La littérature traduite en France : état des lieux

Affiche des 32es Assises de la traduction littéraire

Les 32es Assises de la traduction littéraire, qui se sont déroulées du 6 au 8 novembre 2015, ont eu pour thème « Les voix de l’enfance ».

Abstract :

Since 2011, France has been the highest translator of literature from other countries or cultures. However, about five languages represent more than 90% of translated literature. English (more than 60%), Japanese (11.8%), German (5.4%), Spanish (3.7%) and Italian (4.5%). The themes often translated are young literature, sociology and philosophy. Surprisingly, art is a very important theme, judging by the portion of books about art sold in France (6% of art books are translated from another language,  out of 3% books about art published in France). Comics are also translated, more specifically mangas and US comics. French and Belgian comics are diverse enough to not have to import others

The translator’s position in France is quite peculiar. Indeed, translators are considered by law as authors, and then are paid in royalties. They also have a right of censorship on the modifications brought by the publisher to their translation. However, despite the law recognising them as authors, the press, the public and even publishers do not recognise their status. For example, having their names on the cover of the book they translated is not automatic, and they have to fight for it. In 2011, the CNL ordered a report about the translator’s situation in France. Named “le rapport Assouline”, it describes a very difficult and precarious situation for the translator, on the one hand due to the low wages, and on the other hand to the lack of acknowledgment.

Article :

La littérature traduite en France est loin d’être marginale dans notre culture et chez nos éditeurs. Il y a en effet beaucoup d’éditeurs spécialisés en langues étrangères, que cela concerne une seule ou plusieurs langues. De plus, c’est un secteur assez riche pour avoir ses propres rayons dans nos librairies, que ce soient des librairies indépendantes ou des grandes surfaces spécialisées. Nous sommes loin d’un effet de mode, et si cette pratique est ancrée depuis longtemps dans notre paysage éditorial, elle n’en est pas moins dynamique et en évolution constante.
En jouant avec l’outil de recherche de l’Index Translationum, nous pouvons nous rendre compte que la France est l’un des deux pays à traduire le plus de littérature étrangère avec l’Allemagne. Ainsi, plusieurs sources sont unanimes : en France, un livre sur six est issu de la traduction. Force est de constater que c’est un marché florissant puisqu’il représente 17,4 % du chiffre d’affaires français pour l’année 2013. Sans surprise, c’est la littérature anglaise qui est la plus représentée chez nos éditeurs avec presque 60 % du chiffre d’affaires. En seconde position vient le japonais (11,8 %), majoritairement représenté par les mangas, suivi par l’allemand (5,4 %), l’italien (4,5 %), l’espagnol (3,7 %) et les langues scandinaves (2,4 %). Le russe, le néerlandais, le chinois et l’arabe sont présents dans l’étude avec 1 % ou moins. Toutefois, ce qui retient notre attention est l’apparition du chinois et de l’arabe parmi les langues les plus représentées dans le paysage éditorial. Ces langues font leur apparition dans les statistiques à partir de l’année 2012. A fortiori, nous pouvons noter la baisse des traductions de l’allemand, qui passent de 7,4 % en 2010 à 5,4 % courant 2014.

Les différents secteurs traduits démontrent une fois de plus la prédominance des romans sur le marché français (35 % du chiffre d’affaires des livres traduits). Les sciences humaines et le livre jeunesse ne sont pas en reste (17 % et 16 %), suivis de près par les bandes dessinées (12 %). Ce sont les comics, de plus en plus importés de nos jours, et les mangas, dont le marché est implanté dans le paysage éditorial depuis près de deux décennies, qui expliquent ces chiffres. La bande dessinée franco-belge possède en effet une offre importante et de qualité, l’importation étrangère de ce type de livres ne répond donc pas à une nécessité, et les ouvrages qui nous parviennent sont moins nombreux que dans d’autres domaines. Les livres d’art représentent un volume assez élevé (6 %) quand on les compare au poids du marché du livre d’art en France (à peine 3 %). Cependant, cela trouve son explication dans le fait que les livres d’art sont moins coûteux à traduire, car ils contiennent un volume très faible d’écrits au sein des ouvrages.
Tous ces chiffres correspondent à l’année 2012 mais ils sont presque équivalents à ceux de 2013, ce qui laisse penser que c’est un marché stable et sans changements brutaux et inexpliqués. Cependant, au fil des années, il faut noter une baisse dans les importations de la littérature jeunesse. Le marché français offre une production riche, novatrice et hétérogène, et à l’instar de la bande dessinée, les éditeurs ne ressentent pas le besoin d’étoffer leur catalogue avec des auteurs étrangers.

L’Index Translationum nous révèle que les auteurs étrangers les plus traduits en France sont principalement anglo-saxons. Dans le top dix se côtoient Barbara Cartland, une romancière anglaise spécialisée dans les histoires d’amour ; Agatha Christie que l’on ne présente plus ; Enyd Blyton, dont les romans de jeunesse (Le Club des cinq) sont très connus et encore achetés de nos jours ; Danielle Steel et Nora Roberts, deux américaines écrivant des romans d’amour à succès ; ou encore le célèbre romancier Stephen King.

Le statut du traducteur est assez particulier en France et présente un modèle très différent dans les autres pays, que ce soit en Europe ou auprès de nos voisins anglo-saxons. En effet, selon les accords passés avec les syndicats de la traduction, le traducteur est juridiquement considéré comme étant auteur à part entière. Sa rémunération se fait donc sur la base des droits d’auteur, et il possède un droit de regard ou de censure sur les modifications apportées à sa traduction rendue. Cependant, même si c’est un statut validé aux yeux de la loi, il n’est pas établi dans toutes les mentalités. Ainsi, beaucoup de traducteurs estiment avoir à se battre pour leurs droits et la reconnaissance de leur travail, que ce soit auprès du public, des journalistes et critiques littéraires, mais également, et c’est plus problématique, auprès des éditeurs eux-mêmes. Par exemple, avoir son nom sur la couverture aux côtés de celui de l’auteur est loin d’être acquis pour le traducteur, qui doit parfois s’opposer directement à son éditeur pour l’obtenir. En 2011, la question du traducteur en France a fait l’objet d’une étude commandée par le CNL (Centre National du Livre) auprès de Pierre Assouline, dont le rapport, intitulé La condition du traducteur en France, a fait beaucoup de bruit suite à sa publication. Son constat est explicite et sans appel dès l’introduction de son propos :

D’un côté, on a assisté chez les éditeurs à une croissance sur plusieurs fronts : le chiffre d’affaires et, dans une moindre mesure, les salaires ont augmenté ; en littérature étrangère, le volume des traductions, la diversité des langues traduites, le nombre des collections se sont accrus.
De l’autre, on a assisté chez les traducteurs à un bouleversement sur des fronts plus nombreux encore : tandis que le métier se professionnalisait, la profession s’est précarisée. Elle a su, certes, féminiser et rajeunir ses effectifs, se doter de formations spécialisées qui permettent d’obtenir un premier contrat à l’issue d’un stage en fin de master. Mais, dans le même temps, elle a eu à faire face, dans l’édition, à une concentration excessive sur la langue anglaise, à une réduction des délais de livraison, à une externalisation des services, à une généralisation de la pratique du forfait et à une reddition de comptes de plus en plus aléatoire. Ses revenus ont baissé, son pouvoir d’achat s’est effondré. Paupérisée, fragilisée dans son pouvoir de négociation, sous-estimée dans son statut, elle se considère dépréciée.

Ainsi, à en croire Pierre Assouline, la condition du traducteur en France n’est pas des plus reluisante. Suite à ce rapport fort peu élogieux, les éditions Actes Sud ont publié un droit de réponse, réfutant certains arguments et protestant contre l’absence de croisement des sources pour certaines affirmations. Mais certains détails mis à part, le rapport a soulevé un point crucial : le manque de communication et de reconnaissance entre traducteurs et éditeurs. C’est pour cette raison qu’une rencontre entre les acteurs du milieu a été organisée suite au rapport Assouline.

Le SFT (Syndicat national des traducteurs professionnels) réalise régulièrement des enquêtes auprès des traducteurs français, membres du syndicat ou extérieurs. Portant sur la formation et la rémunération des traducteurs en France, le rapport de 2009 fait écho aux explications de P. Assouline dans son rapport. En effet, en parcourant les nombreux chiffres et graphiques proposés, on peut se rendre compte que le milieu des traducteurs peut se décomposer en trois catégories : les traducteurs occasionnels, majoritairement des enseignants, auteurs ou retraités possédant un haut niveau de diplômes ; les traducteurs à temps partiel, enseignants, éditeurs et auteurs à niveau d’études moyen, et enfin les traducteurs à temps plein, représentant 70 % du corps de métier. Ils ont une moyenne d’âge assez basse et sont moins diplômés que les deux catégories susnommées. Le profil type de cette population est une jeune femme traduisant de l’anglais au français. C’est également une population très précaire et soumise à de nombreuses contraintes de la part des éditeurs. Ils s’opposent régulièrement aux traducteurs à temps plein. Ceux-ci, en effet, sont plus enclins à n’être payés qu’à la remise (contrairement à l’avance sur droits normalement proposée dans le milieu). Cette pratique est décriée par les traducteurs réguliers car elle casse le marché et ancre chez certains éditeurs de mauvaises exigences.
Toutefois, si l’on observe la moyenne de rémunération, on peut noter une évolution entre l’année où le rapport de la SFT a été publié et 2015. En effet, le rythme de traduction augmente toujours mais cependant les traducteurs sont un peu mieux payés : une moyenne de 19,21 euros le feuillet en 2008 pour la langue anglaise, et 20,16 euros en moyenne pour 2015. La langue anglaise reste, néanmoins, la langue au ratio de rémunération le plus bas. Par exemple, en 2015 toujours, l’allemand, l’italien ou l’espagnol ont une rémunération au feuillet de 22,5 euros en moyenne.

Pour conclure, il nous est possible de dégager deux vérités : la littérature traduite en France se porte très bien et a de beaux jours devant elle, étoffant notre culture et enrichissant nos catalogues. Mais paradoxalement, bien que mieux lotis que chez nos voisins européens, nos traducteurs peinent à vivre de leur travail. Nous sommes dans la bonne direction, mais des progrès restent à faire sur la reconnaissance de leur travail et un meilleur encadrement d’une profession qui ne cesse de se précariser.

Pour aller plus loin :

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 16 octobre 2016

    […] La littérature traduite en France : état des lieux – Monde du Livre. Les 32es Assises de la traduction littéraire, qui se sont déroulées du 6 au 8 novembre 2015, ont eu pour thème « Les voix de l’enfance ». Abstract : Since 2011, France has been the highest translator of literature from other countries or cultures. […]

  2. 25 novembre 2016

    […] France, un livre sur six est une traduction. Dans le roman, c’est un sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *