La dystopie, gros plan sur un genre littéraire en pleine explosion…

Ce sous-genre de la Science Fiction est apparu au milieu du XXème siècle avec la parution du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932), 1984 de George Orwell (1949), ou encore Ravage de René Barjavel (1943).
Ce genre littéraire s’oppose à l’utopie : il met en avant une société imaginaire basée sur les craintes humaines. Les romans appartenant à ce genre sont souvent des anticipations mettant en exergue des événements apportant le malheur suite à un projet politique précis. Ils anticipent les dérives de la société et en exposent les conséquences : mondes apocalyptiques généralement dominés par des régimes totalitaires. L’ambition des auteurs (essentiellement américains) est de nous mettre en garde contre l’égoïsme et l’inconscience des hommes : quelles conséquences pourraient avoir les catastrophes écologiques, la chute des démocraties, la corruption ?

Aujourd’hui le genre de la dystopie semble avoir conquis une part importante du marché éditorial destiné aux adolescents et aux jeunes adultes.
On peut ainsi mentionner la parution récente et le succès de plusieurs comme Hunger Games de Suzanne Collins chez Pocket Jeunesse (2009). Suzanne Collins fait figure de chef de file dans ce genre. Sa saga en 3 tomes raconte les aventures de Katniss. Dans une société divisée en 12 districts, le Capitole organise chaque année les jeux de la faim. Il s’agit de mettre en compétition dans une arène naturelle deux enfants de chaque district. La règle du jeu est simple : à la fin du jeu, il doit n’en rester qu’un. La saga qui compte trois tomes, vendue à des millions d’exemplaires à travers le monde, sera adaptée au cinéma au printemps 2012, preuve de son succès international.

Plus récemment on trouve Promise d’Ally Condie publié chez Gallimard jeunesse (2011). Dans ce roman, Cassia, 17 ans, vit dans une Société prétendument idéale qui dicte tout : les distractions, le travail, le lieu d’habitation, la nourriture, les vêtements. Même la mort est programmée. Mais surtout, les Officiels organisent les mariages selon des critères de compatibilité idéale. Aussi, quand Cassia apprend qu’elle est promise à Xander, son meilleur ami depuis l’enfance, tout semble parfait ! Étrangement, c’est le visage d’un certain Ky qui apparaît sur le fichier numérique consacré à son Promis, avant que l’écran ne s’obscurcisse…
Une erreur, lui dit-on ! Car Ky est issu d’une classe inférieure et n’a pas le droit de se marier. Intriguée, Cassia cherche à mieux connaître ce garçon au passé mystérieux.

Dans Divergent de Veronica Roth, la société classe les hommes selon leur caractère dominant : les fraternels, les audacieux, les érudits ou les sincères. L’héroïne Beatrice ne correspond à aucune de ces factions : elle est une divergente. Sa vie est alors en danger car les divergents sont réputés insoumis et dangereux. Il représente une menace pour la stabilité du monde et sont supprimés sans aucun état d’âme. Bea doit choisir son camp dans une société qui manipule ses ressortissants.

La dystopie est-elle un simple phénomène de mode ? Pourquoi obtient-elle un tel succès auprès des jeunes ? Qu’est-ce qui plaît autant dans ces romans plutôt sombres et dénués d’espoir ? On peut en effet constater qu’ils dénoncent tous un fléau ou une société souvent très organisée et fermée sur elle-même, des régimes manipulateurs ou liberticides. Début juin aux États-Unis suite à un article du Wall Street Journal une polémique a fait rage. Le journal dénonçait en effet la noirceur des parutions classées en livres « jeunes adultes » traitant d’un monde où l’espoir est faible et les luttes constantes. Il soulignait que même s’il y a toujours une lueur d’espoir, celle-ci n’apparait souvent qu’à la fin de l’histoire pour la note positive. Ces livres sont adressés à des adolescents âgés de 12 à 18 ans et aux jeunes adultes mais peuvent apparaitre aux adultes comme violents ou porteurs de messages défaitistes.
En réalité lorsqu’on creuse le sujet et que l’on interroge les lecteurs de ce genre littéraire on note qu’ils ne s’intéressent pas qu’à une lecture de pur divertissement. Ils aiment aussi les livres qui font réfléchir.
À propos de Hunger Games, Christine Baker, directrice de Gallimard Jeunesse, souligne dans le n°769 de Livres Hebdo : « On assiste à un assombrissement du genre avec des textes pleins d’anxiété et de violence. L’autocensure ne s’exerce plus et les frontières sont sans cesse repoussées. Cela reflète l’inquiétude et l’angoisse des nouvelles civilisations. »
Le roman devient révélateur des grandes problématiques actuelles et le lectorat « young adult » n’y est pas insensible. Ces romans s’appuient sur les inquiétudes que les jeunes peuvent avoir face à l’avenir qu’on leur propose et traitent de sujets qui collent à leurs préoccupations (l’amour, la jeunesse, la beauté, le bonheur). Mieux encore, ils offrent une vision souvent très positive de l’adolescence via de jeunes héros qui mettent leurs qualités au service de la rébellion, parfois jusqu’au sacrifice pour l’avènement d’un monde meilleur. Ces jeunes héros se lèvent et disent « non ». La dystopie apparaît comme un genre dans lequel les jeunes adultes et les adolescents se reconnaissent.

Pour aller plus loin:  La dystopie sur Wikipédia


Vous aimerez peut être aussi...

4 Réponses

  1. aurel dit :

    une dystopie post-pétrole est aussi accessible sur la blogosphère:

    http://www.iniscene.blogspot.fr/

  1. 27 janvier 2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } mondedulivre.hypotheses.org – Today, 7:08 […]

  2. 5 juillet 2012

    […] Pour lire l’article au complet et en savoir plus, voici le lien: http://mondedulivre.hypotheses.org/337 […]

  3. 30 octobre 2012

    […] Ce sous-genre de la Science Fiction est apparu au milieu du XXème siècle avec la parution du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932)…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *