Quand le cinéma rencontre la littérature

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années :

Quelques couvertures de romans ayant été adaptés au cinéma ces dernières années : Nos Étoiles contraires (John Green), La Couleur des sentiments (Kathryn Stockett), Sur La Route (Jack Kerouac) et Homesman (Glendon Swarthout).
Photo prise à la librairie L’Alinéa (Martigues). Émilie Azzani, licence CC BY-NC.

Jean-Luc Godart se demandait «  À quoi sert le cinéma, s’il vient après la littérature ? » Le cinéma peut apparemment commencer par réinventer les œuvres littéraires. Depuis ses débuts, le septième art n’a cessé de puiser son inspiration dans les œuvres littéraires. Une grande part des succès de l’âge d’or hollywoodien sont tirés de romans : Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, Les Raisins de la colère de John Steinbeck ou encore les nombreuses adaptations des pièces de Tennessee Williams (La Chatte sur un toit brûlant, Un tramway nommé désir, Soudain l’été dernier…). Certains de ces films sont aujourd’hui aussi connus, voire plus, que les textes originaux : l’adaptation des Oiseaux par Hitchock est plus célèbre que la nouvelle de Daphné Du Maurier qui l’a inspirée. Ce qui est vrai pour le cinéma américain l’est aussi en France : les réalisateurs se sont attachés à porter à l’écran les classiques (on ne compte plus le nombre de films tirés des Misérables) et même la Nouvelle Vague, qui réinvente les règles du jeu, a laissé comme films majeurs, entre autres… des adaptations, tel que Le Mépris (tiré d’un roman d’Alberto Moravia). Pourquoi adapter tant de romans ? Quels sont les avantages du point de vue de l’industrie du cinéma, et les éditeurs y trouvent-ils leur compte ? Il semblerait que le marché de l’adaptation soit séduisant pour les deux parties.

L’adaptation littéraire toujours en vogue

Aujourd’hui encore, beaucoup de films qui sortent chaque mercredi sont tirés d’un livre : près d’un film sur quatre, d’après un article de Lire33 qui souligne également le coût de plus en plus élevé pour l’achat des droits de certains best-sellers : « l’amateurisme s’efface peu à peu devant la professionnalisation, la vente des droits d’un livre au cinéma – de 50 000 à 100 000 euros en moyenne, jusqu’à 1 million d’euros pour un best-seller comme L’Empire des loups, de Jean-Christophe Grangé – représentant une sacrée manne ». Dès 2008, Le Monde33 notait une réelle inflation des adaptations littéraires au cinéma, et des sommes versées pour les achats de droits de ces titres : « de 2000 à 2007, le chiffre d’affaires généré dans l’édition française par les droits cinématographiques est passé, selon Roland Neinhart, de 3,5 millions à 5 millions d’euros ».

Du côté des producteurs, parier sur un scénario s’inspirant d’une œuvre littéraire est bien sûr rassurant : le livre a déjà eu un public qui a « testé » l’histoire, et par conséquent le film peut déjà compter sur un public de curieux souhaitant découvrir l’adaptation. La sécurité que cela représente pour les sociétés de production est souvent renforcée par le choix d’un casting alléchant, constitué des acteurs « bankable » du moment. Ainsi, en 2013, la sortie du film Gatsby le magnifique par Baz Luhrmann s’appuie sur une large campagne de promotion mettant en avant la tête d’affiche, Leonardo DiCaprio. Les adaptations sont par ailleurs largement représentées lors des classiques cérémonies de remises de prix : la dernière palme d’Or à Cannes, La Vie d’Adèle, était tirée d’une bande dessinée de Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude (éditions Glénat, 2010). Cela peut être l’occasion d’une réédition (comme celle de Confessions d’un gang de filles de Joyce Carol Oates, qui accompagnait la sortie du film de Laurent Cantet), ou simplement d’un changement de couverture : la reprise de l’affiche du film comme illustration de couverture est devenue une habitude chez les éditeurs. Slate33 se demandait ainsi en mai 2013 : « Et si Cannes devenait un Festival de littérature ? » L’article soulignait le fait que paradoxalement, aucune manifestation d’envergure n’existait pour mettre en relation les mondes du cinéma et du livre : « Le cinéma ne sait pas se passer de la littérature, il ne l’a jamais fait. Et pourtant, aucun festival d’importance internationale n’est encore parvenu à organiser dans un cadre spécifique des rencontres entre éditeurs et producteurs. Pour l’instant. » Il semblerait pourtant que cet état de fait se modifie depuis quelques années.

De nouvelles passerelles entre l’édition et le cinéma

Le nombre d’adaptations ne cessant de croître, les éditeurs prennent aujourd’hui en compte cet aspect : les grandes maisons d’édition se dotent de services consacrés à la gestion des droits vers l’audiovisuel, qui informent les producteurs des sorties de livres pouvant les intéresser pour d’éventuels films. Les relations entre cinéma et littérature se structurent et se normalisent de plus en plus, et depuis quelques années naissent des sociétés dédiées au rôle d’intermédiaire entre producteurs, réalisateurs, auteurs et éditeurs. Isabelle Fauvel est l’une des premières à envisager cette transversalité des compétences en lançant Initiative Film en 1993. La présentation de l’entreprise sur le site annonce ainsi : « Initiative Film est la première société française de conseil spécialisée dans le développement de projets audiovisuels, au service des professionnels : producteurs, scénaristes, réalisateurs, acteurs, agents artistiques… En intervenant très en amont de la production d’une œuvre, depuis la naissance de l’histoire jusqu’à la mise en préparation du film, nous accompagnons vos réflexions sur la faisabilité artistique et économique de vos projets. »

Le cinéma s’invite même au Salon du livre, qui depuis quatre ans, met en place son marché des droits audiovisuels dont le but est ainsi présenté : « Réunis par la SCELF dont ils sont membres, les éditeurs français proposent une sélection de leurs meilleurs livres adaptables à destination des producteurs du cinéma et de l’audiovisuel. […] Près de 300 œuvres sont regroupées dans un catalogue qui donne une vision d’ensemble de la production littéraire récente. Chaque œuvre fait l’objet d’une fiche détaillée mettant en valeur son potentiel filmique. Les caractéristiques du livre sont visibles en un coup d’œil. » Le BIEF (Bureau International de l’Édition française) édite également un catalogue français-anglais,  From page to film. Suivant un classement thématique, y sont présentés les titres de nombreuses maisons d’édition françaises, avec un résumé rapide et les points forts expliquant l’intérêt d’une adaptation. En consultant le catalogue, on voit que le nombre de titres déjà vendus est fréquemment mis en avant, tout comme la disponibilité du livre en anglais, si une traduction est déjà sortie.

Autre initiative, la plateforme Best-sellers to Box-office, qui propose une base de données constituées de fiches de lecture à l’attention des professionnels du cinéma. L’idée des deux fondatrices, Nathalie et Laure Kniazeff, serait venue des remarques de plusieurs producteurs, intéressés par les adaptations littéraires, mais noyés sous les envois de manuscrits. Elles créent alors leur plateforme, s’adressant tant aux producteurs qu’aux éditeurs. Présentations rapides de livres « adaptables »  mais aussi précisions sur les cessions de droits, ces outils visent à faciliter les relations entre les deux pôles. Le site fonctionne sur la base d’abonnements, plusieurs formules sont proposées (durée, accès aux fiches…). La société est également sponsor du festival de Cholet, l’un des nouveaux festivals dédiés au cinéma qui apparaissent, comme celui d’Allevard en Isère, « L’écran s’écrit : adaptation d’œuvres littéraires au cinéma », qui avait eu lieu en juillet 2012.

Cinéma et littérature n’en ont pas fini de se croiser

Toutes ces initiatives montrent bien des liens de plus en plus étroits entre les domaines du cinéma et de la littérature. Cela signifie-t-il pour autant que l’on assiste à une sorte de « mécanisation » des relations entre producteurs et éditeurs, ou tout simplement que ce qui était jusqu’à présent un peu archaïque se régule et s’organise de manière à profiter aux deux partis ? Il semblerait du moins que les auteurs sortent plutôt gagnants de ces tentatives de valorisation de leurs ouvrages. Outre les manifestations déjà citées, on peut aussi évoquer Books at Berlinale qui se tient pendant le festival de Berlin et fait également se rencontrer éditeurs, producteurs et agents.

Cependant la réalisation de films inspirée de la littérature ne va pas toujours de soi et on a assisté à plusieurs naufrages : le fameux projet de Don Quichotte de Terry Gilliam n’ayant jamais abouti en est un bon exemple. L’enchaînement de contretemps et d’obstacles a été finalement l’objet d’un documentaire, Lost in la Mancha : un film sur l’échec d’une adaptation de roman… De même, il arrive qu’un éditeur parie sur un projet qui semble en apparence une aubaine commerciale et qui s’avère un raté : ainsi La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq. L’adaptation littéraire reste toutefois une valeur sûre pour les producteurs, qui peuvent compter sur la curiosité du public et de la critique. Les nouveaux liens créés entre le monde de l’édition et du cinéma prouvent que ces deux sphères n’ont pas fini de se croiser.

Pour aller plus loin :

Bibliographie :

3

  1. Marianne Payot, « Littérature au cinéma : le bon filon ? », Lire 333
  2. Nicole Vulser, « Les maisons d’édition passent à l’offensive pour les adaptations littéraires à l’écran », Le Monde 333
  3. Charlotte Pudlowski, « Et si Cannes devenait un Festival de littérature ? », Slate 333

3


Vous aimerez aussi...