L’illustration pour la jeunesse s’invite chez les collectionneurs et amateurs d’art !

Les albums illustrés pour la jeunesse ne sont pas récents dans l’histoire de la littérature. Les appellations telles que la littérature jeunesse ou l’album sont fréquentes mais il est rare que le terme d’art soit associé à cette littérature. C’est une appellation qui a tendance à changer tant les auteurs-illustrateurs sont de talentueux artistes. Ils ne font pas de simples albums illustrés mais de véritables chefs d’œuvres graphiques associés à une histoire à destination d’un jeune public. L’art pour la jeunesse se démocratise à tel point qu’il atteint le marché de l’art et des collectionneurs grâce à sa présence dans des galeries. L’exemple qui fera l’objet de cet article est l’illustrateur Frédéric Pillot ainsi que la galerie Daniel Maghen spécialisée dans la planche de bande dessinée qui s’acoquine avec un illustrateur pour la jeunesse, ce qui nous donne un cocktail fameux pour les yeux lors d’une exposition.  

Auparavant plusieurs illustrateurs pour la jeunesse ont été exposés dans des galeries d’art comme la structure Robillard créée en 2004. Depuis sa naissance, elle a pour but de promouvoir l’illustration jeunesse comme art à part entière. Elle a par ailleurs la chance de mettre en avant des artistes à l’instar de Rebecca Dautremer, Irène Bonacina, Marc Boutavant, Tom Haugomat, Marcelino Truong, Anna Boulanger. Des illustrateurs jeunesse telle que Bénédicte Guettier (L’ Ane Trotro) sont également présents à la galerie Gallimard. Cette dernière a par ailleurs produit quelques expositions centrées sur la jeunesse en 2021 comme « Du livre jeunesse au Livre d’art », une exposition qui met en avant le catalogue de la maison d’édition Les Grandes Personnes, ou encore « Père Castor – Histoire d’hier et d’aujourd’hui ». La jeunesse dans des galeries d’art, ce n’est pas nouveau bien que peu connu. L’arrivée de Frédéric Pillot est une première pour la galerie Daniel Maghen qui n’avait encore jamais eu d’exposition centrée sur l’illustration pour la jeunesse, excepté éventuellement celle de Benjamin Lacombe, dont on peut dire qu’il est illustrateur pour la jeunesse même si cela est sujet au débat.  

Les galeries prennent peu à peu conscience que l’illustration jeunesse devient un véritable marché car bien souvent l’album est un lieu de jeu pour les artistes, un foisonnement d’idée et de créativité. C’est par ailleurs ce qu’un illustrateur comme Benjamin Lacombe, influencé par Tim Burton, David Fincher, Guillermo Del Toro ou encore Wes Anderson, réalise dans ses ouvrages. Il en est de même pour Frédéric Pillot, un illustrateur particulièrement généreux dans les détails de ses peintures.  

Pourquoi faire du commerce de planche originale dans des galeries spécialisées ? 

Mettre à disposition ses originaux dans une galerie pour la vente se fait beaucoup dans le milieu de la bande dessinée, et cette habitude apparaît de plus en plus chez les illustrateurs jeunesse. Elle permet aux auteurs-illustrateurs de gagner de l’argent. En effet, plus leur notoriété en tant qu’auteur est importante, plus leurs originaux se vendent cher. Quand on sait que les auteurs – illustrateurs pour la jeunesse ont souvent du mal à vivre de leur production, cela permet d’obtenir un revenu supplémentaire avec un bonus non négligeable : celui de libérer de l’espace dans l’atelier des artistes. En effet, un album pour la jeunesse représente au minimum une vingtaine de planches donc une vingtaine d’originaux de toutes tailles qui, après seulement quelques années de carrière, peuvent prendre énormément de place. Vendre ses originaux est ainsi une bonne technique pour être plus à l’aise financièrement et gagner de la place chez soi.  

En tant qu’auteur, mettre ses originaux à disposition permet de toucher un public spécifique, les amateurs d’art et les collectionneurs et ceux d’illustrations qui apprécient ce travail et voudraient posséder un original. Parfois cette envie de posséder une réalisation d’un artiste se fait dans un but spéculatif, mais généralement cela se fait davantage par passion. C’est une autre forme d’art, plus spécialisée, on retrouve la dimension de « l’art pour le nom de l’artiste », une notion en vogue chez les théoriciens de l’art 1. Il s’agit d’art pour le nom d’un auteur-illustrateur. C’est le cas dans la bande dessinée pour les planches originales d’auteurs particulièrement connus comme Hergé, Franquin, Bilal, Hugo Pratt etc. Et cela arrive progressivement avec des auteurs comme Rebecca Dautremer ou pour notre exemple Frédéric Pillot. Cela dit le marché de l’art n’étant pas particulièrement développé pour l’illustration jeunesse, c’est souvent à la suite d’un vif intérêt pour un illustrateur qu’une personne ira se renseigner quant à la possibilité de se procurer un original. 

Enfin, une bonne raison de vendre ses planches originales, est de démocratiser la bande dessinée et l’illustration pour la jeunesse comme art destiné à la vente sur son support original. Ce serait un art qui n’est plus cantonné à la reproduction destinée à la vente. Les planches seraient vendues pour ce qu’elles sont, des œuvres d’arts, des tableaux, de magnifiques planches. Le fait de vendre est une sorte de sacralisation, une certaine glorification de l’auteur qui rayonne sur son éditeur, qui en tirera de la notoriété donc fatalement des ventes.

Qui est Frédéric Pillot ?

Frédéric Pillot, ©Romuald Meigneux, Danien Maghen

Né en 1967 en Moselle, Pillot est un illustrateur et auteur de bande dessinée et d’album pour la jeunesse. Ses œuvres principales sont Lulu Vroumette avec Daniel Picouly aux éditions Magnard, Edmond le chien avec Thibault Guichon chez Magnard, Le Petit Poucet avec Agnès Ledig chez Père Castor, Balbuzar avec Gérard Moncomble chez Daniel Maghen, et bien d’autres également. Son dessin est reconnaissable grâce à sa gestion de la profondeur, ses proportions, ses univers très colorés et magiques, et sa passion du détail le tout à la peinture acrylique sur des originaux de grandes tailles. Frédéric Pillot avait auparavant été exposé à la galerie Daniel Maghen, en avril 2013. L’exposition présentait des originaux de Lulu Vroumette, Edmond, Thérèse Miaou, et Raoul Taffin. Cette fois, c’est sa récente exposition au festival Quai des Bulles, le festival de bande dessinée de Saint-Malo, de 2021, qui lui donna une belle visibilité. Ce dernier s’est déroulé sur quatre jours, du 29 octobre au 1 novembre 2021, il prévoit une rencontre publique avec notre auteur pour discuter de ses ouvrages. Son exposition est un des événements phares du festival, elle retrace une grande partie de sa carrière. Elle met l’accent sur Balbuzar, un de ses récents succès publié chez Daniel Maghen, notamment grâce à une statue du pirate éponyme réalisée par Samuel Bouleistex. La statue est présentée au public pour la première fois lors de cette exposition : un pirate d’un mètre de haut, de trente kilos, composé de bronze. Daniel Maghen est partenaire de l’événement, la maison (et galerie d’art) a fait la demande d’une statue à l’artiste-plasticien et a fourni les originaux pour l’exposition. Cette dernière connaît un véritable succès, ce qui se traduit par de très bonnes ventes des albums.

Samuel Bouleisteix et Balbuzar, ©Samuel Bouleisteix

Après le succès de son exposition à Quai des Bulles, Frédéric Pillot investit les murs de la galerie Daniel Maghen de mi-décembre 2021 à fin janvier 2022. L’exposition présente une soixantaine d’œuvres originales tirées des ouvrages les plus récents : Balbuzar (Daniel Maghen 2020), La Sorcière Crabibi (Kaléidoscope, 2021), Le Petit Poucet (Flammarion Jeunesse, 2021) et Les Fabuleuses fables du bois de Burrow (Little Urban, 2021).

©Daniel Maghen

Une fois l’exposition terminée, les planches de Frédérique Pillot pour Balbuzar, reviennent aux fonds de la galerie. Disponibles à la vente, dans la limite des originaux en stock, les prix démarrent à 250 euros et peuvent aller jusqu’à 8 000 euros par planche. Bien que dans la norme, ces montants sont bien loin de la cote d’auteurs incontournables comme Hergé, Franquin, ou encore Bilal qui peuvent atteindre plusieurs milliers voire des millions d’euros. La galerie fait environ deux ventes aux enchères par an. La dernière a eu lieu en novembre 2021, l’exposition de Pillot n’avait pas encore eu lieu. On peut ainsi aisément supposer que certaines de ses planches feront partie de la prochaine vente aux enchères en mai 2022 ou qu’il fournira un nouvel original spécialement pour l’occasion. 

Qu’est-ce que la galerie Daniel Maghen et quelles sont ses spécificités ? 

Galerie Daniel Maghen ©Romuald Meigneux

La galerie Daniel Maghen est une galerie d’art spécialisée dans les illustrations et planches de bande dessinée. Située au 36 rue du Louvre à Paris (1e), elle est initialement une maison d’édition fondée en 2005 par Daniel Maghen. La maison publie des bandes dessinées, des biographies en image d’auteurs du 9e art, des ouvrages d’illustrations et des catalogues d’expositions, du beaux-livres. Le catalogue de la maison contient peu de titres mais des titres très travaillés à la fois en termes de contenu visuel mais également au niveau du travail éditorial. Effectivement la charte graphique est suivie et cohérente ce qui donne un catalogue harmonieux. Le catalogue jeunesse ne contient que trois titres : Balbuzar, dont nous avons parlé précédemment, puis A Bâbord, les Passiflore de Jouannigot, Marthouret et Huriet, ainsi que Pirouette et Nymphéas de la Famille Passiflore de Jouannigot. Sachant qu’il n’est pas rare que la galerie propose des expositions sur les auteurs publiés par la maison, on comprend aisément que les expositions centrées sur l’illustration jeunesse soient exceptionnelles. On sent tout de même le travail du coup de cœur dans la production, des styles divers et variés mais qui se retrouvent dans une complexité graphique, dans la peinture et le soin du détail qui sont manifestes. Ces titres du catalogue jeunesse sont bien la preuve de l’amour de Daniel Maghen pour les illustrateurs que sont Pillot et Jouannigot. La maison et la galerie étant spécialisées dans la bande dessinée franco-belge pour adulte et non dans les livres pour la jeunesse, l’éditeur et galeriste ne les aurait probablement pas édités et exposés s’il n’avait pas profondément apprécié le travail de ces artistes.

En parallèle, la galerie possède plus de 8000 planches originales dans le fonds ainsi que plus de 300 auteurs différents. Elle propose une dizaine d’expositions par an, d’auteurs de genre et de style très différents, cela depuis 2007. La mise en place de ventes aux enchères de planches originales n’est pas un élément nouveau pour Daniel Maghen qui faisait cela depuis plusieurs années déjà, en partenariat avec une maison de vente aux enchères. C’est en 2018 qu’il décide de monter sa propre maison de vente, afin de mettre en place ses ventes comme il le souhaite en fonction des œuvres qu’il trouve car il l’a dit lui-même : « Dans les ventes aux enchères, on ne peut présenter que des pièces que les gens ne voient quasiment jamais. Je ne peux pas y mettre le fonds de ma galerie. Il faut aller récupérer des œuvres d’artistes majeurs des trois générations de la BD. »2. S’il a monté une librairie, puis une galerie, mais aussi une maison d’édition auxquelles s’ajoute la mise en place de vente aux enchères, c’est par amour pour la bande dessinée et l’illustration. La bande dessinée sur le marché de l’art n’est donc pas particulièrement récent et ce sont grâce à des passionnés comme Daniel Maghen que l’on voit l’arrivée d’illustrateurs jeunesse sur le marché.

La galerie, par sa forte présence sur internet et sur les réseaux sociaux tels qu’Instagram et Facebook se révèle et met en lumière son fonds et ses expositions. La maison d’édition ne possède pas de page sur ces réseaux, celles de la galerie servent de vitrine à la maison d’édition lors des nouvelles parutions. Instagram et Facebook semblent coupler, ainsi on y retrouve les mêmes posts, qui sont par ailleurs très bien fournis. On y contemple photos et des vidéos en tout genre. Sont présentés également les prochains albums, les expositions en cours, celles à venir, on découvre les nouvelles acquisitions et les auteurs qui posent devant leurs œuvres. La communication sur les réseaux est gérée d’une main de maitre, notamment avec la présentation d’exposition virtuelle. La galerie en organise plusieurs par an. Les dernières étaient centrées sur Vadim Voitekhovich (du 19 février 2022 au 12 mars 2022), Didier Graffet (du 5 octobre au 30 octobre 2021), Efa (du 27 mars au 27 avril 2021), ou encore Sylvain Vallée (du 11 juin au 25 juillet 2020), et bien davantage. La galerie possède son propre site internet, il en va de même pour la maison d’édition ainsi que pour la maison de vente aux enchères. Les trois sites sont en lien les uns avec les autres, mais ils ont chacun un portail propre à leur activité. Ils se répondent, sont complémentaires et manifestent une belle présence sur internet.

Ainsi, le marché de la vente d’originaux pour la jeunesse est un marché peu connu qui s’allie dangereusement avec le marché de la vente de planche de bande dessinée surtout dans des galeries comme Daniel Maghen. C’est une première ou presque qu’un galeriste spécialisé dans la bande dessinée franco-belge introduise de l’illustration jeunesse dans son catalogue mais Daniel Maghen le fait avec brio. Ce marché pour les illustrateurs jeunesse se répand et prospère, probablement en raison d’un besoin venant des illustrateurs et des clients. La pratique est une aide importante au niveau financier pour les auteurs. Mais ce n’est finalement que la suite logique de ce que les dessinateurs de bande dessinée font depuis des décennies. Il faut noter que des illustrateurs jeunesse comme Frédérique Pillot arrivent en force dans ce monde de l’art avec des expositions qui sont de véritables succès. Cela engrange la vente des albums et des originaux ainsi qu’une visibilité accrue pour les créateurs. Enfin, cela démocratise le marché de l’art pour les artistes spécialisés jeunesse bien que le phénomène ne soit pas nouveau. Daniel Maghen (l’éditeur et le galeriste) pourrait à l’avenir avoir un nouveau coup de cœur pour un artiste et nous aurions le bonheur de découvrir de nouveaux auteurs jeunesse dans le catalogue de la maison et de nouvelles expositions montées à partir de leurs œuvres.



  1. Marges, 28 | 2019, « L’art avec (ou sans) le marché de l’art » [En ligne], 2 janvier 2022. URL : https://journals.openedition.org/marges/1760 ; DOI : https://doi.org/10.4000/marges.1760[]
  2. PAQUOT Valentin, L’Internaute, 18 juin 2021, URL : https://www.linternaute.com/livre/bd-manga/2550842-daniel-maghen-pour-une-vente-aux-encheres-de-bd-il-faut-absolument-une-piece-de-herge/[]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search