Bibliothèque et médiathèque troisième lieu

18 mars 2013
Par
Photo : "Du design, du design, du design" par Charlotte Henar en licence Creative Commons by-sa

Photo : “Du design, du design, du design” par Charlotte Henar en licence Creative Commons by-sa

Dans le cadre de notre master, nous avons eu l’occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiathèque Louis Aragon de Martigues. Outre le métier de bibliothécaire, elle nous a présenté le projet de sa médiathèque : évoluer vers le « le troisième lieu ». Ce concept, séducteur et innovant, est encore peu développé en France malgré son succès en Angleterre ou aux Pays-Bas et, déjà, il rencontre autant de farouches critiques que de fervents défenseurs.

Le concept

Alors que le premier lieu figure le foyer et que le second lieu se réfère à la sphère du travail, le troisième lieu représente quant à lui un espace consacré à la vie sociale, où les individus peuvent se rencontrer et discuter de manière informelle à l’image de ce qu’a pu être la place du marché ou l’église et de ce qu’incarne encore le café aujourd’hui.

Le sociologue Ray Oldenburg qui a conceptualisé cette notion1 dans les années 1980 en a tiré les caractéristiques suivantes dans son livre The Great, Good Place2 :

  • « un espace neutre et vivant » où toutes les couches sociales se mêlent afin de partager des conversations dépourvues des usages propres à la communication entre personnes familières les unes des autres et ceci dans la convivialité. Le cadre s’y prête d’ailleurs puisqu’il en émane une ambiance joyeuse et chaleureuse à la fois. Une large amplitude horaire et une localisation très accessible en font un endroit où on peut aller souvent et rester longtemps.

  • « un lieu d’habitués » dans lequel on peut se rendre spontanément et où on sera bien accueilli et bien entouré. On pourra y retrouver des personnes qui apprécient s’attarder dans ce lieu conçu pour leur confort.

  • « comme à la maison », voire mieux qu’à la maison, puisque l’objectif de ce troisième lieu est multiple. Selon Ray Oldenburg, il faut parvenir à offrir un ancrage physique dans un espace où l’importance de la communauté et les relations nouées donnent un sentiment d’appartenance et régénèrent le lien social. On peut y être soi-même et, comme dans un foyer, la chaleur humaine baigne ce lieu.

  • « l’œcuménisme social » puisque le troisième lieu est propice aux rencontres d’individus de divers horizons, d’âge, de parcours, d’éducation et de niveau social différents. Sur la base du respect et de la liberté, chacun peut à sa guise faire la connaissance d’autres personnes de manière informelle, sans la contrainte de la permanence du lien caractéristique d’un environnement plus personnel comme le cercle d’amis.

  • « un cadre propice au débat », c’est un lieu de rassemblement où chacun peut exprimer ses opinions politiques, son point de vue sur la société, ce qui crée un débat public serein puisque le respect et la tolérance qui imprègnent la structure se transmettent naturellement aux échanges.

La bibliothèque troisième lieu

Ray Oldenburg n’a pas mentionné la bibliothèque comme faisant partie des troisièmes lieux mais d’autres l’ont fait, à l’instar d’Alistair Black, historien des bibliothèques : « Aux côtés d’autres établissements de la vie de tous les jours, où l’on peut traîner et se détendre, à l’instar des cafés, librairies, tavernes, lunch clubs et centres communautaires, elles [les bibliothèques] ont historiquement témoigné des qualités essentielles propres au “troisième lieu”: elles représentent des endroits neutres, gommant les clivages sociaux, plutôt sans prétention, communautaires ; elles constituent des territoires familiers, confortables, accessibles, qui favorisent l’interaction, la conversation (dans certaines limites) et une ambiance enjouée ; elles sont fréquentées par des “habitués” et font fonction de second chez-soi, soulageant les individus du train-train quotidien, procurant réconfort et distraction 3».

Tous les critères du sociologue semblent donc réunis, pourtant on peut s’interroger sur la pertinence et la validité des caractéristiques de discussion et de débat politique. En effet, on se rend avant tout dans une bibliothèque pour lire, pour trouver des ouvrages que l’on emportera chez soi ou bien pour travailler, effectuer des recherches.

Or, la démultiplication de services comme l’aide à la formation professionnelle, l’accès au multimédia, l’ouverture vers l’art mise en place notamment grâce à des partenariats et l’organisation d’événements en font un lieu de rencontres et facilitent le dialogue entre les participants.

De plus, le fait de repenser l’agencement du lieu entre espaces ouverts dédiés au rassemblement et au travail en groupe et espaces restreints et isolés pour plus de tranquillité permettent également la conversation voire le débat entre ceux qui le souhaitent sans gêne pour les autres usagers. On évolue donc naturellement vers une bibliothèque troisième lieu.

Dans cette perspective, Mathilde Servet, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France et auteure du mémoire4 qui a vulgarisé le concept de bibliothèque troisième lieu dans l’hexagone a fait ressortir trois aspects prépondérants :

  • « un ancrage physique fort 5» puisque la bibliothèque troisième lieu se caractérise par une redéfinition architecturale résolument plus moderne et design tout en invitant l’usager à s’approprier le lieu, à l’image des Idea Stores ou des bibliothèques hollandaises. Le jeu des couleurs, le choix du mobilier, l’agencement de l’espace créent différentes dynamiques allant du cocooning à des sphères dédiées à l’imaginaire ou la créativité, le but étant de séduire l’usager afin qu’il prolonge son passage dans la structure. On est loin de l’image austère de la bibliothèque traditionnelle.

  • « une vocation sociale affirmée 6» par la déclinaison en diverses activités et services du « vivre ensemble ». Souvent situées en centre ville et bénéficiant d’une large amplitude horaire pour un meilleur taux de fréquentation, ces nouvelles bibliothèques attirent des individus aux intérêts divergeants mais auxquels elles peuvent répondre puisque leur offre de services est protéiforme.

    En effet, outre des activités culturelles de plus en plus variées, les bibliothèques troisième lieu assument aussi une mission citoyenne en mettant en place des actions d’aide à la recherche d’emploi, d’alphabétisation, d’aide aux devoirs, de découverte de l’environnement multimédia… Les nombreux partenariats avec des associations, des lieux culturels ou les écoles viennent renforcer cette démarche.

    Face à cette évolution, certains ont pu parler de centre culturel ou d’hyper-lieu plutôt que de bibliothèque d’autant que les codes en sont brouillés : des cafés ont été installés à l’intérieur de ces structures et chacun peut manger, boire et téléphoner librement.

  • « une nouvelle approche culturelle 7» qui rompt définitivement avec l’image de « temple du savoir » des bibliothèques plus préoccupées par l’accumulation de leurs collections que par le bien-être des personnes qui viennent les consulter. On ne s’adresse plus à une élite mais à l’ensemble de la population à laquelle on offre la possibilité d’aller plus loin en utilisant divers supports de lectures, en proposant des passerelles vers d’autres arts, en désacralisant la culture que l’on rapproche alors du divertissement dans un lieu où s’invitent le marketing et les techniques commerciales.

La réception controversée du modèle de la bibliothèque troisième lieu

Bien qu’encore assez marginal en France, le modèle tel qu’il a été développé, notamment en Angleterre, cristallise un certain nombre de critiques de la part de bibliothécaires, sociologues, journalistes ou bloggers français. Pour d’autres, en revanche, c’est une perspective d’avenir réjouissante et une évolution salutaire de la bibliothèque traditionnelle.

D’après Mathilde Servet,les bibliothèques de troisième lieu britanniques « cherchent à s’inscrire dans la compétition avec l’industrie de loisirs et des produits culturels, à l’heure où les individus sont confrontés à une offre croissante. Elles travaillent leur pouvoir de séduction et n’hésitent pas à emprunter des stratégies marketing propres à l’univers marchand. Leur architecture (larges surfaces vitrées, présence ponctuelle d’escaliers roulants, écrans…) s’inspire des centres commerciaux. Les Idea Stores – dont les rayures bleues et vertes imprimées sur les façades de verre agissent comme un logo – sont, quant à eux, la première chaîne de bibliothèques au monde. Les Discovery Center implantés dans le sud de l’Angleterre ont repris le modèle de la chaîne et promettent un concept absolument novateur : « This is new, this is exciting, this is totally different.8 » L’usager est appréhendé comme un client dont il s’agit de gagner les faveurs, en lui procurant des « moments forts »9. Il ne faut pas en oublier pour autant que le but de la bibliothèque contrairement au centre commercial n’est pas le gain financier mais d’attirer de nouveaux usagers par le biais de pratiques utilisées en marketing.

Cette vision de la bibliothèque s’accorde moins bien à la conception française de l’acquisition des connaissances et de l’approche de la culture littéraire que l’on perçoit comme élitiste, studieuse et silencieuse. Preuve en est, les nombreuses voix qui s’élèvent notamment sur la Toile, comme celle de Bertrand Calenge, qui souligne le rôle de plus en plus anecdotique que prendrait le métier de bibliothécaire qui ne serait plus là pour orienter, conseiller et transmettre son savoir au futur lecteur mais qui serait plus un animateur, voire qui disparaîtrait. Il prend pour exemple les Idea stores londoniens où les bibliothécaires se raréfient. Sans en arriver à ce point, il est à noter que, ayant pris conscience de l’importance du concept de troisième lieu, la formation des futurs bibliothécaires est remise en question dans le but de l’adapter au mieux à ses nouvelles pratiques.

D’autre part, il pourrait être dangereux de pousser trop loin les limites de l’offre de services variés puisqu’à trop vouloir satisfaire les besoins, certes multiples, des usagers, ceux-ci pourraient fréquenter la structure uniquement pour ces autres propositions et non plus pour le livre. La bibliothèque perdrait alors son identité pour devenir un centre culturel. C’est ce que l’on peut constater en Angleterre avec les Idea stores ou les Discovery centers qui,de fait, ne se présentent plus comme étant des bibliothèques de par leur dénomination.

Pour autant, il est incontestable que le modèle britannique représente une avancée considérable qui révolutionne la bibliothèque dans tous ses fondements. La France n’est pas forcée de suivre trait pour trait cet exemple qui ne correspondrait peut-être pas tout à fait à la population française plus mesurée et attachée à son patrimoine mais pourrait l’adapter afin que coexistent les bibliothèques troisième lieu et traditionnelles. La médiathèque troisième lieu de Thionville, véritable réussite, prouve que le modèle est modifiable et transposable dans notre pays. Le succès de ces nouvelles structures auprès du public témoigne de son intérêt pour d’autres voies d’appréhension de la culture et il serait dommage de l’en priver.

Pour aller plus loin :

Mémoire de fin d’études du diplôme de conservateur de Mathilde Servet « Les bibliothèques troisième lieu »

A consulter sur Internet, les articles de :

Mathilde Servet : « Les bibliothèques troisième lieu, une nouvelle génération d’établissements culturels »

Claude Poissenot « Qu’est-ce qu’une bibliothèque ? »

Pierre Bazin « La bibliothèque hyper lieu »

Le site Novo ideo « Les bibliothèques publiques face au défi du « vivre ensemble » »

Bertrand Calenge « La sidération du troisième lieu » et « La bibliothèque cinquième lieu, sixième lieu, etc. »

L’exemple de la médiathèque de Thionville

1OLDENBURG, Ray, BRISSETT, Dennis, “The Third Place,” in Qualitative Sociology, automne 1983

2OLDENBURG, Ray, The Great, Good Place, Marlow et Compagnies, New-York, 1991

3BLACK, Alistair, « Socially controlled space or public sphere ‘third place’ ? Adult reading rooms in early British public libraries » in : Marian Koren (dir.), Working for Five Star Libraries. International Perspectives on a Century of Public Library Advocacy and Development, Vereiniging openbare bibliotheken/Biblion, 2008, p. 27-41. Traduction : Mathilde Servet

4SERVET, Mathilde, Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur, ENSSIB, 2009

5 SERVET, Mathilde, « Les bibliothèques troisième lieu : une nouvelle génération d’établissements culturels » BBF, 2010, n° 4, p. 57-63

6Ibidem

7Ibid.

8Traduction : « c’est nouveau, excitant, c’est totalement différent. »

9SERVET, Mathilde, « Les bibliothèques troisième lieu : une nouvelle génération d’établissements culturels » BBF, 2010, n° 4, p. 57-63


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Sociologie du monde du livre, L'accès au livre

14 commentaires pour “ Bibliothèque et médiathèque troisième lieu ”

  1. Bibliothèque et médiathèqu... le 20 juin 2014 à 9 h 38 min

    […] Dans le cadre de notre master, nous avons eu l'occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiath&egra…  […]

  2. Bibliothèque et médiathèqu... le 20 août 2013 à 9 h 32 min

    [...] Dans cette perspective, Mathilde Servet, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France et auteure du mémoire4 qui a vulgarisé le concept de bibliothèque troisième lieu dans l'hexagone a fait ressortir trois aspects …  [...]

  3. Plan de maison trois-rivieres le 29 mai 2013 à 18 h 34 min

    Vraiment je trouve que le design est superbement bien fait !

  4. [...] See on mondedulivre.hypotheses.org [...]

  5. laurencebacart | Pearltrees le 10 avril 2013 à 18 h 41 min

    [...] Bibliothèque et médiathèque troisième lieu [...]

  6. Bibliothèque et médiathèqu... le 9 avril 2013 à 17 h 15 min

    [...] Dans le cadre de notre master, nous avons eu l’occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiathèque Louis Aragon de Martigues. Outre le métier de bibliothécaire, elle nous a présenté le projet de sa médiathèque : évoluer vers le « le troisième lieu ». Ce concept, séducteur et innovant, est encore peu développé en France malgré son succès en Angleterre ou aux Pays-Bas et, déjà, il rencontre autant de farouches critiques que de fervents défenseurs.  [...]

  7. [...] « Dans le cadre de notre master, nous avons eu l’occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiathèque Louis Aragon de Martigues. Outre le métier de bibliothécaire, elle nous a présenté le projet de sa médiathèque : évoluer vers le « le troisième lieu ». Ce concept, séducteur et innovant, est encore peu développé en France malgré son succès en Angleterre ou aux Pays-Bas et, déjà, il rencontre autant de farouches critiques que de fervents défenseurs. »  [...]

  8. [...] Dans le cadre de notre master, nous avons eu l'occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiath&egra…  [...]

  9. LABED YASSINE le 23 mars 2013 à 19 h 33 min

    J’ai l’honneur de vous informer que je suis intéressé pour faire chez vous un stage selon lettre d’acceuille qui concerne la bibliothéconomie et ce désir est venu a grâce les meilleurs services que vous offrez aux lecteurs et a grâce la grande expérience qui ont aussi. ce stage m’aide beaucoup dans mon profession a ce propos je suis conservateur de la bibliothèque du lecture public de biskra en Algerie, je vous informe que je suis responsable pour tous les frais moi-même et surtout dans la période si vous pouvez apartir15 mai 2013
    a la fin,mes meilleure veoux distinguées

    Monsieur Labed Yassine conservateur de la bibliothèque du lecture public de Biskra en Algerie

  10. à lire | Pearltrees le 20 mars 2013 à 22 h 58 min

    [...] Bibliothèque et médiathèque troisième lieu [...]

  11. [...] lire la suite sur : http://mondedulivre.hypotheses.org/1592 [...]

  12. Bibliothèque | Pearltrees le 18 mars 2013 à 22 h 27 min

    [...] Bibliothèque et médiathèque troisième lieu [...]

Laisser un commentaire

Aix-Marseille université

Logo amu

Carnets de recherche