Livre numérique

Nouveaux modes de lecture, les codes ont changé.

Livre numérique by Ownipics

Livre numérique by Ownipics

« Il est sûr que lire la même œuvre dans une édition imprimée ou sur l’écran n’est pas lire le même livre»1

C'est dit. Ces propos de Roger Chartier nous confirment bel et bien qu'une nouvelle ère de lecture est entrain d'éclore peu à peu. La première grande révolution de l'acte de lire a été celle des moines copistes irlandais du xe siècle. Pour faciliter la lecture, ils ont effectivement rompu avec la tradition du sciptio continua, écriture attachée, sans aucun espace ou ponctuation, pour placer des blancs entre les mots. Le support matériel du texte n'a guère subit qu'un changement primordial, le passage des volumen, rouleaux de papyrus enroulés autour d'un cylindre, au codex, qui est la forme que nous connaissons aujourd'hui, composé de feuilles pliées et cousues ou reliées ensemble. Le passage au numérique, qui entraîne un changement de support et de l'acte de lire, peut donc être considéré comme une révolution majeure dans l'histoire de la lecture. En effet, d'un point de vue strictement cognitif, la lecture sur écran déclenche de nouveaux mécanismes que ne sollicitait pas la lecture sur papier.

  1. Lire sur le web, est-ce encore lire ?

Tout d'abord, qu'appelle-t-on « lecteur » ? Selon une définition parue dans l'article « Le lecteur face à l'écran», le lecteur est « quelqu’un qui se consacre, pour une durée déterminée, à la perception, à la compréhension et à l’interprétation de signes organisés en forme de message »2 .

Si la lecture sur écran change profondément, celle sur Internet en est encore plus modifiée. En effet, de nombreuses études ont vu le jour, la lecture sur la toile mobiliserait plus de zones cérébrales que la lecture classique, sur papier. Une expérience3 a été menée par le psychiatre américain Gary Small, du Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior de l'Université de Californie, sur un groupe de personnes dont l'activité cérébrale a été enregistrée grâce à un IRM. Ces personnes ont eu d'abord à lire un livre et ensuite un article sur Internet. La première étape a affiché les zones du cerveau concernées, celles du langage, de la lecture, de la mémoire ainsi que de la vision. En passant sur le net, deux autres zones se sont mises en activité, celles de la prise de décision et des raisonnements complexes (situées sur le cortex frontal, temporal et cingulaire). La lecture sur la Toile nécessite et mobilise beaucoup plus d'attention de la part du lecteur. Celui-ci doit sans cesse faire des choix, occulter certaines informations qui attirent son attention telles que les publicités, naviguer de liens en liens. La vitesse de lecture dans ces conditions baisse de 25%. En effet, l'œil, pour lire un texte, a besoin de deux temps, la vision dite fovéale, qui permet de distinguer quatre à six lettres maximum et la vision parafovéale qui élargit le centre d'attention aux mots alentours et permet au cerveau d'anticiper le déchiffrement. Lors d'une lecture sur Internet, ce temps d'anticipation est beaucoup plus long, à cause du scintillement de la surface, d'un contraste insuffisant entre les lettres et le fond.

La lecture sur écran aurait ainsi tendance à renouer avec la lecture sur volumen, le lecteur n'ayant accès qu'à une partie du texte, sans possibilité de se repérer spatialement dans celui-ci. La lecture qui se fait n'est plus linéaire, mais au contraire fragmentée, entrecoupée d'allers et retours entre les diverses informations. Le scrolling, qui est le défilement des pages, nuit également à la mémorisation spatiale des données. Des tests d’oculométrie faits sur divers patients montrent bien, par des traits et des points (qui symbolisent l'arrêt de l’œil sur une zone), que l’œil lors d'une lecture sur la Toile suit une trajectoire non définie, fait de multiples changements de sens, revient sur des informations. Il en suit une certaine désorientation, l’œil ne sait plus sur quelle information s'arrêter et vagabonde ainsi sur la page. Sur le papier en revanche, les traits sont réguliers et suivent le déroulement du texte. La linéarité est mise à rude épreuve par les différents supports qui sont disponibles sur Internet tels que les vidéos, images, sons et liens hypertextes..Cette volonté de rendre l'information ludique peut noyer le lecteur et entraîner une « surcharge mnésique »4 qui nuit à la concentration ainsi qu'à la mémorisation des données En effet, selon Thierry Bacciforme, professeur de psychologie cognitive et ergonomique à l’université Nice-Sofia-Antipolis et directeur scientifique au LUTIN5 à Paris, ces liens hypertextes feraient perdre 30% de la force de travail d'un lecteur.

Voici les constats établis sur la lecture à l'écran et en particulier ici, sur la lecture sur Internet. Mais il existe aujourd'hui de nouveaux supports s'approchant beaucoup plus du livre papier, les liseuses et autres tablettes numériques. Qu'en est-il de la lecture sur ce type d'objets ?

  1. La lecture sur tablette

Grâce à ces nouveaux supports numériques, le fantasme de la Bibliothèque infinie de Borges est à notre portée. Et les Français l'ont bien compris, puisque selon un article paru dans le journal Le Point, « le marché du livre numérique devrait atteindre un chiffre d'affaires de 55 millions d'euros à l'horizon 2015, avec une croissance envisagée de près de 80% cette année, à 21 millions d'euros»6 . Cette croissance est en particulier due aux très gros progrès technologiques qui ont été faits dans la conception de ce genre d'outils. Effectivement, ces supports électroniques tendent de plus en plus à se rapprocher de la surface papier. Tout d'abord, la façon de tourner les pages sur les différents e-book s'est nettement améliorée. Le « flash noir » qui apparaissait entre deux pages, lié à la lenteur du chargement, tend à disparaître.

Ce flash, long de 1 à 3 secondes efface en partie la mémoire de l'image de la page qu'on vient de lire, un phénomène connu sous le nom de change blindness7. L'attention décroche et on peine à se souvenir ce que l'on était entrain de lire8.

Les encres électroniques utilisées sont aussi en plein changement. Il y a quelques années, c'était la technologie E-Ink, fabriquée en 1990 par un laboratoire américain, qui primait sur les supports numériques.

Cette technologie en noir et blanc se base sur des particules qui, selon leur position sous la surface de l'écran, font apparaître des points blancs ou noirs, affichent caractères et images pour une consommation d'énergie minime9.

Aujourd'hui les nouveaux produits mis sur le marché utilisent une autre encre, qui est exploitée par le fabricant français Nemoptic. Ce nouveau prototype développé pour le projet Sylen (Système de lecture nomade) est une technique qui utilise des cristaux liquides bistables. L'amélioration ici réside dans l'économie maximale d'énergie, seul le changement de page consommera de l'énergie, pour permettre aux cristaux de passer d'un état stable à un autre. Il en existe de deux formes, torsadé ou uniforme, en fonction du champ électrique qui leur est appliqué. Les tablettes équipées de ce type d'encre ne nécessitent aucun rétroéclairage, la page ainsi affichée ressemble visuellement à une page de papier, ce qui est moins fatiguant pour les yeux du lecteur.

Malgré toutes ces évolutions, le lecteur devra néanmoins s'habituer à une certaine perte de repère dans l'ouvrage;si dans un livre papier il peut rapidement retrouver un passage, de part sa position dans le livre (début, fin...) il aura plus de mal à le faire sur une tablette ou une liseuse.

Les liseuses et autres e-books permettent donc un confort proche du livre papier pour le lecteur, ce qui n'est pas possible sur un écran d'ordinateur. Ces nouveaux supports, s'ils ne bouleversent pas pour le moment le statut de lecteur vont au fil des années le faire évoluer. En conséquence, de plus en plus de romans interactifs voient le jour, romans conçus spécifiquement pour le numérique, tels que Le peuple muet de Mathieu Gaborit, qui est l'un des premiers « romans interactifs géolocalisé » paru en 2012, et le premier de la saga Zombieproof, du même auteur. Ce dernier se passe à Paris et permet au lecteur, lorsqu'il se trouve au même endroit que l'action du livre qu'il est en train de lire (monument, quartier...), d'atteindre des détails supplémentaires sur l'histoire et de choisir la suite qu'il veut lire (à l'image des « livres dont vous êtes le héros », existants déjà en version papier). Le support sur lequel est lancé l'ouvrage doit donc avoir un GPS intégré. D'autres romans de ce type sont commercialisés, le lecteur doit par exemple trouver le lien sur la page pour pouvoir passer à la suivante, le texte peut être accompagné d'une bande sonore comme le livre de Mathias Malzieu, paru en septembre 2011 chez Flammarion et Actialuna, L'homme volcan. Le chanteur du groupe Dyonisos inclut dans son livre des musiques accompagnant le texte et les illustrations animées.

De plus, cette nouvelle ère du livre connaîtra des livres-application vivants, puisque de nombreuses mises à jour seront disponibles pour le consommateur. Un nouveau lecteur verra alors le jour, qui sera moins habitué à lire un texte pur, dénué de toute animation. Autant d'éléments supplémentaires qui peuvent rendre la lecture plus ludique pour les plus jeunes et leur faire prendre goût à ce type d'énoncé, au risque peut-être de les éloigner d'une lecture attentive et longue, comme nous pouvons la connaître sur le papier.

Comme les études neuronales l'ont démontré, la lecture sur écran nécessite une plus grande mobilisation de certaines zones du cerveau, même si les nouveaux supports disponibles, liseuses, e-books tendent à se rapprocher le plus possible du papier (blancheur de l'écran, luminescence...). En effet, si les premiers livres animés numériques misaient davantage sur une multitude d'animations au détriment du texte; nous pouvons faire référence ici à Alice in New-York paru en avril 2011, qui était qualifié de « travail pyrotechnique»10 tant la place prise par l'animation était importante. Le succès de ce type de livre a été mitigé et les éditeurs commencent peu à peu à proposer des livres animés plus édulcorés, dont le texte conserve toute sa primauté et où le lecteur n'est pas obligé de prendre constamment part aux activités proposées. La tentation de l'animation reste tout de même grande et un nouveau type de lecteur va peu à peu voir le jour, le lecteur de livre animé, de livre-jeu dans lequel ce dernier devra totalement inter-agir avec l'ouvrage et prendre part à l'histoire. Le lecteur pourra alors tour à tour devenir auteur, spectateur ou joueur pour découvrir le roman au fil de ses activités. Il faut alors espérer que le texte garde de sa souveraineté et parvienne à régner aux côtés des animations.

Pour aller plus loin :

  • BACCINO, Thierry, La lecture électronique, PUG, 2004
  • BELISLE, Claire (sous la direction de), La lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives, préface de Bertrand Legendre, Éd. École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, avril 2004, coll. « Références »
  • VANDERPORPE, Christian, Du papyrus à l'hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture, La Découverte (Cahiers libres), 1999
  • SCIENCE ET VIE, Dossier : La lecture change, nos cerveaux aussi : e-book, Internet, smartphone... numéro 1104, septembre 2009

1Roger, Chartier, dossier « Demain le livre », Livres hebdo, n° 787, 4 septembre 2009, p. 75-78

2Cet article est disponible sur http://www.infobourg.com/2010/10/15/le-lecteur-face-a-l%E2%80%99ecran/

3Cette expérience est expliquée dans le Science et Vie, n°1104, septembre 2009, p. 42-57

4Science et Vie, n°1104, septembre 2009, p. 42-57

5Laboratoire des Usages en Technologies d'Information Numérique

6Article consulté le 27/12/12 sur http://www.lepoint.fr/culture/le-livre-numerique-prend-son-envol-en-france-28-08-2012-1499976_3.php

7Cécité de changement

8Propos de Charles Tijus, directeur du laboratoire Cognitions humaine et artificielle et directeur du Lutin.

9Science et Vie, n°1104, septembre 2009, p. 42-57

10http://www.ebouquin.fr/2011/03/16/alice-for-ipad-2-quand-la-lecture-disparait-au-profit-de-la-pyrotechnie/, consulté le 02 janvier 2013

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Nouveaux modes de lecture, les codes ont changé. ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">