait émerger de nouveaux modes de lecture, plus rapides et sélectifs. Il se peut donc que la possibilité de télécharger un fichier numérique à tout moment – surtout dans des pays où le prix unique du livre ne se pratique pas –, encourage les utilisateurs de liseuses ou tablettes à acheter sur support numérique des ouvrages qu’ils n’auraient pas achetés sur support papier, ce qui fausse les comparaisons. Plus important encore, la liseuse et la tablette sont sujettes au phénomène d’obsolescence accélérée (ou « programmée »), c’est-à-dire une forme d’obsolescence due non à la péremption mais à la rapidité et l’échelle des avancées technologiques, qui rendent les anciens modèles d’un produit relativement moins performants que les nouveaux. Bien que nous ne disposions pas encore de chiffres exacts sur le taux de remplacement des liseuses et tablettes, un nouveau rapport des Amis de la Terre indique qu'en France un ordinateur portable est renouvelé tous les trois à quatre ans, et un téléphone tous les dix-huit mois. Un tel taux de remplacement, pour les liseuses et tablettes, remettrait en question leur « performance » écologique car elles seraient remplacées avant ou une fois le seuil de basculement atteint. Même si des fichiers numériques déjà achetés peuvent dans certains cas être transférés d’un appareil à un autre – s’il s’agit de deux modèles produits par le même fabricant –, la décision de remplacer un appareil avant qu’il soit périmé alourdit considérablement son bilan carbone total. À l’inverse, la durée de vie d’un livre papier peut s’étaler sur plusieurs décennies, et peu de lecteurs (hors collectivités) remplacent une ancienne version d’un ouvrage quand une nouvelle édition de celui-ci est mise en vente.

Recyclage

Selon Christian Robi, spécialiste de l’économie de l’édition, environ 500 millions de livres papier sont fabriqués en France par an. De ce total, environ 100 millions d’exemplaires seront pilonnés à terme. Heureusement, selon l’étude de Terre vivante, les éditeurs en Europe ont de plus en plus recours au papier recyclé, ce qui veut dire que le papier récupéré du pilonnage d’anciens livres peut être réutilisé pour en fabriquer d’autres. Ce procédé a le mérite d’épargner des arbres, car une feuille de papier peut être recyclée cinq fois[12]. Par contre, si un livre papier finit sa vie dans la décharge locale, la décomposition du livre générera deux fois les émissions de carbone de la phase de fabrication, tout en ayant des effets très nuisibles sur le système aquatique[13].

La question du recyclage est un enjeu très important dans la stratégie de ventes des fabricants de liseuses et tablettes. À titre d’exemple, Apple indique que 95 % des matériaux de l’iPad sont récupérables au stade du recyclage et que 70 % des iPad sont recyclés, tandis qu’Amazon affirme que tous les Kindle usagés qu’il reçoit sont réexpédiés à des centres de traitement de déchets réglementés. Cependant, le taux de participation à ces programmes remet en cause leur efficacité : on estime qu’aux États-Unis, seulement 10 % des déchets électroniques sont recyclés et, selon le Guide électronique de Greenpeace, les déchets ne sont pas toujours traités correctement. Si la tâche de démanteler une liseuse ou tablette est confiée à des entreprises non réglementées, qu’elles soient basées dans des pays du Nord ou du Sud, les personnes chargées de ce travail seront exposées aux diverses substances toxiques qui sont toujours nécessaires à la fabrication de produits électroniques.

Vers des livres écoconçus…

Le livre papier, la liseuse et la tablette ont tous les trois un bilan environnemental conséquent, comme l’indique ce bref panorama des différentes étapes de leurs cycles de vie. La comparaison des impacts environnementaux liés à la fabrication de ces supports repose sur le calcul du seuil de basculement entre eux. Or, comme nous l’avons vu, ces calculs demeurent imprécis car des informations essentielles concernant la composition et les processus de fabrication des supports ne sont pas rendues publiques. Notons également que le concept du bilan carbone, si utile soit-il, ne prend pas en compte des questions relevant de l’éthique, telles que la provenance des minerais rares utilisés dans la fabrication de supports de lecture électroniques. La question de la traçabilité se pose également dans l’industrie du papier, les mécanismes en place n’étant pas aussi performants que l’on espérerait : les Amis de la Terre ont récemment dénoncé le système de certification PEFC, qui autorise « les pires pratiques, comme les coupes rases suivies d’un “nettoyage” au napalm par hélicoptère[14] ».

Le livre, qu’il existe sous forme papier ou numérique, demeure un objet culturel incontournable, essentiel à la transmission du savoir, de la créativité et du progrès. Le bilan écologique de l’édition est également à relativiser : selon Carbone 4, le bilan carbone de Hachette est de l’ordre de 276 grammes d’équivalent-dioxyde de carbone par euro (g eq CO2/€), tandis que le bilan du secteur de la viticulture est de l'ordre de 285 g eq CO2/€, et celui des industries lourdes, plus de 1000 g eq CO2/€. Ceci dit, le bilan environnemental du livre, sous toutes ses formes, peut être amélioré. Dans son analyse du cycle de vie du livre papier, Terre vivante dresse une liste des démarches à adopter, y compris :

  • le recours au papier recyclé, fabriqué en France ou en Europe et de préférence ni désencré ni blanchi ;

  • l’utilisation des encres végétales, pourvu que celles-ci ne contiennent pas d’huile de palme, source de déforestation, et ne soient pas issues de cultures OGM ;

  • la fabrication de pages en papier couché à la surface lisse, ce qui facilite la récupération de l’encre au stade du recyclage ;

  • la réduction du pelliculage des livres ou l’utilisation d’un pelliculage à base de matières végétales ;

  • le rapprochement des lieux de différentes étapes de conception du livre (éditeurs, imprimeurs, façonneurs) ;

  • l’optimisation des emballages ;

  • le soutien des prestataires engagés dans une démarche de certification et soucieux de leurs impacts environnementaux.

L’étude de Carbone 4 pour Hachette Livre recommande, elle, l’adoption de diverses démarches favorisant une utilisation plus sobre des ressources, telles que la réduction du grammage et du format des livres, l’impression sur papier recyclé, et la mise en place d’un système d’impression à la demande.

À ces démarches s’ajoute la nécessité d’engagements plus fermes en matière de transparence et de traçabilité, et ce tant dans l’édition papier que dans l’édition numérique. Évoquons également une autre piste, plus controversée, qui mérite pourtant d’être explorée : la réduction des tirages et du nombre de titres publiés. À l’heure actuelle, le principe d’économies d’échelle incite les éditeurs à privilégier les plus gros tirages[15], et la production éditoriale – en France comme ailleurs – s’accroît d’année en année, à quelques exceptions près. Ce modèle économique a pour effet d’institutionnaliser le gaspillage – environ 20 % des exemplaires sont pilonnés à terme[16] – tout en soulevant de nombreuses difficultés logistiques pour les libraires, qui se plaignent des dérives d’un système « où l’abondance de biens nuit ». De la même manière, l’évolution constante des liseuses et tablettes sur le plan technique favorise le phénomène d’obsolescence accélérée, ce qui génère à son tour des problèmes de gaspillage de ressources et de gestion de déchets. Et pourtant, si définir ce qu’est la « surabondance » s’avère problématique, évoquer le plafonnement de la production l’est encore plus. Les éléments de réponse à cette question relèvent sans doute de la macroéconomie plutôt que de l’autorégulation éditoriale. En effet, il est probable que l’attribution d’un signal-prix au carbone – mesure qui semble inévitable – aura pour effet de mieux calibrer la production et la consommation des biens, y compris le livre, la liseuse et la tablette, en fonction de leur impact environnemental.

Pour aller plus loin :


[1] Fressoz, Jean-Baptiste, « L’inquiétude climatique : histoire politique d'un refoulement », entretien avec Charlotte Nordmann, La Revue des livres, « Penser et agir en tant qu’espèce. Histoire et politique des bouleversements climatiques », n8, novembre-décembre 2012, p. 12.

[2] Roux-Goeken, Victor, « Impact environnemental du livre : les éditeurs se mettent à la page », 26 mars 2010, disponible sur <Actu-environnement.com>.

[3] Beuve-Méry, Alain, « En France, la rentrée littéraire est placée sous le signe du numérique », Le Monde, 30 août 2012, p. 14.

[4] Ibid.

[5] Ibid.

[6] Goleman, Daniel et Norris, Gregory, « How Green Is My iPad? », New York Times, 4 avril 2010.

[7] Les informations sur la fabrication du livre papier sont tirées de l’étude de Terre vivante, Fabriquer des livres, quels impacts sur l’environnement ?(2011).

[8] La notion du papier certifié remonte à 1993 avec la création du Forest Stewardship Council (FSC ou Conseil de bonne gestion forestière), établi en 1993. En réaction, l’industrie forestière a lancé un système concurrent, la PEFC (Pan European Forest Certification, devenu Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes), à l’origine européen et qui est devenu international en 2004.

[9] Kaye, Leon, « Will iPads kindle a massive carbon footprint? », Guardian, 13 avril 2011.

[10] Hodal, Kate, « Death metal: tin mining in Indonesia », Guardian, 23 novembre 2012.

[11] Heinberg, Richard, The Party’s Over: Oil, War and the Fate of Industrial Societies [2003], West Hoathly, Clairview, 2003, p. 26. Traduit en français sous le titre Pétrole. La fête est finie !, Plogastel Saint Germain, Éditions Demi Lune,2008.

[13] Goleman, Daniel et Norris, Gregory, op. cit.

[14] Angerand, Sylvain, « L’économie verte contre les forêts et les peuples », Politis, hors série n57, novembre-décembre 2012, p. 18.

[15] Berners-Lee, Mike, How Bad Are Bananas?, Londres, Profile Books, 2010, p. 75-76.

[16] Payot, Marianne, « Voyage au bout du pilon », L’Express, 24 janvier 2005.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

4 réflexions sur “ Le numérique et le papier : le bilan écologique de nos supports de lecture ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">