Coup de cœur sur le salon : Théa pour l’éternité – Florence Hinckel

Florence Hinckel
Théa pour l’éternité

Syros, 2012, 250 p., 15,90 €.

Couverture de Théa pour l'éternité

Théa pour l’éternité, collection Soon, Syros, 2012

Qui n’a jamais souhaité arrêter de vieillir ? Théa, 16 ans, voit son meilleur ami Théo, dont elle est amoureuse, sortir avec la « pom-pom girl du lycée ». Sa mère est au chômage parce qu’elle est trop vieille pour être présentatrice TV. Quand Théa voit les promesses de son enfance s’éloigner définitivement, elle crie qu’elle voudrait « que le temps s’arrête ». L’impossible devient soudain possible : le professeur Jones l’entend et lui propose d’être l’un des cobayes d’une expérience visant à arrêter le vieillissement… Théa accepte, elle prend lentement conscience qu’être figée à 16 ans n’est pas la porte vers le bonheur qu’elle imaginait. Le roman de Florence Hinckel aurait pu être moralisateur ; la narration sans fard de Théa écarte largement ce spectre et nous livre une adolescente prise sur le vif. L’auteur nous propose un récit intimiste qui réussit pourtant à poser le problème de la vie éternelle dans sa dimension sociale et médiatique. Un seul regret : la fin aurait pu être un peu plus développée. Ce livre reste une belle réussite dans le genre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *